mercredi 19 avril 2017

Vingt-cinq Nobel d'économie dénoncent le programme antieuropéen de Marine Le Pen


Marine Le Pen © REUTERS 

Le Vif
Vingt-cinq prix Nobel d'économie ont dénoncé mardi les programmes "antieuropéens" et "protectionnistes" de certains candidats à la présidentielle, dont Marine le Pen, mettant en garde dans une tribune publiée dans Le Monde contre une possible "déstabilisation" de la France et de l'Europe.

"Certains d'entre nous ont été cités par des candidats à l'élection présidentielle française, notamment par Marine le Pen et ses équipes, pour justifier un programme politique sur la question de l'Europe", écrivent ces 25 économistes, dont l'Américain Robert Solow (prix Nobel en 1987), l'Indien Amartya Sen (1998) et le Français Jean Tirole (2014).
Malgré des "positions différentes" sur "l'union monétaire et les politiques de relance", "nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique", ajoutent les signataires, qui jugent la construction européenne "capitale" pour maintenir le progrès économique des membres de l'UE.
Parmi ces 25 signataires figurent des économistes d'obédience libérale, et d'autres plus critiques vis-à-vis de la mondialisation et de l'euro, à l'image de l'américain Joseph Stiglitz, prix Nobel en 2011, régulièrement cité par la candidate du Front national.
"Les évolutions proposées par les programmes antieuropéens déstabiliseraient la France et remettraient en cause la coopération entre pays européens, qui assure aujourd'hui une stabilité économique et politique en Europe", écrivent les 25 signataires dans leur tribune.
"Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d'essayer de générer de la croissance" et "se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu'à ses partenaires commerciaux", ajoutent-ils.
Les 25 prix Nobel prennent par ailleurs fait et cause pour l'immigration, pourfendue par la candidate du FN. "Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d'accueil", déclarent-ils. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
25 PRIX NOBEL D’ÉCONOMIE RIDICULISENT MARINE LE PEN 

Mais que pèse l’opinion de 25 prix Nobel face à l’obstination aveugle de toutes celles et de tous ceux qui en France ont perdu toute confiance dans le système  et ce que l’on appelle désormais  les élites politiques. Le désenchantement des Français  est à l’égal de celui  des Américains et des Anglais qui ont opté, par dépit, pour l’inacceptable. Ils ont voulu faire un bras d’honneur au système et qu’ont-ils obtenu : le brexit et le trumpisme.
Triste bilan.  Plus assertive et plus arrogante que jamais face aux journalistes, Marine Le Pen brasse le vent avec un aplomb et une arrogance incroyable qui subjugue ses nombreux partisans. Bomber le torse et feindre de sortir de l’Europe et de l’euro en faveur d’un élan nationaliste souverainiste anti mondialiste est de nature à séduire les masses complètement déboussolées. Cette stratégie lui permettra peut-être de gagner une élection présidentielle. Si elle devait réussir, elle plongerait la France et l’Europe dans une crise profonde et totale qui risque de leur être fatale. Mélenchon semble l’avoir compris in extremis.
MG 


JEAN-LUC MÉLENCHON ASSURE QU’IL NE VEUT PAS SORTIR DE L’EUROPE 

Le candidat de La France insoumise a appelé ses partisans à ne pas croire ses détracteurs, qui le soupçonnent de vouloir sortir de l’Europe et de l’euro.
Le Monde.fr avec AFP

C’est un point de son programme souvent critiqué par ses détracteurs. Jean-Luc Mélenchon a assuré, mardi 18 avril, qu’il ne souhaitait sortir ni de l’Europe ni de l’euro.
Lors d’un meeting à Dijon, retransmis en « hologrammes » dans six autres villes, le candidat de La France Insoumise a interpellé ses partisans. « Ne croyez pas ce qu’ils vous disent : “Il veut sortir de l’Europe, de l’euro” (…), allons, un peu de sérieux », a-t-il lancé. M. Mélenchon a évoqué à ce sujet des « enjeux immenses » : « Savoir si nous allons nous opposer les uns aux autres en Europe ou si nous allons faire baisser les tensions qui existent entre les peuples. »
DEUX OPTIONS POUR « SORTIR DES TRAITÉS »
Dans son programme, le candidat évoque deux options pour « sortir des traités européens » : une sortie « concertée », avec « l’abandon des règles existantes pour tous les pays qui le souhaitent », ou « unilatérale », c’est-à-dire décidée seulement par la France. Le projet précise que le « mandat de négociation de ces plans sera soumis au préalable à l’Assemblée nationale » et que « la validation de ce processus passera nécessairement par une décision du peuple français par référendum ».



Aucun commentaire: