vendredi 30 juin 2017

Mais pourquoi Macron porte-t-il deux alliances? Chronique d'une com' pensée au pixel près


NICOLAS LOWYCK La Libre Belgique



[Le président] souhaitait vraiment être entouré de ses objets du quotidien." C'est ce que confie Sibeth Ndiaye, la responsable de la communication d'Emmanuel Macron, au Monde. Preuve, s'il le fallait, que ce cliché officiel est le plus réfléchi et le plus professionnel de l'histoire des chefs d'Etat français, d'un point de vue strictement communicationnel.

Car, mis à part l'éblouissance des yeux de Macron, rien ne surprend, tout semble naturel, alors que chaque détail est le résultat d'une réflexion dosée.
Tiens, le bureau, par exemple. A regarder les nombreuses interviews données par François Hollande, le meuble était à sa place habituelle, devant la cheminée parementée. Mais ici, il a été placé devant la fenêtre ouverte, pour casser les codes de la traditionnelle photo d'intérieur, tradition que Hollande ou Chirac n'avaient pas non plus suivie. "Macron contrôle tout, même le mobilier", s'en gausse Konbini.
Les objets, ensuite. Trois livres ont été distingués par les journalistes, et pas n'importe lesquels : les Mémoires de guerre du général de Gaulle, ouvert, Le Rouge et le Noir, de Stendhal, et Les Nourritures terrestres, de Gide, fermés. Symbolique.
L'horloge est un clin d'oeil au surnom que lui ont attribué les médias: le "maitre des horloges" (et elle nous apprend que la pose a été capturée à 20h20). Tout le monde aura encore remarqué les deux iPhones derrière le bras droit. Ils n'ont pas été simplement laissés là. Ils servent à rappeler l'adhésion du président aux nouvelles technologies, en bon ami des start-uppers (comprenons: il est de son temps).
Enfin, les alliances, car il en porte deux : l'une pour le mariage avec Brigitte Macron, l'autre pour leurs noces d'étain.
S'il vous faut une énième preuve que tout est millimétré, il suffit de juger de la qualité sémantique de la photo, grâce à la technique, comme le fait un de nos lecteurs  "Cliché de pro. Encadrement parfait: verticales au fil à plomb (les fenêtres), horizontales au niveau à bulle (bureau, balustrade, ligne des sourcils); toutes les lignes de fuite convergent au centre, sur lui: un X formé par ses bras et en symétrie la lisière des arbres, à l'intersection du X se situe le noeud de la cravate parfaitement verticale." Avant d'ajouter: "Portrait bien tiré mais terriblement égocentrique (au sens propre)." 



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
MICROCOSME DE LA MACROMANIE

Trois livres ont été disposés sur la table de travail du président, "et pas n'importe lesquels" : les Mémoires de guerre du général de Gaulle, ouvert, Le Rouge et le Noir, de Stendhal, et Les Nourritures terrestres, de Gide, fermés. En déceler la symbolique?
Ce choix intrigue en effet. Il correspond très peu aux lectures d'un homme de quarante ans, plutôt aux goûts des générations d'avant.
Y voir les préférences de Bibi l'épouse agrégée es lettres, enseignante plutôt conservatrice oeuvrant dans un collège jésuite très comme il faut?
De Gaulle? évidemment et les mémoires de guerre en particulier en référence au général de brigade rebelle, l'homme en rupture de Vichy.
"Le rouge et le noir?" Julien Sorel, fils d’un simple scieur est un personnage ambigu. L’ambition sociale, l’ambition amoureuse, qui semblent ses principales passions, le conduisent au meurtre qu’il tente froidement sur la personne de Mme de Rênal son amante et son aînée. Les femmes lui semblent, comme la carrière militaire et la carrière ecclésiastique, un utile moyen de "parvenir. La méthode Sorel renvoie-telle à la méthode Macron?
Mme de Rênal, femme mariée, et mère de deux enfants, l'aime avec passion et tendresse. Mathilde (la France?) ne l’aime que par orgueil,
Enfin "Les nourriture terrestres?" Eloge exalté de la nature et des sens?  "Quand tu m’auras lu, jette ce livre ». Le jeter pour en délaisser la lecture et trouver sa propre vérité?
"Je crois que la route que je suis est  ma route, et que je la suis comme il faut. Je garde l’habitude d’une vaste confiance qu’on appellerait de la foi, si elle était assermentée."
"Trouver dans l’oubli de soi la réalisation de soi la plus parfaite, la plus, haute exigence, et la plus illimitée permission de bonheur. » (André Gide, préface de l’ouvrage datée de 1927)
Mais l'allusion à Gide, thuriféraire de l'homosexualité, a peut-être une autre portée encore.
Ce portrait robot du nouveau  Président se lit, de fait, comme un microcosme de la macromanie. Pas la, peine de relire son "révolution" tout s'y trouve en synthèse. C'est Macron vu par Macron à la gloire du président Macron.
MG








Aucun commentaire: