mercredi 28 juin 2017

Schaerbeek: une prière clandestine bloque toute une ruerue


ARNAUD FARR
La DH

Les autorités communales adresseront un courrier à la mosquée Kouba pour lui faire part de leur mécontentement.
    


Ce dimanche, lors de la rupture du jeûne du ramadan, une prière s’est tenue dans la rue Vanderlinden à Schaerbeek, devant la mosquée Kouba. Seulement voilà, aucune autorisation communale n’a été accordée pour cette manifestation clandestine, comme dénoncé par le Centre citoyen belge musulman laïque.
Le bourgmestre Bernard Clerfayt (Défi) a tenu à réagir : "Les relations avec les mosquées appartenant à l’association des Mosquées schaerbeekoise sont bonnes et empreintes de dialogue. Les mosquées savent toutes que les autorités communales ne veulent pas d’activité religieuse sur l’espace public, et cela quel que soit le culte. Nous ne pouvons donc pas accepter des prières dans l’espace public. Ni aujourd’hui, ni demain, a commenté l’édile. J’avais donné une autorisation momentanée pour que les fidèles de la mosquée Kouba puissent faire leur rupture du jeûne à l’intérieur de la mosquée de la rue Vanderlinden. J’avais bien entendu fait dépendre cette autorisation de l’accord des pompiers. Cela a été obtenu. Mais jamais pour une prière sur l’espace public."
Les autorités policières ont donc été confrontées à la réalité d’une occupation de l’espace public. "Afin de ne pas ajouter de tension et pour entretenir un climat de calme et d’apaisement dans une situation où tout se passait normalement, la police a pris une décision de gestion de l’espace public", ajoute Bernard Clerfayt.
Il a donc été décidé de ne pas faire évacuer la rue, mais bien de la fermer pour éviter les embarras de circulation. "Je ne suis donc pas content de ce débordement. Un courrier sera adressé aux responsables de la mosquée. J’ai déjà eu des explications de la part de ceux-ci qui m’ont également fait part de leur étonnement et de leur désappointement, ajoute Bernard Clerfayt. Ils m’ont également parlé de débordement et m’ont assuré qu’ils veilleraient à ce que cela ne se reproduise plus."
La commune refuse régulièrement les demandes pour des activités religieuses sur l’espace public émanant de différents cultes. "Il se peut toutefois que dans certaines circonstances trop de fidèles se pressent devant leur lieu de culte respectif. Des décisions sont alors prises pour empêcher qu’il n’y ait de dangerosité", conclut le maïeur schaerbeekois. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PROVOCATION 

Cette initiative est évidemment une provocation politique.
La réaction modérée du bourgmestre vise a apaiser tout conflit.
Il serait évidemment intéressant de connaître l'identité de l'imam qui est à la manoeuvre et de quel courant théologique cet homme s'inspire. Clerfayt ne cherche évidemment pas la confrontation à un an des élections communales.
En soi, il pratique, malgré lui, l'accommodement raisonnable.
Stratégie de court terme, évidemment.
MG


Aucun commentaire: