jeudi 13 juillet 2017

La Belgique "maillon faible" de la lutte contre le trafic des biens culturels, selon l'Unesco


Le Vif
Depuis décembre 2016, la cellule "Arts et antiquités" de la police fédérale a été démantelée, une décision entérinée par le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. 



Jan Jambon © Belga 

Depuis lors, la Belgique semble être "le maillon faible de la politique contre le trafic illicite des biens culturels", déplore Edouard Planche, chargé du programme de lutte contre ce trafic à l'Unesco.
Cette cellule était l'unique point de contact en mesure de répondre aux demandes d'Interpol, des polices étrangères et des douanes. Sa fermeture avait à l'époque alerté l'Organisation internationale de police criminelle, qui avait fait part de son inquiétude dans un courrier confidentiel au Premier ministre Charles Michel en septembre dernier.
Depuis 6 mois, les bases de données d'Interpol et de la Belgique relatives aux oeuvres d'art volées ne sont donc plus alimentées, ce qui suscite l'inquiétude à l'étranger. La police fédérale précise qu'un "point de contact" en matière de trafic d'art a cependant "été restauré depuis peu".


COMMENTAIRE DE DIVERCITTY
ECONOMISER SUR TOUT,RACLER SUR L'ESSENTIEL 

Le politique, en l'occurrence l'exécutif, racle les fonds de tiroir. Le pouvoir ne lui appartient plus, le pouvoir est dans les mains de l'activité économico financière légale ou illégale comme le trafic des oeuvres d'art au demeurant et, en l'occurrence au bénéfice de Daech.
C'est un problème systémique qui mine les fondements de la démocratie. Il faut y réfléchir à tête reposée.
MG


Aucun commentaire: