mardi 31 octobre 2017

Zware vechtpartij Antwerpen: extreemrechtse Turkse groepering zou Koerden geviseerd hebben


Knack Bron: Belga
Bij een zware vechtpartij in Antwerpen zijn vrijdagavond acht gewonden gevallen, van wie er drie in het ziekenhuis werden verzorgd. 47 personen zijn bestuurlijk aangehouden. Een extreemrechste Turkse groepering zou een groep Koerden hebben aangevallen.


Politieaanwezigheid na een vechtpartij in de Brederodestraat in Antwerpen waarbij acht gewonden vielen. © BELGA

Volgens de politie begonnen de problemen om iets voor 17.30 uur. 'Nadat een aantal mensen met stokken en staven, stoelen en tafelpoten mekaar te lijf gingen, begonnen 200 à 300 mensen te roepen en leuzes te scanderen. Daarbij viel een eerste gewonde. Het slachtoffer werd later met een ambulance naar het ziekenhuis gevoerd', luidt het.
Daarna arriveerden de eerste ploegen van de politie, die de verschillende partijen uit elkaar probeerden te halen. Omdat de rumoerige omstanders zich bleven opdringen en relschoppers met stenen begonnen te gooien, maakte de politie op het kruispunt van de Balansstraat met de Gelijkheidstraat gebruik van pepperspray. 'In de loop van de avond bleef de sfeer gespannen in de omgeving. Er zijn enkele ramen gesneuveld van handelszaken in de omgeving. De politie blijft de situatie opvolgen om nieuwe incidenten te vermijden.'
Het incident zou hebben gedraaid om een bus met Koerden. De bus en de inzittenden werden onder begeleiding van de politie weggeleid naar het kantoor aan de Noorderlaan. Volgens Nav Bel, de Koerdische gemeenschapsorganisatie in ons land, gaat het om een mobiele bibliotheek die onderweg was naar het Steenplein in Antwerpen in het kader van de 'Free Ocalan'-campagne. Daarmee eisen de Koerden de vrijlating van hun leider Abdullah Öcalan, die al sinds 1999 gevangen wordt gehouden door de Turkse overheid.
'Op de bus zaten een veertigtal Koerden. Sommigen uit België, maar ook Koerden uit Duitsland en Frankrijk', zegt Nav Bel. 'Ze zijn door Turken klemgereden en bekogeld met stenen. Er werden racistische slogans geroepen.' Met de bus voerden ze de voorbije twee dagen al campagne in Charleroi en Luik, morgen/zaterdag zouden de Koerden hun campagne voortzetten in Nederland.
Volgens Nav Bel gebeurde de aanval door 'fascistische en racistische Turken op een georganiseerde manier.' De organisatie benadrukt dat de bustour en de informatiestandjes en randactiviteiten op het Steenplein waren aangevraagd en toegelaten door het stadsbestuur. De organisatie veroordeelt scherp de 'schandalige agressie' en benadrukt dat de Koeren hun 'democratische recht om vreedzaam actie te voeren, gaan blijven uitoefenen.'


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"FASCISTISCHE EN RACISTISCHE TURKEN"

C'est un effet de la mondialisation que de voir Kurdes et Turcs s'affronter dans les rues d'Anvers. Faut-il s'en émouvoir? Ce qui est certain c'est que le peuple Kurde qui, comme le peuple catalan, réclame son indépendance ne bénéficie pas du même soutien médiatique que les mutins de Barcelone.
Le peuple kurde-je ne parle pas de la diaspora- se partage entre l'Irak, la Turquie et la Syrie. Il rêve d'unification et d'indépendance.
Hitler, qui s'en souvient?, rêvait de réunir dans un même Reich tous les locuteurs de langue allemande: "Ein Volk, ein Reich ein Führer".
Curieusement, le Flamands et les Hollandais ne rêvent pas de vivre ensemble.
MG 

Hoeveel schade richt Puigdemont aan in België?


Jeroen Van Horenbeek De Morgen
   

De afgezette Catalaanse leider Carles Puigdemont. © REUTERS 

De ontslagen Catalaanse minister-president Carles Puigdemont is in het grootste geheim naar Brussel gevlucht. De regering-Michel zit er enorm verveeld mee.
Puigdemont zal vandaag mogelijk een verklaring afleggen over zijn vlucht, zegt zijn Belgische advocaat Paul Bekaert. Volgens onbevestigde bronnen reed hij gisteren eerst met de auto naar de Franse havenstad Marseille, om van daar per trein door te reizen naar Brussel. In Spanje hangt de Catalaanse leider een gevangenisstraf tot dertig jaar boven het hoofd wegens rebellie.
De komst van Puigdemont zorgt voor verwarring en spanning binnen de federale regering. Vanuit Spanje werd gisterennamiddag het gerucht verspreid dat de Catalaanse leider op uitnodiging van N-VA kwam. Dat werd pas na enkele uren ontkend. Hoe dan ook verbood premier Charles Michel (MR) zijn ministers meteen, per sms, om contact op te nemen met Puigdemont. Dit weekend kwam het al tot een diplomatieke rel met Spanje nadat staatssecretaris voor Asiel Theo Francken (N-VA) verklaard had dat Puigdemont politiek asiel kon aanvragen in België.
INTERN VERDEELDE COALITIE
'Het beeld ontstaat dat België partij trekt voor Catalonië. Dat is enorm vervelend voor de regering, want eigenlijk klopt dat helemaal niet. Vraag is of Michel dit nog gekeerd krijgt'
POLITICOLOOG CARL DEVOS (UGENT)

Michel wil geen nieuwe confrontatie. Dat zou ons land Europees aangerekend worden. De regel daar is: bemoei je niet met interne politiek van andere lidstaten. "Het beeld ontstaat dat België partij trekt voor Catalonië", reageert politicoloog Carl Devos (UGent). "Dat is enorm vervelend voor de regering, want eigenlijk klopt dat helemaal niet. Vraag is of Michel dit nog gekeerd krijgt."

De coalitie is intern verdeeld over de Catalaanse zaak. De komst van Puigdemont dreigt de spanning nog op te drijven. Vicepremier Jan Jambon (N-VA) zei begin deze maand nog dat zijn hart bij Catalonië ligt. Voor de Vlaams-nationalisten is het zelfbeschikkingsrecht een heilig principe – terwijl de MR van premier Michel een onafhankelijk Catalonië alleen wil erkennen met de instemming van Spanje, en die zit er niet aan te komen. CD&V ziet Puigdemont evenmin graag arriveren. De christendemocraten werken Europees samen met de partij van Spaans premier Rajoy.
Meer dan waarschijnlijk zal Puigdemont politiek asiel aanvragen in België. Waarom hij voor ons land kiest, blijft vooralsnog onduidelijk. Mogelijk zette de uitspraak van Francken de deur op een kier. De rol van Brussel als hoofdstad van Europa zal ook meespelen, en sowieso was Michel het enige Europese staatshoofd dat het politiegeweld tijdens het Catalaanse referendum veroordeelde.
'PUUR TOEVAL'
Hoewel de regering verdeeld is, stuurt niemand aan op een crisis. Binnen N-VA doet men er alles aan om de boel te sussen. "De uitspraak van Francken dit weekend en de komst van Puigdemont zijn niet gelinkt", klinkt het op een kabinet. "Dat is puur toeval." N-VA heeft naar eigen zeggen geen contact met Puigdemont. "De partij moet op zoek naar een moeilijk evenwicht tussen haar liefde voor Catalonië en die voor centrumrechts”, analyseert Devos. "Francken heeft zich geprofileerd, voor de hele wereld, maar dat zorgt ook voor irritaties."
De regering heeft misschien één geluk: de kans dat Puigdemont hier als politiek vluchteling wordt erkend, lijkt klein. "In regel wordt een asielvraag van een andere Europese lidstaat niet in overweging genomen", verklaart Dirk Van den Bulck, hoofd van het Commissariaat-Generaal voor Vluchtelingen en Staatlozen (CGVS), dat de aanvragen behandelt. "Maar er zijn uitzonderingen." 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CHERLES MICHEL  DANS LA MOUISE 

L'arrivée de  Carles Puigdemont à Bruxelles est une catastrophe pour Charles  Michel. Le président catalan aurait rencontré l'avocat ouest flamand  Paul Bekaert spécialiste des dossiers de demande d'asile.
Clairement, le marais catalan s'installe en Belgique et plonge Charles Michel dans une situation totalement inconfortable. La N-VA jure ses grands dieux qu'elle n'y est pour rien et De Wever se tait dans toutes les langues. Cette situation rocambolesque donne l'impression à tous que la Belgique a pris parti pour l'indépendance contre le gouvernement espagnol. S'il devait effectivement demander asile à la Belgique, ce serait pire encore pour la Belgique qui se trouverait totalement isolée dans le paysage politique européen. Rappelons que Michel s'est rangé derrière Macron dans son intention de relancer le débat sur la construction européenne. Charles Michel va devoir venir s'expliquer devant le parlement. Ambiance en perspective.
Sale temps pour le fils de Louis l'Européen.
Le suspense demeure entier à l'heure où j'écris ceci.
MG

Carles Puigdemont, le ministre-président catalan déchu, serait à Bruxelles, selon la presse espagnole

Le Soir
Le procureur général de l’Etat espagnol a annoncé ce lundi la poursuite de Carles Puigdemont pour rébellion, sédition et malversation.


Carles Puigdemont ce samedi à Barcelone © EPA

Carles Puigdemont, le ministre-président catalan récemment déchu par Madrid est à Bruxelles. C’est ce qu’affirment ce lundi des sources au ministère espagnol de l’Intérieur après une information publiée dans le journal espagnol El Periodico et la chaîne de télévision La Sexta. Il serait en réunion avec des « dirigeants flamands ».
Le procureur général de l’Etat espagnol José Manuel Maza a annoncé ce lundi la poursuite de Carles Puigdemont et d’autres responsables de la déclaration unilatérale d’indépendance proclamée ce vendredi pour rébellion, sédition et malversation.
Pour rappel, ce week-end, Theo Francken avait créé la polémique en suggérant que Carles Puigdemont pourrait ne pas avoir droit à un «  procès équitable  » en Espagne. Il avait alors dit qu’il «  pourrait faire une demande d’asile politique à la Belgique  ».
Ces déclarations ont été qualifiées «  d’inacceptables  » par le porte-parole du Parti populaire au pouvoir en Espagne, Esteban Gonzalez Pons.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"À BRUXELLES AVEC DES "DIRIGEANTS FLAMANDS"

D'abord, de quels dirigeants flamands s'agit-il? De source gouvernementale, l’on confirme sous couvert d'anonymat que Carles Puigdemont serait en route vers la Belgique. Il serait question d’une réception privée par la N-VA, a appris l'agence Belga, sans obtenir ni confirmation, ni précision. L'embarras est palpable au sommet de l'Etat belge.
Tout ceci pue le coup monté par la N-VA. Mais dans quel but?
Caresser l'électorat flamand indépendantiste de droite dans le sens du poil? Certes! Faire tomber Charles Michel et son gouvernement? Précipiter l'organisation d'élections pour bénéficier du "buzz" indépendantiste? On ne tardera pas à avoir la réponse.
Ce jeu de poker menteur nous paraît totalement irresponsable.
En bonne logique, l'opposition réclamera la démission de Charles Michel. Crise gouvernementale garantie et crise de régime possible et profonde.
MG


PUIGDEMONT À BRUXELLES AVEC DES "DIRIGEANTS FLAMANDS"
La Libre

Selon le journal espagnol El Periodico, le leader catalan Carles Puigdemont serait à Bruxelles, momentanément, pour une réunion avec des "dirigeants flamands". Le but de cette entrevue : "maintenir des contacts politiques", d'après El Periodico.
Cette information a été confirmée par une source gouvernementale espagnole.
Vendredi, quelques heures après la proclamation d'indépendance votée au parlement catalan, le gouvernement espagnol a mis la région sous tutelle, au titre de l'article 155 de la Constitution, jamais utilisé jusqu'alors. Mariano Rajoy a dissous le parlement et convoqué des élections pour le 21 décembre. Il a destitué Carles Puigdemont et son équipe et la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a été désignée pour diriger la Catalogne.
Carles Puigdemont avait appelé samedi ses partisans à s'opposer pacifiquement. "Puigdemont est et restera le président" de la Catalogne, a renchéri le vice-président destitué Oriol Junqueras, dans une tribune publiée dimanche. Mais il n'a officiellement plus de pouvoirs, plus de signature, plus de fonds à distribuer.
Suite à ces décisions du gouvernement espagnol, Theo Francken avait a signalé que Carles Puigdemont pourrait faire une demande d'asile politique à la Belgique. Le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration s'est également demandé si M. Puigdemont - qui risque des poursuites pour "désobéissance" et malversation de fonds" pour avoir convoqué le référendum interdit du 1er octobre sur l'indépendance de la Catalogne, voire des poursuites pour "rébellion" - pourrait être assuré d'un procès équitable en Espagne.

lundi 30 octobre 2017

Francken et le coup de couteau dans le dos de Charles Michel


  
BÉATRICE DELVAUX
Alors que plusieurs centaines de milliers de Catalans et Espagnols défilaient dans les rues de Barcelone, Theo Francken soulignait que Carles Puigdemont pourrait demander l’asile chez nous. 

©PhotoNews

Mais quelle stupidité ! C’est la seule conclusion qu’on devrait tirer de la sortie du secrétaire d’Etat Theo Francken sur une hypothétique demande d’asile de l’indépendantiste Puigdemont et qui a plongé la Belgique ce dimanche dans le ridicule sur la scène internationale. Une sortie d’autant plus stupide qu’inutile. Theo Francken avait toutes les raisons de se taire sur ce coup-là : primo, le Premier ministre Charles Michel est le porte-parole d’une position nuancée sur l’affaire catalane qui satisfait par ailleurs la N-VA, secundo, cette attitude a mis la Belgique en situation délicate vis-à-vis du gouvernement espagnol, tertio, le secrétaire d’Etat n’est pas ministre des Affaires étrangères et surtout, la question de l’octroi de l’asile à M. Puigdemont n’est pas d’actualité.
Seulement voilà, Theo Francken n’est pas stupide. Et c’est en parfaite connaissance de cause qu’il a joué à l’un de ses jeux favoris : donner verbalement des gages aux nationalistes flamands, en se défendant après coup de tout acte fédéral fautif. Et tant pis pour les dégâts collatéraux causés à son Premier ministre, à son gouvernement et à son pays.
FAIRE PERDRE LA FACE À LA BELGIQUE
Pauvre Charles Michel ! Il n’est décidément pas remercié pour la mansuétude dont il fait preuve à l’égard de son secrétaire d’Etat – dont les dérapages ont fait l’objet de recadrages légers jamais suivis d’effets  –, voire pour les risques qu’il prend en adoptant des positions publiques qui abondent dans le sens des nationalistes flamands, que ce soit suR LE SOUDAN OU SUR LA CRISE CATALANE.
«  IL Y A UN PROBLÈME FRANCKEN  », écrivions-nous récemment. Avec la circonstance aggravante cette fois, que c’est la politique de son gouvernement qu’il déjuge, et que la fragilisation du Premier ministre et du gouvernement fédéral causée par ses sorties verbales , n’est plus confinée à l’espace belge, mais est exposée sur la scène européenne.
Ce week-end, Theo Francken a peut-être gagné des points chez ses ultras mais il a fait perdre la face à la Belgique et à Charles Michel.
Les Européens peuvent désormais penser que le positionnement courageux du Premier ministre belge - quasi seul à dénoncer les violences lors du référendum catalan et à lancer un appel au dialogue -, n’était pas le fait du chef d’un Etat qui a des convictions, mais d’un chef de gouvernement sous pression des nationalistes de son exécutif. Sur le fond, ils seraient aussi fondés à s’interroger : la Belgique soutient-elle les indépendantistes catalans contre le gouvernement espagnol et accepterait-elle subsidiairement, une demande d’asile de M. Puigdemont ?
Et donc non, Monsieur le Premier ministre, ce week-end, Theo Francken n’a pas «  mis de l’huile sur le feu  ». Il est sorti de son rôle, a manqué du sens des responsabilités et ce faisant, vous a planté un nouveau couteau dans le dos. L’histoire dira si c’est sur ordre de son parti. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BRAVO BEATRICE 

Une fois de plus, il convient de rendre hommage à la justesse d'analyse de Béatrice Delvaux, notre meilleure éditorialiste belge francophone.
Ceci confirme notre commentaire sur DiverCity: Comme Donald Trump, la N-VA ne roule que pour son électorat. Nous l'avons écrit déjà, nous le confirmons.
Mais il se trouve que ceci induit une situation nouvelle et intenable pour le gouvernement Michel et son patron. S'il ne vire pas Francken, Charles Michel perd toute crédibilité. S'il le sacrifie, il donne une carte rouge à l'homme le plus populaire de Flandre souvent désigné comme le successeur naturel de Bart De Wever et son favori.
Wait and see.
Suspense: nous allons découvrir très bientôt si Charles Michel est vraiment l'homme d'Etat qu'il aimerait tellement être. Son avenir politique risque bien de se jouer sur cette partie de poker menteur.
MG


Catalogne : retour sur trois jours de tensions maximales


Par   Blandine Le Cain  Figaro

CE QU'IL FAUT SAVOIR - Après la journée riche en événements de vendredi, les opposants à l'indépendance ont occupé le terrain dimanche. Si vous avez manqué certains développements ou avez du mal à comprendre où en est l'Espagne, voici un rappel des principaux éléments à retenir.
VENDREDI, MISE SOUS TUTELLE ET DÉCLARATION D'INDÉPENDANCE
• La Catalogne est désormais sous la tutelle de Madrid
Le gouvernement espagnol a été autorisé par le Sénat à intervenir directement dans la région dans des domaines qui ne lui sont habituellement pas réservés, au titre de l'article 155 de la Constitution. Vendredi soir, le premier ministre conservateur a annoncé la destitution du président catalan Carles Puidemont, la dissolution du Parlement régional, ainsi que l'organisation d'élections le 21 décembre.
Samedi, les décrets d'application de cette mesure exceptionnelle ont été publiés. Ils prévoient que Mariano Rajoy et la vice-première ministre, Soraya Sáenz de Santamaría, assument désormais les «fonctions et compétences» du président catalan, sans en avoir, donc, ni le titre, ni la charge. Les porte-feuilles de conseillers de la Généralité - l'équivalent de ministres - seront gérés par les membres du gouvernement de Mariano Rajoy.
• Le Parlement catalan a déclaré l'indépendance
Peu avant la validation formelle de la tutelle de Madrid par le Sénat, vendredi après-midi, les députés indépendantistes ont adopté une résolution déclarant que la Catalogne devient un État indépendant. Cette décision n'est évidemment pas reconnue par Madrid. De nombreux autres États européens ont également fait savoir qu'ils ne reconnaissaient pas cette déclaration et que la situation devait être gérée au sein de l'Espagne.
Pour rappel, la validation formelle de la mise sous tutelle de la région a été décidée après ce vote, mais elle avait été enclenchée bien avant, dès le 21 octobre.
» LIRE AUSSI - L'Espagne met sous tutelle une Catalogne proclamée indépendante
SAMEDI, L'OPPOSITION DE CARLES PUIGDEMONT
• Le président catalan destitué appelle à une «opposition démocratique»

Sans ouvertement s'exprimer sur sa destitution, Carles Puigdemont a dénoncé, dans une allocution télévisée enregistrée, «une atteinte contre la volonté des Catalans» avec l'article 155, contre lequel il appelle à une «opposition démocratique». Devant un drapeau catalan et un drapeau européen, l'indépendantiste a affirmé qu'il allait «continuer à travailler pour construire un pays libre», invitant les Catalans à «être patients, persévérants et d'avoir de l'espoir» et à refuser la violence.
• Des défenseurs de l'unité de l'Espagne manifestent à Madrid

Des milliers d'unionistes se sont rassemblés à Madrid, dans le cadre d'un rendez-vous fixé avant la mise sous tutelle et la déclaration d'indépendance, pour «défendre l'unité de l'Espagne» et dire «non» à la sécession de la région. Certains ont brandi des pancartes «Puigdemont en prison».
DIMANCHE, RASSEMBLEMENT ANTI-INDÉPENDANCE À BARCELONE ET MATCH DE FOOT
• Une manifestation unioniste à Barcelone
Les partisans du maintien de la Catalogne dans l'Espagne se sont rassemblés ce dimanche à Barcelone pour une manifestation à l'appel de l'association La Société civile catalane, qui défend le lien entre la Catalogne et l'Espagne. Avec succès puisque la police municipale a dénombré 300.000 personnes, la préfecture, 1 million, et les organisateurs, 1,3 million. L'appel était assorti de deux mots: «coexistence» et surtout «seny», le «bon sens» dont sont censés savoir faire preuve les Catalans. Au début du mois, le mot d'ordre de la manifestation organisée par l'association était déjà «Retrouvons le seny».

• Un match de foot emblématique
Dimanche après-midi se tenait un match de football hautement symbolique entre le Girona FC et le Real Madrid. Le premier est le club de cœur du président destitué Carles Puigdemont, qui fut maire de la ville de Gérone, commune séparatiste où s'est déroulé le match, de 2011 à 2016. Le Real Madrid compte de son côté Mariano Rajoy parmi ses fervents supporters, nombreux en Espagne. Il est par ailleurs directement lié à la monarchie espagnole dans son organisation. C'est le Girona FC qui a remporté la partie (2-1), suscitant une grande ferveur chez ses supporters, qui y ont vu un signe du destin.
• Et maintenant?
La question est dans toutes les têtes après l'activation de l'article 155 par le gouvernement central, qui a suspendu l'exécutif catalan et placé la Généralité sous administration directe de Madrid. Les autorités catalanes destituées vont-elles vouloir conserver leurs postes ou vont-elle laisser le gouvernement reprendre les choses en main? L'ex président Carles Puigdemont n'a pas été clair sur ses intentions. Il a appelé samedi à une «opposition démocratique» sans préciser plus amplement sa position. Une clarification est à attendre. L'ex vice-président a expliqué qu'il allait falloir prendre «des décisions difficiles». De son côté, le premier ministre Mariano Rajoy doit réunir lundi le Parti populaire, son mouvement, afin d'évoquer le cas catalan et les élections prévues au mois de décembre. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
POURQUOI JOUER AVEC LE FEU? 

Il existe des situations dites de win/win. Ici on a carrément affaire à un lose/ lose en raison de l'évidente médiocrité et surtout de l'obstination obtuse des deux protagonistes aussi différents l'un de l'autre que Quichotte et Pansa. Carles Puigdemont a voulu faire bouillir la marmite et il y est superbement parvenu tout en étant incapable de gérer le chaos qu'en apprenti sorcier il a déclenché. C'est pathétique. Carrément terrifiante, la rigidité de Mariano Rajoy renvoie inconsciemment à l'aveuglement franquiste.
Le bon sens-«Retrouvons le seny»- est du côté du peuple catalan.
Contrairement au peuplades belges, les Ibères ont le sang chaud et guère la passion du compromis. Ceci risque de leur coûter fort cher et aussi à notre chère Europe.
MG



dimanche 29 octobre 2017

Francken provoque la colère de Madrid, Michel lui dit de ne pas "jeter d'huile sur le feu"

Le Vif
Carles Puigdemont, le président destitué de la région de Catalogne, pourrait demander asile à la Belgique, a répondu le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) à une question posée par VTM Nieuws. Ce qui a aussitôt suscité la colère du parti conservateur au pouvoir en Espagne.

   
Theo Francken © ID
"Aucune demande n'a encore été déposée mais les choses évoluent rapidement. Nous verrons bien ce qui va se passer d'ici les heures ou les jours à venir", a déclaré le secrétaire d'Etat au micro de la VRT.
M. Francken s'est en effet demandé si M. Puigdemont pouvait être assuré d'un procès équitable, affirmant que le dirigeant séparatiste catalan pouvait se voir octroyer l'asile en Belgique s'il le demandait.
Une protection de la Belgique pour M. Puigdemont "n'est pas irréaliste lorsqu'on regarde la situation actuelle", a déclaré Theo Francken à VTM, rapporte encore l'AFP. "En regardant la répression de Madrid et les peines de prison envisagées, la question peut se poser de savoir s'il a encore une chance d'un jugement équitable", a-t-il ajouté.
"INACCEPTABLE"
Ces déclarations ont été jugées "inacceptables" par le porte-parole du Parti populaire (conservateur) au pouvoir en Espagne, le député européen Esteban Gonzalez Pons, relaye l'AFP.
Il s'agit de "graves accusations contre le système judiciaire espagnol" et en espérant qu'une "correction y sera apportée immédiatement", a-t-il déclaré, selon un communiqué de son parti. Theo Francken "a violé les principes de solidarité et collaboration loyale entre les pays membres de l'UE", dénonce aussi ce communiqué.
Le gouvernement espagnol menace de poursuivre M. Puigdemont en justice, en raison de la résolution d'indépendance unilatérale votée vendredi au parlement régional. Il a été officiellement destitué par Madrid de son poste de président de la région de Catalogne et risque des poursuites pour "désobéissance" et "malversation de fonds" pour avoir convoqué le référendum interdit du 1er octobre, voire des poursuites pour "rébellion" qui peuvent lui valoir en cas de condamnation jusqu'à 30 ans de prison.
Carles Puigdemont avait laissé entendre il y a quelques jours qu'une demande d'asile auprès d'une ambassade d'un pays européen était une possibilité pour lui.
"PAS JETER D'HUILE SUR LE FEU"
Alors que ses propos sont largement relayés par les médias espagnols, Theo Francken a souligné dmanche sur RTL-TVI qu'il n'avait absolument pas "invité" M. Puigdemont à introduire une telle demande, mais uniquement apporté une "réponse technique" à une question sur la possibilité pour le leader catalan de demander l'asile en Belgique.
Le Premier ministre Charles Michel a appelé son secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration à ne pas "jeter d'huile sur le feu".
Une éventuelle demande d'asile de M. Puigdemont n'est "absolument pas à l'ordre du jour", a précisé Charles Michel à Belga, réitérant son appel au dialogue entre les autorités espagnoles et catalanes.
Le Premier ministre n'avait dans un premier temps pas souhaité réagir aux propos de son secrétaire d'Etat, mais a rappelé que la crise politique en Catalogne ne pouvait être résolue que par le dialogue. "Nous appelons à une solution pacifique, dans le respect de l'ordre national et international", avait-il tweeté vendredi dernier.
Londres, Paris, Berlin ou l'Union européenne ont apporté leur soutien à Madrid dans cette crise politique.
"PAS INTELLIGENT"
Le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo n'a pour sa part pas apprécié les propos de Theo Francken. "Ce n'est pas intelligent de lancer des déclarations de ce genre", a-t-il indiqué. "De tels propos n'aident pas et ne constituent pas la position du gouvernement. Il est important de calmer les esprits plutôt que de les exciter", a ajouté le libéral flamand.
La cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, a de son côté appelé M. Michel à clarifier la position du gouvernement belge, "en ne se limitant plus à parler de dialogue entre l'Espagne et la Catalogne, mais en rappelant le nécessaire respect de l'Etat de droit, des règles constitutionnelles et des décisions de Justice".
"LE GENRE DE DOSSIERS QUI DEVRAIT ÊTRE ABORDÉ EN KERN"
Le ministre de la Justice, Koen Geens, a pour sa part plaidé sur VTM pour que ce genre de dossiers soit plutôt abordés par le conseil des ministres restreint (kern) et "examinés calmement".
"Je ne décide pas de l'asile, le kern non plus, le CGRA (Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides, ndlr) fait cela", a rétorqué M. Francken sur Twitter.
Interrogé sur RTL-TVI, le ministre-président wallon Willy Borsus (MR) a pour sa part indiqué qu'il n'était "pas favorable" à accorder l'asile à M. Puigdemont.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE CLASH DES CLACHES

"Démontrez que le chef du gouvernement belge réside bel et bien au 16 rue de la Loi, pas à l'Hôtel de Ville d'Anvers."
"Si vous avez un peu de respect, pour vous et pour une majorité de vos concitoyens, limogez Theo Francken. Vite."
DiverCity est pleinement en phase avec cet édito musclé.


CHER CHARLES MICHEL, QU'ATTENDEZ-VOUS POUR LIMOGER THEO FRANCKEN ?
Thierry Fiorilli
Rédacteur en chef du Vif/L'Express
Si vous avez un peu de respect, pour vous et pour une majorité de vos concitoyens, limogez Theo Francken. Vite.

Charles Michel et Theo Francken © Belga

Monsieur le Premier ministre, il est rare, je pense, qu'un journaliste prenne la plume pour s'adresser à vous. Pas pour solliciter une interview. Pour vous demander si, finalement, vous avez le pouvoir d'agir en cohérence avec ce que vous avez toujours proclamé incarner et avec ce que vous avez toujours affirmé défendre: des valeurs démocratiques, qui exigent que chacun soit traité avec le même respect, que les populistes (un terme dont vous affublez volontiers vos adversaires) ne paradent pas au faîte du pouvoir, que les règles ne soient pas contournées, surtout lorsqu'elles sont censées protéger les plus faibles, que les pyromanes soient empêchés de nuire, que la politique retrouve ce qui fait sa noblesse, que ceux qui y exercent ne suscitent pas que, ou pas majoritairement, le malaise, l'indignation et, je pèse mes mots, la honte.
Avez-vous ce pouvoir, au sein de votre gouvernement, vis-à-vis de vos partenaires, ou ne l'avez-vous pas, en définitive?
Si vous l'avez, j'ai la faiblesse de croire que, cette fois, il ne s'agit plus de recadrer votre secrétaire d'État à l'Asile et à l'Immigration. Il ne s'agit plus de lui demander de mesurer ses propos, de réfléchir à son humour, d'éviter de s'afficher, hilare bien sûr, avec des nostalgiques du IIIe Reich, j'en passe et des plus consternantes. Non, cette fois, il s'agit de lui signifier, à lui et à son président, que vous ne pouvez pas tout accepter. Que ça va faire la dixième fois, en trois ans de législature, qu'il tient des propos et pose des actes inacceptables pour vous, personnellement, pour votre parti et pour tous ceux, Flamands, Bruxellois et Wallons, qui ne mesurent pas la compétence d'une femme ou d'un homme politique aux chiffres qu'il peut afficher en termes d'humains dont il a nettoyé (un terme qui lui tient à coeur pour définir ses succès) les traces, qu'importe la manière, les motivations et l'attitude. Que quelqu'un qui enferme des enfants pour être certain qu'on pourra les renvoyer n'importe où, quelqu'un qui n'hésite pas à livrer des gens aux régimes qu'ils fuient, quelqu'un qui érigerait un mur, avec des barbelés, des miradors et des patrouilles avec chien, pourvu que personne sans valeur ajoutée (un terme que son président aime bien pour distinguer les communautés) n'entre encore sur nos terres, quelqu'un qui est en revanche prêt à ouvrir grand les bras et les portes à ceux qui, ailleurs, mènent le même combat autonomiste (par ailleurs tout à fait légitime) que le sien, parce que, argumente-t-il, il y a des risques de procès inéquitable qui leur pendent au nez, quelqu'un comme ça n'a définitivement pas sa place dans votre équipe, au sommet de notre pays.
Dites-nous que, vous et votre parti, et les ministres de votre famille politique, n'avez pas honte de le côtoyer, à cause de ses propos et de ses pratiques. Dites-nous que vous approuvez ce tri, sur le volet, des bons et des mauvais à qui accorder l'asile. Dites-nous que ce monsieur est seulement un peu trop spontané, mais que sinon vous êtes en phase avec son action, son comportement et ses discours. Dites-nous que vous en êtes fier. De son bilan aussi. Dites-nous que tous ceux dont le sang ne fait qu'un tour à chacune de ses saillies médiatiques et des révélations sur ses méthodes ne sont que des bien-pensants, des gauchistes, des jaloux, des pauvres d'esprit, des détails.
Si vous ne pouvez nous dire tout ceci, agissez. Prenez vos responsabilités. Et limogez Theo Francken. Et démontrez que le chef du gouvernement belge réside bel et bien au 16 rue de la Loi, pas à l'Hôtel de Ville d'Anvers. Je pense, sincèrement, que vous rendrez de la fierté à beaucoup plus de vos citoyens que vous n'en ferez monter aux barricades. Parce que vous prouverez que, dans votre pays, on ne se contente pas de communiquer son inquiétude devant la progression de la gangrène chez les voisins. On empêche qu'elle se propage chez nous aussi. Et donc, on n'accepte pas que ceux qui ressemblent furieusement à l'un de ses symptômes gouvernent, les mains et la langue complètement libres.
Si vous avez un peu de respect, pour vous et pour une majorité de vos concitoyens, limogez Theo Francken. Vite.

Jambon à Molenbeek: "le plan Canal porte ses fruits"


Le Vif
Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a défendu jeudi à Molenbeek, chiffres à l'appui, devant les sections bruxelloises de la N-VA, les bienfaits du plan Canal mis en place pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme dans huit communes de Bruxelles, ainsi qu'à Vilvorde. Le taux de criminalité à Molenbeek a baissé de 14,2% durant le premier semestre de cette année, comparé à la même période en 2016, s'est réjoui le vice-premier ministre N-VA.

Jambon à Molenbeek devant la N-VA locale: "le plan Canal porte ses fruits." © BELGA
"Nous n'allons pas dire que tous les problèmes à Molenbeek sont résolus mais un travail assidu et une bonne collaboration entre les différents niveaux ont porté leurs fruits", a-t-il dit.
Une évaluation par commune n'interviendra que durant le premier semestre de l'année prochaine mais dès jeudi soir, Jan Jambon a donné un bilan intermédiaire pour la commune de Molenbeek qu'il s'était engagé à "nettoyer".
La criminalité dans la zone de police Bruxelles-Ouest a baissé de 14,2% durant le premier semestre de cette année en comparaison avec la même période l'année passée. En 2016, ce taux avait baissé de 3% par rapport à 2015.
Le plan Canal a été mise en place par le gouvernement fédéral après les attentats de Paris en novembre 2015. Il est porté par le ministre de l'Intérieur et son collègue de la Justice Koen Geens.
A ce stade, '87 combattants étrangers' sont suivis dans la zone de Bruxelles-Ouest dont 15 combattants de retour, 9 qui souhaitaient partir vers les zones de combat et 18 suspectés de vouloir partir. Vingt-deux de ces combattants étrangers se trouveraient actuellement en Syrie ou en Irak alors que 23 autres sont probablement décédés. Enfin, sont également suivis dans la zone, 5 prédicateurs de haine et 2 'home(grown) terrorist fighters', ceux qui sont incités à passer à l'acte chez eux plutôt que de partir combattre au Moyen-Orient.
Dans le collimateur également, 14 habitants de Molenbeek susceptibles de succomber au radicalisme et nécessitant dès lors un accompagnement ont été, selon le ministre N-VA, décelés par les Cellules locales de sécurité intégrale (CSIL), qui recueillent les informations remontant des services locaux et sociaux.
Annonçant vouloir faire le ménage, Jan Jambon avait promis un contrôle administratif à Molenbeek, maison par maison. 11.000 maisons ont été contrôlées, inspections à l'occasion desquelles 1.539 personnes ont fait l'objet d'une admonestation administrative. 1.600 ASBL ont également été contrôlées dont 113 sont suspectées de faits criminels, 546 font l'objet d'une procédure judiciaire et 133 ont été dissoutes.
COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LES REVENANTS
SCHEPMANS/ "Il n’est pas question que la commune prenne en charge des returnees ou des radicalisés en Belgique. Ce sont des problématiques qui relèvent de la Justice, de l’Intérieur et des Communautés. Notre rôle à nous c’est d’assumer un rôle de prévention du radicalisme. Point".
Bravo! Et c'est qui qui les prend en charge alors ces charmants jeunes gens? Pourquoi  les appeler des "returnees" quand nous disposons en français du joli mot "revenant" pour désigner ces olibrius d'un genre très particulier.  En effet ces revenants revenus de tout sont un solide problème pour nos états de droit qui ne voient pas trop bien dans quelles catégorie juridique les enfermer.  Donc on ne les enfermera pas et ils prendront le maquis à Molenbeek ou au coeur du bas Schaerbeek ou d'Anderlecht. L'asbl anversoise qui est en odeur de sainteté auprès du  bourgmestre de la métropole et se fait fort d&radicaliser les "inradicalisables"  a trouvé un joli moyen se faire subsidier peinard par son ami Jambon.
« LEUR DONNER UN SENS POSITIF DE LEUR VIE EN BELGIQUE » Sarah Turine
Ce qui m’inquiète davantage, c’est de ne pas avoir d’informations à leur retour. Il faut permettre aux services de première ligne de la commune de se rendre vers ces jeunes et de leur proposer un accompagnement professionnel, psychologique, etc., pour leur permettre de donner un sens positif à leur vie en Belgique  », a expliqué Sarah Turine échevine écolo Sarah Turine qui n'est pas ravie de devoir travailler avec l'asbl proche  de de Wever.

MOLENBEEK RENVOIE JAN JAMBON À SES ÉTUDES
MATHIEU COLLEYN

415
POLITIQUE BELGELa commune s’oppose à la mise en œuvre du projet de prévention proposé par une ASBL anversoise.


Il y a de l’eau dans le gaz entre la commune de Molenbeek et le cabinet de Jan Jambon, ministre N-VA de l’Intérieur. Pomme de discorde : la fameuse ASBL anversoise chargée de mener à bien le projet We Love BXL.
Cette ASBL veut mener, à Molenbeek, un programme de valorisation des jeunes (par le sport, la culture, etc.) qui a fait ses preuves à Anvers. Le gouvernement fédéral entend la soutenir dans le cadre de sa politique de déradicalisation.
Le choix fut dirigé vers la commune de Molenbeek pour les raisons qu’on imagine, mais également parce qu’un local approprié y est facilement libérable. Le ministre Jambon a dégagé un budget de 100 000 euros pour lancer le projet. Celui-ci a pour ambition d’attirer des "sponsors" privés afin de développer son action à Molenbeek et dans toute la Région bruxelloise.
Cette initiative eut le don de susciter des réactions vives alors qu’un tissu associatif est déjà à pied d’œuvre à Molenbeek et que la N-VA ne manque jamais l’occasion de diriger les projecteurs vers la commune perçue malgré elle comme un terreau du djihadisme européen.
La mise en route du nouveau projet doit faire cependant l’objet d’une convention tripartite ASBL/Commune/Intérieur. Et c’est ici que le bât blesse. La commune de Molenbeek-Saint-Jean vient en effet de refuser le projet d’accord déposé par le cabinet de Jan Jambon, nous apprend la bourgmestre Françoise Schepmans (MR). "Nous avons un a priori très positif par rapport à ce projet qui s’est révélé très séduisant lors de sa présentation, par sa responsable Sihame El Kaouakibi, à la commune et aux éventuels partenaires privés, précise-t-elle. Cependant il est très important pour nous qu’un partenariat intervienne avec les autres associations qui fournissent déjà un travail de prévention important sur le terrain." Une dimension visiblement absente du texte proposé par le cabinet Jambon.
PRÉVENTION PUNT AAN DE LIJN
"Les discussions pour aboutir à cette convention sont toujours en cours, répond la porte-parole de Jan Jambon. Mais il est de toute façon très clair que l’intention de Madame El Kaouakibi est de collaborer avec les autres acteurs…" En attendant qu’un accord intervienne, la bourgmestre Schepmans exprime une autre crainte : "Il n’est pas question que la commune prenne en charge des returnees ou des radicalisés en Belgique. Ce sont des problématiques qui relèvent de la Justice, de l’Intérieur et des Communautés. Notre rôle à nous c’est d’assumer un rôle de prévention du radicalisme. Point".
Mathieu Colleyn


Theo Francken serait prêt à accorder l'asile politique à Puigdemont


Le Vif
Le secrétaire d'Etat à l'asile et à la migration Theo Francken a déclaré ce week-end que Carlos Puigdemont serait le bienvenu en Belgique s'il demandait l'asile politique. Une annonce claire, au contraire du discours modéré de Charles Michel qui prône le dialogue entre Madrid et Barcelone.

   Sur le plateau de la chaîne flamande VTM, le secrétaire d'Etat a estimé que la Belgique pourrait accorder l'asile politique au leader catalan. De cette volonté d'indépendance commune, l'homme politique flamand tient à soutenir ses amis indépendantistes. Selon lui, " un juge belge devra décider. Il y a aussi la procédure d'asile. S'il reçoit l'asile, il sera difficile de l'extrader vers l'Espagne. Notre droit l'en empêche".

En effet, le parquet général espagnol souhaite poursuivre Carlos Puigdemont pour rébellion, un délit passible de 30 ans de prison en Espagne. Il ne serait donc pas impossible de voir le leader s'extrader vers un autre pays plus accueillant. Le secrétaire d'Etat se demande également si Puigdemont aura droit à un procès équitable. " Quand on voit la situation, la répression depuis Madrid et les peines de prison dont on parle, on peut se demander s'il aura un procès équitable. Maintenant, cela nous mettrait une situation diplomatique compliquée avec l'Espagne", admet Theo Francken. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PROVOCATION 

Francken est un provocateur supérieur qui s'inspire de la méthode Trump: "Je ne m'exprime que dans l'intérêt de mon propre électorat et je ne m'adresse qu'à lui.
Il n'agit sûrement pas sans l'aval de Bart De Wever, le grand manitou de la NVA, et il met évidemment dans un grand embarras son premier ministre Charles Michel.  ‘Het is niet onrealistisch’, zegt Theo Francken (N-VA), staatssecretaris voor Asiel en Migratie. ‘Het is niet aan mij om een welkomstcomité te organiseren, dat zou er wel wat over zijn, maar als Catalanen asiel aanvragen in België dan is dat volgens de wet mogelijk. En dan zal hun asielaanvraag zoals alle andere asielaanvragen op een objectieve, correcte en onafhankelijke manier bekeken worden, wat de Spanjaarden daar ook van mogen vinden.’ Cette déclaration dominicale tonitruante risque de faire grand bruit dans  le landerneau politique belge.
MG


FRANCKEN: ‘SLUIT NIET UIT DAT PUIGDEMONT ASIEL AANVRAAGT IN BELGIË
De Standaard 

De afgezette Catalaanse minister-president Carles Puigdemont kan bij ons politiek asiel aanvragen. Dat heeft staatssecretaris voor Asiel en Migratie Theo Francken gezegd aan VTM Nieuws.
De euforie van vrijdagmiddag is helemaal weg bij Carles Puigdemont, want niet lang na de stemming voor onafhankelijkheid werd de Catalaanse minister-president afgezet door de Spaanse premier Mariano Rajoy. Die laatste dreigt er nu zelfs mee om Puigdemont te vervolgen, want in Spanje staat in de grondwet dat het strafbaar is om je als deelstaat af te scheuren.
Als het zover komt, is België een mogelijke uitweg voor Puigdemont. Want ons land is een van de weinige Europese landen waar Europeanen zelf asiel kunnen aanvragen. ‘Het is niet onrealistisch’, zegt Theo Francken (N-VA), staatssecretaris voor Asiel en Migratie. ‘Het is niet aan mij om een welkomstcomité te organiseren, dat zou er wel wat over zijn, maar als Catalanen asiel aanvragen in België dan is dat volgens de wet mogelijk. En dan zal hun asielaanvraag zoals alle andere asielaanvragen op een objectieve, correcte en onafhankelijke manier bekeken worden, wat de Spanjaarden daar ook van mogen vinden.’
Spanje kan dan om de uitlevering van Puigdemont vragen om hem te kunnen vervolgen. ‘Dan begint een hele juridische procedure’, zegt Francken. ‘Dan is het aan een rechter van de burgerlijke rechtbank om te beslissen. Als hij effectief asielbescherming krijgt omdat hij een politiek vluchteling is, zal het niet eenvoudig zijn om hem uit te leveren aan Spanje. Het Europese recht primeert.’



samedi 28 octobre 2017

L’indépendance de la Catalogne? Une fuite en avant


BÉATRICE DELVAUX LE SOIR
Après la déclaration d’indépendance par le parlement catalan ce vendredi, seul le chaos est prévisible...    


   ©Reporters
Les indépendantistes catalans ont opté pour la radicalité et ce qui s’apparente aujourd’hui à une aventure sans stratégie, dont personne, pas eux plus que les autres, ne sait où elle va mener, quels trophées elle peut leur apporter et surtout l’ampleur des dégâts qu’elle va causer.
Les embrassades, les cris de joie et les pleurs de ceux – des jeunes surtout – qui pensent que leur bonheur est dans cette marche forcée vers l’indépendance, sacraient ce vendredi Puidgemont et les siens comme des héros – des jusqu’au-boutistes qui font ce qu’ils ont promis. L’écrivain belge Grégoire Polet avait raison d’évoquer cette semaine dans le Soir  », « l’irrationalité  » du processus catalan et d’un gouvernement «  qui ne suit plus une politique mais une mystique : les Catalans risquent de chercher, à défaut d’une victoire, le salut dans le pire. Et faire appel à la dignité des martyrs  ». Plutôt mourir debout que de plier sous les concessions : il y a de cela dans le bras d’honneur fait ce vendredi à Madrid.
Cinq minutes de courage politique ou de perte du sens des responsabilités ? Puidgemont avait le choix entre la pureté de l’idéal – la déclaration d’indépendance – ou la raison – la convocation d’élections régionales anticipées. Celles-ci auraient permis de « relégitimer » les choix posés par tous les Catalans, et non par la majorité frelatée invoquée aujourd’hui par les ultras pour valider leur déclaration unilatérale.
Placé devant la même équation, le Premier ministre grec Tsipras avait opté à l’époque pour la responsabilité de l’homme d’État en assumant le plan d’austérité qui maintenait la Grèce dans l’Union européenne, au risque de passer pour un traître aux yeux de son peuple. Puidgemont a fait vendredi le choix inverse, décidant en bout de course de ne faire aucune concession à son but final.
Créon ou Antigone ? Perpétuel dilemme…
Et maintenant ? Seuls le chaos et une confrontation terrible sont certains. Madrid paye son refus d’entendre à temps les revendications d’une minorité catalane. Mais il n’y a en fait que des perdants dans cette mauvaise pièce exhibée aux peuples d’Europe qui doivent savoir qu’il n’y a rien à gagner dans ces replis nationalistes qui les privent des moyens de lutter à armes égales contre les vrais destructeurs d’identité (la globalisation, la financiarisation). D’autant que l’Union européenne offre des marges suffisantes pour permettre aux différentes « nations » de se développer sans faire sécession.
Unis dans la diversité : s’il y a un échec pour l’Europe dans cette affaire espagnole et catalane, c’est dans le coup porté à ce principe fondamental, et dont on ne mesure pas encore aujourd’hui la possible contamination. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L'AFFRONTEMENT DES EGOS 

"Mais il n’y a en fait que des perdants dans cette mauvaise pièce exhibée aux peuples d’Europe qui doivent savoir qu’il n’y a rien à gagner dans ces replis nationalistes qui les privent des moyens de lutter à armes égales contre les vrais destructeurs d’identité (la globalisation, la financiarisation)"
Comme toujours, la pédagogie de Béatrice Delvaux fait merveille. Elle  analyse au plus juste et propose la meilleure des synthèses possibles: en citant l'’écrivain belge Grégoire Polet : « l’irrationalité  » du processus catalan et d’un gouvernement «  qui ne suit plus une politique mais une mystique : les Catalans risquent de chercher, à défaut d’une victoire, le salut dans le pire. Et faire appel à la dignité des martyrs  ». Les egos de deux homme bornés s'affrontent: celui du leader échevelé à la Sancho Pansa des Catalans exaltés et celui d'un premier espagnol  borné jusqu'à l'obstination à la dégaine de Don Quichotte.  Fermons les yeux: imaginons, une minute seulement, Geert Bourgois proclamant un "Good Bye Belgium" unilatéral après avoir organisé en Flandre un vague referendum bricolé à la diable...Discours courroucé de Philippe et envoi d'une sorte de duc d'Albe en Flandre armé d'un 155  pour rétablir l'ordre monarchique. Tout peut arriver. Comment exécuter la tutelle sans recourir à la force?
Rouvrons les yeux et réjouissons-nous, malgré, de nous retrouver dans un royaume de Belgique, certes bancal, mais où la légalité constitutionnelle a toujours eu le dernier mot: "le roi, la loi, la liberté".
MG





vendredi 27 octobre 2017

Veine de cocu


Par Laurent Joffrin — 25 octobre 2017 à 20:46 Libé 



Satanés baby-boomers… Ils ont tout eu. Vont-ils en rendre un peu ? C’est un fait que la génération née après la guerre, qui arrive aujourd’hui à l’âge de la retraite sans pour autant abandonner son illusion d’éternelle jeunesse, a bénéficié de ce qu’on appelait dans le temps une veine de cocu. Une jeunesse dans une société en reconstruction, pleine d’optimisme, portée par le progrès matériel et la victoire des démocraties ; une adolescence protégée qui s’est brusquement émancipée ; un chômage inexistant à l’entrée du marché du travail ; un niveau de vie en augmentation constante ; une libération sexuelle éclose pendant la «parenthèse enchantée», entre l’introduction de la pilule et l’apparition du sida ; une impressionnante révolution culturelle et technologique source d’autonomie individuelle… Bref un monde sans cesse plus prospère, plus ouvert sur la planète et sur le champ des possibles. On oublie bien sûr le passif du bilan, des conflits angoissants, les duretés du travail dans les années 60 et 70, les vertiges d’un individualisme sans entrave, la menace nucléaire omniprésente, les rigidités d’une société hiérarchique, la petite police des corps et des mœurs, exaspérante, qu’il a fallu secouer. Mais l’un dans l’autre, aucun baby-boomer, on peut le supposer à bon droit, n’aurait aimé vivre à une autre époque. Et sur le plan économique, le fait est irréfutable : les retraités d’aujourd’hui, baby-boomers d’hier, ont un pouvoir d’achat en moyenne supérieur à celui des salariés en exercice, garanti pour de longues années puisque l’espérance de vie a connu un bond prodigieux en quelques décennies. Cette chance, autrement dit, vaut bien quelques efforts de solidarité intergénérationnelle. A l’automne d’une vie en moyenne favorisée, on peut tendre la main à ceux qui vivent un printemps difficile. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA «PARENTHÈSE ENCHANTÉE» 

Baby boomer je suis, baby boomer je reste. Oui, ma génération est née le cul dans le beurre et mourra les fesses dans la margarine. Non il n'y eut jamais meilleure époque et meilleur endroit pour naître.
Rien ne sera plus jamais aussi  bandant que les trente glorieuses et on ne sait pas ce qui nous attend après les trente calamiteuses.
Qu'on se le dise, entre pépés râleurs du muppet show.!
A bon boomeur grincheux, salut.
MG


Pascal Smet renonce à rebaptiser la station Anneessens en Toots Thielemans

Le Soir
Par Belga

   

Le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SP.A) a décidé de renoncer à son projet de rebaptiser l’actuelle station de métro Annessens, au coeur de la capitale, en lui donnant le nom de Toots Thielemans, du nom du jazzman décédé en août 2016. Il a décidé d’en revenir à celui de donner le nom de l’artiste à la future station à créer sous la place de la Constitution, non loin de la gare du Midi.
L’annonce du changement de nom de la station Anneessens, avait provoqué des réactions négatives, notamment d’habitants du quartier qui porte le même nom que la station, et de représentants politiques locaux. Lundi dernier, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) s’était montré très prudent à propos de ce projet, souhaitant l’organisation d’une concertation.

«Le quartier affecté par la nouvelle»
«Au cours de ces derniers jours, une partie du quartier Anneessens a été affectée par cette nouvelle, et le projet menaçait de diviser plutôt que d’unir. Comme ce n’était pas dans l’esprit Toots Thielemans, il a été décidé en concertation avec Madame Thielemans et la Fondation Privée Toots Thielemans de s’abstenir de renommer la station Anneessens», a annoncé jeudi Pascal Smets, par voie de communiqué.
Le ministre a ajouté que la Région en revenait par conséquent à l’idée première de nommer la nouvelle station de métro à construire à la place de la Constitution à la fin de l’avenue Stalingrad du nom de l’artiste qui est né et a passé une partie de sa vie dans le quartier, tout proche, des Marolles. Pour la conception de la station, une scénographie modifiée sera demandée.
Selon le ministre, on n’attendra cependant pas l’ouverture de la station, en 2023, pour rendre hommage au musicien de renommée mondiale aujourd’hui disparu. Sur place, un hommage sera déjà rendu à Toots Thielemans sur l’espace public, dans ce quartier, quand les travaux commenceront, en 2019.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ANNEESSENS, HEROS PATRIOTIQUE

Ce pauvre Pascal Smet originaire de Beveren Waas (Oost Vlaanderen)
parachuté à Bruxelles  par Steve Steevaert semble ignorer combien ce brave Anneessens est cher au coeur des Bruxellois.
Responsable de la mobilité des Travaux publics et des Taxis au sein du gouvernement bruxellois, Pascal Smet s'est fait remarquer en adoptant une position plutôt favorable à l'élargissement de la Région de Bruxelles-Capitale, une des solutions avancées par les francophones aux problèmes de la région.
À la suite des élections régionales belges de 2009, et la constitution du Picqué IV sans le sp.a, il devient, en juillet 2009, ministre du Gouvernement flamand, chargé de la Jeunesse, de l'enseignement, l'égalité des chances et de Bruxelles.
À la suite des élections régionales de juillet 2014, le sp.a fait à nouveau partie du gouvernement bruxellois et il redevient Ministre de la Mobilité et des Travaux publics en Région de Bruxelles-Capitale avec 609 voix de préférence. Ce qui montre qu'il faut peut de voix à un élu flamand pour devenir ministre dans la Région de Bruxelles. capitale. Quand nos hommes politiques comprendront-ils qu'une concertation participative est nécessaire avec les riverains avant tout effet d'annonce intempestive.
MG

FRANS ANNEESSENS à Bruxelles et baptisé à l'église de Sainte-Catherine le 25 février 1660, fabricant de chaises en cuir d'Espagne, doyen de la Nation de Saint-Christophe, élu doyen du corps de métier des Quatre Couronnés, corporation réunissant les sculpteurs, les tailleurs de pierre, les maçons, les ardoisiers et les chaisiers. Il fut également chef-doyen (overdeken)1 du Grand Serment des Arbalétriers et syndic de la Nation de Saint-Nicolas. Accusé d’être le principal instigateur des émeutes qui ont eu lieu à Bruxelles en 1717, il est arrêté sur ordre du marquis de Prié, gouverneur des Pays-Bas autrichiens et, après procès, exécuté en public sur la Grand-Place en 1719.
En 1713, à la suite de la guerre de Succession d'Espagne et au traité d'Utrecht qui y met fin, les provinces des Pays-Bas du sud dont l’ancien duché de Brabant, passent de la domination espagnole, à celle de l’Autriche.
La guerre qui durant plus de dix ans a opposé la plupart des nations de l’ouest de l’Europe et dont certaines batailles ont eu le Brabant pour cadre (bataille de Ramillies), a épuisé les ressources. L’économie est en piteux état, pour entretenir leurs armées, les princes ont largement sollicité les populations. Le nouvel état doit compter avec les garnisons hollandaises cantonnées au sein de huit places fortes sur son territoire dont il doit assurer l’entretien et avec les flottes hollandaises et anglaises qui en bloquant l’Escaut et en appliquant des droits de douanes exagérés, asphyxient les villes commerçantes des Flandres et du Brabant, sans compter avec les soldats démobilisés qui se livrent au pillage.
À la fin de 1716, le marquis de Prié, ministre plénipotentiaire qui fait fonction de gouverneur au nom de l’empereur Charles VI, impose de nouvelles taxes et impôts aux villes qu’il gouverne, il remet en cause les droits et privilèges qui leur ont été accordés.
SOULEVEMENT DE 1717
Au début de l’année suivante, des troubles éclatent dans plusieurs villes dont Gand et Anvers, puis Malines, mais c’est à Bruxelles que les réactions sont les plus fortes. Les Nations, l'ensemble des doyens des 49 métiers de la ville, refusent d'obtempérer aux demandes d'impôts adressées aux États de Brabant. Les doyens, conduits par François Anneessens, s'appuient sur des documents faisant état des privilèges de la ville, dont une déclaration datée de 1481 qui défend d’obéir aux ordres contraires à ces mêmes privilèges.
Des émeutes ont lieu, le marquis recule tout d’abord devant leur intensité, ce qui a pour effet d’enhardir la population la plus misérable qui se livre au pillage. Grâce à des renforts de troupe et au soutien d’une partie de la bourgeoisie qui a pris peur face à l’insurrection, les troupes impériales reprennent le contrôle de la ville. La répression est dure, de nombreuses personnes sont arrêtées et expulsées, certaines marquées aux fers, des pillards sont pendus. Les doyens sont contraints de payer l’impôt. En mars 1719, plusieurs d’entre eux sont arrêtés et bannis après confiscation de leurs biens. François Anneessens est enfermé dans la tour d’Angle, vestige de la première enceinte de la ville, qu’on désigne depuis également sous le nom de tour Anneessens.
Même après sa condamnation, Anneessens continue de proclamer son innocence. Il est décapité sur la Grand-Place, au mois de septembre 1719, à quelques mètres du no 19, maison de la Corporation des Quatre Couronnés dont il était le doyen.
Quelque temps plus tard, le marquis de Prié écrit au prince Eugène de Savoie : « Tout le monde convient que le respect et l'obéissance n'ont jamais été dans cette ville au point qu'ils le sont présentement. Le calme règne de même dans toutes les autres villes du pays, où la populace se tient fort en repos, et n'a fait le moindre mouvement après qu'elle a été intimidée par cette exécution (celle d'Anneessens). Ainsi l'on peut dire que cette même ville, qui a donné le scandale, a servi aussi d'exemple à tout le pays, qui profitera beaucoup dans la suite pour le service de Sa Majesté, et pour établir d'autant plus l'autorité du gouvernement ».
Anneessens est inhumé dans l’église Notre-Dame de la Chapelle.
Au XIXe siècle, la Belgique, devenue un état indépendant, fait de François Anneessens un héros patriotique. On le présente comme un résistant face au despotisme autrichien au même titre que les comtes d’Egmont et de Hornes, décapités pour avoir défendu, eux aussi, les droits et les privilèges de leur pays contre le despotisme espagnol. Des livres sont publiés qui décrivent la noblesse et la dignité du personnage devant la mort. On lui prête une attitude héroïque, refusant de demander pardon à ses juges : « Jamais ! Je meurs innocent ! Que ma mort expie mes péchés et puisse être utile à mon pays ! ».
Une plaque commémorative est placée dans la chapelle du Saint-Sacrement où il est inhumé, laquelle rappelle qu’il fut décapité pour avoir défendu nos libertés communales.
Son nom est donné à une rue de la ville, ainsi qu’à l’ancienne place du Vieux Marché, lequel est transféré place du Jeu de Balle dans les Marolles. On y érige un monument, œuvre du sculpteur Thomas Vinçotte (1889) qui représente Anneessens debout devant ses juges, les mains liées, écoutant le jugement qui le condamne à la mort.

jeudi 26 octobre 2017

« Les abeilles sont menacées d’extinction en Europe »

   Le Monde
Trois députés européens socialistes expliquent dans une tribune au « Monde » qu’il faut interdire totalement les néonicotinoïdes en Europe et structurer la filière apicole en favorisant la professionnalisation des métiers de l’apiculture et de l’apidologie.
Par Éric Andrieu (Député européen socialiste), Guillaume Balas (Député européen socialiste) et Jean-Paul Denanot (Député européen

Tribune. Prolongeant le discours de ses agences sur l’inocuité du glyphosate, la Commission européenne, dans un rapport publié le 10 octobre, a estimé que « si les pesticides sont utilisés conformément aux conditions d’utilisation autorisées, ils n’ont aucun effet nocif avéré sur la santé humaine et animale, ni aucun effet inacceptable sur l’environnement ».

Pourtant il y a urgence ! Premières victimes des pesticides, particulièrement des insecticides néonicotinoïdes, les abeilles sont menacées d’extinction en Europe. Le taux de mortalité atteint jusqu’à 80 % dans certaines ruches d’Europe.
La chute inquiétante des populations de pollinisateurs a du reste amené la même Commission européenne à émettre en 2013 un moratoire de deux ans sur trois néonicotinoïdes (insecticides agissant sur le système nerveux des abeilles) et proposer en juin leur interdiction : la clothianidine, le thiamethoxame et l’imidaclopride.
Ces substances sont commercialisées par l’allemand Bayer et le suisse Syngenta, cette fameuse multinationale de l’agrochimie qui a échappé à toute sanction judiciaire demandée par l’Union nationale des apiculteurs français au tribunal correctionnel de Paris le 14 décembre 2016.
IL MANQUE 13 MILLIONS DE RUCHES EN EUROPE
Le « syndrome d’effondrement des colonies » observé depuis les années 1990 a des impacts sur le secteur apicole mais plus largement sur l’ensemble de la biodiversité. Indispensables pour l’agriculture, les abeilles pollinisent 84 % des cultures européennes et 4 000 variétés de végétaux. En Chine, l’usage intensif des pesticides a entraîné la quasi-disparition des abeilles et les paysans secouent les arbres fruitiers pour tenter de reproduire de manière artificielle ce que la nature n’est plus capable de faire.
PLUTÔT QUE DE TERGIVERSER SUR LES PESTICIDES, COMME IL LE FAIT ACTUELLEMENT, LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS FERAIT MIEUX D’INTERVENIR À BRUXELLES POUR FAIRE INTERDIRE TOTALEMENT LES NÉONICOTINOÏDES EN EUROPE
Si nous n’y prenons garde, l’Europe risque de devoir rapidement en arriver aux mêmes extrémités, entraînant un surcoût pour les agriculteurs, déjà fragilisés économiquement. Il manque actuellement 13 millions de ruches en Europe pour favoriser la pollinisation.
Le repeuplement de l’abeille est essentiel pour l’avenir de notre agriculture. Plutôt que de tergiverser sur les pesticides, comme il le fait actuellement, le gouvernement français ferait mieux d’intervenir à Bruxelles pour faire interdire totalement les néonicotinoïdes en Europe, exiger une stricte application du règlement européen 1107/2009 en matière d’homologation des produits phytosanitaires et combler le vide juridique pour pouvoir faire condamner les multinationales de l’agrochimie, coresponsables du dépeuplement de l’abeille.
Mais nous devons aller plus loin !
Des moyens supplémentaires pour la recherche
Il est essentiel de mettre en place une stratégie européenne qui permette d’éradiquer certains parasites, bactéries, microchampignons et prédateurs sans recourir à l’utilisation massive de pesticides. Cela passe par des moyens supplémentaires alloués à la recherche sur les causes possibles de la disparition des abeilles et les possibilités de développer des populations plus résistantes.
Il est par ailleurs essentiel de structurer la filière apicole en favorisant la professionnalisation des métiers de l’apiculture et de l’apidologie, notamment par une formation diplômante. Cela passe, enfin, par une politique de sensibilisation auprès des acteurs agricoles sur le rôle essentiel de l’abeille et les usages de précaution à développer.
Ne nous y trompons pas, le déclin des abeilles est symptomatique d’une vision à court terme et intensive de l’agriculture qui n’a que trop duré. A l’heure où le nouveau président de la République barguigne sur les questions environnementales et agricoles, et où le débat sur la future PAC post-2020 a commencé, nous appelons de nos vœux un changement de modèle agricole, favorisant la diversification des productions, limitant les intrants chimiques et par là même préservant les abeilles, la biodiversité et avec elles l’avenir de nos agriculteurs. 





NO COMMENT

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/19/les-abeilles-sont-menacees-d-extinction-en-europe_5203274_3232.html#ZWwc7k3wsBUc3asG.99

mardi 24 octobre 2017

Feu vert à la location d'un immeuble pour les migrants en transit


Philippe Close. © Belga 


Le Vif
Source: Belga
Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné son feu vert, lundi en fin de journée, à une large majorité, à la location par la Ville de Bruxelles d'un immeuble et à la mise à disposition de celui-ci à des associations prêtes à organiser l'accueil de migrants durant l'hiver.

L'immeuble dont question est situé dans le complexe Blue star acquis tout récemment par Citydev, à Haren, dans le but de créer une école des métiers de la sécurité en Région bruxelloise. A terme, le bâtiment de sept étages et de quelque 3.600 m2 est voué à la démolition. Il sera disponible du 1er novembre prochain au 30 avril 2018 dans le cadre d'un bail d'occupation à titre précaire. Le loyer consenti par la ville est de 73.743 euros. Les charges forfaitaires ont été fixées à 18.825 euros.
Le centre d'accueil et d'orientation sera géré par des ONG dont Médecins du monde et la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés.
Ecolo, le cdH, et DéFI ont rejoint la majorité socialiste libérale dans son soutien au projet. Le sp.a et le CD&V se sont abstenus. La N-VA a voté contre.
L'immeuble ne sera peut-être pas occupé par des migrants dès le 1er novembre en raison des aménagements provisoires encore à y effectuer.
Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a souligné que celle-ci prenait ses responsabilités. Il a invité les autres communes et institutions à lui emboîter le pas.
Interrogé ensuite par Catherine Lemaître (Ecolo) et Marie Nagy (DéFI/indépendants) sur les circonstances de l'opération de contrôle menée le 15 octobre dernier au parc Maximilien à une heure où les réfugiés viennent au contact de familles d'accueil, Philippe Close a dit ne pas croire que la police avait voulu piéger ceux-ci. Selon lui, l'opération a débouché sur l'interpellation de onze personnes en séjour illégal. Sept d'entre elles ont été remises en liberté avec ordre de quitter le territoire dans les heures qui ont suivi, les quatre autres ont été placées en centre fermé.
Les contrôles ont été suspendus dans l'attente de la décision de la prise en location de l'immeuble par la Ville. "Mais il y en aura encore, car il n'est pas question de laisser le parc Maximilien, dont les habitants se plaignent d'être privés, devenir une zone sans contrôle. Il importe de trouver un équilibre entre contrôle et hébergement", a encore dit le bourgmestre. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BRAS DE FER 

Soyons clair, les socialistes prennent systématiquement le contrepied des initiatives N-VA et inversement. C'est de bonne guerre et surtout de bonne tactique électorale, d'un côté comme de l'autre. Reste le problème objectif, celui de réfugiés qui ne veulent pas demeurer en Belgique, refusent d'y demander l'asile et cherchent un moyen de passer à tout prix  en Angleterre. Ils sont, de facto, en train d'installer "un second Calais" à Bruxelles.
Les aider c'est, de fait donner un signal à d'autres à venir les rejoindre à Bruxelles (la thèse Francken). Ne pas les aider et les traquer n'est en effet pas particulièrement humain (la thèse Ps).
De formidables bras de fer en perspective.
"Pour la plupart Érythréens, Éthiopiens et Afghans, ils sont aujourd'hui près de 700 à errer dans les forêts autour de la zone des Dunes qui entourent Calais et près de la rocade qui mène au port. Conséquence: le gouvernement fait face à une triple grogne. Celle des associations, qui dénoncent des conditions de vie indignes pour les migrants ; celle des policiers, qui attendent des moyens supplémentaires pour faire face ; celle des Calaisiens, enfin, et tout particulièrement des professionnels du transport qui menacent de bloquer à nouveau la rocade si le gouvernement ne fait rien pour stopper ces intrusions dans les camions" ...
Le Brexit rend très difficile tout compromis avec le Royaume Uni qui refuse catégoriquement de les accueillir sur son sol.
MG


FRANCKEN SUR LE CENTRE D’ACCUEIL POUR LES MIGRANTS: «NOTRE GOUVERNEMENT PREND SES RESPONSABILITÉS»

Par C.Bk (Le Soir) avec Belga
Selon lui, cela va créer un « appel d’air » de criminalité dans les parkings de la E40 vers la Côte, où se trouvent d’« autres migrants » qui vivent dans l’insécurité.
Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné son feu vert, lundi en fin de journée, à une large majorité, à la location par la Ville de Bruxelles d’un immeuble et à la mise à disposition de celui-ci à des associations prêtes à organiser l’accueil de migrants durant l’hiver. Karine Lalieux (PS) pointait du doigt le gouvernement fédéral «  qui ne fait rien  » pour accueillir les migrants en transit à Bruxelles.
Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration a tenu à réagir à cette initiative. «  Notre gouvernement prend ses responsabilités pour ceux qui demandent l’asile. Ces migrants-là ne le demandent pas, ils ne veulent pas rester en Belgique mais veulent aller en Angleterre  ». «  Le jour même où un migrant demande l’asile, il a un lit, un pain et un bain, comme tout le monde  », estime Theo Francken ce mardi matin sur la RTBF. 


MIGRANTS À CALAIS: LES ABUS DES FORCES DE L’ORDRE SERAIENT PLAUSIBLES SELON UN RAPPORT OFFICIEL
Le Vif

Le ministère de l’Intérieur considère cependant que le rapport écarte les « allégations les plus graves » de l’ONG Human Rights Watch (HRW).
Un rapport officiel commandé par le gouvernement français estime «  plausibles  » certains abus des forces de sécurité à l’encontre des migrants depuis le démantèlement de la « Jungle » de Calais il y a un an. Le ministère de l’Intérieur considère cependant que le rapport écarte les «  allégations les plus graves  » de l’ONG Human Rights Watch (HRW) qui avait accusé les forces de l’ordre de mauvais traitements. 


LE RETOUR DES MIGRANTS CRISTALLISE LES TENSIONS À CALAIS
• Par  Edouard de Mareschal

Un an après le démantèlement de la «jungle», environ 700 clandestins tentent toujours de passer en Angleterre. L'État fait face à une triple exaspération : celle des associations, mais aussi celles des policiers et des transporteurs locaux.
La nature a repris ses droits sur la lande, en bordure de Calais. Il ne reste plus rien de l'immense bidonville qui a rassemblé jusqu'à près de 7400 personnes avant son démantèlement le 24 octobre dernier. L'évacuation de la jungle menée devant les caméras du monde entier par le gouvernement Cazeneuve a été un indéniable succès. Mais elle n'a pas réglé pour autant le problème migratoire spécifique à Calais. Après une accalmie pendant l'hiver dernier, les migrants reviennent progressivement dans le Calaisis.
Pour la plupart Érythréens, Éthiopiens et Afghans, ils sont aujourd'hui près de 700 à errer dans les forêts autour de la zone des Dunes et près de la rocade qui mène au port. Conséquence: le gouvernement fait face à une triple grogne. Celle des associations, qui dénoncent des conditions de vie indignes pour les migrants ; celle des policiers, qui attendent des moyens supplémentaires pour faire face ; celle des Calaisiens, enfin, et tout particulièrement des professionnels du transport qui menacent de bloquer à nouveau la rocade si le gouvernement ne fait rien pour stopper ces intrusions.




En République tchèque, le succès tonitruant des partis populistes

Par  Laure Mandeville  fIGARO


Le milliardaire Andrej Babis a remporté une large victoire aux législatives tchèques de vendredi et samedi, avec son discours anticorruption et anti-euro.
LA VAGUE DE RÉBELLION POPULISTE QUI TRAVERSE L'EUROPE D'OUEST EN EST ET DU NORD AU SUD, CONTINUE DE FRAPPER.
Ce samedi, c'est à Prague qu'elle est venue bousculer l'ordre des partis traditionnels, lors de législatives qui ont vu l'Association POUR DES CITOYENS MÉCONTENTS (ANO) du milliardaire Andrej Babis l'emporter haut la main sur tous les autres partis, avec quelque 30% des suffrages. Ce samedi, cet homme d'affaire rusé - qui promet de nettoyer les écuries politiques de la corruption et de lutter plus efficacement contre le diktat de Bruxelles, mais sur lequel pèse une mise en examen pour détournement de subventions européennes et une enquête sur sa supposée collaboration avec la police politique à l'époque communiste - est arrivé grand vainqueur du scrutin.
L'autre «surprise» du scrutin a été la percée très substantielle du parti d'extrême droite SPD et de son chef Tomio Okamura, un citoyen nippo-tchèque qui a engrangé plus de 11% des voix - un résultat qui le met à égalité avec le parti conservateur de la Démocratie civique ODS (11%), seul parti traditionnel à ne pas s'effondrer contrairement au parti social démocrate CSSD. Ce dernier, qui dominait le précédent gouvernement, subit une écrasante défaite avec un score divisé par trois, en comparaison avec les précédentes élections (à peine plus de 7%). Les communistes ont également perdu des points, plafonnant à 8%.
Okamura: «Je voudrais remercier tous les citoyens de République tchèque qui ont voté pour nous. Je suis heureux que nos idées et notre programme qui visent à introduire la démocratie directe, à arrêter l'islamisation de la République tchèque et à stopper tout accueil de migrants aient bénéficié d'un si grand soutien», a-t-il lancé, notant que son score était d'autant plus inespéré que la presse avait été «très partiale» à l'encontre de son mouvement, «mentant à son sujet et ne l'invitant que très rarement sur les plateaux».
Dans une interview à paraître dans Le Figaro, Okamura a également insisté sur son intention de promouvoir l'idée d'un référendum de sortie de l'Union européenne, comme l'une de ses premières priorités. Il s'est déclaré favorable à la mise en place d'un modèle d'armée territoriale défensive semblable à celui de l'armée suisse ou autrichienne, expliquant vouloir aller potentiellement à terme vers une sortie de l'Otan! Il a aussi exprimé son approbation du retour de la Crimée dans le giron russe, et défendu l'idée d'une bonne relation avec Moscou, un discours rappelant beaucoup celui de Marine Le Pen, pour laquelle il a dit «son amitié».
Les reporters tchèques présents se disaient inquiets et choqués du résultat de l'élection, s'étonnant de la force de la vague populiste «alors que le pays va bien économiquement», et du succès des slogans anti-islam et anti-immigration d'Okamura. «Il n'y a pas de musulmans dans ce pays, comment peut-on parler de l'islamisation, s'interrogeait la journaliste de télévision Anna Kadava. «Ce qui est inquiétant chez tous ces populistes, c'est qu'ils n'ont pas de principes ; ils iront dans le sens du vent, par opportunisme», notait pour sa part le journaliste de la télévision tchèque Jiri Vaclavek. Un vieux journaliste, auteur d'un site web, se refusait toutefois à valider cette vision critique, expliquant que le terme populiste était trompeur et que le vote actuel exprimait plutôt le désir de sanctionner des élites qui ne pensent plus au peuple.
La grande question qui se pose est de savoir quelle approche va désormais avoir l'homme d'affaires Babis, dans ses négociations avec les autres formations en lice. Ira-t-il vers une alliance avec les conservateurs traditionnels de l'ODS, option qui indiquerait sa volonté de calmer le jeu et de pratiquer un euroscepticisme musclé, mais plus prudent qu'annoncé? L'ODS a commencé par dire qu'une coalition avec Babis était hors de question, mais une source informée, qui participe apparemment depuis des semaines à des négociations en coulisses entre ANO et la Démocratie civique, affirmait le contraire. S'il échoue à s'entendre avec les conservateurs, Babis pourrait chercher alliance avec d'autres partis, dont le SPD d'Okamura, qui est resté très flou sur ses conditions, décrivant une situation «complexe» et ouverte. Le milliardaire pourrait aussi décider de gouverner avec un «gouvernement minoritaire» en s'appuyant au coup par coup sur tel ou tel partenaire. Quelque neuf partis ont rejoint le parlement, un nombre record dans l'histoire de la République tchèque. Ce qui veut dire qu'une négociation faite de grands marchandages s'est ouverte tous azimuts, «une spécialité locale qui pourrait durer», à en croire un diplomate européen.
Parmi les autres partis ayant réussi une percée, il faut noter le très beau score du parti anti système Piraty, une formation pro-européenne, qui prône la démocratie directe et l'utilisation d'internet pour favoriser la transparence politique, et qui a rassemblé beaucoup de jeunes. Les chrétiens démocrates, les Maires et indépendants, et enfin Top 09, une formation dirigée par un ancien proche de Vaclav Havel, accèdent aussi à la chambre des députés, passant de justesse le seuil des 5%. «Il paraît difficile de savoir ce qui va sortir de tout ça. Avec la présence de nombreux partis antisystème, on pourrait entrer dans une période de grande instabilité», prédisait vendredi Eric Tabery de la revue Respekt.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN MAI 68 À L'ENVERS

Les résultats calamiteux des élections tchèques confirment après les élections allemandes et autrichiennes le virage "à droite toute" et surtout le raz de marée anti élites qui balaye l'occident.
Gros temps sur la démocratie européenne à la peine en ce moment.
Il se pourrait fort bien que l'on assiste en Europe à la lente mais irréversible agonie de la démocratie parlementaire. Tout se passe comme si le pendule repartait à la droite extême, comme dans les années trente. Assistons à un mai soixante huit à l'envers?
"the federal German elections has revealed that east-west divide is not simply between Germany and its post-communist neighbors, but at times within the west itself." Krastev NYT.
Assurément une ligne de fracture sépare la vieille Europe
"old Europe"  (Rumsfeld)  et l'Eurpe plus récente que composent les anciennes républiques soviétiques du vieux continent. La victoire  du jeune conservateur droitier autrichien  Sebastian Kurz (31 ans et l'ami déclaré Victor Orban) et celle du milliardaire Tchec Andrej Babis renforcent encore cette tendance.
Kurz  se prépare à négocier une coalition avec les radicaux droitiers, Babis également. Le radicalisme d'extrême droite a le vent en poupe et pas seulement à l'est. A l'ouest le pupulisme "anti elite" qui progresse de manière  dramatique pourrait , à terme menacer la démocratie.
30 années d'investissment lourds dans les anciens Länder de RDA n'ont pas suffi à créer une mentatilté allemande commune. Le fossé qui traverse l'Europe contine à diviser les mentalités allemandes.
Comment espérer dans ces conditions réussir l'unification culturelle en Europe?
Roger Cohen dans  The Guardian  : Looking at Europe today I hear Bob Dylan’s words: “Something is happening here but you don’t know what it is.” The something is a violent, reactionary current. It is a rightist, nativist, nationalist and, yes, “völkisch” reaction against globalization, against migration, against the disappearance of borders and the blurring of genders, against the half-tones of political correctness, against Babel, against the stranger and the other, against the smug self-interested consensus of the urban, global elite. (...) the most dangerous thing would be to fail to take these rightist, xenophobic currents seriously, to assume they will go away because logically they should; after all, the world has moved on.
Natalie Nougayrède  dans le même journal: The scale of the far-right vote in what was once East Germany as well as in Austria and Catalonia’s apparent march towards independence may look like they happened on separate planets – to be sure, they are fuelled by different political beliefs – but they all have to do with pent-up frustrations.
Frustrations? On se souviendra que ce sont les profondes frustrations résulant de l'intransigence du traité de Versailles qui ont conduit au renversement de la République de Weimar socialiste et permis a Hitler de prendre le pouvoir démocratiquement en 1933.
L'histoire est elle en train de se répéter à plus de 80 ans de distance?
MG


"NATIONALISM FEEDS ON A SENSE OF WOUNDED PRIDE AND HUMILIATION" HOW TO TACKLE THE CHALLENGE OF POST DEMOCRACY (COLIN CROUCH) 

Crouch describes post-democratic societies as institutions that are gradually reduced to a formal shell. "The energy and innovative drive pass away from the democratic arena and into small circles of a politico-economic elite."
Crouch states that we are moving towards such a condition for the following reasons:No common goals, globalization ( makes it almost impossible for nations to work out their own economic policy) , non-balanced debates: In most democratic countries the positions of the political parties have become very much alike, entanglement between public and private sector neoliberalism is privatizing public services. As a consequence: Fewer voters use their right to vote or they do vote but just don't expect much of it. Result: the rise who use the prevailing discontent. Private interest becomes increasingly influential in public policy.
"Notre société souffre d'une absence de débats"  Alain Touraine
Mais de quelle nature sont ses droites extrêmes qui attirent tant de frustrés et de malcontents?
MG


QUE PÈSE RÉELLEMENT L’EXTRÊME DROITE EN EUROPE ?
Le Figaro


DEPUIS 2001, L’EXTRÊME DROITE GAGNE DU TERRAIN SUR L’ENSEMBLE DU CONTINENT EUROPÉEN.
Les droites extrêmes et radicales européennes sont diverses, multiformes. Les plus folkloriques d’entre elles peuvent revêtir les oripeaux d’époques révolues. La plupart ont évolué. Elles sont les produits de leurs époques et se sont adaptées aux mutations géopolitiques. Elles ont opté pour des positions politiques qualifiées de nationales-populistes ou de néopopulistes. La volonté de créer un homme et une société nouvelle, en vogue dans la première moitié du siècle, a cédé sa place à la critique de l’État providence et la nostalgie du passé, à la lutte contre le multiculturalisme et aux revendications identitaires.
S’il n’existe pas d’internationale fasciste, il n’y a pas plus d’unicité des extrêmes droites en Europe, et surtout pas dans le temps. Il n’existe donc pas de définition unanime pour attribuer cette étiquette à un parti plutôt qu’à un autre. Quelques traits communs se dégagent tout de même tels que l’idée que la société se comporte comme un organisme vivant ou encore le souhait d’instaurer la préférence nationale. Chacune y rajoute ensuite, selon son histoire ou les réalités nationales, une demande d’ordre, de libéralisme, d’étatisme, le rejet de l’immigration et/ou du multiculturalisme. Pour expliquer le phénomène, l’article est ponctué par les décryptages du chercheur Nicolas Lebourg, spécialiste des extrêmes droites, chercheur associé au CEPEL membre de l’Observatoire des radicalités politiques. Il est l’auteur, avec Jean-Yves Camus, du livre Les Droites extrêmes en Europe, paru en 2015.
PRINCIPAUX PARTIS ET LISTES ÉLECTORALES PRIS EN COMPTE DANS CETTE ÉTUDE.Allemagne: NPD, AFD, REP. Autriche: FPÖ, BZÖ, Team Stronach. Belgique: FN, VB, VU. Bulgarie: IMRO-BNM, IMRO-NIU, NIU, Ataka,BBT,NFSB. IMRO-BNM, Union patriotique, Patriotes unis, Renaissance, Volya. Chypre: ELAM. Croatie: HSB, HČSP, HDSSB. Danemark: DF. Espagne: AN, DN, FE, FE-JONS, MSR. Estonie: TEE, EKRE, ERL. Finlande: SVR, PS. France: FN, MNR, LdS. Grèce: XA, LAOS, EM, PG. Hongrie: JOBBIK, MIÉP. Irlande: CSP, DDI. Italie: LN, FT, FN, AN, FN, AS, MIS, Casapound, M5S. Lettonie: NA, LV, LNKK. Lituanie: LDP, JL. Luxembourg: ADR. Norvège: FrP. Malte: IE. Pays-Bas: PPV, Liste Pim Fortuyn, NR. Pologne: KNP, RN, SP, Kukiz15, Samoobrona, LPR. Portugal: PNR. République tchèque: UNK, NS. Roumanie: PRM, PRU. Royaume-Uni: Ukip, BNP, NF. Slovaquie: SNS, L’SNS. Slovénie: SNS. Suède: SD, SP, ND, NMR. Suisse: UDC.   
LE FIGARO. – PEUT-ON DÉFINIR CE QU’EST L’EXTRÊME DROITE ?
Nicolas LEBOURG. - L’«extrême droite» est un champ politique, avec une foule de courants. Le cœur de la vision du monde de l’extrême droite est l’organicisme, c’est-à-dire l’idée que la société fonctionne comme un être vivant. Les extrêmes droites véhiculent une conception organiciste de la communauté (que celle-ci repose sur l’ethnie, la race ou la nationalité) qu’elles affirment vouloir reconstituer de manière homogène. Elles cultivent l’utopie d’une «société fermée» propre à assurer la renaissance communautaire. Elles récusent le système politique en vigueur, dans ses institutions et dans ses valeurs. La société leur paraît en décadence et estiment que l’État aggrave la situation: elles s’investissent en conséquence d’une mission perçue comme salvatrice. Elles se constituent en contre-sociétés et se présentent en tant qu’ ÉLITE DE RECHANGE. Leur imaginaire renvoie l’Histoire et la société à de grandes figures archétypales (âge d’or, sauveur, décadence, complot, etc.) et exalte des valeurs irrationnelles non matérialistes (la jeunesse, le culte des morts, etc.). Enfin, elles rejettent l’ordre géopolitique tel qu’il est. Cette définition recouvre le champ large de l’extrême droite et donc inclut ceux qui aspirent à une reformulation autoritaire des institutions comme ceux qui souhaitent une révolution totale qui mettrait à bas l’ensemble des données héritées du libéralisme politique. Ces derniers forment «l’extrême droite radicale». Cette mouvance a émergé de la Première Guerre mondiale, et le fascisme en est le courant structurant, mais non unique. Aujourd’hui, en Europe, elle n’est guère développée que dans quelques cas, tels que les Hongrois de Jobbik ou les Grecs d’Aube dorée. En revanche, les «nationaux-populistes» et les «néo-populistes» ont le vent en poupe.
LE FIGARO. - QU’EST-CE QUE LE NÉO-POPULISME ?
Nicolas LEBOURG. - Les renouvellements des extrêmes droites sont fonction de ceux de l’ordre géopolitique. Le néo-populisme est une mue de l’après-11 septembre, et elle a été d’abord incarnée par le Hollandais Geert Wilders. Islamophobe avant tout, dénonçant les élites et faisant l’apologie des vertus du peuple, son PVV se veut le champion des libertés des minorités (gays, juifs, femmes) contre les masses arabo-musulmanes. Les choses ne sont pas des blocs, et il va sans dire que Marine Le Pen a su intégrer la mue néo-populiste dès son accession à la direction du FN, puis faire encore évoluer son parti en ce que je qualifie de «souverainisme intégral», tandis que Wilders s’était inspiré du national-populisme lepéniste lors des européennes de 2014.
LE FIGARO. - COMMENT EXPLIQUER QUE CERTAINS PAYS, À L’IMAGE DE L’IRLANDE OU DE L’ESPAGNE, NE SOIENT PAS TOUCHÉS PAR LA MONTÉE DE L’EXTRÊME DROITE ? L’HISTOIRE MONTRE QUE D’AUTRES NATIONS, LONGTEMPS ÉPARGNÉES, ONT ÉTÉ RATTRAPÉES D’UN SEUL COUP PAR LE PHÉNOMÈNE. UN BASCULEMENT PEUT-IL SE PRODUIRE DANS CES PAYS ?
Nicolas LEBOURG. - En Irlande, la construction de l’État-nation et le référentiel de la Guerre d’indépendance ne font pas débat : ne peut se structurer un mouvement rejetant le socle culturel sur lequel est construit le système politique. Or, nous avons vu que c’est l’une des conditions de l’existence de l’extrême droite. En Espagne et au Portugal, on a d’abord un effet de l’écroulement des dictatures. En Espagne, le Partido popular occupe tout l’espace du conservatisme. Il a été fondé à la fin de la transition démocratique (sous le nom alors d’Alianza popular) en accueillant tous les modérés du franquisme, privant de potentielles formations de tout oxygène en termes de cadres et de positionnement idéologique. Depuis les années 1980, des groupuscules tentent d’imiter le Front national français, mais c’était mal aisé dans un pays qui a longtemps eu une structure ethnique très stable. La progression du phénomène migratoire en Espagne, alliée au mouvement indépendantiste catalan, a conduit à la construction, en 2003, d’un mouvement catalaniste, national-populiste, identitaire et islamophobe : Platarferma per Catalunya, mais ce fut un nouvel échec. D’une part car le souvenir du franquisme et de sa répression des identités basque et catalane rend quasiment impossible de mener une formation d’extrême droite dans des autonomies connaissant de fortes dynamiques nationalistes. D’autre part car la société espagnole ne connaît pas la même crise culturelle et le même doute quant aux valeurs de l’humanisme égalitaire, notamment grâce au poids du catholicisme, qui y freine la socialisation du racisme.
Dans les anciens pays du bloc soviétique, la logique est différente. L’histoire n’est pas la même. Aux régimes fascisants de la guerre ont succédé de longues années de communisme. Depuis la chute du Mur et des démocraties populaires, le chemin emprunté par les droites, républicaines ou radicales, diffère parfois grandement de celui pris par leurs cousines de l’Ouest. Les questions de société ne sont pas les mêmes, ne serait-ce que parce qu’elles n’ont jamais été confrontées au multiculturalisme. La récente question des migrants a donc constitué une nouveauté pour nombre de pays, dont les derniers brassages de population remontaient à l’époque soviétique, et ne concernaient que des populations slaves. Par ailleurs, des interrogations ont pu naître autour des droites polonaises ou hongroises, dont les leaders ont annoncé vouloir mener «une contre-révolution culturelle» en Europe.
LE FIGARO. - LA MONTÉE DU NATIONAL-POPULISME ET DU NÉOPOPULISME INFLUENCE-T-ELLE LE RESTE DU SPECTRE POLITIQUE ?
Nicolas LEBOURG. - Des deux côtés de l’Atlantique, depuis quarante ans, se produit ce que l’on peut nommer dans le contexte français «la droitisation». Il s’agit d’un démantèlement de l’État social et de l’humanisme égalitaire, lié à une ethnicisation des questions et représentations sociales, au profit d’un accroissement de l’État pénal. Ce processus porte une demande sociale autoritaire qui est une réaction à la transformation des modes de vie dans un univers économique globalisé, financiarisé, dont l’Occident n’est plus le centre. La crise géopolitique (2001) a permis l’éclosion du néo-populisme. La crise financière (2008) a permis le succès de la mutation du national-populisme en souverainisme intégral. La crise migratoire (2015) a fini d’aligner les astres pour les extrêmes droites. La fureur des réseaux transnationaux du terrorisme islamiste enfin permet de relégitimer le principe «frontière = protection».
À CHAQUE CRISE DE LA GLOBALISATION DEPUIS LE XIXE SIÈCLE, L’EXTRÊME DROITE TROUVE UN RESSORT POUR PROPOSER LA VOIE DE L’ENCLOSURE COMME SOLUTION PROTECTRICE.
La montée en puissance de ce que l’on a pu nommer des «démocraties illibérales», ou «démocratures» à l’Est (Russie, Pologne, Hongrie etc.) valide le processus. Avec la conjonction de ces crises, l’extrême droite est en situation non seulement de progresser par elle-même mais aussi de diffuser sa vision du monde ou ses programmes.
Depuis quelques temps, le gouvernement polonais, mené par le parti Droit et justice (PiS), a pu soulever le même type d’interrogations que le cas hongrois.
Le PiS «est une droite qui développe des pratiques autoritaires sur des bases très conservatrices et qui n’hésite pas à faire des entorses à l’État de droit». Cependant, «le gouvernement polonais, contrairement aux dictatures, utilise les ressources de la démocratie comme instrument de légitimation» et se rapproche en cela des «démocratures» telles que la Russie.
Il y a ainsi en Pologne, comme dans nombre pays de l’Europe de l’Est, «la volonté de mettre définitivement fin au communisme et au pouvoir d’une partie des anciennes élites parvenue à maintenir ses positions politiques ou économiques. Il s’agit de créer une seconde révolution après celle de 1989.» Une révolution menée sur des bases conservatrices. Les positions fortes de la droite ont longtemps réussi à maintenir l’extrême droite à de faibles résultats, ce qui ne l’empêche pas de réaliser des percées lors de certaines élections.
QUELS LIENS EXISTENT-ILS AU NIVEAU EUROPÉEN ENTRE LES DIVERSES FORMATIONS DU CONTINENT ? QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES ALLIANCES POLITIQUES, FORMELLES OU INFORMELLES ?
Nicolas LEBOURG. - Il y a d’abord, le Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés (MENL), un parti européen qui regroupe les eurodéputés du FN, de la Lega Nord, du FPÖ et du Vlaams Belang, ainsi que les tchèques de Svoboda prima demokracie, absents du parlement européen. Au Parlement européen il y a le groupe Europe des nations et des libertés avec les eurodéputés des mouvements susdits plus ceux du PVV, une eurodéputée exclue de UKIP, deux eurodéputés polonais du Congrès de la nouvelle droite (mouvement qui a dû se déradicaliser pour rejoindre le groupe), un eurodéputé roumain transfert du groupe social-démocrate, et enfin un d’Alternative für Deutschland (AfD). On a beaucoup parlé récemment des succès de ce parti en Allemagne, car il provient d’une radicalisation souverainiste de la droite qui a évolué vers l’extrême droite par rejet de l’islam et des réfugiés. Notons que la même année où se constituait ce groupe parlementaire, l’extrême droite radicale, qui en est très friande, créait une nouvelle internationale : l’Alliance pour la Paix et la Liberté, avec des groupes comme Aube dorée, le NPD allemand, l’italien Forza nuova, bref des nostalgiques du fascisme.
LE FIGARO. - ON CONSTATE UNE HAUSSE GLOBALE DES RÉSULTATS ÉLECTORAUX DE CES FORMATIONS DEPUIS 15 ANS. COMMENT EXPLIQUER LE PHÉNOMÈNE ?
Populistes néo-libéraux prédominent en 2000, avec les succès enregistrés cette année-là par le FPÖ en Autriche, l’Union démocratique du centre en Suisse, la Lega Nord en Italie, le Parti du Progrès en Norvège, le Parti du peuple danois et le Fremskridtspartiet au Danemark. Ces formations contestent les méthodes de gouvernement de la social-démocratie et celles d’une droite libérale ralliée plus ou moins largement à l’État-providence, mais acceptent sans réserve le jeu politique et institutionnel démocratique. Ils bénéficient du voisinage avec l’Europe de l’Est intégrant l’Union Européenne entre 2004 et 2013, avec les problèmes socio-économiques soulevés par le processus. Comme en de nombreux pays, la percée de l’extrême droite a fait glisser vers la droite une partie du débat politique. Mais, l’extrême droite a également déplacé son propre centre de gravité, comme par exemple en Suisse, avec la montée en puissance du néo-populiste Oskar Freysinger dans l’UDC. La démonétisation des offres politiques traditionnelles, dans le cadre d’une Europe post-démocratique paraissant la figure de proue de l’imposition du modèle néolibéral et multiculturaliste, va doper les populistes, mais différemment selon leurs origines. Les populismes les plus anciens, héritant d’une matrice radicale (Autriche, Flandres), ont évolué vers un populisme identitaire. Les deuxièmes, avec une matrice anti-fiscaliste (Danemark, Norvège) ont évolué vers un identitarisme de la prospérité, allant jusqu’à susciter des antagonismes inter-européens (au Luxembourg le Mouvement National exige le départ des Français, tandis qu’en Suisse l’UDC et le Mouvement citoyens genevois visent les travailleurs frontaliers français). Enfin, les derniers populismes apparu ont une matrice agrarienne (Finlande, Suisse) qui a évolué vers un libéralisme hédoniste sécuritaire. On notera que le FN français réussit à combiner toutes ces données, ce qui explique sans doute en bonne part la particularité de son succès.
Pour aller plus loin
Nous vous conseillons la lecture des ouvrages qui ont servi, entre autres, de sources documentaires:
• Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg. Les Droites extrêmes en Europe. Seuil, 2015. 313 p.
• Pierre Milza. L’Europe en chemise noire. Les extrêmes droites en Europe de 1945 à aujourd’hui. Fayard, 2002. 484 p.


AFTER THE CATALAN REFERENDUM: WHAT HAPPENS NEXT?
The Observer

This rejection of politics as usual, and the consequent fragmentation of the body politic, finds powerful echoes across Europe. Everywhere, or so it seems, newly minted or reviving political forces, sometimes benign, more frequently not, are attempting to fill the vacuum. This weekend’s elections in the Czech Republic are a case in point. Polls suggest the ruling, pro-EU Social Democrats face defeat by the upstart populist, Eurosceptic, anti-immigrant Action of Dissatisfied Citizens led by a pro-Russia billionaire. In prospect is a coalition with the rightwing Freedom and Direct Democracy party, which wants to quit the EU.
Events in Prague recall in turn last week’s Austrian elections, which brought victory for the youthful conservative People’s party leader, Sebastian Kurz, whose cynical tactic was to ape the extremist, xenophobic outlook of the far-right Freedom party. Kurz now looks set to form a governing alliance with a party whose neo-Nazi origins and ideology led the EU to boycott Austria in 2000, when the Freedom party first entered government. It is a measure of how Europe has become more accepting of, or resigned to, far-right activism that no repeat boycott is mooted in Brussels. More than half the Austrian electorate backed parties fiercely opposed to immigration, integration and multiculturalism. Muslim and Jewish citizens are understandably alarmed.
Now switch focus to northern Italy and, again, anger over political failings at the centre can be seen combining, negatively and corrosively, with fears about personal and regional identity. This weekend’s referendums on increased autonomy for Lombardy and the Veneto have at their heart distrust of the Rome government and resentment (and there are echoes of Catalonia here) at the way the poorer south is supposedly subsidised by wealthy, industrialised Milan. But in its tribalism, micro-nationalism and sociocultural exclusivity, the biggest regional party, the Northern League, nurtures many of the unsavoury prejudices displayed by similar groups across the continent.
It would be easy, but facile, to dismiss these phenomena as little local difficulties without bearing on the bigger picture. So what if fringe minorities in the Basque country, Flanders, Transylvania, Corsica or Bavaria are unhappy with their lot? All situations are different. And Europe, in any case, is ultimately an enriching patchwork of like-minded peoples immutably linked by shared values and beliefs. Or is it that, recent votes in France, Germany and Britain show, the crisis of legitimacy and identity extends deep into the heartlands of Europe’s big powers? Emmanuel Macron’s triumph in this year’s French presidential election was taken, for example, as proof that Europe’s nationalist, populist tide was on the turn. It was nothing of the sort. The Front National performed better than ever before. Marine Le Pen stands poised to strike the killer blow next time around, if Macron fails.
Who can save Europe from this fatal fragmentation, this pernicious, creeping dissolution of its ideological, democratic and territorial unity? The threats to solidarity do not come solely from within. Russia plays the stealthy provocateur along the eastern flank. With EU funding for migration controls running out fast, prospective new waves of African and Middle Eastern refugees require an effective, collective response that has been lacking hitherto. The return of Islamic State fighters from Iraq and Syria is another pressing challenge. Authoritarian Turkey is a growing problem. So, too, is Donald Trump. Meanwhile, rightwing leaders in Poland and Hungary are at odds with Brussels over basic principles of law and civic rights.
There was a time when all eyes would have turned for leadership and inspiration to Angela Merkel, Germany’s iron chancellor. But last month’s elections left her badly bent out of shape. Her CDU party recorded its worst result ever. The populist Alternative for Germany stormed into the Bundestag. As of today, Merkel is still trying to form a government. Yet this is the weakened, buffeted leader on whom rest Theresa May’s hopes of rescuing Brexit. Forgetful of its historical role as European exemplar, arbiter and guarantor, a diminished, inward-looking, self-obsessed Britain just does not get it. Europe is slipping ever deeper into an existential crisis all of its own.