vendredi 20 octobre 2017

Le PS souffre mais reste le premier parti en Wallonie


Le Vif
Source: Belga 



Le parti socialiste reste la première formation politique en Wallonie, talonné par le MR, ressort-il d'un sondage sur les intentions de vote publié mardi par la RTBF, La Libre, De Standaard et la VRT. Ecolo, le PTB et DéFI ont quant à eux le vent en poupe, ils progressent tant en Wallonie qu'à Bruxelles.

Avec 21,5%, le PS conserve son leadership au sud du pays malgré l'épisode Publifin. © Belga
Avec 21,5% (-10,5% par rapport aux élections fédérales de 2014), le PS conserve son leadership au sud du pays malgré l'épisode Publifin. Les libéraux sont toutefois en embuscade avec 21,4% (-4,4%), suivis par Ecolo (18,5%) et le PTB (14,8%), qui enregistrent tous deux de nettes progressions. Les écologistes gagnent en effet 10,3% par rapport à 2014, tandis que le parti du travail peut se targuer d'une hausse de 9,3%.
Le cdH avec 8,7% (-5,3%) ne tire vraisemblablement pas de bénéfice de l'opération de son président Benoît Lutgen, qui a rompu en juin dernier son alliance avec le PS dans les entités fédérées. La formation politique DéFI obtient quant à elle 5,8%, soit une hausse de 3,4%.
Le PP perd pour sa part 3,8% et se retrouve à 0,7% d'intentions de vote en Wallonie.
En termes de popularité, Paul Magnette (PS) occupe la première place d'un podium, complété par Elio Di Rupo (PS) et Olivier Maingain (DéFI).
A Bruxelles, le MR est la plus importante formation politique avec 20,7% des intentions de vote, en baisse de 2,4% par rapport à 2014. Ecolo se place sur la deuxième marche du podium avec 16,7%, soit une hausse de 6,2%. Le PS, touché par le scandale du Samusocial dans la capitale, chute pour sa part de 9,8% pour s'établir à 15,1%.
Avec 14,3%, DéFI progresse de son côté de 3,2%. Le parti amarante est suivi par le PTB, crédité de 9,7%, soit une hausse de 5,9%. Le cdH est pour sa part la sixième formation politique à Bruxelles avec 7,6% (-1,7%).
Le président de DéFI, Olivier Maingain, est la personnalité politique la plus populaire à Bruxelles. Il est suivi par les libéraux Charles Michel et Didier Reynders.
En Flandre, la N-VA reste de loin le premier parti avec 28%, même si elle cède 4,4%. Elle est suivie par le CD&V (19,4%), l'Open Vld (15,5%), Groen (13,9%), le sp.a (11%), le Vlaams Belang (6,5%) et enfin le PVDA (5,1%). Le Premier ministre Charles Michel est l'homme politique le plus populaire au nord du pays, devant Hilde Crevits (CD&V) et Theo Francken (N-VA). Bart De Wever (N-VA) occupe la cinquième position, juste derrière Kris Peeters (CD&V).
Le sondage a été réalisé du 11 septembre au 8 octobre. La marge d'erreur est de 3,1% en Flandre et de 3,6% pour Bruxelles et la Wallonie.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TROIS CHOSES FRAPPENT
D'abord la perte évidente de popularité de Bart De Wever  qui se retrouve en cinquième position seulement sur le hit parade flamand.
S'il devait être délogé de sa mairie d' Anvers en 2018 par l'alliance Ecolo/SPa, l'avenir de son parti et le sien en seraient sérieusement plombé.
Ensuite  la possibilité d'une coalition progressiste en Wallonie (PS 21,5%/ Ecolo 18,5%/ le PTB 14,8%) à laquelle appelle la FGTB avec de plus en plus d'insistance. Enfin la progression de Défi à Bruxelles et singulièrement de son président Olivier Maingain.
Constatons surtout que le MR ne semble pas bénéficier d'un bonus de popularité de par sa participation à différents niveaux de pouvoir. Bien au contraire.  2018 et 2019 seront des caps très difficiles à franchir pour les partis politiques du Royaume de Belgique.
MG




Aucun commentaire: