jeudi 26 octobre 2017

« Les abeilles sont menacées d’extinction en Europe »

   Le Monde
Trois députés européens socialistes expliquent dans une tribune au « Monde » qu’il faut interdire totalement les néonicotinoïdes en Europe et structurer la filière apicole en favorisant la professionnalisation des métiers de l’apiculture et de l’apidologie.
Par Éric Andrieu (Député européen socialiste), Guillaume Balas (Député européen socialiste) et Jean-Paul Denanot (Député européen

Tribune. Prolongeant le discours de ses agences sur l’inocuité du glyphosate, la Commission européenne, dans un rapport publié le 10 octobre, a estimé que « si les pesticides sont utilisés conformément aux conditions d’utilisation autorisées, ils n’ont aucun effet nocif avéré sur la santé humaine et animale, ni aucun effet inacceptable sur l’environnement ».

Pourtant il y a urgence ! Premières victimes des pesticides, particulièrement des insecticides néonicotinoïdes, les abeilles sont menacées d’extinction en Europe. Le taux de mortalité atteint jusqu’à 80 % dans certaines ruches d’Europe.
La chute inquiétante des populations de pollinisateurs a du reste amené la même Commission européenne à émettre en 2013 un moratoire de deux ans sur trois néonicotinoïdes (insecticides agissant sur le système nerveux des abeilles) et proposer en juin leur interdiction : la clothianidine, le thiamethoxame et l’imidaclopride.
Ces substances sont commercialisées par l’allemand Bayer et le suisse Syngenta, cette fameuse multinationale de l’agrochimie qui a échappé à toute sanction judiciaire demandée par l’Union nationale des apiculteurs français au tribunal correctionnel de Paris le 14 décembre 2016.
IL MANQUE 13 MILLIONS DE RUCHES EN EUROPE
Le « syndrome d’effondrement des colonies » observé depuis les années 1990 a des impacts sur le secteur apicole mais plus largement sur l’ensemble de la biodiversité. Indispensables pour l’agriculture, les abeilles pollinisent 84 % des cultures européennes et 4 000 variétés de végétaux. En Chine, l’usage intensif des pesticides a entraîné la quasi-disparition des abeilles et les paysans secouent les arbres fruitiers pour tenter de reproduire de manière artificielle ce que la nature n’est plus capable de faire.
PLUTÔT QUE DE TERGIVERSER SUR LES PESTICIDES, COMME IL LE FAIT ACTUELLEMENT, LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS FERAIT MIEUX D’INTERVENIR À BRUXELLES POUR FAIRE INTERDIRE TOTALEMENT LES NÉONICOTINOÏDES EN EUROPE
Si nous n’y prenons garde, l’Europe risque de devoir rapidement en arriver aux mêmes extrémités, entraînant un surcoût pour les agriculteurs, déjà fragilisés économiquement. Il manque actuellement 13 millions de ruches en Europe pour favoriser la pollinisation.
Le repeuplement de l’abeille est essentiel pour l’avenir de notre agriculture. Plutôt que de tergiverser sur les pesticides, comme il le fait actuellement, le gouvernement français ferait mieux d’intervenir à Bruxelles pour faire interdire totalement les néonicotinoïdes en Europe, exiger une stricte application du règlement européen 1107/2009 en matière d’homologation des produits phytosanitaires et combler le vide juridique pour pouvoir faire condamner les multinationales de l’agrochimie, coresponsables du dépeuplement de l’abeille.
Mais nous devons aller plus loin !
Des moyens supplémentaires pour la recherche
Il est essentiel de mettre en place une stratégie européenne qui permette d’éradiquer certains parasites, bactéries, microchampignons et prédateurs sans recourir à l’utilisation massive de pesticides. Cela passe par des moyens supplémentaires alloués à la recherche sur les causes possibles de la disparition des abeilles et les possibilités de développer des populations plus résistantes.
Il est par ailleurs essentiel de structurer la filière apicole en favorisant la professionnalisation des métiers de l’apiculture et de l’apidologie, notamment par une formation diplômante. Cela passe, enfin, par une politique de sensibilisation auprès des acteurs agricoles sur le rôle essentiel de l’abeille et les usages de précaution à développer.
Ne nous y trompons pas, le déclin des abeilles est symptomatique d’une vision à court terme et intensive de l’agriculture qui n’a que trop duré. A l’heure où le nouveau président de la République barguigne sur les questions environnementales et agricoles, et où le débat sur la future PAC post-2020 a commencé, nous appelons de nos vœux un changement de modèle agricole, favorisant la diversification des productions, limitant les intrants chimiques et par là même préservant les abeilles, la biodiversité et avec elles l’avenir de nos agriculteurs. 





NO COMMENT

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/19/les-abeilles-sont-menacees-d-extinction-en-europe_5203274_3232.html#ZWwc7k3wsBUc3asG.99

Aucun commentaire: