mercredi 1 novembre 2017

Les ministres catalans déchus sont rentrés à Barcelone... sans Puigdemont

Le Soir 


Dans la nuit de mardi à mercredi, les ministres catalans déchus par Madrid sont arrivés à l’aéroport de Barcelone en provenance de Bruxelles. Carles Puigdemont ne faisait pas partie du groupe.
L’ex-président catalan Carles Puigdemont n’accompagnait pas les anciens conseillers du gouvernement catalan qui sont arrivés à l’aéroport de Barcelone en provenance de Bruxelles dans la nuit de mardi à mercredi, confirment les quotidiens El Periodico et La Vanguardia. L’indépendantiste Puigdemont n’aurait pas fait le voyage en avion vers la capitale catalane, en dépit de l’annonce par les médias catalans de son départ de Bruxelles en début de soirée.
Joaquim Forn, ex-ministre catalan de l’Intérieur et Dolors Bassa, ex-ministre catalane du travail, sont arrivés à l’aéroport El Prat vers 23h20 selon La Vanguardia. Le quotidien El Periodico affirme aussi que l’ancien conseiller Lluís Puig les accompagnait. Ils n’ont pas répondu à la presse qui les attendait dans le terminal.
PUIGDEMONT N’ÉTAIT PAS DANS L’AVION
L’ancien président catalan Carles Puigdemont ne faisait pas partie de la délégation et n’était pas à bord de leur avion, en dépit des informations communiquées par des passagers à La Vanguardia en début de soirée.
Mardi midi, M. Puigdemont a tenu une conférence de presse à Bruxelles indiquant qu’il n’avait pas demandé l’asile à la Belgique. L’indépendantiste a justifié sa présence dans la capitale européenne pour mettre en évidence le problème catalan au cœur des institutions de l’UE.
Mardi soir, l’hôtel où M. Puigdemont était logé a confirmé à Belga le départ par taxi de l’intéressé et qu’il n’y avait plus de réservation de chambre à son nom


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VENI,VIDI, SED NON VICI 

Much ado about nothing, aurait dit Shakespeare.
L'orage Carles Puigdemont est passé comme un ouragan dévastateur. Il a semé la zizanie au sein du gouvernement.
Cela laissera des traces  profondes. On semble avoir évité le pire, provisoirement. La suédoise a frisé la kamikaze.
Ce n'est peut-être pas fini.
Hypothèse: Reynders, qu'on a peu entendu, ou Michel ou les deux  ont poussé une gueulante en interne et menacé De Wever de tirer la prise...La N-VA a écrasé et à prié ses amis mutins catalans de retourner dans leurs pénates.
Je répète: pure hypothèse. Donc en route pour Michel II ? Pure hypothèse également.
MG


Aucun commentaire: