mardi 28 novembre 2017

Vervoort: «Les émeutes n’ont rien à voir avec une communauté, il s’agit d’individus»


Le Soir
Le ministre-président bruxellois déplore les amalgames après les émeutes qui ont éclaté à plusieurs reprises dans les rues de Bruxelles.

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a déploré ce mardi matin les amalgames après les émeutes qui ont éclaté à plusieurs reprises dans les rues de Bruxelles. «  Ces émeutes n’ont rien à voir avec une communauté, a-t-il expliqué, alors qu’un Conseil régional de sécurité aura lieu ce mardi. Il s’agit d’individus, de casseurs, dont une partie non négligeable vient de Flandre  ». Il pointe «  un mouvement opportuniste qui vient se greffer à d’autres manifestations  ».
Si les débordements du 11 novembre dernier n’avaient pas été anticipés, Rudi Vervoort dément que ça ne soit le cas pour les événements de la Monnaie et de l’Avenue Louise. «  La première est passée sous les écrans, mais pas les deux suivantes  ». Le ministre précise également la mise en place «  d’une cellule de veille sur les réseaux sociaux pour devancer les casseurs  ».
Quant à une éventuelle fusion des zones de police bruxelloise, il ne pense pas que ça puisse être une solution : «  Pourquoi pas faire une zone de police unique à toute la Belgique ? Et revenir à la gendarmerie, tant qu’on y est…  », lance-t-il avec ironie.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DES INDIVIDUS!?
DE NIEUWE ‘BANLIEUE’ VAN BRUSSEL? 

Circulez, il n'y a rien à voir; dormez bonne gens,  tout va bien! Il s'agit d'"individus" pas de communautés et remarquez que beaucoup viennent de Flandre!  En politique, communiquer c'est survivre.
"Wie zijn de relschoppers op wie Brussel geen vat krijgt?
Jong, allochtoon en boos op de wereld."
Ils sont jeunes, allochtones et en révolte contre tout. Reste la question essentielle. Ils sont combien? Trente, trente mille ou plus? Chacun fera son petit calcul...
"Et ils viennent de Flandre" : tout ceci démontre indirectement l'existence de la communauté métropolitaine urbaine de Bruxelles qui déborde les 19 communes et s'étend largement sur le Brabant.
MG

  
WIE ZIJN DE RELSCHOPPERS WAAR BRUSSEL GEEN VAT OP KRIJGT?
DE STANDAARD 

Drie keer rellen, drie keer met jongeren: ‘Het is kwaadheid die hen verbindt. Ze vallen overal uit de boot.’ Didier Lebrun/pn

Ze hebben lak aan politie en justitie, maar ook aan jeugdhuizen en elke vorm van georganiseerde vrijetijdsbesteding.
‘Drie keer rellen, drie keer met jongeren: ‘Het is kwaadheid die hen verbindt. Ze vallen overal uit de boot.’ Didier Lebrun/pn
WIE ZIJN DE RELSCHOPPERS WAAR BRUSSEL GEEN VAT OP KRIJGT?
Wie zijn de relschoppers op wie Brussel geen vat krijgt?
Jong, allochtoon en boos op de wereld 

RELSCHOPPERS IN BRUSSEL WAREN NIET ALLEEN 'GAMINS': "DENDERSTREEK IS DE NIEUWE BANLIEUE"
De Morgen 

Bij de rellen in Brussel gaat het niet enkel om Brusselse 'gamins'. Ongeveer een derde van de relschoppers komt uit Vlaanderen. Alles lijkt te wijzen naar de Denderstreek. En dat verbaast experten niet. "Het is de nieuwe ‘banlieue’ van Brussel."
Ook andere, weliswaar onbevestigde, bronnen hebben het over jonge daders uit onder andere Aalst, Denderleeuw en Liedekerke.

Aucun commentaire: