dimanche 26 novembre 2017

Vive tension entre Zuhal Demir et un prédicateur islamique: «Vous devriez retourner à l’école»


Le Soir
Un reportage de l’émission « Nieuwsuur » avait créé la polémique en Flandre. Un prédicateur y mettait en garde contre la musique et a exhorté à ne pas se rendre dans des endroits où de l’alcool était vendu.
   

Tensions ce mardi soir entre la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances Zuhal Demir (N-VA) et l’ancien rappeur néerlandais Abid Tounssi. «  Elle devrait mieux faire ses devoirs  », a-t-il expliqué.
L’émission « Nieuwsuur » avait créé la polémique en Flandre à la suite d’un reportage montrant la leçon donnée par un prédicateur islamique dans la maison communale de Genk. Au cours de cette leçon donnée le 30 septembre, le prédicateur néerlandais Ali Houri a mis en garde contre la musique et a exhorté à ne pas se rendre dans des endroits où de l’alcool était vendu. Dans l’assistance, hommes et femmes étaient séparés. « Des fous religieux sèment la haine et traitent les femmes comme des déchets. A la maison communale de Genk ! Tolérons-nous cela ? », avait lancé sur Twitter la secrétaire d’Etat Zuhal Demir (N-VA), probable candidate aux communales à Genk.
Abid Tounssi était l’un des conférenciers. Face à Zuhal Demir ce mardi soir sur le plateau de l’émission « Van Gils en gasten », l’ancien rappeur a dénoncé le reportage : «  Nieuwsuur avait quatre ou cinq heures de matériel visuel, duquel ils ont sorti sept minutes. Ce qui a été dit était hors contexte. » Il a également précisé que les orateurs avaient été validés par le bourgmestre de Genk et qu’un agent communal était présent. Selon lui, l’agitation politique autour de la conférence n’a donc pas lieu d’être. «  Madame Demir doit mieux faire ses devoirs, elle doit retourner à l’école  », a-t-il donc déclaré, sous-entendant que la secrétaire d’Etat n’était pas au courant de tous les éléments de l’affaire avant de lancer ses attaques. 


VRAGEN BIJ PODIUM VOOR DUBIEUZE PREDIKERS: OOK ANTWERPEN STELDE STADSZAAL TER BESCHIKKING
Bruno Struys in De Morgen 


Ali Houri, een van de sprekers op een lezing in Genk, gaf ook een lessenreeks in een gebouw van de stad Antwerpen. © rv 

De conservatieve spreker Ali Houri gaf niet enkel een lezing in een zaal in het stadhuis in Genk, maar ook een lessenreeks in een zaal van de stad Antwerpen. "Dit had niet mogen plaatsvinden."
Niet enkel in Genk, maar ook in Antwerpen hebben de stadsdiensten een gebouw ter beschikking gesteld van de conservatieve Nederlander Ali Houri. In gemeenschapscentrum Den Tir, eigendom van de stad Antwerpen, heeft hij een lessenreeks gegeven over het gedrag en handelen van de profeet Mohammed.
Den Tir is in principe verboden terrein voor "levensbeschouwelijke activiteiten, erediensten en religieuze activiteiten". Bevoegd Schepen Fons Duchateau (N-VA) zoekt nog uit of de organisatoren hun goedkeuring hebben gekregen onder valse voorwendselen, of dat de administratie in de fout is gegaan. "In ieder geval had het niet mogen plaatsvinden", zegt zijn woordvoerder.
De lessenreeks van Ali Houri, alias broeder Alkhattab, is gestart op 19 september en zou volgens de aankondiging twaalf weken duren, maar het is onduidelijk of ze nu nog loopt. De vzw die zijn lezingen ondersteunt wil eerst onderzoeken wat er verteld is, of verteld wordt, voor ze een reactie geeft. Houri werkte in Antwerpen samen met de lokale afdeling van VOEM, de Vereniging voor Ontwikkeling en Emancipatie van Moslims. Niet VOEM zelf, maar een vrijwilliger zou de lessenreeks georganiseerd hebben.
Houri's metgezel bij zijn omstreden lezing in Genk, de voormalige rapper Abid Tounssi, was dit voorjaar bovendien te gast in het Cultureel Centrum van Deurne. Daarvoor is dan weer schepen Caroline Bastiaens (CD&V) bevoegd. Volgens haar zijn bij die aanvraag alle procedures correct gevolgd.
Ook in Genk stelt burgemeester Wim Dries (CD&V) dat een screening voor de goedkeuring van het event geen problemen aangaf. Aan het centrum voor dreigingsanalyse OCAD is gevraagd of deze sprekers bij hen gekend waren, maar dat bleek niet het geval. De politieagent die tijdens de lezing op 30 september aanwezig was, kon geen oproepen tot geweld of haatzaaiende boodschappen vaststellen.
Een uitzending van het Nederlandse tv-programma Nieuwsuur liet echter zien hoe Abid Tounssi en Ali Houri in die zaal van het Genkse stadhuis aan jonge moslims vertelden dat ontucht, te korte jurkjes en een café binnenlopen zondig is, net als muziek beluisteren.

Minstens een deel van de avond zaten de mannen vooraan in de zaal, afgescheiden van de vrouwen achteraan. Staatssecretaris voor Gelijke Kansen Zuhal Demir (N-VA) heeft het Instituut voor de gelijkheid van vrouwen en mannen om een onderzoek gevraagd.
"Religieuze gekken zaaien haat, zetten de bevolking tegen elkaar op en behandelen vrouwen als vuil op het Genkse stadhuis", zei Demir. "Moet een stadszaal daarvoor dienen?"
Volgens de organisatoren zijn de feiten waarop Demir zich baseert, geen correcte weergave van die avond. "Dat dit politiek wordt gerecupereerd, op nog geen jaar voor de verkiezingen, is triestig en onnodig polariserend", zegt Luc Mahdi Osselaer van vzw Kompas. 
Ook Abid Tounssi, die vroeger een populaire rapper was, maar ondertussen muziek heeft afgezworen, voelt zijn uitspraken uit de context gerukt. "Ze verwijten ons nu dat we vrouwonvriendelijk zijn, maar mijn videoclips waren pas vrouwonvriendelijk", zegt Tounssi. "Hoe bloter de vrouwen, hoe groter de kans dat ze in mijn clip kwamen." 

 
WIE ZIJN DIE CONTROVERSIËLE PREDIKERS DIE IN HET GENKSE STADHUIS EEN LEZING MOCHTEN GEVEN?
Yannick Verberckmoes en Bruno Struys De Morgen
De twee predikers die in het Genkse stadhuis een lezing hebben gegeven, zijn niet onbesproken. De een, Ali Houri, zou banden hebben met een veroordeelde haatprediker. De andere, Abid Tounssi, noemde zich als rapper "Nederlands grootste nachtmerrie". 
"Je kunt mij uitmaken voor orthodox, salafi en op mij een stempel willen plakken van welke moskee of stroming dan ook", schrijft prediker Ali Houri als een reactie op het item in Nieuwsuur. Dat hij ontstemd is met de manier waarop hij in het Nederlandse actualiteitenprogramma is neergezet, wil hij niet verbergen. "Hier klopt niks van."
Maar als je hetzelfde Facebook-profiel wat beter bekijkt, merk je dat er wel eens meer aan de hand zou kunnen zijn dan wat Nieuwsuur naar buiten heeft gebracht. In het programma toont Ali Houri zich als een vreedzame islamexegeet, die weliswaar oproept tot het uitbannen van muziek en alcohol, maar op zijn profiel vraagt hij ook steun voor Tarik Ibn Ali, een veroordeelde haatprediker.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"FALLAIT PAS LES LAISSER ENTRER" 

« Des fous religieux sèment la haine et traitent les femmes comme des déchets. A la maison communale de Genk ! Tolérons-nous cela ? », avait lancé sur Twitter la secrétaire d’Etat Zuhal Demir (N-VA), probable candidate aux communales à Genk.
Sa gouaille et ses mœurs libres l'ont rendue célèbre, mais Arletty le paya cher. On ne lui reprochait pas de s'être aplatie devant les nazis, juste d'avoir offert son corps à Hans Jürgen Sœhring, officier de la Luftwaffe. "Si vous ne vouliez pas que je couche avec les Allemands, lança-t-elle, imparable, à ses juges, fallait pas les laisser entrer !"
On les a, de fait, laisser entrer à Genk et aussi à Anvers et on les a même, apparemment, laissés parler.
Ceci dit, revenons sur le fond de l'affaire: "In het programma toont Ali Houri zich als een vreedzame islamexegeet, die weliswaar oproept tot het uitbannen van muziek en alcohol, maar op zijn profiel vraagt hij ook steun voor Tarik Ibn Ali, een veroordeelde haatprediker".
Retenons toutefois qu'à côté d'une interprétation aussi restrictive et réductrice du Coran telle que semblent la pratiquer ces imams de passage en Flandre, à Genk, à Anvers et sans doute ailleurs il en existe une tout autre, fondée sur le "regard éthique". 
1. "Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Miséricordieux" : "Dieu S’assigne à Lui-même la Miséricorde" autrement dit l'éthique.
2. "Louange à Dieu, Seigneur des univers" : l'éthique est universelle, elle vaut pour tout le multivers
3. "le Tout miséricorde, le Miséricordieux" : insistance sur l’éthique, d'ou son importance primordiale
4. "le roi du Jour de allégeance ": le jour où sera connu celui qui suit l'éthique de celui qui s'en écarte
5." C'est Toi que nous adorons, Toi de qui le secours implorons" : un croyant éthique adore un Dieu éthique
6. "Guide-nous sur le voie de rectitude" : la voie de l'éthique (l'éthique du Bel-agir)
7. "la voie de ceux que Tu as gratifiés, non pas celle des réprouvés, non plus que ce ceux qui s'égarent" : ceux qui pratiquent l'éthique, trouveront l'éthique (bel-agir trouvera-t-il ....)

C'est un raisonnement quo pour qui l'adopte (mais qui l'adopte?) paraît à peu près  imparable, d'autant que "Qui s'égare ne peut vous nuire si bien vous vous guidez" (V, 105)

Reste à savoir si cette lecture originale et téméraire d'un musulman éclairé-il en existe quelques uns, j'en ai rencontré un- est recevable par l'ensemble de la communauté?
Un adith ne dit-il pas que "tout musulman doit appréhender son texte fondateur comme s'il lui avait été révélé personnellement?"
Le choix serait il entre un islam éclairé et un islam des ténèbres?
Ou plus exactement, entre l'islam et la "dénégation" (Jacques Berque utilise le terme "dénégateurs"  pour désigner les "Mal Agissants"), c-à-d entre l'éthique et l’immoralité ou plutôt la malfaisance, entre le Bel-Agir et la barbarie?

Le célèbre poème d'Ibn Arabi pourrait alors s'écrire (ou plutôt s'interpréter)  alors de la manière suivante :

"De l'éthique nous somme issus
Selon l'éthique nous somme faits
C'est vers l'éthique que nous tendons
A l'éthique nous nous adonnons"

Difficile de ne  pas être séduit par ceci, même pour un libre penseur.
La présence de l'islam en Europe est un vrai challenge pour la société d'accueil.  Voir dans le Coran avant tout une "guidance" éthique, autrement dit un "rappel" des éthiques  plus anciennes de la Thora et des Evangiles, est une approche originale, hardie, fort séduisante mais , à l'évidence, très peu représentative. Mais comme dit le texte fondateur de l'islam: "patience est belle".
" Les musulmans sont-ils tous musulmans. Les musulmans sont-ils musulmans à perpétuité ? Les intellectuels dans le monde dit "arabe" luttent avec courage et travaillent pour l’avènement d’une culture post-islamique" (Hamid Zanaz)
MG


MONSIEUR EDWY PLENEL, NE ME DÉFENDEZ PAS!
(OPINION) La Libre Belgique
CONTRIBUTION EXTERNE
Une opinion d'Hamid Zanaz, journaliste et essayiste algérien résidant en France.
    

" Monsieur, la France n’est pas un pays raciste. Dire le contraire est un mensonge, une connerie. Alors taisez-vous.
Je suis de culture islamique et universelle, algérien résidant en France depuis plus d’une vingtaine d’années. En vous lisant et en vous écoutant depuis un certain temps sur le sujet de l’islam et des musulmans en France, je me demande, Monsieur Plenel (1), si nous vivons dans le même pays !
Dans vos articles, dans vos livres, dans vos interventions sur les plateaux de télévision, vous ne cessez de nous présenter, nous les Arabes, les Kabyles, les croyants, les non-croyants, avec éloquence et malice, comme des victimes passives d’un racisme inhérent à la société française. Nous sommes, selon vos analyses, des citoyens de seconde zone, rejetés, discriminés. Non seulement par une majorité de Français, mais par la République française elle-même !
Permettez-moi, Monsieur l’avocat autoproclamé des pauvres "musulmans", de vous dire que sous l’apparence de votre analyse complexe et de votre indignation scénarisée, vous n’annoncez que des balivernes. N’est-il pas irresponsable et idiot de lancer des mensonges que les faits démentent tous les jours ?
Les Arabes et les musulmans ne vivent pas dans un ghetto en France, ils ne sont pas les juifs du passé comme vous le dites avec légèreté, et sans mesurer les dégâts que pourrait provoquer ce discours calamiteux. Par la vulgarisation du ridicule mot de l’islamophobie, vous avez créé une guerre civile dans l’âme de chaque jeune issu de l’émigration. Depuis des années vous adressez des messages dangereux et irresponsables aux jeunes issus de l’émigration : la France ne veut pas de vous, la France n’aime pas votre religion, la France ne vous considère pas comme des Français à part entière, vous êtes discriminés à l’embauche, la France vous refuse le logement, la France a exploité vos parents, le colonialisme a massacré vos grands-parents, la France refuse de reconnaître ses crimes en Afrique du Nord, etc.
Comment voulez-vous, après toute cette incitation insidieuse à la haine, que certains de ces jeunes ne prennent pas les armes contre leur propre pays sali par votre discours mensonger ?
Ce discours essentialiste est responsable de l’islamisation des quartiers car vous avez poussé les jeunes dans les bras des Frères musulmans de l’Union des organisations islamiques de France, les amis de votre ami Tarik Ramadan.
Monsieur, la France n’est pas un pays raciste, dire le contraire est un mensonge, une connerie ni moins ni plus. Et c’est un étranger de culture islamique qui vous le rappelle ! Sachez, Monsieur le défenseur d’une cause fictive, que je ne me reconnais absolument pas dans votre discours de victimisation, alors que je ne vous ai rien demandé. Ne me défendez pas, je n’ai pas besoin de vous ni d’aucun autre tuteur. Le temps du paternalisme est révolu.
"Musulmans", dites-vous ? Les musulmans sont-ils tous musulmans, Monsieur l’intellectuel ? Les musulmans sont-ils musulmans à perpétuité ? Je ne vous permets pas de me désigner par une partie de moi-même, supposée ou réelle ! Comme j’ai le devoir de vous dire qu’au moment où les intellectuels dans le monde dit "arabe" luttent avec courage et travaillent pour l’avènement d’une culture post-islamique, vous encouragez ici l’obscurantisme et ses promoteurs tels que Tarik Ramadan.
Comme tous ceux que vous appelez faussement arabes et musulmans, de France et de Navarre, je suis majeur et vacciné. Ne parlez pas à ma place ! Merci.
(1) Auteur du livre-plaidoyer "Pour les musulmans" (2014), Edwy Plenel est cofondateur du site d’investigation et d’opinion Mediapart. Il a été récemment la cible de "Charlie Hebdo". Le périodique satirique l’a caricaturé en une sous la forme des singes de la sagesse qui se couvrent la bouche, les oreilles et les yeux pour ne pas voir. Une allusion aux liens de l’homme de presse avec l’islamologue Tariq Ramadan, ciblé par plusieurs dénonciations d’agressions sexuelles voire de viols (dans le cadre du #balancetonporc). En réponse, Plenel a déclaré que cette une fait partie d’une "campagne générale de guerre aux musulmans". Des propos considérés comme un appel au meurtre par la rédaction de l’hebdo.




Aucun commentaire: