samedi 16 décembre 2017

Jean-Pascal Labille au «Soir»: «Il faut un PS fort, un nouvel élan, sans Di Rupo»


Par David Coppi et Béatrice Delvaux Le Soir
Le secrétaire général des Mutualités socialistes ne croit pas le PS capable de se relancer avec Elio Di Rupo à sa tête. Pour lui, c’est Paul Magnette qui incarne l’avenir du parti. 



©Le Soir
C’est au siège des Mutualités socialistes que Jean-Pascal Labille a reçu Le Soir pour évoquer l’avenir du PS. Le Liégeois n’avait pas pu prendre la parole le 26 novembre dernier au congrès socialiste, qui clôturait le Chantier des idées. Il ne s’en est pas privé au cours d’un entretien où il s’exprime « au nom de Solidaris ».
Jean-Pascal Labille « salue le travail qui a été accompli pour le Chantier des idées » mais regrette que « le parti soit resté dans le rendu vertical, il n’y a pas eu de débat au congrès de Liège ». Il explique que « cette stratégie qui a consisté pour Elio Di Rupo, quelque part, à s’autolégitimer n’est pas à même de replacer le PS dans un bon rapport de force ». Car c’est bien l’actuel président du parti que charge Jean-Pascal Labille : « Les idées sont plus fortes qu’un homme, le parti est plus important que telle ou telle personne (…) J’ai dit que le PS devait être le plus fort possible pour pouvoir imposer les idées issues du Chantier des idées, et pour cela, je pense qu’on a besoin d’un nouvel élan, un nouvel essor, avec une nouvelle équipe. Dans le respect de tout ce qu’Elio a fait pour ce parti, et c’est immense, dans le cadre d’une transition . »
PAUL MAGNETTE POUR INCARNER CE RENOUVEAU
Le secrétaire général de Solidaris précise : « Il faut mettre le parti en ordre de marche, pas seulement pour gérer la société, mais pour la transformer durablement et en profondeur. Et si on veut aller à 30 %, il faut des élections internes. »
Pour incarner ce renouveau, Jean-Pascal Labille cite «  des gens qui ont une quarantaine d’années, ou moins de quarante ans, qui incarnent l’avenir du parti et qu’il faut associer au projet global. En plus, il y a des gens qui ont une magnifique expérience et qui savent la transmettre. »
Et il conclut donc : « Celui qui incarne le mieux l’avenir, c’est Paul Magnette. » 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ELIO DI RUPO SUITE ET FIN? 

"Il faut un ps fort, un nouvel élan, sans Elio di Rupo", selon Jean-Pascal Labille. C'est Paul Magnette qui incarne l'avenir du parti. Pour Labille "la stratégie qui a consisté pour Elio Di Rupo, quelque part, à s'autolégitimer n'est pas à même de replacer le PS dans un bon rapport de force". "Les idées sont plus fortes qu'un homme, le parti est plus important que telle ou telle personne", ajoute-t-il.
"Je pense qu'on a besoin d'un nouvel élan, un nouvel essor, avec une nouvelle équipe", dit encore le secrétaire général des Mutualités socialistes, qui s'exprime dans cette interview au nom de Solidaris. "Celui qui incarne le mieux l'avenir, c'est Paul Magnette.", conclut-il, appelant à des élections internes au parti.
Sans l'appui des mutualités et/ou celui de la FGTB, Di Rupo est perdu. Exit donc le président Elio et vivat le président Paulo.
Reste à savoir si cela suffira à refaire monter le PS dans les sondages. Rien n'est moins sûr.  Les socialistes sont en crise partout en Europe.
MG

Aucun commentaire: