lundi 12 février 2018


La Libre Belgique
NATHALIE STEIWER, CORRESPONDANTE À BERLIN

Les familles politiques se déchirent après la conclusion du contrat entre SPD, CDU et CSU.
Le carnaval bat son plein en Allemagne et la pagaille politique est à son comble. Après quatre mois d’allers et retours, la chancelière Angela Merkel avait enfin son programme de gouvernement et une équipe de coalition presque complète mais voilà : l’encre du contrat de mariage est à peine sèche que les familles politiques se déchirent déjà.
Première victime des déflagrations internes, Martin Schulz a renoncé à briguer le poste de ministre des Affaires étrangères sous la pression de son parti. "J’espère sincèrement que cela mettra fin aux débats personnels au sein du SPD", a-t-il expliqué vendredi. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EXIT SCHULZ 

Le fringant et très arrogant président du parlement européen a fait long feu au SPD. Il ne sera pas ministre des affaires étrangères et rien ne dit que le gouvernement de Angela Merkel verra vraiment le jour. Macron, on l'imagine se fait un sang d'encre. Son projet de relance du couple franco allemand a du plomb dans l'aile.
Mais surtout: quelles surprises nous réserve Berlin?
MG 

Aucun commentaire: