samedi 3 mars 2018

Les Bruxellois apprécient la diversité de leur ville mais pointent le communautarisme


Le Vif
Source: Belga
Plus de 40% des Bruxellois sont plus méfiants dans l'espace public depuis les attentats à Bruxelles en 2016, selon les résultats présentés vendredi du projet BruVoices mené par la Fondation Roi Baudouin, en collaboration avec la Région de Bruxelles-Capitale.

© iStock

Il en ressort également que les Bruxellois ont une perception globalement positive de leur ville, ils apprécient sa diversité, son ouverture et sa qualité de vie. Ils ont cependant épinglé un certain "chaos" ou le communautarisme. Ce projet visait à évaluer la capacité de résilience urbaine et la cohésion sociale à la suite des attentats de Bruxelles.
Près de 40% des Bruxellois évitent les endroits rassemblant beaucoup de monde et environ 43% sont plus méfiants dans l'espace public, révèle cette étude quantitative. Par contre, ils sont moins de 20% à éviter les transports en commun.
La Ville est plutôt perçue comme diversifiée et internationale, ouverte, passionnante, assez hospitalière et progressiste. Par contre, elle apparaît relativement mal structurée et peu solidaire. Globalement, la ville est appréciée pour sa qualité de vie, mais décriée pour la saleté et le trafic.
Le sentiment de chaos est plus fortement ressenti en se rapprochant du centre, les communes de la périphérie étant perçues comme plus vertes et plus sûres. Le canal reste le signe d'une fracture entre un "Sud" plus riche et verdoyant et un "Nord" dit plus peuplé et plus pauvre.
Pour 70% des répondants, être Bruxellois représente une part importante de leur identité.
Une assemblée citoyenne sera organisée le 17 mars à l'hôtel Bloom. Elle constituera la dernière étape de ce processus participatif. Elle permettra aux Bruxellois d'échanger leurs idées pour favoriser à l'avenir la rencontre et les échanges entre habitants.
L'initiative BruVoices est allée à la rencontre des Bruxellois et les a invités à s'exprimer sur leur ville à compter de fin janvier 2017. Au total, 1.026 Bruxellois ont fait entendre leurs voix, 500 personnes en participant à 51 groupes de conversation et 526 autres en répondant à des interviews de 30 à 45 minutes.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"POUR 70% DES RÉPONDANTS, ÊTRE BRUXELLOIS REPRÉSENTE UNE PART IMPORTANTE DE LEUR IDENTITÉ."

Il semble que la Fondation Roi Baudouin pose de bonnes questions.
Encore faut-il qu'elle fournisse au monde politique en panne d'idées les bonnes réponse.
"Pour 70% des répondants, être Bruxellois représente une part importante de leur identité." Reste à savoir évidemment s'il existe une identité bruxelloise, saint-gilloise, ixelloise, schaerbeekoise etc. C'est sans doute une question à explorer digne d'intérêt pour les 19 municipalistes communaux. Mon grand père maternel, né à Schaerbeek, avait  émigré en fin de vie à cause de la transformation pour motif d'Expo 58 du bd Lambermont en autoroute urbaine et était fier d'être schaerbeekois bien qu'il fût supporter acharné de l'union. Ma mère qui a vécu 97 ans naquit et mourut à Schaerbeek. C'était une fanatique de sa commune qu'elle n'a jamais quittée. Mes filles en revanche ont voulu fuir Schaerbeek au plus vite et ne peuvent comprendre que je veuille y retourner vivre un jour.
"La Ville est plutôt perçue comme diversifiée et internationale, ouverte, passionnante, assez hospitalière et progressiste. Par contre, elle apparaît relativement mal structurée et peu solidaire. Globalement, la ville est appréciée pour sa qualité de vie, mais décriée pour la saleté et le trafic."
Ce paragraphe résume assez bien le ressenti général des Bruxellois.
"Les Bruxellois ont une perception globalement positive de leur ville, ils apprécient sa diversité, son ouverture et sa qualité de vie. Ils ont cependant épinglé un certain "chaos" ou le communautarisme."
La notion de communautarisme est vague et souvent confuse dans l'esprit des gens. On espère que la campagne communale qui s'annonce dure sera de nature à mettre ces questions à l'honneur.
MG

Aucun commentaire: