lundi 9 avril 2018

Communales 2018: Els Ampe (Open VLD) veut arrêter la création de logements sociaux à Bruxelles

Le Soir

Pour l’échevine, les habitations sociales attirent la pauvreté.
Dans un entretien accordé au quotidien De Standaard, l’échevine Open Vld Els Ampe, a affirmé que les libéraux de la Ville de Bruxelles plaideront dans leur programme électoral, pour un arrêt de la construction de logements sociaux.
Pour elle, une partie des logements publics du Pentagone, lesquels représentent un tiers de l’ensemble, sont des habitations du CPAS ou des habitations sociales, ce qui «  n’est pas sain  ».
Aux yeux d’Els Ampe, «  les habitations sociales attirent la pauvreté et c’est intenable dans la situation actuelle. En 1980, les Bruxellois étaient les habitants les plus riches du pays ; actuellement ils en sont les plus pauvres  ». Il importe à présent d’«  œuvrer à la progression sociale de ceux qui y sont déjà  ». D’après l’échevine, les libéraux plaident pour une meilleure répartition des logements sociaux dans l’ensemble des communes bruxelloises et pour un marché immobilier privé plus important, s’adressant à la classe moyenne.
BIANCA DEBAETS : « CELA NE RÉSOUT PAS LES PROBLÈMES »
Mettre fin à la construction de logements sociaux ne résoudra pas le problème de la pauvreté pas plus que celui de l’exode urbain, a affirmé mercredi après-midi la secrétaire d’Etat bruxelloise CD&V Bianca Debaets, qui siège au sein du groupe CDH à la Ville de Bruxelles.
Pour Bianca Debaets, une des figures de proue de la liste sociale-chrétienne bilingue de la Ville en vue des élections d’octobre, il faut que les pouvoirs publics continuent à fortement investir dans les logements sociaux, sachant qu’un enfant sur quatre grandit dans la pauvreté. Y mettre fin poussera davantage les familles fragilisées vers des logements non conformes aux normes ou appartenant à des marchands de sommeil.
«  Les pouvoirs publics doivent suffisamment investir dans des quartiers socialement diversifiés et prévoir une répartition réfléchie des logements sociaux dans la Région. C’est pourquoi, le CD&V veut continuer à miser sur des formes de logements qualitatifs et sur suffisamment d’incitants financiers et fiscaux afin de conserver et d’attirer la classe moyenne », a-t-elle tenu à dire.
La classe moyenne ne quitte pas Bruxelles parce que le nombre de logements sociaux augmente. Chaque Bruxellois souhaite avant tout avoir une maison dans un quartier attrayant, en sécurité et où il fait bon vivre. Cela passe par un enseignement de qualité, des espaces verts où les enfants peuvent jouer, des trajets vers l’école en toute sécurité, etc., a-t-elle insisté.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EXODE DE LA CLASSE MOYENNE BRUXELLOISE?

"La classe moyenne ne quitte pas Bruxelles parce que le nombre de logements sociaux augmente. Chaque Bruxellois souhaite avant tout avoir une maison dans un quartier attrayant, en sécurité et où il fait bon vivre. Cela passe par un enseignement de qualité, des espaces verts où les enfants peuvent jouer, des trajets vers l’école en toute sécurité"
On ne saurait mieux dire. C'est autour ce cette problématique finement synthétisée que se déroulera la bataille  des communales en octobre. Selon M. Ahrouch du parti Islam,  un tiers de la population bruxelloise est musulmane. "Avec ce nom (Islam), nous représentons ce groupe", a ajouté le conseiller communal anderlechtois. Les deux tiers restants  vieillissent rapidement et leurs enfants et petits enfants choisissent de plus en plus de migrer vers la périphérie.
L'insécurité, la médiocrité de l'enseignement, la paralysie de la mobilité et le prix de l'immobilier les y poussent de plus en plus.
Les candidats municipalistes devront faire preuve de beaucoup de créativité et de force de persuasion pour inciter les jeunes ménages à ne pas fuir la région Bruxelles capitale. Bruxelles est carrément à la croisée des chemins.
MG

Aucun commentaire: