samedi 12 mai 2018

Accord entre le fédéral et les communes de Bruxelles concernant les migrants à la Gare du Nord


L’accord vise à intensifier l’approche du problème.
Un accord de principe a été trouvé concernant la présence de nombreux migrants, en transit en Belgique, à proximité de la Gare du Nord à Bruxelles, entre le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et les bourgmestres de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) et de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (DéFI). L’accord vise à intensifier l’approche du problème. Mercredi, la police fédérale et les polices locales auront pour mission d’élaborer un plan opérationnel, indique lundi Jan Jambon sur son compte Twitter.
Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) se sont réunis lundi avec les services de police locale et fédérale ainsi que l’Office des étrangers pour évoquer la présence de nombreux migrants, en transit en Belgique, à proximité de la Gare du Nord à Bruxelles.
Après la fin du plan hivernal, la Région bruxelloise a annoncé jeudi qu’elle soutiendra la réouverture, pour compte du gouvernement fédéral, d’un centre d’accueil à Haren afin d’abriter les nombreuses personnes sans logement, dont certaines dépourvues de titre de séjour valable, qui errent dans les alentours de la Gare du Nord.
« 0 EUROS »
Le secrétaire d’Etat Francken a répliqué vendredi que le fédéral ne soutiendrait pas cette réouverture. «0 euro», a-t-il répondu sur Twitter, rendant les bourgmestres et policiers bruxellois responsables de la situation.
Accusé par Theo Francken de mener «un petit jeu électoraliste», le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFI) a au contraire fustigé la stratégie de la N-VA et de son secrétaire d’Etat dans ce dossier. «Theo Francken et la N-VA sont très forts dans les tweets, mais faibles sur le terrain», a-t-il lâché.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ELECTORALISME DE PART ET D'AUTRE 

Il est clair que ces déclarations relèvent de la com. et visent à caresser l'électorat dans le sens du poil. C'est de bonne guerre tant du côté de Francken que de celui de Clerfayt. La campagne électorale communale sera dure et les prochaines élections fédérales/régionales (2019) seront sans pitié.


Aucun commentaire: