dimanche 6 mai 2018

Fête de l’Iris: l’appel à la prudence de Charles Picqué

Près de 700 convives avaient répondu présents à l’invitation du Parlement bruxellois ce samedi. La réception annuelle qui marque le coup d’envoi de la fête de l’Iris a attiré des invités rares.
Le ministre-président de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort (PS), a rappelé les avancées de l’année écoulée en matière d’allocations familiales ou encore de baisse du chômage. Son collègue Charles Picqué, en tant que président du parlement bruxellois s’est lâché sur le volet institutionnel : «  Il ne faut pas confondre réforme et aventure  ».
Aux côtés du Premier ministre Charles Michel, Didier Reynders (MR), candidat à la présidence de la Région avait fait le déplacement. Au premier rang pour écouter les discours, on a aussi vu Philippe Close (PS). Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles rompait ainsi avec la tradition d’absentéisme sous la période Yvan Mayeur.
L'événement a été l’occasion pour le ministre-président de la Région, Rudi Vervoort (PS), de dresser un bilan. Son quatrième, à un an des élections régionales. Il a pointé les avancées (réformes des allocations familiales, baisse du nombre de demandeurs d’emploi, réforme fiscale…) et ce qu’il restait à faire, notamment en matière d’enseignement. «  Malgré nos efforts, et les quelques 12.000 places que nous ouvrirons dans le secondaire sur une quinzaine d’années, il manquera près de 7.000 places à l’horizon 2025.  »
Pour réformer, Rudi Vervoort mise sur la concertation. Il veut poursuivre l’application d’une méthode qui « associe » et « cherche le compromis ». « Une méthode qui alimente les convergences et convoque le sens de l’intérêt commun.  »ķ
TOUT LE MONDE VEUT RÉFORMER BRUXELLES…
Un petit tacle aux nombreuses propositions que l’on peut lire dans la presse ces derniers mois ? Entre le « One Brussels » des socialistes néerlandophones, la « page blanche d’Ecolo », la « troisième voie sans réforme institutionnelle » du CDH et du CD&V ou encore les cinq idées d’Olivier Maingain (Défi) ce samedi dans Le Soir, tout le monde y va de son projet pour l’avenir de la capitale.
… « NE PAS CONFONDRE RÉFORME ET AVENTURE » RÉPOND CHARLES PIQUÉ
Et cela a le don d’agacer Charles Picqué (PS). Celui qui était déjà là lors de la création de la Région en 1989 et est aujourd’hui le président de son parlement, s’est lâché : «  Nous entrons dans une période agitée qui exigera de notre part une préoccupation constante, pour que les intérêts de notre population ne soient pas mis à mal par la fièvre des affrontements politiques et le risque d’instabilité institutionnelle. À ceux qui disent qu’ils suffiraient de faire ceci, ou cela, je rappelle qu’il ne faut pas confondre réforme et aventure. Ce sont des équilibres fragiles qui ont présidé à la création de noter région.  »
UN « DEAL » AVEC LES NÉERLANDOPHONES SUR LE DÉCUMUL
Sur la question du décumul des mandats qui est en train de se transformer en conflit communautaire à Bruxelles, il propose sa solution : «  Ne peut-on pas imaginer un « deal » pragmatique ? Passer en force, contre la volonté des néerlandophones, laissera de traces.  ». Il propose d’instaurer une exception pour les partis néerlandophones jusqu’en 2024, en échange d’une diminution du nombre de députés.
Celui qui est aussi bourgmestre de Saint-Gilles s’inquiète  d’un repli régionaliste bruxellois qui, en plus d’être impossible selon lui, se limiterait aux seuls francophones. «  Nos concitoyens sont témoins des mésententes politiques mais n’ont qu’un message à nous adresser : « arrangez-vous pour que ça marche ». Restons raisonnables ! ».


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
INQUIÉTUDE?

Charles Piqué : «  Nous entrons dans une période agitée qui exigera de notre part une préoccupation constante, pour que les intérêts de notre population ne soient pas mis à mal par la fièvre des affrontements politiques et le risque d’instabilité institutionnelle. À ceux qui disent qu’ils suffiraient de faire ceci, ou cela, je rappelle qu’il ne faut pas confondre réforme et aventure. Ce sont des équilibres fragiles qui ont présidé à la création de noter région.  »
. «  Nos concitoyens sont témoins des mésententes politiques mais n’ont qu’un message à nous adresser : « arrangez-vous pour que ça marche ». Restons raisonnables ! ».
Restons raisonnables?
Est il vraiment raisonnable de créer un musée d'art contemporain qui promet d'être un gouffre à millions quand les finances régionales sont à mal? Est il, raisonnable  d'inviter 700 convives à la fête de l'Iris ad majorem gloriam des excellences socialistes réunies pour un grand messe pré électorale destinée à redorer l'image du PS quelques mois après la démission peu glorieuse d'Yvan Mayeur et l'éclipse de Laurette Onkelinx? Est ce vraiment raisonnable de vanter les mérites du gouvernement régional quand tous les Bruxellois se lamentent au quotidien de la gestion calamiteuse de la mobilité confiée à un ministre SPa qu'on voit peu sur les photos de famille réjouies?
Mais que nous dit exactement l'ancien homme fort de Bruxelles? : "  Nous entrons dans une période agitée qui exigera de notre part une préoccupation constante, pour que les intérêts de notre population ne soient pas mis à mal par la fièvre des affrontements politiques et le risque d’instabilité institutionnelle."
Est ce à dire que la Région bruxelloise risque de subir de nouvelles attaques de la part du parti nationaliste flamand qui monte, qui monte?
MG


Bart De Wever n’exclut pas d’être Premier ministre
Le Soir

Le président de la N-VA était l’invité de l’émission Terzake.
Invité de l’émission Terzake, Bart De Wever n’a pas exclu la possibilité de renoncer à son poste de bourgmestre de la ville d’Anvers pour devenir Premier ministre si cela s’avérait nécessaire surtout en cas de montée de la gauche en Wallonie et pour diriger la Belgique vers le confédéralisme.
.« Je ne peux rien exclure. Si nous sommes confrontés à une montée de la gauche en Wallonie, je pense que nous devrons le plus vite possible mener le basculement vers le confédéralisme. S’il est nécessaire que je prenne le leadership pour mener ce processus, ils peuvent sans problème me retirer temporairement de l’hôtel de ville pour ce faire », a affirmé vendredi soir le président de la N-VA Bart De Wever sur le plateau de la VRT
Le président de la N-VA a toutefois précisé qu’il n’avait aucun impact sur les élections fédérales en Wallonie alors qu’il peut avoir son mot à dire en Flandre.
D’ici la fin de la législature, Bart De Wever espère surtout avoir un budget à l’équilibre mais a admis que l’équipe gouvernementale en place n’y arrive pas. Il estime que pour y parvenir, il faudrait réduire les dépenses au niveau de la sécurité sociale.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CHARLES MICHEL: «JE NE SAVAIS PAS QUE BART DE WEVER S’INTÉRESSAIT AUTANT À LA BELGIQUE»

Présent à la Fête de l’Iris, Charles Michel a réagi de manière particulièrement amusée aux propos de Bart De Wever tenus hier soir dans l’émission TerZake. Bart De Wever Premier ministre ? «  Je ne savais pas qu’il s’intéressait autant à la Belgique  », sourit le libéral.
Le confédéralisme si la gauche l emporte en 2019 ? «  Les électeurs de la N-VA vont être ravis de savoir qu’ils auront droit au chaos communautaire et en plus au PS  », poursuit le Premier ministre.
Pas de boycott du fédéral à l’égard de Bruxelles donc… Pas d’ostracisme non plus à l’égard de Kanal, inauguré hier en l’absence de représentant fédéral aux côtés de Françoise Nyssen, ministre française de la Culture. «  Mais je n’étais pas invité, précise Charles Michel. Nous avons vérifié au cabinet : aucune invitation ne nous est parvenue. Si j’en avais reçu une j’y serais allé. Et j’irai voir Kanal. »
A la Fondation Kanal, on confirme avoir invité tous les membres de tous les gouvernements du pays.




COMMENTAIRE DE DIVERCITY
FRANCHIR LE KANAL

" Nous avons vérifié au cabinet : aucune invitation ne nous est parvenue. Si j’en avais reçu une j’y serais allé. Et j’irai voir Kanal. » précise Charles Michel.
Aurait-il l'intention de franchir le Kanal rouge, comme César autrefois le Rubicon?
Signal faible ou signal fort à l'endroit du Parti socialiste? Allez savoir en politique...
MG

Aucun commentaire: