vendredi 18 mai 2018

Le ramadan commencera jeudi pour les musulmans de Belgique

Le Vif
"Le jeûne du mois de Ramadan débutera cette année ce jeudi 17 mai 2018", a annoncé mardi soir l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB).
Dans certains pays, le ramadan commencera déjà mercredi. En Belgique, le Conseil des Théologiens s'est réuni mardi soir et a fixé à jeudi le début de cette période. "L'EMB et son Conseil des Théologiens adressent leurs meilleurs voeux à toute la communauté musulmane de Belgique et souhaitent que ce mois sacré s'inscrive dans la piété, l'entraide et le dialogue avec toutes les composantes de la société belge", a indiqué l'organe représentatif du culte islamique. Le ramadan est le neuvième mois du calendrier lunaire arabe, déterminé localement en fonction de l'observation de la lune.
Il s'agit d'une période de prière et de jeûne, qui constitue l'un des piliers de l'islam. Pendant toute sa durée, à l'exception des personnes les plus fragiles, les croyants doivent s'abstenir de manger, boire, fumer et avoir des rapports sexuels du lever au coucher du soleil. Le ramadan se termine avec la fête de l'Aïd Al Fitr, la fête de rupture du jeûne. L'an dernier, il avait eu lieu du 27 mai au 25 juin.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
RAMADAN : C’EST LE CALENDRIER QUI FAIT FOI !

Arrêtez de prendre les musulmans pour des idiots !
Le mois de ramadan étant le mois du jeûne pour les musulmans, on pourrait logiquement s’imaginer que celui-ci commence le premier jour de ce mois pour se terminer le dernier jour de ce même mois. Eh bien, non ! Une fois de plus, on prend les musulmans pour des idiots ! Si dans certains pays, le ramadan commencera bien mercredi 16 mai 2018, en Belgique, le Conseil des Théologiens de l’EMB[1] a fixé à jeudi 17 mai, le début de cette période, soit avec un jour de retard.
TOUT ÇA POUR ÇA !
Tout comme ce sont les médecins qui soignent les gens et pas les maréchaux-ferrants, ce sont les astronomes et non les théologiens qui étudient la lune ! Par conséquent, pour connaître le début du mois de ramadan, il suffit de regarder son calendrier : le premier jour du mois de ramadan 1439 (calendrier lunaire Hégirien) correspond bien au mercredi 16 mai 2018 (calendrier solaire Grégorien). Tous les calendriers de la planète l’attestent, même celui du Centre islamique et culturel de Belgique !
Outre le fait qu’il ne peut y avoir deux dates différentes pour le début du même mois, cette situation qui se répète chaque année, décrédibilise à de manière magistrale un organisme censé gérer le culte islamique en Belgique ! Que penser de gens, qualifiés de « théologiens », qui ne sont même pas capable de consulter un simple calendrier ? Mieux que ça, sur Internet, on peut même avoir l’heure exacte, à la seconde près tout de même, de la nouvelle lune[2].
Alors que tout semble évident pour les onze autres mois du calendrier lunaire musulman, pourquoi se pose-t-il un problème dit de « doute » pour le mois de ramadan ? Rappelons que le calendrier lunaire, comme son nom l’indique, est basé sur le cycle de la lune qui est bien connu, et ce depuis longtemps, des astronomes spécialisés qui, à l’ère de l’informatique, peuvent prévoir les nouvelles lunaisons bien à l’avance et à la seconde près !
Les fameux jours de doute qui, historiquement, concernaient le début du jeûne basé sur l’apparition de la nouvelle lune dans le ciel extrêmement pur de l’Arabie du VIIème siècle et sa perception de visu par les musulmans à une époque où les moyens techniques et de communication ne permettaient pas de faire autrement, se sont transformés à notre époque en jours de doute concernant le début et la fin du mois de ramadan lui-même, ce qui constitue, il faut le reconnaître, une incroyable régression.
Cette situation des plus ridicules entraîne des musulmans vivant dans un même pays, dans un même quartier, voire sous le même toit, à commencer et à terminer leur jeûne rituel à des dates différentes comme s’il y avait un cycle lunaire différent pour chacun d’entre eux !
De deux choses l’une : soit les données de l’astronomie s’appliquent aux douze mois de l’année lunaire pour donner un calendrier digne de ce nom, soit ce calendrier se construit au jour le jour, en fonction d’on ne sait quel improbable critère, ce qui ferait des musulmans la seule communauté au monde dépourvue d’un calendrier annuel !
Par ailleurs, l’horaire des prières rituelles, établi en fonction du cycle du soleil, est déterminé à l’avance. Le cycle solaire serait-il plus fiable ou moins fantaisiste que celui de la lune ?
Autrement dit, quel est l’intérêt de se baser sur le cycle de la lune si celui-ci n’est pas fiable pour dater son Histoire ? Quant au Coran, il incite de manière tout à fait explicite à ce calcul astronomique :
« C’est Lui qui a fait du soleil un flamboiement, de la lune une lumière, qu’Il mesure en stations pour vous faire connaître le nombre des ans et le calcul. Dieu n’a créé tout cela que dans le Vrai. Il explicite Ses signes pour ceux capables de connaître. » (X, 5)
On m’objectera que le Coran recommande à « quiconque parmi vous sera témoin de la naissance de ce mois, le jeûnera » (II, 185). À ce jeu-là, je vous réponds que le Coran demande juste deux versets plus loin : « Mangez et buvez jusqu’à ce qu’un fil blanc se laisse par vous distinguer d’un fil noir » (II, 187).
Cet exercice de style coranique porte un nom : la métaphore ! La preuve : vous en connaissez beaucoup, des musulmans qui sortent leurs ficelles blanches et noires à l’aurore pour savoir s’ils doivent commencer à jeûner ? Alors, quitte à avoir une lecture littéraliste du Coran, autant l’avoir pour tous les versets !
Si l’on pousse cette logique à son paroxysme, il faudrait attendre de consulter un « conseil de théologiens » avant de déclarer la naissance ou la mort de quelqu’un qui naît ou qui meurt le premier jour du mois de ramadan ! Celui qui veut prendre ses congés annuels durant le mois de ramadan, doit-il attendre de voir la première lune de ce mois avant de solliciter son congé ?
Tout cela est évidemment ridicule et va à l’encontre du cours même de la vie alors que le Coran précise – dans le même verset qui concerne la naissance du mois de ramadan –, que « Dieu n’exige de vous que l’aisé, Il n’exige pas de vous le malaisé » (II, 185) !
Nous voilà une fois de plus face à un bel exemple de lecture radicale du Coran, alors même que l’on n’a pas encore digéré le fameux manifeste « contre le nouvel antisémitisme en France » qui est censé trouver sa justification dans le texte fondateur de l’islam. Cela fait tout de même beaucoup en peu de temps !
LE CORAN APPELLE À L’EXERCICE DE LA RAISON
Si cela a échappé aux théologiens de l’EMB, je leur rappelle que le Coran exhorte, notamment dans le magnifique récit de Joseph (sourate Youssouf) avant tout à l’exercice de la raison :
« Nous l’avons fait descendre en forme de Coran arabe, escomptant que vous raisonniez.
Dis : “Ceci est mon chemin. J’appelle à Dieu dans la clairvoyance, moi et tous ceux qui me suivent ˮ. » XII, 2, 108)
Le calendrier est en réalité une affaire de conventions. Par conséquent, il est grand temps que les musulmans se mettent d’accord sur une méthode aussi simple : c’est une question de crédibilité et de bon sens.
Ali DADDY

Aucun commentaire: