dimanche 22 juillet 2018

Philippe, le Roi qui règne à l’ombre

BÉATRICE DELVAUX
Le souverain est autorisé à remplir une fonction mais sans que cela se voie vraiment.


Philippe, le Roi lisse ? C’est ce qu’on pourrait conclure de ses cinq premières années de règne qui n’ont été marquées par aucun excès ou expression saillante. Ce que certains pourraient déjà considérer comme un objectif atteint.
Le nouveau souverain marche sur une poutre étroite, autorisé à remplir une fonction mais sans que cela se voie vraiment, ou alors de façon cadrée et discrète. Comme si le mot d’ordre était : « Règne à l’ombre. »
Un chef d’Etat protocolaire ? Par bien des aspects, oui : son rôle politique est quasi inexistant et son influence, d’apparence. Mais ce serait injuste de le comparer avec ses prédécesseurs, que ce soit le très intervenant Baudouin, ou le très vibrant Albert II. Les circonstances actuelles sont en effet extrêmement différentes, car potentiellement explosives, avec une N-VA séparatiste et républicaine au gouvernement. Toute action ou prise de parole est soumise à une prudence de Sioux : surtout ne rien faire qui précipiterait la fin de la monarchie, ou celle de la Belgique.
La discrétion du Roi et son comportement, plus que jamais aligné sur celui du gouvernement, préservent les intérêts du Premier ministre Charles Michel, qui serait très embarrassé par des attitudes ou prises de position royales plus marquées. Même l’empathie est sous contrainte. Sous d’autres cieux, on aurait vu ou entendu le Roi s’exprimer avec enthousiasme et soutien envers la Plateforme citoyenne qui héberge les réfugiés du parc Maximilien. Et la seule allusion belgicaine autorisée semble devoir se limiter aux Diables rouges.
Coincé entre les difficultés du monde (et de l’Europe), l’équilibre d’un gouvernement sous haut contrôle nationaliste et les incartades de ses proches (Laurent, Delphine, les parents Albert et Paola), le couple royal peut juste exprimer cette volonté forcenée de servir l’image et l’économie du pays, mû par la volonté de bien faire autant que tétanisé par la peur de mal faire.
Le couple royal a atteint les nouveaux objectifs, extrêmement définis et limités, dans les prés carrés très convenus qui lui ont été fixés, avec une simplicité et une classe que, dans ce pays, on préfère à la flamboyance. Sur ce point, la monarchie fait l’unanimité. Ce qui, vu le contexte, est une sorte de prouesse.
On dit le Roi très attaché à des valeurs. De quoi se départir de l’extrême prudence actuelle si la configuration politique le lui dictait ? Le futur reste à écrire.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN MONARQUE CORNAQUÉ?

La fonction royale qui est au centre de l'appareil constitutionnel belge est assurément réduite ad minima. Nos souverains marchent dans les clous. Les clous sont définis par la majorité et dépendent du bon vouloir de la NVA.
Il en résulte une impression de monarchie terne malgré le charisme "chicos" de Mathilde et le profil très prometteur de la jeune princesse Elisabeth. Philippe marche sur des oeufs et tourne sept fois la langue dans sa bouche en cul de poule avant de ne rien dire qui puisse heurter. Il est, de fait, lisse et ennuyeux comme un jour sans soleil. "Son" discours du 21 juillet d'un convenu affligeant fut prononcé sur un ton feutré avec une diction incertaine et un regard éteint. On ne lui pardonnerait pas une fanfaronnade à la Macron au stade du mondial à Moscou, voire une affaire Benalla. Hors de question!
En Belgique, le roi règne mais ne gouverne pas. Philippe règne carrément "light" conformément aux voeux du parti nationaliste flamand au pouvoir, comme le suggère l'excellente analyse de Béatrice Delveaux.
A quoi bon vouloir supprimer une monarchie tellement discrète qu'elle devient presque invisible. Les joggeurs de Laeken et environs aimeraient pouvoir demain courir dans son domaine privé qui constitue un des plus vastes espaces verts de la capitale. Finiront-ils par  squatter le domaine royal?
Et pourtant, constitutionnellement (le mot est long) le rôle du" roi arbitre" sera déterminant après les élections fédérales de 2019.
Le roi devra désigner alors un informateur, un explorateur avant de désigner un formateur de gouvernement.
Ce sera à tout le moins compliqué, tellement compliqué que cela pourrait même être tout à fait insoluble.
Mais attention, le couple royal s'est montré au bal populaire des Marolles en l'absence de Laurent et Claire qui en avaient fait leur point de chute annuel.
Quel contraste avec le discours  musclé du ministre président Bourgeois le jour de la fête "nationale" flamande et l'allucution d'adieu téméraire du président du parlement flamand. Pour Jan Peumans, il est temps de les concrétiser. Il propose d'aboutir à une Constitution flamande en 2021, année du cinquantenaire de l'institution du Conseil culturel de la Communauté culturelle néerlandaise, ancêtre du Parlement flamand. Cette Constitution, souligne le nationaliste, doit entrer dans le cadre d'un fédéralisme de coopération, mais être placée sur un même pied que la Constitution belge, en vue d'une plus grande autonomie de la Flandre.
Dont acte.
MG


VANDAAG ZIJN WIJ VLAMINGEN ONMISKENBAAR EEN VOLK EN EEN NATIE': DE INTEGRALE 11 JULITOESPRAAK VAN BOURGEOIS

Vlaanderen is een plek waar mensen een collectieve identiteit vinden, zegt Geert Bourgeois aan de vooravond van 11 juli.Lees ook: Bourgeois droomt van excellerende Vlaamse wereldburgers (en een overwinning van de Rode Duivels)
En weer zijn we hier, op de Groeningekouter, op deze lieu de mémoire, om het Feest van de Vlaamse Gemeenschap, om onze nationale feestdag te vieren. Die ene dag van het jaar waarop wij ons, meer dan op andere dagen, over levensbeschouwelijke en religieuze, over politieke en ideologische, over sociale en culturele verschillen heen, verbonden weten als Vlaming, als bewoner van het laagland tussen Noordzee en Maas, waar wij thuis kunnen zijn, waar wij thuis mogen zijn.
Altijd al wilden, altijd weer willen mensen ergens thuis zijn. Altijd al zochten, en altijd weer zoeken mensen een plek waar zij beschutting en bescherming vinden, vertrouwdheid en geborgenheid - en in deze rusteloze tijd van globalisering en digitalisering, van ontgrenzing en versnelling, van veranderingsangst en toekomstonzekerheid wellicht meer dan ooit tevoren.
Vandaag zijn wij Vlamingen onmiskenbaar een volk en een natie.
Lode Wils, die als geen ander historicus de Vlaamse Beweging bestudeerd heeft, zegt het zo:
'Een mens is niet alleen een individu, maar ook een collectief wezen met een psychologische drang om ergens thuis te horen. Hij heeft behoefte aan een collectieve identiteit, een groep of een waaier van groepen waarmee hij zich kan identificeren en waarin hij sociale status, veiligheid en eigenwaarde zoekt.
Die identiteit drukt zich uit in vele vormen en wordt bepaald door vele elementen, waarvan de betekenis varieert in verschillende culturen en dus in de tijd.'
Plekken waar mensen thuis kunnen komen, groepen waarmee mensen zich kunnen identificeren: ze zijn veelvoudig en veelvormig, want wij zijn mensen met meer dan één dimensie: het is niet 'of - of', het is 'én - én'.
Het gezin, de familie, de vereniging, de club, de beroepsgroep, de wijk, de parochie, het dorp, de gemeente, de stad: het zijn plekken waar mensen thuis kunnen komen, waarmee mensen zich kunnen identificeren, waar mensen collectieve identiteit vinden. Ook Vlaanderen is zulk een plek.
Ik citeer opnieuw Lode Wils:
'Een van de belangrijkste elementen of vormen van collectieve identiteit in Europa sinds twee eeuwen is de moderne natievorming. Onder invloed van ingrijpende economische, culturele en politieke veranderingen ontstonden sinds de Franse Revolutie naties, waarin de bevolking zich opgenomen voelde in een democratische gemeenschap van vrije en gelijke staatsburgers. Die natievorming, zoals heel het bewustzijn van collectieve identiteit, ontwikkelt zich voortdurend en fundamenteel. Zo is na 1830 in Europa de taal een belangrijke factor in het nationale bewustzijn geworden, en is onder meer de Vlaamse Beweging ontstaan.'
Die Vlaamse Beweging, die strijd van de flaminganten voor het behoud van de volkstaal, hun verzet tegen de verfransing van het openbare leven en hun actie voor de erkenning van het Nederlands als landstaal hebben vanaf het midden van de 19de eeuw een gevoel van verbondenheid, een nationaal bewustzijn gecreëerd, dat almaar verder uitdijde en waarop zich in de 20ste eeuw de Vlaamse natie heeft ontwikkeld en gevormd.
vANDAAG ZIJN WIJ, vLAMINGEN, ONMISKENBAAR EEN VOLK.
vANDAAG ZIJN WIJ ONLOOCHENBAAR EEN NATIE.
Wij zijn een natie omdat wij op een afgegrensd en overzichtelijk grondgebied en in vrij gelijkaardige omstandigheden leven, en wij dat nu en in de toekomst willen blijven doen.
Door het staatsvormingsproces dat in 1970 is begonnen en dat nog niet tot voltooiing is gekomen, hebben we eigen politieke instellingen, een eigen administratie, eigen openbare instellingen en bedrijven.
Wij delen een gemeenschappelijk verleden, en wat door en in die vele eeuwen tot ons is gekomen, zowel materieel als immaterieel.
Tot dat laatste behoren de grondwaarden en basisnormen van onze samenleving: de representatieve democratie, de verdeling van de staatsmacht over wetgevende, uitvoerende en rechterlijke macht, de voorrang van het recht, de scheiding van Kerk en Staat, de fundamentele vrijheden zoals die van mening, van levensbeschouwing en van vereniging, en, niet het minst, de onvervreemdbare mensenrechten - waarden en normen met wortels die tot in de Oudheid reiken, maar die vooral door en sinds de Verlichting vorm en gestalte hebben gekregen.
Wij zijn een natie omdat wij dezelfde taal spreken, het Algemeen Nederlands, met haar oude, te koesteren dialectvarianten en - helaas ook - haar jammerlijke tussentaalvorm.
We lezen dezelfde kranten, we luisteren naar dezelfde radio-uitzendingen, we kijken naar dezelfde televisieprogramma's.
We zijn trots op onze kathedralen en stadhuizen, op onze belforten en begijnhoven, op Rubens, Breugel en Permeke, op Van Maerlant, Streuvels en Claus, op alles wat creatieve handen en schrandere geesten hebben voortgebracht.
We koesteren onze tradities van stoeten en ommegangen, van kermissen en jaarmarkten.
We zwaaien met leeuwenvlaggetjes als de Ronde van Vlaanderen voorbijkomt, en zitten tricoloor uitgedost voor reuzenschermen wanneer de Rode Duivels spelen.
Dat alles - en nog meer - verbindt ons met elkaar en creëert een samenhorigheidsbesef. Dat alles - en nog meer - is ons DNA en geeft Vlaanderen zijn eigen, unieke gestalte. Dat alles - en nog meer - vormt onze collectieve, onze nationale identiteit, ook al blijft dat sommigen storen, ook al blijven sommigen dat ontkennen.
* * *
'Een nationaal gevoel', schrijft Johan Huizinga, de grondlegger van de cultuurgeschiedenis in de Lage Landen, 'een nationaal gevoel dat zich niet spiegelen kan in de roerloosheid van het verleden, mist den grondslag van zijn wezen. Het leven van een natie is historie, zoals het leven van den enkelen mensch historie is. Op ieder oogenblik dat men het leeft, heeft het zijn vorm en zijn beteekenis, zijn zin en zijn richting uit dat deel wat voorbij is. Wie zich afgesneden denkt van de herinnering aan zijn herkomst, groei en lotgeval, staat redeloos voor het leven.'
Wat kan er ons beter voor behoeden dat wij ooit 'afgesneden' zouden raken van 'de herinnering aan' onze 'herkomst, groei en lotgeval' - wat kan ons daar beter voor behoeden dan een museum?
In Leeuwarden, bijvoorbeeld, staat sinds 1881 een Fries Museum, dat in de jaren 1990 uitgebreid en verbouwd werd. en de geschiedenis en cultuur van Friesland tot leven laat komen. 'Met het erfgoed van het verleden als uitgangspunt is het een spiegel voor de samenleving en een laboratorium voor wat de Friese samenleving in de toekomst kan zijn,' zo staat in de visie van het museum.
Volgend jaar gaat in Regensburg het Museum der Bayerischen Geschichte open: 'Ein Haus der Zukunft für die Geschichte der Gegenwart' - 'een huis van de toekomst voor de geschiedenis van het heden'. De klemtoon zal er liggen op de geschiedenis van de laatste tweehonderd jaar. 'Van architectuur tot sport, van kunst tot taal, van geloof tot politiek: geen thema wordt verwaarloosd,' zeggen de ontwerpers.
Is niet de tijd gekomen om deze en andere voorbeelden te volgen en een Museum te creëren dat op een wetenschappelijk verantwoorde wijze en met moderne museale vormen en technieken toont hoe Vlaanderen de culturele, sociologische en staatkundige entiteit is geworden, die het vandaag is; hoe zich uit de pagus flandrensis van de vierde eeuw het Vlaanderen van de eenentwintigste eeuw heeft ontwikkeld.
Het Europese project zal maar succesvol voortgezet kunnen worden, wanneer de Unie respect heeft voor de rijkdom van haar talen en culturen,
Wij hebben in Vlaanderen schitterende musea over de meest uiteenlopende onderwerpen, maar geen museum dat onze geschiedenis en onze cultuur in de meest brede betekenis tot leven laat komen. Dat toont hoe Vlaanderen vorm heeft gekregen en wat Vlaanderen bijzonder maakt.
Mij lijkt de tijd gekomen een dergelijk museum tot stand te brengen, opdat ook de komende generaties niet afgesneden zouden raken van 'onze herkomst, groei en lotgeval', zodat ook hen die na ons komen niet 'redeloos voor het leven' staan.
Mij lijkt dit voorwaar een uitdaging voor een volgende Vlaamse regering.
* * *
Wie het over de identiteit van een natie heeft, kan niet voorbij aan de realiteit van een diverse samenleving. Wie spreekt over de Vlaamse identiteit, kan niet voorbij aan de ruim één miljoen inwoners van Vlaanderen die van buitenlandse, van allochtone herkomst zijn.
Wanneer zij zich hier duurzaam willen vestigen, wanneer zij hier hun toekomst willen uitbouwen, kunnen wij hen niet vragen hun geschiedenis te vergeten, hun identiteit af te leggen.
Wel kunnen, mogen en moeten wij hen vragen tot op een bepaalde hoogte in onze Vlaamse identiteit te stappen. Het minimum minimorum dat wij hen kunnen, mogen en moeten vragen, is onze taal te leren en zich onze publieke cultuur eigen te maken.
Onze taal, het Nederlands, is de kern van onze collectieve, van onze Vlaamse identiteit. Taal slaat bruggen. Taal maakt iemand tot deelgenoot van een cultuur, van een samenleving. Het is daarom de opdracht, zeg maar de plicht van eenieder die in Vlaanderen komt wonen, die in Vlaanderen woont, Nederlands te leren en te spreken. Nederlands leren en spreken opent de deur naar een geslaagde integratie en helpt om snel een volwaardige plaats in onze samenleving in te nemen.
Wie in Vlaanderen zijn toekomst wil uitbouwen, moet ook bereid zijn onze publieke cultuur te internaliseren, eigen te maken. De belangrijkste bestanddelen ervan wil ik nog eens opsommen: onze fundamentele rechten en vrijheden, waaronder de vrijheid van mening; de scheiding van Kerk en Staat; de gelijkheid van man en vrouw; de pluraliteit van levensbeschouwingen; de niet-discriminatie op grond van afkomst maar evenmin op grond van seksuele geaardheid.
Die normen, waarden en regels, die publieke cultuur vormen de grondslag van ons samenleven. Zonder die canon van normen, waarden en regels verliest onze samenleving haar samenhang, haar cohesie. Ze trekken het kader waarin wij, ongeacht onze afkomst, in wederzijds respect voor elkaars overtuiging, in vrijheid en verantwoordelijkheid, conflictvrij kunnen leven en kunnen samenleven. Ze definiëren het burgerschap, ze bepalen wie deel is van onze politieke gemeenschap. Op basis van dat burgerschap kunnen wij, ondanks onze verschillende afkomst, ondanks een verdeeld verleden - op basis van dat burgerschap kunnen wij samen aan een gedeelde toekomst, aan de toekomst van Vlaanderen bouwen.
***
'Om iets te zijn, moeten wij Vlamingen zijn. - Wij willen Vlamingen zijn, om Europeeërs te worden.'
De gevleugelde woorden van August Vermeylen zijn intussen bijna 120 jaar oud - en nog immer actueel. Uiteraard kon Vermeylen niet de Europese Unie als interne markt of politieke structuur bedoelen, en verwees hij naar Europa als cultuurpatroon, als drager van gemeenschappelijke waarden.
Intussen zijn we niet alleen Europeeër, maar ook burger van de Europese Unie. En aan die Europese Unie hebben wij veel te danken.
Al zestig jaar verbindt ze mensen en volkeren.
Al zestig jaar brengt ze ons continent vrede en stabiliteit.
Al zestig jaar verankert ze de waarden van de Verlichting, zoals die bij de eeuwwisseling bevestigd werden in het Handvest van de Grondrechten van de Europese Unie.
Al zestig jaar creëert ze werk, groei en welvaart. Zeker voor Vlaanderen, met zijn extreem open economie, vormt de Europese Unie een enorme afzetmarkt zonder grenzen. En het gemeenschappelijk handelsbeleid creëert ook buiten Europa grotere afzetmarkten voor Vlaamse producten.
Ter wille van het belang van de Europese Unie voor Vlaanderen, heeft de Vlaamse regering zich in haar visienota van 30 september 2016 over de toekomst van de Europese Unie uitgesproken voor een verdieping van de interne markt, zodat de economische unie ook een transportunie, een energie-unie en een digitale unie wordt. Wij willen de Europese Unie zien uitgroeien tot een wereldspeler in internationale handel, tot een factor van vrede en stabiliteit in de wereld, tot een Unie die onze gedeelde fundamentele waarden, normen en vrijheden bewaakt en in alle continenten uitdraagt.
Het Europese project zal echter maar succesvol voortgezet kunnen worden, wanneer de Unie trouw blijft aan haar devies: "In varietate concordia" - Verenigd in verscheidenheid.
Het Europese project zal maar succesvol voortgezet kunnen worden, wanneer de Unie respect heeft voor de rijkdom van haar talen en culturen, respect voor de diversiteit van haar volkeren en naties, voor hun geschiedenis en hun identiteit - ook wanneer die naties streven naar staatsvorming.
Daarom betreuren wij dat de Europese Commissie en de leiders van de Europese Unie de andere kant opkeken, toen verkozen vertegenwoordigers van de Catalaanse natie aangehouden en opgesloten werden, en de uitoefening van het regionale zelfbestuur de facto onmogelijk werd gemaakt - regionaal zelfbestuur dat nochtans gewaarborgd is door het Unieverdrag, ik citeer artikel 4: 'De Unie eerbiedigt de gelijkheid van de lidstaten voor de Verdragen, alsmede hun nationale identiteit die besloten ligt in hun politieke en constitutionele basisstructuren, waaronder die voor regionaal en lokaal zelfbestuur.'
Ik kan niet aanvaarden dat in 2018 in een lidstaat van de Europese Unie leiders van een volksbeweging, verkozenen des volks en ministers vervolgd worden en al negen maanden in de cel zitten, hoewel ze nooit enige daad van geweld hebben gepleegd, hoewel ze daar nooit toe opgeroepen hebben.
Het is hoog tijd dat die gang van zaken getoetst wordt aan het Handvest van de Grondrechten van de Europese Unie.
***
In de opgang van het Vlaamse volk en de ontvoogding van Vlaanderen zijn er enkele markante mijlpalen.
1898 is zulk een mijlpaal. De Gelijkheidswet, die op 8 april honderd twintig jaar oud was, erkende eindelijk het Nederlands als officiële landstaal, naast en gelijkwaardig aan het Frans.
Vijftig jaar na 'Leuven Vlaams' is Vlaanderen een zelfbewuste natie en een toonaangevende, dynamische deelstaat
Ook 1968 is een mijlpaal. De doortrekking van het beginsel 'streektaal = onderwijstaal' tot de universiteit van Leuven, was het sluitstuk van het taalwetgevingsproces dat een eeuw voordien was begonnen. Tegelijk vormde de Leuvense kwestie de politieke opmaat van de staatshervorming, van de verbouwing van het unitaire België tot een federale staat - een transitie die nog niet tot voltooiing is gekomen.
Honderdtwintig jaar na de Gelijkheidswet, vijftig jaar na 'Leuven Vlaams' is Vlaanderen een zelfbewuste natie en een toonaangevende, dynamische deelstaat, zijn de Vlamingen trots op de weg die is afgelegd, op wat in al die opeenvolgende jaren en decennia is verwezenlijkt en verworven.
Zelfbewust en trots mogen we zijn, zeker op onze Vlaamse Feestdag. Zelfbewust en trots, maar niet zelfgenoegzaam en ijdel. In tal van domeinen staat Vlaanderen aan de Europese top. Wij hebben excellente universiteiten, wij hebben uitmuntende onderzoeksinstellingen, wij hebben innovatieve ondernemers en vakbekwame werknemers. Wij hebben sporters van het allerhoogste niveau, vrouwen zowel als mannen. Vele Vlamingen schitteren in de wereld van kunst en cultuur.
De wil om bij de beste te zijn, om te excelleren, maakt deel uit van onze Vlaamse identiteit.
Ons onderwijs is altijd al van topniveau geweest, en op vele vlakken is het dat nog altijd. Laat er ons allen samen voor zorgen dat ons onderwijs ook in de toekomst op álle vlakken tot de Europese top blijft behoren, de wapenspreuk van Gruuthuse indachtig: 'Plus est en vous!'
Op deze Groeningekouter hebben we in 1302 het Franse ridderleger verslagen. Laat ons hopen dat onze Rode Duivels straks de Fransen opnieuw verslaan
Ook in de strijd tegen de krapte op de arbeidsmarkt moeten we ambitieus zijn. De werkzaamheidsgraad in Vlaanderen is beduidend hoger dan in Wallonië en Brussel.
Tegen 2020 halen we wellicht de 75 procent-doelstelling, maar om écht tot de Europese top te behoren, moeten we naar 80 procent streven.
Ik roep de federale regering daarom op om inzake arbeidsmarktbeleid een nieuw pakket ambitieuze hervormingsmaatregelen te nemen die het arbeidsmarktbeleid van de Vlaamse regering ondersteunen en versterken.
Inzake investeringen heeft de Vlaamse regering het tempo al drastisch opgedreven, en ze blijft dat doen, zonder de begroting uit evenwicht te brengen. Willen we aansluiting vinden met de Europese top, dan moeten we een ambitieuze investeringsnorm durven vast te leggen.
In de strijd tegen de klimaatverandering moet Vlaanderen eveneens ambitieus durven te zijn. De omslag maken naar een koolstofarme samenleving met zoveel mogelijk hernieuwbare energie, is broodnodig. In alle cruciale domeinen, met name transport, landbouw, gebouwen en industrie, moeten we bijkomende ambitieuze klimaatmaatregelen nemen.
Ambitie hebben, de lat hoog leggen, excelleren: ze zijn altijd al eigen geweest aan de Vlamingen, ze zijn - ik zei het al - deel van onze identiteit. Laten wij dat zo houden, en zodoende de basis leggen voor de welvaart en het welzijn van morgen en overmorgen. Dat is mijn wens, dat is mijn droom op de vooravond van 11 juli.
En tot slot: op deze Groeningekouter hebben we in 1302 het Franse ridderleger verslagen. Laat ons hopen dat onze Rode Duivels straks de Fransen opnieuw verslaan, zij het dit keer in een sportieve en niet bloedige strijd.
Ik wens u allen een fijne Vlaamse Feestdag!

AUJOURD'HUI, NOUS SOMMES INDÉNIABLEMENT UN PEUPLE ET UNE NATION" :
LE DISCOURS COMPLET DU 11 JUILLET PAR LES BOURGEOIS (extraits)

Un être humain n'est pas seulement un individu, mais il est aussi un être collectif avec le besoin psychologique d'appartenir à quelque chose. Il a besoin d'une identité collective, d'un groupe ou d'une série de groupes auxquels il peut s'identifier et dans lesquels il recherche le statut social, la sécurité et l'estime de soi.
Le processus de construction de l'État qui a commencé en 1970 et qui n'est pas encore terminé signifie que nous avons nos propres institutions politiques, notre propre administration, nos propres institutions publiques et nos propres entreprises.
Nous sommes une nation parce que nous parlons la même langue, le néerlandais , avec ses anciennes variantes dialectales à chérir.
Tout ceci - et plus encore - est notre ADN et donne à la Flandre sa propre forme unique. Tout cela - et plus encore - constitue notre collectif, notre identité nationale, même si cela continue de troubler certains, même si certaines personnes continuent de le nier.
Pour être quelque chose, il faut être flamand. - Nous voulons être flamands pour devenir européens.
La citation célèbre d'August Vermeylen ont maintenant presque 120 ans - et demeure toujours d'actualité aujourd'hui. Bien sûr, Vermeylen ne pouvait pas parler de l'Union européenne comme d'un marché intérieur ou d'une structure politique, et il a parlé de l'Europe comme d'un modèle de culture, porteur de valeurs communes.
Nous voulons que l'Union européenne devienne un acteur mondial du commerce international, un facteur de paix et de stabilité dans le monde, une Union qui sauvegarde et promeut nos valeurs, normes et libertés fondamentales communes sur tous les continents.
Toutefois, le succès de la poursuite du projet européen dépend de la fidélité de l'Union à sa devise : "In varietate concordia" - Unie dans la diversité.
Nous pouvons être sûrs de nous et fiers, surtout le jour de notre Fête flamande. Consciente et fière, mais pas complaisante et vaine. La Flandre est au sommet de l'Europe dans de nombreux domaines. Nous avons d'excellentes universités, d'excellentes institutions de recherche, des entrepreneurs innovateurs et des employés qualifiés. Nous avons des sportifs de haut niveau, hommes et femmes. De nombreux Flamands brillent dans le monde de l'art et de la culture.
La volonté d'être parmi les meilleurs, d'exceller, fait partie de notre identité flamande.


Le taux d'emploi en Flandre est nettement plus élevé qu'en Wallonie et à Bruxelles.
LE "TESTAMENT POLITIQUE" DE M. PEUmans
Le Vif
Source: Belga

Le président du Parlement flamand, Jan Peumans (N-VA), a plaidé mercredi, dans son discours officiel pour la Fête de la Communauté flamande à l'Hôtel de Ville de Bruxelles, pour une révision des cinq résolutions que l'assemblée flamande avait lancées en 1999 en vue d'une réforme de l'État. Il demande aussi de doter la Flandre d'une Constitution propre d'ici 2021 et de faire du 11 juillet un jour férié.

Pour son dernier discours du 11 Juillet avant une probable retraite politique, M. Peumans (67 ans) n'a pas hésité à qualifier son allocution de "testament politique" de sa présidence de l'assemblée flamande, non sans l'agrémenter de plusieurs traits d'humour.
Devant les autorités du pays, il n'a toutefois pas lancé de proposition réellement neuve, lui qui s'était fait rabrouer dernièrement par son président de parti Bart De Wever pour avoir critiqué en public le secrétaire d'État Theo Francken et la dureté de ton de son parti sur l'asile et la migration.
Ses propositions - doter la Flandre d'un texte fondamental propre (comme le ministre-président flamand Geert Bourgeois l'avait réclamé l'an dernier) ou faire du 11 juillet un jour férié - constituent des demandes déjà entendues par le passé.
Pour Jan Peumans, il est temps de les concrétiser. C'est ainsi qu'il propose d'aboutir sur une Constitution flamande en 2021, année du cinquantenaire de l'institution du Conseil culturel de la Communauté culturelle néerlandaise, ancêtre du Parlement flamand.
Cette Constitution, souligne le nationaliste, doit entrer dans le cadre d'un fédéralisme de coopération, mais être placée sur un même pied que la Constitution belge, en vue d'une plus grande autonomie de la Flandre.
Quant au jour férié du 11 juillet, c'est une revendication que le Vlaams Belang a soutenue par une action menée peu avant la cérémonie à l'Hôtel de Ville de Bruxelles.
Interrogé, le ministre-président flamand Geert Bourgeois l'a aussi revendiquée au nom de son parti, la N-VA. Il a précisé qu'il ne s'agissait pas d'ajouter un jour de congé au calendrier, mais de remplacer un jour férié existant.
Dans les deux autres partis flamands au pouvoir, le CD&V et l'Open Vld, on y est aussi favorable. Le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters souligne toutefois la difficulté de trouver le jour férié qui passera à la trappe. La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten ne s'est pas opposée à l'idée.
Autre suggestion, le président du Parlement flamand est revenu sur les cinq résolutions de 1999 dans lesquelles l'assemblée balisait ses demandes pour une sixième réforme de l'État qui a fini par advenir. "Certaines (résolutions) ont été entièrement concrétisées, d'autres partiellement, d'autres encore sont désormais dépassées par les évolutions sociétales ou politiques", a constaté M. Peumans.
Pour le Limbourgeois, plusieurs parlements du pays (fédéral, flamand, bruxellois et francophone) devraient donc évaluer l'impact réel de ces résolutions "et leurs mérites". Jan Peumans souhaite la constitution d'un groupe de travail au parlement flamand. Ces exercices devraient à ses yeux faire émerger de nouvelles perspectives, "qui pourraient servir de fondement à de nouvelles réformes de notre configuration étatique".
De manière inattendue, le bourgmestre de Bruxelles a pour la première fois été invité à faire lui aussi une allocution durant la cérémonie, alors que la Ville n'y reçoit traditionnellement la parole que par la voix d'un échevin néerlandophone.
Philippe Close (PS) a ainsi reçu l'occasion de vanter à la fois le caractère international de Bruxelles et de souligner son caractère flamand parmi ses multiples identités, ainsi que la volonté de la Ville de renforcer ses liens avec la Flandre comme avec la Wallonie. Un discours salué jusque dans les rangs de la N-VA, notamment par Theo Francken sur Twitter.

samedi 21 juillet 2018

Rachid Benzine : « L’urgence n’est pas d’expurger le Coran mais d’en faire une lecture critique »

Recueilli par Anne-Bénédicte Hoffner , (La Croix)

Islamologue et historien, auteur notamment de Des mille et une façons d’être juif ou musulman avec la rabbin Delphine Horvilleur(Seuil) et de Finalement, il y a quoi dans le Coran ? (La Boîte à Pandore), Rachid Benzine revient sur la tribune dénonçant un « nouvel antisémitisme ».
Plus que d’« épurer » le Coran, il est urgent selon lui d’enseigner la « lecture critique » des textes. Une tâche qui incombe selon lui aussi aux responsables religieux musulmans.
ZOOM
Rachid Benzine islamologue et historien lors des rencontres de l'Obs à Bruxelles en 2016. / Max Rosereau / Voix du nord / Maxppp
La Croix : Une tribune publiée dimanche 22 avril dans Le Parisien et signée, entre autres, par l’ancien premier ministre Manuel Valls et l’ex-président Nicolas Sarkozy, dénonce « un nouvel antisémitisme » et presse les « autorités théologiques » musulmanes de « frapper d’obsolescence » les versets du Coran appelant « au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants ». Partagez-vous ce constat d’une recrudescence de l’antisémitisme ? Quelle part y tient le Coran ?
Rachid Benzine : Le réveil d’un certain type d’antisémitisme est indéniable aujourd’hui en France et dans d’autres pays européens, sous plusieurs formes : la forme la plus classique de l’antisémitisme européen ; une autre est liée au conflit israélo-palestinien ; enfin, une dernière s’explique par la circulation de certains textes, dont le Coran, qui ne sont pas remis dans leur contexte.

De fait, et s’il comporte plusieurs passages positifs sur « les fils d’Israël », le Coran reprend un certain type de malédictions déjà utilisées par le christianisme des premiers siècles, certaines s’appuyant sur l’Évangile de Jean. Reprenant le genre classique de la polémique, le Coran accuse les juifs de l’époque d’avoir dévié de l’enseignement de leurs prophètes. Il va aussi jusqu’à justifier le combat contre une tribu juive, mais pour des raisons politiques et non pas religieuses : selon la tradition musulmane, l’une des tribus juives, membre du « pacte » – autrement dit de la confédération de tribus – de Médine aurait trahi pour s’allier aux Mecquois qui venaient attaquer la ville.
Une partie de l’antisémitisme actuel vient d’une lecture anachronique de ce texte. Si l’on ne saisit pas les enjeux de cette société arabe du VIIe siècle, le type de judaïsme, de christianisme et d’islam existant à cette époque dans cette région, mais aussi la caducité des situations qui ont donné lieu à ce type de discours, le risque est grand de tomber dans un discours transhistorique. Comme je le répète souvent à mes étudiants, « le Coran ne s’est pas d’abord adressé à des gens comme vous ! »
Mais pour l’immense majorité des musulmans, « le Coran est applicable en tous lieux et à toutes les époques ». Comment en sortir ?
R. B. : Il est applicable à toutes les époques mais pas avec la même lecture ! Quinze siècles se sont écoulés entre sa mise par écrit et la période à laquelle nous vivons. Le propre des grands textes est de s’enrichir sans cesse de nouvelles lectures, selon les lieux et les époques auxquels on les lit. Chaque époque construit sa manière de croire : nous devons être conscients que les Arabes du VIIe siècle ne croyaient pas comme nous, sinon, nous risquons de substituer nos problématiques actuelles aux leurs. Le féminisme pas plus que la liberté religieuse ne sont des problématiques du VIIe siècle…

Rachid Benzine : « Il faut des lieux pour permettre aux musulmans une distance critique »

Il ne faut pas jamais oublier qu’un discours est toujours situé. Croire que le sens est immédiat crée une idolâtrie vis-à-vis du texte, et donc des projections idéologiques. Un texte ne parle jamais de lui-même : lui donner du sens relève de la responsabilité du sujet-lecteur. Aujourd’hui, on en voit convoquer le Coran soit pour lui faire dire que « l’islam, c’est la paix », d’autres pour affirmer que « l’islam c’est la violence ». Chaque camp sort ses versets pour soutenir ses dires… Ces deux lectures ne disent rien du texte lui-même mais tout de leurs auteurs.
Nous sommes tous responsables de nos lectures ! La responsabilité du sujet-lecteur implique d’apprendre à lire un texte, et notamment de le situer dans son contexte. Face aux dérives religieuses nées de la lecture littérale du Coran, proposer une lecture spirituelle est inutile et ne convainc personne. La seule manière de désactiver son potentiel est d’en proposer une lecture critique historique et ensuite une lecture éthique.
Que penser de la proposition des signataires de la tribune de « frapper d’obsolescence » certains versets appelant à la violence ?
R. B. : Elle est typique de cette propension actuelle à épurer tous nos chefs-d’œuvre, y compris littéraires ou musicaux, à débaptiser les noms des rues, etc., au fond à vouloir faire table rase de ce qui, dans notre passé, ne correspond pas à nos valeurs modernes. Ce n’est pas une attitude responsable ! La question est plutôt de savoir que faire de cet héritage, comment lui être fidèle tout en lui étant infidèle, et donc au fond comment en faire une lecture critique.
Il n’est donc pas question de demander aux chrétiens d’épurer la Bible pas plus qu’aux musulmans d’épurer le Coran : il faut vraiment être dénué de toute culture religieuse pour imaginer une chose pareille ! Du côté catholique, c’est l’enseignement de l’Église à l’égard des juifs qui a changé : l’Évangile de Jean n’a jamais été expurgé, c’est sa lecture qui a été renouvelée.
L’urgence, c’est d’apprendre à nos concitoyens à faire une lecture critique de n’importe quel texte, y compris religieux.
Pour cela, le recours à l’histoire est indispensable, mais aussi à la théologie. La communauté musulmane dans sa diversité doit enseigner une lecture critique de ses textes : c’est ainsi qu’elle sera fidèle à sa tradition. Ses responsables ne doivent pas enfermer leurs fidèles dans un processus de victimisation mais les rendre responsables de la lecture qu’ils font du Coran.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
POUR UNE LECTURE CRITIQUE  ET SURTOUT ÉTHIQUE DU CORAN
"il est urgent", selon Benzine, " d’enseigner la « lecture critique » des textes. Une tâche qui incombe selon lui aussi aux responsables religieux musulmans." Cela ne saurait se faire sans la formation d'une armée d'imams et aumôniers capables d'interpréter ce texte  majeur et d'en donner une interprétation éthique. Ali Daddy ne dit pas autre chose mais qui a lu son "Coran contre l'intégrisme?"
"Une partie de l’antisémitisme actuel vient d’une lecture anachronique de ce texte." L'antisémitisme européen se fondait également sur une lecture anachronique des évangiles qui faisait les assassins de Jésus.
"Le Coran est applicable en tous lieux et à toutes les époques mais pas avec la même lecture !"
Il s'agit donc d'apprendre à lire aux imams et surtout aux communautés musulmanes.
.Qui est capable d'assumer cette mission essentielle? "Chaque époque construit sa manière de croire : les Arabes du VIIe siècle ne croyaient pas comme nous, sinon, nous risquons de substituer nos problématiques actuelles aux leurs. Le féminisme pas plus que la liberté religieuse ne sont des problématiques du VIIe siècle…"

« Il faut des lieux pour permettre aux musulmans une distance critique » Rachid Benzine.
Bravo! Mais de quels lieux parle Benzine? Des mosquées ou de universités? Il est urgent de sortir l'enseignement de l'islam des mosquées de garage et  surtout de mettre fin au monopole d'enseignement coranique d'imams importés d'Orient ou du Maghreb .
Il est urgent de solliciter la "responsabilité du sujet-lecteur"
Bravo! Mais c'est qui le sujet lecteur? Combien de musulmans lisent le Coran? Pourtant de belles traductions sont accessibles dont le magistral essai de traduction de Jacques Berque. Que ne l'avons nous répété ici. Mais qui donc fréquente ce texte et avec quelle lecture?
"Aujourd’hui, on en voit convoquer le Coran soit pour lui faire dire que « l’islam, c’est la paix », d’autres pour affirmer que « l’islam c’est la violence ». Chaque camp sort ses versets pour soutenir ses dires… Ces deux lectures ne disent rien du texte lui-même mais tout de leurs auteurs." "Nous sommes tous responsables de nos lectures ! La responsabilité du sujet-lecteur implique d’apprendre à lire un texte, et notamment de le situer dans son contexte."
Apprendre à lire, la belle affaire. Goethe disait qu'il avait mis des décennies a essayer d'y arriver à peu près. "Les braves gens ne savent pas ce qu'il en coûte de peine  et de temps pour apprendre à lire. J'y ai mis quatre vingt ans de ma vi, et je ne peux encore dire que j'aie atteint mon but?
Il disait aussi
"Il y a trois sortes de lecteurs : la première apprécie sans juger, la troisième juge sans apprécier, l’intermédiaire juge en appréciant et apprécie en jugeant ; celle-ci au fond recrée l’œuvre d’art."
La seule manière de désactiver son potentiel est d’en proposer une lecture critique historique et ensuite une lecture éthique du Coran.
"L’urgence, c’est d’apprendre à nos concitoyens à faire une lecture critique de n’importe quel texte, y compris religieux."
"La communauté musulmane dans sa diversité doit enseigner une lecture critique de ses textes : c’est ainsi qu’elle sera fidèle à sa tradition. Ses responsables doivent les rendre responsables de la lecture qu’ils font du Coran."
Difficile de ne pas être d'accord avec cela.
MG

mardi 10 juillet 2018

Si les Diables gagnent, cela va être l'horreur pour les Français de Belgique"

LAVINIA ROTILI (ST.) Le Vif

Le match de ce mardi soir verra la Belgique affronter la France en demi-finale de la Coupe du monde. La rencontre fait-elle émerger un sentiment anti-Français chez les Belges ? LaLibre.be a interrogé deux journalistes hexagonaux installés à Bruxelles : Valéry Lerouge, de France 2, et Jean Quatremer, de Libération.
Ce mardi, les Diables affronteront les Bleus dans un match qui pourrait marquer un tournant dans l'histoire du football belge. Au-delà de l'aspect sportif, cette rencontre soulève des questions sur la relation entre les Belges et les Français. De nombreux supporters le clament en rue, sur les réseaux sociaux, ils préfèrent être battus par n'importe quelle autre équipe que par les Bleus... Existe-t-il un sentiment anti-Français chez les Belges ?
Selon Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles pour Libération, ce sentiment est assez répandu mais pas dans toutes les régions du pays. "En Flandre, il n'y a pas de sentiment anti-Français. Il y a une indifférence totale envers la France. Les Flamands n'ont pas ce complexe du petit cousin éloigné, qu'on retrouve davantage chez les francophones". D'après le journaliste, c'est en Région bruxelloise qu'on ressent le plus cette aversion envers les voisins. "Les Belges francophones se comparent tout le temps à la France. Ils pensent que les Français sont arrogants, ce que nous sommes par nature. Et ils considèrent  la moindre réflexion comme la démonstration d'un sentiment de supériorité qu'en réalité on n'a pas."
Un avis que ne partage pas un autre journaliste français : Valéry Lerouge, correspondant pour France 2 à Bruxelles. "Je travaille avec des Flamands et des Wallons tous les jours, et on se taquine beaucoup, mais cela reste toujours bon enfant." Pour lui, aucune trace de ce sentiment anti-Français.
FAIR-PLAY OU HYSTÉRIE FOOTBALLISTIQUE ?
Même quand les deux équipes s'affrontent lors de la Coupe du monde, les Belges restent corrects, selon le journaliste de France 2. "Certains Belges affirment qu'ils auraient préféré être éliminés par les Brésiliens que par les Français, d'autres disent 'que le meilleur gagne', et supposent que ce sera les Diables. Le discours reste assez fair-play."
Au moins pour l'instant. Pour le correspondant, le résultat du match pourrait créer des divisions. "Je pense que les conséquences seraient plus pénibles pour les Belges si la France gagnait que l'inverse. Si la France gagne, elle aura volé un rêve à la Belgique. Si la Belgique gagne, je crois que les Français seront plus prêts à reconnaître qu'il s'agit d'une belle aventure pour les Belges." Pour Valéry Lerouge, cela n'a rien à voir avec l’existence d'un mépris anti-français. "Pour la Belgique, c'est maintenant ou jamais", affirme-t-il, expliquant que les Belges ont envie de gagner et d'avoir leur place dans l'histoire de la Coupe du monde.
Le journaliste de France 2 laisse sous-entendre que les Belges seraient moins enclins à se réjouir d'une éventuelle victoire de la France. Pour Jean Quatremer, au contraire, ce serait pire : "Si la Belgique gagne, c'est parti pour six mois de nationalisme et cela va être l'horreur pour les Français. Si la Belgique perd, elle va trouver des excuses et décortiquer la moindre réflexion contre nous. Qu'elle gagne ou qu'elle perde, la Belgique va critiquer la France". Selon Jean Quatremer, cette "hystérie footballistique", comme il la définit, qui aurait des aspects communautaires. "Je crois qu'elle existe surtout du côté francophone", explique-t-il. "Elle est liée au fait qu'une fois tous les quatre ans, lors du Mondial, en Belgique francophone, on a l'impression que le pays est réuni et que le sentiment patriotique est exacerbé."
EN FRANCE, DE LA CONDESCENDANCE, MAIS PAS DU MÉPRIS
De l'autre côté de la frontière, les sentiments envers les Belges ne seraient que positifs. Pour Jean Quatremer, "non seulement on ne méprise pas les Belges, mais il y a même une sympathie envers eux. Si à Paris je dis que je vis à Bruxelles, les gens deviennent aussitôt sympas. Si à Bruxelles je dis que je suis Français, il y a une chance sur deux qu'on me reproche des choses et qu'on me pointe du doigt". Selon le journaliste, les Belges nourrissent une sentiment de jalousie envers l’Hexagone, là où la France n'aurait aucun complexe d'infériorité.
Ce positionnement est toutefois beaucoup plus nuancé du côté de Valéry Lerouge, qui affirme : "Il n'y a pas de sentiment anti-Belges. En revanche, il y a un certain chauvinisme qui prend le dessus". Une attitude qui se traduit souvent par de la "condescendance" : "En France, on fait toujours les mêmes blagues sur les Belges, mais sans mépris".
Lavinia Rotili (st.)


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE BELGE SORTANT DU TOMBEAU

"Après des siècles d'esclavage,
Le Belge sortant du tombeau,
A reconquis par son courage,
Son nom, ses droits et son drapeau."
."Depuis dimanche dernier, à Bruxelles, nous sommes tous Belges, même ceux et surtout ceux qui ne le sont pas. Le peuple belge est debout" Regardez les donc bien ces tronches "ensoriennes"  de supporters  belges sorties blafardes du tombeau maquillées au trois couleurs, affublés de grotesques perruques noir jaune rouge  de maillots rouge vif d'où débordent les bedaines. Aux balcons et aux fenêtres pendent plus de drapeaux qu'au 21 juillet. "Depuis trois ans, la Belgique souffre : en termes d’images, en termes d’unité nationale, et en termes de vivre ensemble. On veut la peau du pays de toutes parts, y compris de l’intérieur."
"La Belgique à survécu aux réformes constitutionnelles, à la transformation politique, survécu à la menace islamiste, survécu… à la Coupe du monde de football à ce jour. Il faut se réjouir de ces victoires de l’instant." Le Belge sortant du tombeau,
a reconquis par son courage, son nom, ses droits et son drapeau.
La coupe du monde, cet incubateur des nationalismes  aura donc même réussi à réveiller le chauvinisme belge auquel plus personne ne croyait.
On a tort de trop s'en réjouir. Imaginez un instant les conséquences qu'auaraient eue sur notre cohésion sociale et notre vivre ensemble une demi finale Belgique Turquie ou une finale Belgique Maroc...
MG


BELGIQUE TRAUMATISÉE, BELGIQUE RESSUSCITÉE
LA LIBRE,  CONTRIBUTION EXTERNE
OPINIONS

La fascination et parfois le complexe que les Belges ont par rapport à la France seront mis au placard en ce jour de match. Après le "Belgium Bashing", après l’enfer à cause du terrorisme, toute une société diversifiée est derrière ses Diables.
Depuis des années, les relations entre la France et la Belgique dans les médias tournent souvent malheureusement autour des questions de terrorisme. A l’échelle planétaire, tout le monde connaît la France, mais la Belgique ? Pour certains, ce pays est un mystère sur la carte du monde. Pour d’autres comme Donald Trump, elle est devenue avec sa capitale Bruxelles un trou noir, un "shithole" depuis des décennies, soit manifestement rien de très glorieux. Pour d’autres encore, elle est bien la cause de tous les malheurs que le continent européen traverserait depuis des années en matière de terrorisme et de sécurité publique. Ce qui est sûr, c’est que depuis trois ans, la Belgique souffre : en termes d’images, en termes d’unité nationale, et en termes de vivre ensemble. On veut la peau du pays de toutes parts, y compris de l’intérieur.
FRANCE, BELGIQUE ET TERRORISME
Car il faut le rappeler, les terribles attentats qui ont frappé Bruxelles en 2016 ont ébranlé les certitudes d’un pays que tout le monde a voulu rendre coupable des drames notamment survenus à Paris. Un "bashing" qui avait ses raisons, mais que la raison a en partie démonté par la suite. Depuis, France et Belgique se sont soudées autour d’une forte diagonale de solidarité et de coopération (1). Une certitude : un petit pays ne peut pas tout face aux grands qui l’entourent, plus puissants et plus armés historiquement et politiquement parlant contre les menaces de ce type.
AUCUN GRAND N’A VU VENIR LA BELGIQUE
Aujourd’hui, l’équipe nationale belge accède à la demi-finale de la Coupe du monde de football en Russie pour la seconde fois de son histoire (après 1986) et tous les regards sont portés sur cette petite équipe des Diables Rouges qu’aucun grand n’a vu venir. C’est déjà le paradis pour les Diables qui vont affronter la France. Bilan : même le Brésil est sorti du jeu, Neymar en tête au tapis, ce 6 juillet 2018. La fascination et parfois le complexe que les Belges ont par rapport à la France seront mis au placard en ce jour de match.
PAYS DE MODESTIE ET DE COMPROMIS
Une étincelle, que dire une flamme, s’est peut-être produite qui peut rendre fiers les Belges de nouveau. Depuis dimanche dernier, à Bruxelles, nous sommes tous Belges, même ceux et surtout ceux qui ne le sont pas. Le peuple belge est debout. Cette terre d’exil et d’exode a toujours été le refuge des artistes, des écrivains, venus de France ou d’ailleurs. Même Thierry Henry finalement a trouvé un refuge dans le Royaume, ce qui n’est pas aujourd’hui sans inquiéter les supporters français.
Depuis des siècles, tous ces artistes maudits ou non cherchaient Outre-Quiévrain un peu de calme et de simplicité mais fuyaient également les difficultés rencontrées en France. Ce trait de caractère, soi-disant belge, de modestie et de compromis, fait que, plus de cinq ans après le lourd péril qu’elle a couru en termes d’institutions politiques et de réforme constitutionnelle en 2012, elle a survécu : survécu à la transformation politique, survécu à la menace islamiste, survécu… à la Coupe du monde de football à ce jour. Il faut se réjouir de ces victoires de l’instant.
ETRE FORT DANS LA DIVERSITÉ ET DANS L’ADVERSITÉ
Comme un enfant dont on a honte, la Belgique, qui accueille, excusez du peu, le siège des institutions européennes et le siège de l’Otan, devenait le mauvais élève de l’Union. Elle était ce pays tampon à la jointure des anciens grands empires de l’histoire. Certes, la Belgique est un pays jeune, qui n’a pas deux siècles, puisqu’elle est née en 1830. Elle fut l’un des pays les plus riches du monde pendant la révolution industrielle, et fut l’une des grandes terres d’immigration économique de l’histoire contemporaine de l’Europe : des Français, des Italiens, des Portugais, des Espagnols, des Congolais, des Marocains, etc. La richesse du pays est sa diversité. A la ville comme dans le sport. Il y a aujourd’hui à Bruxelles plus de 100 nationalités. Le monde est à Bruxelles. La preuve que l’on peut être fort dans la diversité et dans l’adversité. La première minorité étrangère aujourd’hui sont… les Français.
LA MAGIE DU SPORT
Ce soir, l’équipe colorée des Diables Rouges a le feu aux fers : elle est unie, et tous les Belges de tous ces beaux horizons sont derrière. Le football procure cette magie : rien n’est acquis, rien n’est gagné, et pendant un mois, tous les pays du monde se ressoudent malgré leurs difficultés et leurs blessures. Je suis Français et réside depuis dix ans en Belgique. Dans quelques jours, c’est mon pays de naissance qui affrontera mon pays de destination. La France m’a fait, la Belgique m’a construit. Je soutiendrai l’équipe des Diables Rouges pour la demi-finale, moi qui ne suis jamais un seul match de football. Mais là, l’événement est trop beau pour être ignoré.

(1) Voir Asif Arif, Sébastien Boussois, "France Belgique la diagonale terroriste", Editions Jourdan, Bruxelles, 2016.
(*) Chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du Cecid (Université libre de Bruxelles), de l’Oman (UQam Montréal) et du CPRMV (Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence/Montréal).

jeudi 5 juillet 2018

PAUSE, PLEASE !

Acques Attali
Qui ne voit, que, depuis quelques semaines, le monde s’est emballé, dans la mauvaise direction ? Comme si certaines digues éthiques avaient toutes sautées en même temps :
Les dirigeants politiques, aux Etats-Unis, en Europe, au Japon, en Australie, et dans bien d’autres contrées, s’entendent joyeusement pour affirmer haut et fort leur droit de ne pas recevoir de réfugiés, en violation de toutes les conventions internationales. Les opinions publiques semblent s’y rallier sans aucune difficulté. Et les médias font, de plus en plus souvent, passer à la trappe l’annonce de la mort de centaines de personnes en pleine mer.
Cela ne concerne pas que les réfugiés : A trop voir de malheurs, de massacres, de chagrins, de ruines dans les médias, on finit par ne plus s’en émouvoir et par se replier sur soi, pour ne pas trop souffrir du malheur des autres. Et toutes les victimes sont de moins en moins traitées avec empathie.
De fait, partout dans le monde, les opinions publiques font preuve de plus en plus d’égoïsme, d’insensibilité ; l’altruisme, la bienveillance, la bonté, sont de plus en plus mal vus.
Il faut arrêter ce tsunami d’indifférence avant qu’il ne soit trop tard. Et prendre le temps, cet été, de réfléchir aux conséquences d’un tel désastre moral.
Car, si on n’y prend pas garde, si on laisse s’installer cette idéologie du chacun pour soi, de claustration morale, cela ne s’arrêtera pas là : Si on est insensible au malheur des étrangers, victimes de guerres ou de trafiquants, on finira par déclarer tout le monde étranger, pour ne pas avoir à en prendre en charge le malheur. On considérera que soigner les plus pauvres n’est plus nécessaire ; que leur assurer le minimum vital n’est pas souhaitable ; que les chômeurs n’ont pas de raison d’être assistés ; que les handicapés n’ont pas à être aidés ; que les retraites n’ont pas à dépasser la capacité contributive de chacun. On pensera même que réduire les émissions de carbone n’est pas urgent, puisque le réchauffement climatique touchera surtout les générations futures.
En particulier, en Europe, et en France même, si on continue de glisser sur cette pente, de deux choses l’une : ou bien les partis extrêmes prendront le pouvoir, ou bien leur idéologie aura pris le pouvoir dans les partis majoritaires. Et il ne faudra pas compter sur les médias, affamés de lecteurs, et concurrencés par des réseaux sociaux largement dominés par les extrêmes, pour lutter contre ces nouvelles idéologies. Ni sur les ONG, qui seront de plus en plus isolées, à court de financement et discréditées. Ni même sur les intellectuels, qui n’auront un jour plus le choix qu’entre se rallier, se taire, ou s’exiler (mais où ?!)
La bienveillance, l’altruisme, la générosité, ne se divisent pas. Ne serait-ce que par un égoïsme bien compris : Nous avons besoin de faire preuve de bonté, si on veut qu’on en fasse preuve pour nous.
Profitons de cet été 2018, non seulement pour faire une pause égoïste et narcissique, comme on le fait si souvent en vacances, mais pour réveiller en chacun de nous notre capacité de nous émouvoir, de nous indigner, et d’agir. Pour sourire à l’autre, l’étranger, pas seulement le touriste, ou le voisin, mais aussi l’oublié, le sans abri, le réfugié. En pensant, en particulier, avec chagrin et rage à tous ceux qu’on aura laissé mourir noyés dans cette Méditerranée dans laquelle tant d’Européens vont, en toute inconscience, aller bientôt se baigner ou naviguer.
Si nous ne le faisons pas, si nous passons encore quelques mois dans cette cruelle indifférence, si nous continuons de nous vacciner contre le malheur des autres, ne nous étonnons pas si l’été 2019 soit celui du chacun pour soi, de la jungle absolue, de la barbarie ; non plus seulement à nos portes, mais dans nos villes, dans nos maisons.
Pour y parvenir, profitez de chacun instant de cet été, pour être à l’affût de chaque marque de bonté ou de bienveillance, donnée ou reçue. Les vacances s’y prêtent mieux qu’aucune autre période. On comprendra alors qu’il est si facile, et si porteur de joie, de sourire aux autres, à tous les autres. Et de leur rendre service.
Essayez, essayez vraiment. Même si vous croyez déjà le faire. Essayez plus encore. Vous ne le regretterez pas. Et vos enfants moins encore.
J@attali.com

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"DÉSASTRE MORAL? " À QUAND LE SURSAUT ÉTHIQUE?
" NOUS AVONS BESOIN DE FAIRE PREUVE DE BONTÉ, SI ON VEUT QU’ON EN FASSE PREUVE POUR NOUS."
Dans son bel essai de traduction du coran, Jacques Berque désigne les prophètes sous le vocable de donneurs d'alarme.
Incontestablement, Jacques Attali est un de ceux là: " si nous continuons de nous vacciner contre le malheur des autres, ne nous étonnons pas si l’été 2019 soit celui du chacun pour soi, de la jungle absolue, de la barbarie ; non plus seulement à nos portes, mais dans nos villes, dans nos maisons." Kroll dans un tout autre style en est un également, en témoigne ce dessin féroce mais lucide.



J'ai renoncé à lire les commentaires des forumeurs dans le presse en ligne tant ils sont excessifs, radicaux et surtout médiocres. L'excès se glisse partout et jusque dans les tribulations grotesques de supporters de diables, ces nationalistes malgré eux.
"A trop voir de malheurs, de massacres, de chagrins, de ruines dans les médias, on finit par ne plus s’en émouvoir et par se replier sur soi, pour ne pas trop souffrir du malheur des autres. Et toutes les victimes sont de moins en moins traitées avec empathie.
De fait, partout dans le monde, les opinions publiques font preuve de plus en plus d’égoïsme, d’insensibilité ; l’altruisme, la bienveillance, la bonté, sont de plus en plus mal vus."
Désastre moral, panne d'éthique, poussée de radicalisme dans sa déclinaison islamiste mais aussi dans sa variante fasciste tout aussi grimaçante et redoutable. Angela Merkel qu'on peut ne pas aimer ou carrément honnir est l'allégorie vivante de cet écartèlement éthique.
L'islamisme radical est un islam qui aurait renoncé à l'éthique comme l'illibéralisme radical est selon Pierre Rosanvallon, " une culture politique qui disqualifie en son principe la vision libérale". Théorisé dans les années 1990, le terme émerge dans les années 2010, en particulier pour désigner les gouvernements hongrois et polonais  qui se réclament de cette orientation que ne renieraient pas la NVA ou le FN. L'Italie, l'Autriche et désormais aussi la Bavière ont rejoint le club de ces irréductibles. L'illibéralsime gagne chaque jour du terrain et il ne m'étonnerait pas qu'il s'avère le grand vainqueur des élections européennes de 2019.
"Si on n’y prend pas garde, si on laisse s’installer cette idéologie du chacun pour soi, de claustration morale, cela ne s’arrêtera pas là"(...)En particulier, en Europe, et en France même, si on continue de glisser sur cette pente, de deux choses l’une : ou bien les partis extrêmes prendront le pouvoir, ou bien leur idéologie aura pris le pouvoir dans les partis majoritaires. Et il ne faudra pas compter sur les médias, affamés de lecteurs, et concurrencés par des réseaux sociaux largement dominés par les extrêmes, pour lutter contre ces nouvelles idéologies. Ni sur les ONG, qui seront de plus en plus isolées, à court de financement et discréditées. Ni même sur les intellectuels, qui n’auront un jour plus le choix qu’entre se rallier, se taire, ou s’exiler (mais où ?!)"
"La bienveillance, l’altruisme, la générosité" sont totalement passés de mode.
Après la lepénisation des esprits annoncée par Robert Badinter (processus au cours duquel les esprits et les idées se lepénisent, se rapprochent de celles de Jean-Marie Le Pen) voici que surgit la" trumptitude" des mentalités qui est pire encore mais lui est franchement apparentée.
Orwell, cet autre donneur d'alarme  avait annoncé le phénomène pour 1984., c'est à dire avec plus de quarante ans d'avance.
Rappelons ici les célèbres paroles d'un autre lanceur d'alarme anti nazi, le pasteur Martin Niemöller (1892–1984)
"Ils sont d'abord venus chercher les socialistes, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas socialiste
Puis ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas syndicaliste
Puis ils sont venus chercher les Juifs, et je n'ai rien dit
Parce que je n'étais pas juif
Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour me défendre.
"
"Qui a levé la voix, peut-être l'Église confessante ? Nous pensions : des communistes, ces adversaires de la religion, ces ennemis des chrétiens – « Suis-je le gardien de mon frère ? »
Puis ils se sont débarrassé des « malades, les prétendus incurables ». Je me souviens d'une conversation avec une personne qui se disait chrétienne. Il disait : peut-être que c'est une bonne chose, ces malades incurables coûtent de l'argent à l'État, ils ne sont qu'un fardeau pour eux-mêmes et pour les autres. N'est-il pas mieux pour tout le monde si on les retire de la société ? – Ce n'est qu'alors que l'Église s'est inquiétée. Alors nous nous sommes mis à parler, jusqu'à ce que nos voix se taisent à nouveau en public. Pouvons-nous prétendre ne pas être coupables et responsables ? La persécution des Juifs, la façon dont nous traitions les pays occupés, ou ce qui se passaient en Grèce, en Pologne, en Tchécoslovaquie ou en Hollande, tout ça était publié dans les journaux."
Ce vieux texte a repris soudain un formidable actualité. Mais qui s'en souvient à part quelques vieillards moralisateurs?
Certes Emmanuel Macron se débat pour défendre les idées de la République et les valeurs de la démocratie européenne.
Mais  la translation de la dépouille de Simone Weil au Panthéon, geste symbolique ne répercute qu'un écho médiatique sourd du célèbre  '"entre ici Jean Moulin" d'André Malraux le 19 décembre 1964.
"Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège. Avec ceux qui sont morts dans les caves sans avoir parlé, comme toi, et même, ce qui est peut-être plus atroce, en ayant parlé."
"Il faut absolument arrêter ce tsunami d’indifférence avant qu’il ne soit trop tard. Et prendre le temps, cet été, de réfléchir aux conséquences d’un tel désastre moral." Vaste programme! Ce qui est sûr c'est que le sursaut éthique  qui sauvera ce monde qui se "démonde" ne saurait faire l'impasse sur un formidable travail sur soi.
A quoi bon prêcher autrui si on ne commence par se mettre chacun en question face à nos réflexes d'agacement, nos bouffées d'exaspération,  nos explosions d'émotions négatives?
Concluons avec cet autre lanceur d'alerte que fut Krishnamurti, prophète malgré lui.
"But as long as I am ignorant of myself, as long as I am unaware  of the total process of myself, I have no basis for thought, for affection for action. But that is the  least thing we want: to know ourselves.
Yes that is the only foundation on which we can build. Before we can build, before we can transform , before we can condemn or destroy, we must know that which we are.(...) If one is able to understand oneself then perhaps there can be transformation in the immediat relationship about us and so in the word in which we live.
There is no hope without a constant inward revolution. Revolution in society must begin with the inner , psychological transformation of the individual.
What you are, the world is. To transform the world , we must begin with ourselves.
To know oneself as one requires and extraordinary alertness of mind. It demands  honesty, clarity of thought. The understanding of that what you are , without distortion, is the beginning of virtue. Virtue is essential , for it gives freedom. To bring about a fundamental revolution in onself, one must understand , the whole process of one's thought and feelings in relationship.
The function of education is to help you from childhood not to imitate anybody , but to be yourself all the time.
And this is the most difficult thing to do.
The world is in a process of decay. If you see the decay, you have a challenge: you are challenged to find a way of soving this urgent problem. (Krishnamurti)
Les prophètes, les justes et les sages sont parmi nous mais nous leur préférons écouter la voix rauque des démagogues simplificateurs.
MG
"Mais tant que je serai ignorant de moi-même, tant que je ne serai pas conscient du processus total de mon être, je serai privé de fondement de pensée et d'affection pour l'action. Mais c'est bien la  dernière des choses que nous désirions : nous connaître nous-mêmes. C'est pourtant la seule assise sur laquelle nous puissions construire. Avant de pouvoir édifier quoi que ce soit, avant d'oser transformer, avant de  condamner ou de déconstruire, nous devons savoir ce que nous sommes... (...) Si l'on est capable de se comprendre soi-même, alors peut-être oserons nous envisager une transformation dans la relation immédiate autour de nous et donc dans le mot dans lequel nous vivons.
Il n'y a pas d'espoir sans une révolution intérieure peremanente.
La révolution dans la société doit commencer par la transformation intérieure et psychologique de l'individu.
Ce que vous êtes, le monde l'est. Pour transformer le monde, nous devons commencer par nous-mêmes.
Se connaître soi-même exige une vigilance de tout moment. La vertu est essentielle, car elle donne la liberté. Pour provoquer une révolution fondamentale en soi-même, il faut comprendre, tout le processus de sa pensée et de ses sentiments dans la relation.
La fonction de l'éducation est de vous aider dès l'enfance à ne pas imiter qui que ce soit, mais à être vous-même tout le temps.
Et c'est la chose la plus difficile à faire.
Le monde est dans un processus de décomposition. Si vous voyez la décadence, vous avez un défi : vous êtes mis au défi de trouver un moyen de résoudre ce problème urgent. (Krishnamurti)