lundi 13 août 2018

Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close en remet une couche: "M. Francken est parfois un grand enfant"


BELGA

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, a qualifié vendredi soir le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken, de "grand enfant" en lui reprochant de chercher au PS un responsable de sa propre politique "qui ne marche pas". "Je pense que M. Francken comprend que sa politique ne fonctionne pas. Il doit dès lors chercher un autre coupable, et c'est généralement quelqu'un du PS", a-t-il affirmé lors de l'émission Terzake de la chaîne publique flamande VRT. Plus tôt vendredi, Philippe Close avait déjà chargé Theo Francken, l'enjoignant de faire son travail plutôt que de passer son temps sur internet.
M. Close a assuré vendredi soir sur la chaîne flamande que les informations données par M. Francken (N-VA) sur un pourrissement de la situation au parc Maximilien étaient fausses.
"Il y a encore eu une intervention de la police locale la semaine dernière et encore ce matin. Nous devons agir dans une situation difficile pour laquelle le niveau fédéral ne fait rien", a ajouté le bourgmestre.
Selon lui, les services bruxellois interceptent régulièrement des migrants qui ont déjà reçu "de sept à dix ordres de quitter le territoire".
Interviewé par la RTBF, M. Close a aussi rappelé son opposition au projet de transférer le centre d'accueil du Petit-Château, dans le centre de la ville, vers Neder-over-Heembeek, au nord.
"J'utiliserai tous les moyens politiques et juridiques pour m'opposer à la venue de ce centre", a-t-il dit, en soulignant qu'un quartier résidentiel comme Neder-over-Heembeek n'était pas un endroit adapté pour créer un centre qui accueillerait des milliers de réfugiés. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CLOSE TOUJOURS. 

Philippe Close est un habile communicateur qui a appris à surfer à son avantage sur les médias. On ne parle que de lui dans la presse où il pourfend le superman médiatique Théo Francken. Close est conscient qu'il doit faire très fort pour effacer jusque dans l'inconscient collectif des Bruxellois le souvenir calamiteux du bourgmestre Yvan Mayeur à qui il succède sans avoir encore été élu. Or on vote à Bruxelles en octobre prochain et les socialistes ne sont pas sûr de l'emporter. Mais il ne se rend pas compte qu'à s'en prendre à Francken, il fait le jeu de la NVA laquelle est décidée à faire un gros score sur Bruxelles sur le dos du MR. La NVA a multiplié les listes communales et elle se montre très active sur le terrain.
Les élections communales se préparent dans l'indifférence générale. Hormis Close  et les militants NVA personne ne s'agite. C'est le calme plat avant la tempête.
MG

Aucun commentaire: