samedi 1 septembre 2018

La princesse Élisabeth est arrivée au pays de Galles pour deux ans d’études




Par Martine Dubuisson in Le Soir

L’héritière au trône terminera ses études secondaires au « United World College Atlantic ». Elle devrait y décrocher un baccalauréat international, qui lui ouvrira de nombreuses options pour la suite de sa formation.
Après avoir passé dix jours de vacances en Arménie avec sa famille, la princesse Elisabeth s’est envolée pour le pays de Galles, lundi, révèle Het Nieuwsblad. On sait qu’Elisabeth y passera deux ans en internat, au « United World College Atlantic », pour terminer ses études secondaires.
Pas encore de vraie rentrée scolaire pour l’héritière au trône, mais une semaine d’activités en camp entre « nouveaux », pour apprendre à se connaître et créer une cohésion de groupe.
Des jeunes de partout
Le « United World College Atlantic » accueille 350 jeunes de 16 à 19 ans, venus de 90 pays et de tous horizons, issus de familles royales ou fortunées (le minerval s’élève tout de même à 25.000 euros, ce qui n’est pas le plus cher pour ce genre d’école), mais aussi des élèves boursiers ou des réfugiés. Sa philosophie est, selon le site de l’établissement, basée sur «   le service à la communauté, le travail collaboratif et l’engagement social, et développe le sens de l’initiative et les qualités de leadership. » Il «   rassemble des jeunes de différents pays, religions et cultures pour la paix et le développement durable   », veillant à la compréhension entre cultures.
Au terme des deux années (en anglais) passées là-bas, Elisabeth décrochera un baccalauréat international, qui lui ouvrira de nombreuses options pour ses études futures.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EDUCATION INTERCULTURELLE?

Education royale? Oui et non! Elisabeth a fait ses études secondaires dans une école flamande de Bruxelles ce qui fait d'elle une excellente bilingue. C'est à la portée du premier petit Schaerbeekois venu. Idem pour l'enseignement interculturel. En revanche pour l'immersion anglaise , c'est autre chose: it's a different cattle of fish.  Tout le monde ne saurait envoyer ses enfants dans une école du Royaume Uni ou même  les inscrire à l'école Européenne, ce bastion multilingue réservé à une poignée de privilégiés.
C'est pourquoi Georges Verzin a eu l'idée de créer à Schaerbeek un école primaire d'immersion qui privilégie la langue anglaise. Impossible lui a-ton rétorqué: la Communauté français ne subsidie pas ce genre d'initiative. Dont acte.    Qu'à cela ne tienne. Il a rétorqué que, lui Echevin de l'Instruction publique, il entreprendrait des démarches en ce sens. Pourquoi pas un athénée bilingue demain à Schaerbeek. Voilà un projet digne de la cité des écoles.
It takes three things to succeed: a vision to see, the vigor to act and the heart to care... Georges Verzin a tout cela et il nous aide à rêver le Schaerbeek de demain: interculturel et intergénérationnel. Les écoles européennes existent et ont un franc succès. Il pourrait/devrait s'en créer une à Schaerbeek. On parle d'y ouvrir un nouvel établissement secondaire. Soyons donc audacieux et proposons quelque chose de vraiment révolutionnaire. N'oublions pas que Schaerbeek s'est longtemps voulue la Cité des Ecoles.
Erasmus existe mais seulement pour les universitaires. Emmanuel Macron rêve d'un Ersamus pour le secondaire. Voilà deux projets qui se rejoignent et proposent à tous une "éducation royale et interculturelle" comparable à celle dont bénéficie aujourd'hui la seule princesse Elisabeth. Dossier à suivre. It always seems impossible until it is done.  (Nelson Mandela).


Marc Guiot, le Schaerbeekois récalcitrant, le 46ème  candidat qui volontiers rue dans les brancards. On m'a quelquefois traité d'utopiste. On n'avait pas tort. L'utopie c'est ce qui n'existe pas encore mais qui piaffe d'impatience d'éclore. Impatience de l'âne qui se rebiffe et rue dans les brancards.
 

Aucun commentaire: