samedi 22 septembre 2018

Michel Croisé, président de Sodexo Benelux, pratique la multimodalité au quotidien depuis quinze ans. Vélo, transports en commun, voiture, marche…

Le Soir

La multimodalité, le président de Sodexo Benelux la pratique au quotidien depuis quinze ans. Mardi matin, Michel Croisé quitte son domicile du cœur de Bruxelles à vélo pliable, direction le terminus du bus 95. Une manière d’éviter le trajet en pente ascendante jusqu’à son bureau, boulevard de la Plaine. «Il y a des jours où je fais tout à vélo, avec un petit passage à pied, rue des Colonies, où la pente est très forte», précise-t-il. Logiquement, pour son déplacement à Elsenborn de la semaine, ce sera la voiture. Et le train pour Rotterdam. Son credo? Envisager toutes les options, retenir la plus efficace… et la plus agréable. «Le vélo doit rester un plaisir». Et d’avouer qu’il lui arrive «d’être fainéant» ou de renoncer «parce qu’il vient de pleuvoir».
Lui-même n’a pas toujours été ce cycliste mordu du vélo pliable. C’est… Luc Pire qui lui a mis le pied au pédalier. «Il y a 13 ans, j’avais rendez-vous avec lui près de la gare Centrale, à 17 heures. J’étais déjà là quand il m’a appelé pour me dire qu’il quittait Schuman et qu’il aurait un peu de retard.» Agacement chez Michel Croisé, qui imagine l’éditeur englué dans les embouteillages de la rue de la Loi en pleine heure de pointe. Et là, surprise, dix minutes après, son rendez-vous était là. Métro? «Non, vélo!» Du coup, pour ses quarante-cinq ans, il suggère à ses proches un deux-roues en guise de beau cadeau.
«CHACUN DOIT PRENDRE SUR LUI»
Une contribution à l’effort collectif pour la fluidité bruxelloise et la réponse à un besoin de bouger chez cet ancien kiné. Michel Croisé ne boude pas non plus les transports en commun. Voici trois ans, un pépin de santé l’oblige un bref instant à renoncer à la voiture et au vélo… «Je suis donc devenu un utilisateur de la Stib. Les gens se plaignent de la ponctualité, c’est tellement pire en voiture.» Le patron de Sodexo est aussi un adepte de la marche – «on ne se rend pas compte comme beaucoup de distances sont bien plus courtes, à Bruxelles, que ne le pensent certains automobilistes».
La multimodalité est une évidence pour cet urbain convaincu. Et de répéter cette formule magique de la mobilité: «Si on diminue de 10% le nombre de voitures, on réduit de 40% les embouteillages». Aussitôt complétée de cet appel à la responsabilité individuelle. «Tout le monde se plaint en permanence des politiques de mobilité. C’est vrai qu’il y a des progrès à faire au niveau des infrastructures. Mais cela ne servira à rien si les gens ne prennent pas un peu sur eux et si les entreprises n’essaient pas de favoriser les transports alternatifs. Il faut arrêter de parler et agir, un peu, chacun à son niveau.»
«ENCOURAGER LA FLEXIBILITÉ»
Si Sodexo fait sa part? «Oui, comme bien d’autres.» Et d’épingler l’arrivée imminente d’une flotte de vélos et trottinettes électriques à disposition du personnel. «Nous sommes une société qui propose des services de qualité de vie. Cela commence par les personnes qui travaillent chez nous. Nous encourageons vivement la flexibilité du travail» Cela passe par du télétravail, des horaires décalés pour éviter les déplacements aux heures de pointe, les réunions virtuelles… «Le présentéisme physique n’est pas un must, les outils modernes permettent ça! Si chacun renonce à sa voiture un jour par semaine, c’est 20% de l’effort! Il ne faut pas exiger des gens qu’ils renoncent à la voiture. Il faut les encourager à le faire quand c’est possible. Et ne pas critiquer ceux qui ne peuvent pas.» Ce message, Michel Croisé le martèle, avec d’autres patrons, au sein de Beci.




COMMENTAIRE DU SCHARBEEKOIS RÉCALCITRANT
"IL FAUT LES ENCOURAGER À LE FAIRE QUAND C’EST POSSIBLE. ET NE PAS CRITIQUER CEUX QUI NE PEUVENT PAS." 

"Flexible, adaptable and adjustable!" C'est la martingale pour relever tous les défis.  Par exemple  la multimodalité, que pratique au quotidien depuis quinze ans le président de Sodexo Benelux. Mais c'est vrai pour tout. La flexibilité c'est la seule réponse aux défis mutiples que nous impose le, monde qui vient: réchauffement, explosion démographique,  intelligence artificielle, etc etc. La flexibilité et une nouvelle vision, une dynamique nouvelle de la Cité que proposent les listes citoyennes et plus précisément ce que suggère la liste MR/citoyens schaerbeekois. En quoi elle se distingue d'autres listes? Par la vision qu'elle propose de l'avenir.

Marc Guiot 23ème sur la liste de l'âne récalcitrant

POURQUOI JE ME BATS POUR LA LISTE VERZIN?
Par amour de Schaerbeek, pour soutenir Georges, ce Schaerbeekois enthousiaste, motivé et engagé pour défendre sa commune, pour encourager une équipe multi générationnelle et pluriculturelle qui en veut et rêve d'une commune plus conviviale avec moins de trafic, moins de nuisances et d'incivilités et surtout;  plus de projets pour assurer une meilleure cohésion sociale et un meilleur vivre ensemble.

Marc Guiot n° 23

Aucun commentaire: