mercredi 5 septembre 2018

Mosquée : une croix gammée et un message : Vote N-VA




Selma Benkhelifa (in Le Vif)
Avocate - Progress Lawyers Network

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, une croix gammée et un message à caractère politique - " Vote(z) N-VA, tous les bronzés dehors " - ont été tagués sur une mosquée à Leuven. Le ou les néonazis qui ont peint ce slogan sont parfaitement clairs dans leur message : ils se revendiquent du nazisme et de la N-VA.
        
© @ExecMuslimsBE 


(...) Les auteurs de ces messages sont manifestement racistes, clairement pro nazis et pro NVA.
(...) Personne à la NVA n'a condamné les croix gammées. L'analogie entre l'antisémitisme et l'islamophobie par des militants qui appellent à voter N-VA sur les murs d'une mosquée en pleine période électorale ne semble pas poser de problème aux représentants de la N-VA Leuven qui ne condamnent ni l'antisémitisme, ni l'islamophobie dont tous les chiffres montrent qu'ils sont en constante augmentation.
A propos de la négrophobie, le silence est même assourdissant.
On n'a pas entendu de réaction de la part de la N-VA lors de l'agression négrophobe en gare de Aarschot il y a quelques jours. Cette attitude à tout le moins ambiguë voir tolérante à l'égard des actes racistes au plus haut sommet de l'État est extrêmement inquiétante.
Est-ce tellement étonnant ?
(...) Depuis qu'elle est au gouvernement, chaque fois qu'elle s'est retrouvée en difficulté, la NVA a brandi l'étendard de l'islamophobie. D'une part, elle détourne l'opinion de ses propres carences et d'autre part, construit un ennemi à qui attribuer toutes les tares.
(...)Face à chaque obstacle politique, la NVA s'est lancée dans une diatribe contre les musulmans de ce pays.
Alors il ne faut pas s'étonner si leurs militants de base s'attaquent aux mosquées et se revendiquent du nazisme que la N-VA n'a jamais clairement condamné. On comprend que des racistes s'en prennent physiquement aux "bruns" comme le jeune garçon poussé sur les rails à Aarschot ou les deux filles agressées au Pukkelpop festival. On voit des croix gammées fleurir à Leuven. 
(...).


COMMENTAIRE DU SCHAERBEEKOIS RECALCITRANT
ÇA VOLE BAS, VRAIMENT BAS 

La campagne électorale pour les élections communales d'octobre vole bas, franchement très bas. C'est mal parti. Tous les coups semblent permis y compris les coups bas. De quoi s'agit-il? D'élire un nouveau Collège, autrement dit de désigner par les urnes le prochain gouvernement communal. Cela suppose deux choses.
Premièrement que l'on fasse, chacun pour soi, un bilan critique de la politique du collège sortant. Dans quel état sont les rues et les espaces verts, quelle est la qualité de l'enseignement communal, quel est le bilan mobilité, de sécurité de la majorité sortante, quelle politique pour les jeunes , les seniors, les démunis etc, etc. Bref quelle est la qualité de la gouvernance des sortants?
Secondement quelle vision d'avenir proposent les candidats à l'élection? Savent-ils où ils vont où sont-ils seulement attirés par l'appât du pouvoir et des postes à pourvoir?
Il demeure une troisième question à poser. Quelle sont les personnalités les plus compétentes  pour diriger ma commune?
Certains électeurs se contenteront de lire les prospectus des candidats, voire de choisir une ou deux têtes parmi celles qui sont affichées sur les murs de la commune et les vitrines de nombreux commerçants. Enfin, les plus motivés compareront les programmes des différentes listes. Question: il est affiché où leur programme? 

Le Schaerbeekois récalcitrant 46  ème sur la liste Verzin.
Lui, au moins, on programme et ses opinions sont clairement exprimées sur DiverCity. 
  

"LE JOUR DES ÉLECTIONS, CE NE SONT PAS LES SENTIMENTS OU LES IDÉOLOGIES QUI DÉCIDENT, MAIS LA MATHÉMATIQUE." 

"Ces soirs-là, dans les états-majors de parti, on regarde en effet d’abord les chiffres pour voir ce qu’ils permettent ou pas, peu importent les affinités. Ce sont eux qui déclenchent le jeu des coalitions, car c’est ce qu’ils affichent soudain qui détermine si on peut se passer d’un tel, le mettre en bas du fossé pour prendre le pouvoir avec un autre, qu’on préfère ou pas, mais qu’en tout cas on n’attendait pas."
Béatrice Delvaux in Le Soir





Aucun commentaire: