mardi 16 octobre 2018

Gueule de bois


Le Soir (extraits)

•lundi matin, au bureau de parti, l’ambiance était " mortuaire" chez les libéraux. Les Bruxellois du parti sont mal. Il faudra que Didier Reynders (président du MR bruxellois) remette en question notre positionnement. "Nous n’avons pas réussi à aller chercher le vote des bobos des villes."
• Le premier échevin libéral sortant de la Ville de Bruxelles, Alain Courtois, a mis la défaite de sa liste, l'Open MR, plus sur le compte du changement de la sociologie de la Ville que sur celui d'une participation du MR à la majorité fédérale avec la N-VA.
"Les quartiers ont été métamorphosés pour trente six raisons de manière telle que l'image et le message du néolibéralisme ne passe plus. Cette ville est passée très majoritairement à gauche", a-t-il dit.
•En Flandre aussi, les écologistes sortent grands vainqueurs. Groen devient le plus grand parti de la coalition au pouvoir dans certaines entités, notamment à Malines avec 13 sièges (contre 10 à l'Open Vld et 2 aux Indépendants) et à Gand avec 14 sièges (contre 7 au sp.a).
L'analyse d'Alain Courtois est irréfutable.
Elle est, à mon sens, également valable pour Schaerbeek.
Schaerbeek est non seulement un microcosme bruxellois, elle est carrément le prototype de toutes les villes mondes d'Europe: Marseille, Londres, Berlin, Barcelone etc.
La vision du Schaerbeek de demain de Georges Verzin est une balise pour affronter un monde qui se détraque.
On pense que les événements vont s’auto-résoudre.( Raphaël Glucksmann)
On se trompe bien évidemment. On le sait et plus encore on le sent pertinemment.
Notre incapacité à saisir la gravité des périls, c’est ce qui nous fait aller dans le mur. On a besoin d’un horizon de mobilisation".
Ce que je voudrais, c’est que tous les gens qui veulent s’engager dans une cause s’unissent et proposent un projet de société",.( Raphaël Glucksmann)
C'est le doute et c'est l'inquiétude qui sont les aiguillons du progrès.
Face à la montée des  périls et des événements extrêmes que nous impose un monde qui sous nos yeux se démonde, nous disposons de deux puissants outils: le cerveau collectif de notre liste (qui n'a pas donné toute sa mesure, qui n'a pas su assez interréagir) et notre méthode de pensée et d'agir: le libre examen.
Mes colistiers m'ont beaucoup appris mais il demeure de nombreuses zones d'ombre mal identifiées et insuffisamment comprises par nous tous. Schaerbeek n'a pas livré encore, loin s'en faut,  tous ses secrets.
Une phrase me hante, souvent citée par Edgar Morin dans presque tous ces livres: Wo aber Gefahr ist, wächst das Rettende auch (Hölderlin)
Les élections européennes et fédérales de mai prochain risquent de sonner le glas de la Belgique, voire de l'Europe; possiblement aussi celui de la démocratie à l'européenne.
La situation est immensément préoccupante, sans doute la plus périlleuse de l'après-guerre et peut être même du siècle.
Et surtout n'allez pas imaginer que les verts qui aujourd'hui savourent leur triomphe résoudront quoi que ce soit. Il traceront quelques pistes cyclables, imposeront partout le 30 à l'heure et feront éventuellement ramasser les sacs poubelles par des charrettes tirés par de lourds chevaux brabançons...
Georges commente:
"Le vote de dimanche avec ses 25 degrés a donné la mesure de l'urgence climatique  ; la tv a montré les torrents de boue en France et en Grèce! la prise de conscience du péril climatique a pris le pas sur toute autre considération! et ce d'autant plus que le gouvernement a donné des signes de non-maîtrise des centrales nucléaires ; le tout couplé au changement des régimes de pension et au contrôle de la sécurité sociale... sur fond de complicité avec la NVA.
Quant à Bruxelles, le chaos des embouteillages  et des travaux en panne voulu par le gouvernement Vervoort,  a généré chez les habitants une logique anti voitures; bref le bordel a largement profité aux intégristes écolo alors que ce n'est pas et de loin la réponse appropriée!..."
Il ne saurait donc être question de baisser les bras.
J'ai fait 88 huit voix de préférence. C'est vraiment très peu mais je persiste et signe.
J'avais prévenu que je ne militerais pas sur Face Book et que ne me montrerais pas sur les marchés, brocantes et autres braderies locales. J'ai pensé très naïvement que le site de la liste relayerait mes nombreux billets de blog signé par le Schaerbeekois récalcitrant. Il n'en fut rien. Récalcitrant je suis, récalcitrant je reste dans la fidélité à notre premier de cordée qui n'a pas fini de nous étonner.
Marc Guiot 








Aucun commentaire: