lundi 8 octobre 2018

"Elections: pourquoi je n'ai envie de donner ma voix à personne"

Antoine Wauters
Ecrivain et scénariste
(Extraits)

Entre deux interviews autour de mes romans*, il m'arrive de penser aux élections à venir. Et, pour tenter de comprendre pourquoi je n'ai envie de donner ma voix à personne, pourquoi je brûle comme ça et pourquoi je rêve, incorrigiblement, de ministres des lychnis et des rhododendrons, j'ai tracé quelques mots dans l'air. Vite. Sans me retourner. En rêvant que l'on s'en saisisse, ensemble."
Non, je ne serai candidat pour aucun parti, aucune commune, et ne voterai pas non plus. Cette façon de faire de la politique alors que la terre et la nature n'en peuvent plus de nous, n'est rien de moins qu'affreusement datée.
Je donnerai ma voix à un parti qui fait de la sauvegarde de notre environnement non une priorité, mais un impératif catégorique, à un parti qui aura fait le pari d'autre chose que des inopérants clivages gauche-droite,
(...)
Je refuse de donner ma voix aux prochaines élections, elles datent d'il y a 50 ans et c'est le présent qui m'intéresse, qui hurle et exige qu'on se donne de majuscules coups de pied au...
Il n'y a qu'une façon de répondre aux enjeux du présent : faire bloc, dans une démocratie à visage nouveau, où nous serons tous mis à contribution. Une démocratie où, à côté des droits et des libertés pour tous, il y aura aussi des devoirs, des restrictions, autrement dit de magnifiques efforts à fournir, le principal étant de consommer moins.
Je rêve, d'une démocratie à visage nouveau... Je rêve, je le sais, mais quand je pense à nous je ne vois pourtant que cela : ou nous sommes dans cette grande aventure collective, et nous vivons, ou nous n'existons plus !


COMMENTAIRE DU SCHAERBEEKOIS RECALCITRANT
L'ATTITUDE DE DÉFIANCE RADICALE DE WAUTERS À L'ÉGARD DU MONDE POLITIQUE EST FRANCHEMENT RÉVOLTANTE

Oui, certes notre monde démocratique se "démonde" sous nos yeux ébahis. Mais cette réflexion échevelée et impertinente d'Antoine Wauters est complètement hors sujet et parfaitement déplacée.
Les communales n'ont jamais eu l'ambition de changer le macrocosme mais bien, de modestement mettre à la tête des communautés locales des hommes et des femmes capables de diriger correctement, honnêtement et efficacement la cité. De décider que s'ils échouent d'autres prendront le relais; de les récompenser, la cas échéant, en leur accordant notre confiance pour un nouveau mandat.
L'attitude de défiance radicale de Wauters à l'égard du monde politique est franchement révoltante. Elle participe de cette vague d'apolitisme qui nourrit les populismes les plus abjects.
Les quelques dizaines de citoyens schaerbeekois qui se sont mis sur les listes ont, pour la très grande partie d'entre eux, fait ce choix en parfaite connaissance de cause. La majorité de ces candidats ont pour première priorité le souci du bien commun. C'est en tout cas le sentiment que m'ont donné les 47 candidats de la liste MR et CITOYENS. J'imagine que c'est pareil pour les autres listes. Le niveau communal est, sans contredit, celui où le choix des hommes et des femmes, plus encore que celui des partis est susceptible de faire la différence. Au plan local on donne sa voix à des gens qu'on connaît, dont on mesure les talents de gestionnaire et l'engagement social. Refuser de voter est donc un déni de démocratie que tous les Wauters de Belgique et d'Europe pourraient un jour amèrement regretter.
Qu'on se le dise.

Marc Guiot 23 ème candidat sur la liste MR et CITOYENS
 

Aucun commentaire: