jeudi 1 novembre 2018

Inégalités scolaires: la situation des enfants en Belgique peut être améliorée, selon Unicef


Le Soir
Le rapport analyse les inégalités scolaires aux niveaux préscolaire, élémentaire et secondaire dans 41 pays parmi les plus riches, membres de l’UE et de l’OCDE.

La Belgique figure 28e sur 38 pays riches au classement des inégalités dans les trois cycles d’enseignement, selon un rapport publié mardi par l’Unicef, intitulé «  Un départ dans la vie marqué par les injustices – Inégalités scolaires chez les enfants dans les pays riches  ». Le pays, dans le haut du classement pour les cycles préscolaire et primaire, rétrograde par contre pour ce qui est du secondaire.
Le rapport analyse les inégalités scolaires aux niveaux préscolaire, élémentaire et secondaire dans 41 pays parmi les plus riches, membres de l’UE et de l’OCDE. Il se penche également sur le lien entre les performances des enfants et des facteurs comme l’activité des parents ou le parcours migratoire.
Il montre notamment qu’en Belgique, la quasi-totalité (99,2 %) des enfants fréquentent l’enseignement préscolaire au moins une heure par semaine pendant l’année précédant l’âge officiel d’entrée en cours élémentaire.
L’IMPACT DE LA SITUATION SOCIOÉCONOMIQUE DES ENFANTS EST IMPORTANT
Par ailleurs, il «  confirme à nouveau qu’en Belgique, l’impact de la situation socioéconomique des enfants est important  ». En témoigne la différence moyenne (68 points) dans les scores de lecture entre les jeunes de 15 ans dont les parents exercent un métier de statut élevé et les autres, qui fait que le pays se classe à la 34e place sur 38.
Le pays est par contre à la 9e place sur 29 s’agissant de l’écart de réussite en compréhension écrite en quatrième primaire.
«  Comme pour l’ensemble des pays mentionnés dans ce rapport, la situation des enfants en matière d’inégalités scolaires en Belgique doit continuer à être améliorée  », en conclut le Fonds des Nations unies pour l’enfance.
L’Unicef formule plusieurs recommandations, comme des services de garde et d’éducation de qualité pour tous. Les politiques doivent aussi « garantir qu’aucun élève n’accumule de retard au point de se trouver privé des compétences indispensables à sa pleine contribution dans la société  » 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L’UNICEF FORMULE PLUSIEURS RECOMMANDATIONS, COMME DES SERVICES DE GARDE ET D’ÉDUCATION DE QUALITÉ POUR TOUS 

Mais encore!?
Tous les élèves issus de la diversité qui ont réussi leur scolarité m'ont assuré que c'est grâce à l'initiative d'un ou de plusieurs enseignants qui, ayant repéré leurs aptitudes, les ont pris sous leur aile. Un "service de garde passif" ne saurait suffire. ce qu'il faut c'est organiser un soutien scolaire actif et de qualité, singulièrement dans les écoles en discrimination positive. Or cela n'existe pratiquement nulle part. Et ne négligeons pas le soutien informatique.
En effet, l’introduction des tablettes dans les écoles et les collèges peut largement aider à rattraper des retards:
1) L’arrivée de la technologie va générer des gains d’apprentissage exceptionnels, et rétablir une égalité entre les élèves ;
2) le déficit de maîtrise de la langue française et les troubles de l’attention ne datent pas d’hier, et c’est en progressant dans l’animation pédagogique que nous pourrons résoudre ces problèmes ; 3) De toute façon, c’est trop tard, la modernité a envahi les établissements scolaires : râlez donc monsieur Blanquer, vous devrez tout de même faire avec !
Il serait temps que l'on comprenne enfin qu'enseigner n'est pas la priorité. Il s'agit d'aider à apprendre, autrement dit d'apprendre à apprendre.
MG

Aucun commentaire: