jeudi 29 novembre 2018

Le torchon continue de brûler entre Guy Verhofstadt et Viktor Orban


La Libre Belgique 

Le gouvernement hongrois mené par le national-conservateur Viktor Orban a lancé une nouvelle campagne d'affichage dénigrant le chef de file des libéraux (ALDE) au Parlement européen, Guy Verhofstadt.
En septembre dernier, M. Verhofstadt s'était déclaré outré par une précédente campagne médiatique anti-européenne lancée par Budapest à la suite d'un vote de l'hémicycle de l'UE ouvrant la voie à des sanctions contre la Hongrie pour non respect de l'Etat de droit. Le leader de l'ALDE exigeait alors que les 18 millions d'euros qu'avaient coûtés cette action soient retirés de la dotation européenne accordée à la république hongroise.

Le libéral avait également développé une campagne d'affichage déplorant l'attitude de M. Orban, qui chercherait après s'être servi de fonds européens "à détruire l'Europe".
Ces sorties ont vraisemblablement très peu goûté au leader hongrois, qui a désormais à son tour organisé une campagne d'affichage contre l'ancien Premier ministre belge. "Des centaines de personnes sont décédées dans des attaques terroristes depuis 2015, mais Guy Verhofstadt dit: 'il n'y a pas de crise migratoire'. C'est totalement fou", peut-on lire sur des panneaux montés sur des camions circulant dans Budapest.
Dans un tweet, Guy Verhofstadt a estimé que l'initiative de M. Orban n'était pas très originale. "D'abord vous avez copié les politiques de Poutine, ensuite vous avez pris l'argent de l'UE et maintenant vous volez mes idées de campagne", a-t-il ironisé.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UNE FRONDE POUJADISTE ANTI EUROPÉENNE 

La campagne pour les européennes a commencé de manière délétère.
Tous les coups seront permis, le ton est donné par Orban et de toute évidence elle focalisera les esprits sur le thème de l'immigration.
En France la dynamique des gilets jaunes risque de faire perdre la face à Macron en faisant échouer son pari de relance européenne et dans la foulée son rêve de réélection. "L'Europe ou le chaos" a prévenu le Président français  devant le Bundestag le 18 novembre. «Notre monde se trouve à la croisée des chemins», a-t-il ajouté. mettant en garde contre le un «nationalisme sans mémoire», voire même un «fanatisme sans repères."
En Belgique la polarisation gauche en Wallonie et droite en Flandre va en s'exacerbant . La FGTB  en remet une couche en exigeant l'augmentation des salaires. La bataille électorale sera rude, très rude;  elle risque de paralyser définitivement le pays, prélude à son évaporation tant redoutée.
Un spectre hante l'Europe celui d'une fronde poujadiste, populiste, identitaire et anti européenne. Trump se frotte les mains et Poutine masse des troupes aux frontières. Lui aussi doit faire face à une grogne populaire aux allures de fronde. Menacé sur le front intérieur, Poutine tente une diversion extérieure en mettant la pression sur l'Ukraine et en agitant le spectre d'une nouvelle guerre. Dangereux. Très dangereux.
Comme la grande vague libertaire de mai 68, la grogne poujadiste anti élitaire est un tsunami qui balaye l'occident et bouscule la démocratie sur son passage. Dangereux. Très dangereux.
MG

 


Aucun commentaire: