dimanche 23 décembre 2018

Elio Di Rupo : "Le PS ne gouvernera pas avec la N-VA, un parti qui n'a aucun intérêt pour l'État!"


DH

Le président du Parti socialiste Elio Di Rupo affirme que son parti "ne négociera pas le confédéralisme".
"Notre volonté c'est de ne pas gouverner avec la N-VA, un parti qui n'a aucun intérêt pour l'Etat", assure-t-il dans un entretien accordé à L'Echo samedi. "Le confédéralisme, ça veut dire qu'on a quasiment plus de pays. Il y a deux ciments à la Belgique. Il y a d'abord le sentiment d'appartenance à la Belgique, je pense qu'il est majoritaire tant côté francophone que côté flamand. Les gens sont fiers d'être Belges. En marge de cette dimension affective, on a un second ciment qui est la sécurité sociale. Cette dimension, cette solidarité entre un Nord aisé et un Sud qui a des difficultés, si vous scindez cela, le pays éclate", poursuit le socialiste qui déplore que ce scénario soit "le rêve" de la N-VA.
Fatigué des "hypothèses qui circulent", le président du PS compte observer ce que feront les autres partis flamands: "vont-ils encore s'associer à la N-VA ou pas? Beaucoup va dépendre de l'attitude du CD&V et de l'Open Vld", pointe le Montois. "C'est aux Flamands à s'exprimer", lance-t-il.
Il balaie l'idée de tendances régionalistes au sein du Parti Socialiste. "Nous ne voulons pas du confédéralisme, c'est seulement l'imagination de De Wever qui pense cela. Personne au PS ne plaide pour négocier le confédéralisme", assure-t-il.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TOUS CONTRE UN, UN CONTRE TOUS 

Tous c'est qui? PS-SPa/VLD-MR/CD&V-CDH/ECOLO-GROEN!
Tous contre la NVA et la NVA contre tous.
Et défi? Défi en sus contre la NVA, c'est dans son ADN.
Olivier Maingain craint que les ultra-régionalistes wallons n’ouvrent la boîte de Pandore. Il a accordé une interview à la DH.
La N-VA l’a annoncé : le confédéralisme sera une priorité pour elle en 2019. Qu’est-ce que cela vous inspire ?
"C’est une des raisons pour lesquelles la N-VA a provoqué la crise et la chute du gouvernement. Pour démontrer que nos institutions ne fonctionnent pas et que la Flandre est entravée dans sa volonté politique. On savait que la N-VA se manifesterait à nouveau, tôt ou tard, sur le plan institutionnel. Le premier verrou qu’on doit mettre, c’est de ne pas ouvrir la porte à une révision de la Constitution. "
Voilà qui est clair et bien vu.
Donc quels que soient les choix de l'électeur une mobilisation de tous (PS-SPa/VLD-MR/CD&V-CDH/ECOLO-GROEN) contre un (la NVA)  est possible et sans doute souhaitable et au fédéral et en Flandre et à Bruxelles et en Wallonie. Raisonnement simpliste me direz -vous et vous aurez raison.
Je ne vois pas d'autre hypothèse d'autant qu'en Flandre le VLD et le CD&V semblent très montés contre la NVA. Le point faible du raisonnement: ce scénario serait de nature à rapprocher la NVA du Belang. Mais en politique, disait feu André Cools, c'est toujours le pire qui se produit. Voyez par exemple ce qui se passe Anvers, bastion de Bart De Wever où se construit une alliance NVA-SPa. Never say never.
Qui vivra verra.
MG

Aucun commentaire: