dimanche 2 décembre 2018

"JE NE VOUS AI TOUJOURS PAS COMPRIS!"


Personne ne met en doute en cause ni la vive intelligence ni la capacité d'analyse du jeune président. En revanche face à la jacquerie des gilets et des ultras,  ce qui demeure une inconnue c'est de découvrir s'il se révélera dans cette crise majeure l'homme de caractère que les Français attendent. Celui qui, comme De Gaulle clama à plusieurs reprises "Je vous ai compris" ou qui comme Churchill promit seulement à son peuple le sang, le labeur, les larmes et la sueur.  "I have nothing to offer but blood, toil, tears, and sweat. La situation est grave mais non encore, loin s'en faut, désespérée.
Personnellement j'ai quelque doute sur ses capacités de résilience et à en juger par les sondages,  les Français également. Macron va jouer son quinquennat dans les quelques jours qui viennent et aussi et très vite sa capacité à gagner les élections européennes qu'il regarde comme un test de confiance. S'il devait échouer, la France serait la proie de troubles majeurs et l'Europe au bord de l'implosion, un peu comme l'URSS en 1989.
Nous vivons un Black Sunday, plus noir que tout ce que Paris a connu depuis sa libération en 1944.  On attend le et les premiers de cordée sur la brèche, on n'ose pas dire encore au front. C'est au pied du mur dit le proverbe qu'on reconnaît le maçon. La police sur laquelle s'appuie le régime et que les événements des dernières années ont beaucoup sollicitée et mise à l'épreuve ne risque-t-elle pas d'enfiler à son tour le gilet jaune et de mettre l'arme au pied ?
Fondamentalement et de manière urgente c'est d'une réforme fiscale radicale que la France a besoin et l'Europe aussi bien entendu. Toute cette crise tourne autour de la "contribution" que chacun est disposé à consentir pour sauver un Etat social qui croule sous la dette, les attentes et les obligations. La France et la Belgique sont les nations les plus gourmandes en termes de taxation. La question que posent les gilets jaunes et les 84% de citoyens qui les soutiennent c'est de savoir ce qu'on fait de "leur" argent autrement dit de leurs impôts. Ils s'interrogent sur la qualité des services publics financés par l'impôt: école, sécurité, transports, santé, pension.  Globalement, on ne saurait nier que ceux-ci ne flirtent pas précisément avec l'excellence.
Ce n'est pourtant ni la faute à Voltaire, ni la faute à Macron, à Hollande, à Chirac ou à Mitterrand. C'est chacun d'eux qu'il faut blâmer et sans doute aussi chacun d'entre nous.
Ce qui est sûr, c'est qu'à défaut d'un nouveau contrat négocié d' urgence et fondé sur une plus grande justice fiscale ce sera totalement ingérable.
Nous avions diagnostiqué un mai 68 à l'envers. Une explosion en faveur, non cette fois de la liberté mais d'un supplément d'égalité, voire de fraternité.  Paris brûle-t-il? Des scènes de guérilla urbaine et de pillage ont défiguré le paysage des plus prestigieuses avenues de la ville lumière. Des barricades s'improvisent, des voitures flambent, des banques sont fracturées, des boutiques de luxe incendiées et pillées. C'est la chienlit.   Le peuple se  déchaîne contre les nantis comme en 1830, en 1848. Ce n'est pas encore la révolution comme en 1789 mais cela pourrait dégénérer en guerre civile. Un déchainement de violence  s'observe dans toute la France mais singulièrement au centre de Paris à deux pas du Palais de l'Elysée dont le locataire actuel est  revenu enfin de Buenos Aires. Il s'est rendu à l'Etoile et le premier des marcheurs a marché, hébété, dans Paris saccagé après avoir  laissé à ses ministres le soin de gérer un  chaos qui menace de dégénérer. Vendredi, on a vu à Bruxelles également des combis de police brûler rue de la loi à un jet de grenade lacrymogène du cabinet du premier ministre. Gilets jaunes ou black blocs? Les deux sans doute. Ce dimanche midi on a entendu chez un Deborsu débordé comme jamais  les doléances des gilets jaunes exprimées de manière brutale et  brouillonne. A l'évidence un nouveau contrat social s'impose si on veut éviter chez nous également la chienlit. 

Marc Guiot


  



Aucun commentaire: