vendredi 7 décembre 2018

«Voilà une classe sage»: la vidéo de l’arrestation de dizaines de lycéens français, entravés et agenouillés en rang provoque de vives réactions

Le Soir 

Les images montrent des rangées d’élèves à genoux, mains sur la tête et entourés de policiers casqués et armés.
Environ 280 lycées et collèges en France ont été de nouveau perturbés jeudi, dont 45 bloqués, par des élèves et plusieurs incidents ont été recensés, conduisant à plus de 700 interpellations au total.
Dans les Yvelines, 153 personnes ont été interpellées à Mantes-La-Jolie, selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous, essentiellement devant un lycée, pour «  participation à un attroupement armé  » après des heurts et dégradations a indiqué à l’AFP le commissaire de la ville, assurant vouloir ainsi « interrompre un processus incontrôlé ».
Les mains entravées dans le dos ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines d’entre eux ont été rassemblés dans le jardin d’un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération, a constaté une journaliste de l’AFP. Plusieurs vidéos de la scène publiées sur les réseaux sociaux ont suscité un violent émoi. Il n'y a pas de mot pour qualifier les images des interpellations de 146 lycéens à Mantes-la-Jolie aujourd'hui. On a franchi un nouveau cap dans la répression, la violence & l'humiliation. Des jeunes, des enfants, forcés de s'agenouiller, mains sur la tête, faces contre mur

« 37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène. » Le ministère, se félicite qu’«  aucun blessé  » n’ait été recensé conclut : « L’interpellation d’un nombre aussi important d’individus a nécessité de prendre des mesures de sécurité complémentaires. » 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"LA SITUATION EST GRAVE" (G. Collomb) 

Attention, voilà que les gamins des banlieues déchaînés et plus ou moins radicalisés entrent dans la danse, sèchent les cours, désertent les écoles et se déversent par milliers dans la rue, certains encagoulés et porteurs de battes, frondes et autres projectiles sans grande utilité scolaire. Assistons-nous à un début de la convergence sinon des luttes ou du moins des contestations? Dangereux, très dangereux. Et voici que Gérard Collomb brise le silence et sort de son devoir de réserve pour dénoncer les manquements du premier ministre Philippe. Serait-il candidat à sa succession?
Demain sera le samedi de tous les dangers.
Il est temps encore de décréter la loi martiale en vertu de l'article 16. Beaucoup monteront à Paris pour en découdre. Si demain le sang devait couler sur l'asphalte et les pavés de la colère ce serait carrément  le début d'une insurrection de caractère révolutionnaire contre la cinquième république et son président honni par les contestataires en colère l'accusant de mépris et surtout de "taxicomanie."
MG 
«GILETS JAUNES» : COLLOMB AVAIT «ALERTÉ» MACRON SUR LE «RISQUE DE FRACTURE»
• Par   Arthur Berdah  (Figaro)

L'ancien ministre de l'Intérieur regrette la place qui a été faite au «pouvoir central» durant les 18 premiers mois du quinquennat, alors que la campagne promettait une «France girondine et décentralisée».

«J'ai, à plusieurs reprises, alerté sur le risque de fracture entre territoires métropolitains et territoires ruraux ou semi-ruraux», regrette l'édile rhodanien. Selon lui, «on ne saurait traiter de la même façon les problèmes» que l'on rencontre «dans les plus grandes agglomérations» et ceux que l'on constate «partout ailleurs». Pour Gérard Collomb, l'une des erreurs originelles du quinquennat a été d'accorder trop de place à la technocratie durant les 18 premiers mois de la présidence. «Emmanuel Macron pensait qu'il y a des moments dans l'histoire de France où seul le pouvoir central peut transformer le pays, alors que nous avons fait campagne, lors de la présidentielle, sur la promesse d'une France girondine et décentralisée», déplore-t-il, invitant la ministre Jacqueline Gourault à s'emparer du sujet.
Et  d'inviter le président à «s'appuyer davantage sur les corps intermédiaires (...) mais aussi les organisations syndicales ou bien les associations d'élus locaux qui n'étaient pas toutes hostiles».

«La situation est grave. Elle appelle à se rassembler plus qu'à se fractionner et à s'affronter», conclut le maire de Lyon.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ET SI LES BANLIEUES S'ENFLAMMENT...

Gérard Collomb doit se féliciter d'avoir démissionné et d'être rentré à Lyon.  Il avait senti le vent mauvais venir... On lui accordera une certaine lucidité et aussi le courage de l'avoir exprimée lors de son départ... mais sans avoir été écouté !
Dans ce gouvernement manquent quelques vieux briscards de la politique. Les jeunes blanc becs qui entourent Macron sont bien mignons , sans doute très instruits ;  intelligents, sûrement mais ni vraiment malins, ni très expérimentés.
La Vème République va connaître des jours sombres et tristes
face à tous ceux que le modèle de société macronien  dérange.
Gérard Collomb, avec son air de ne pas y toucher, avait su bien identifier la gravité de la situation. Les réactions du peuple sont à la hauteur des violences de la politique macronienne : injustices sociales, fiscales  et géographiques insupportables , une pauvreté croissante invivable, des manipulations et mensonges intolérables, des injures permanentes qui soufflent sur la braise.
L'insolence du comportement du Président, en persistant dans la provocation, ne peut qu'induire une rupture totale de confiance.
Emmanuel Macron a été élu  pour être au service du peuple et non l'inverse.
Collomb avait exprimé déjà ses craintes d’un affrontement majeur en prévenant qu’on vivait «côté à côte» dans la société et qu’il y avait le risque de se retrouver «face à face». Grave, très grave même!
La France finira mal,  l'Europe sans doute aussi.
Oui il savait le vieux briscard lyonais  que les GJ c'est la révolte du pouvoir d'achat contre la taxicomanie de trois ou quatre  Présidents successifs mais si  maintenant les banlieues s'enflamment, c'est franchement , c'est carrément beaucoup plus inquiétant...
MG






Aucun commentaire: