dimanche 22 septembre 2019

Moeten N-VA en PS samen in een regering?


Moeten N-VA en PS samen in een regering? Amper één op de drie Belgen vindt van wel
HLN
Moeten N-VA en PS samen in een federale regering stappen? Amper één op de drie Belgen vindt van wel. Dat blijkt uit De Grote Peiling van VTM NIEUWS en Het Laatste Nieuws. Opvallend is dat vooral de Walen tegen een dergelijke coalitie zijn, daar is bijna 60 procent tegen. In Vlaanderen is dat 46 procent.
N-VA-kiezers zijn helemaal geen voorstander, bijna de helft (46 procent) is tegen een samenwerking met de PS. Slechts 40 procent heeft er geen probleem mee. Bij Groen zijn de minste mensen tegen een samenwerking, daar is 31 procent tegen. 47 procent vindt dat de twee partijen wel samen in een regering moeten stappen.
En bij de PS, in Franstalig België is bijna 60 procent tegen een samenwerking.
Dat een minderheid van de Belgen een coalitie met zowel N-VA als PS ziet zitten, is niet zo vreemd volgens politicoloog Dave Sinardet (VUB): “Het gaat om partijen die redelijk van elkaar verschillen. Veel mensen denken dat dat niet de meest coherente coalitie gaat opleveren”.
Of deze cijfers een verschil zullen maken voor de federale regeringsvorming? “Ik denk niet dat deze cijfers de dynamiek van de federale regeringsvorming gaan veranderen, daar zit trouwens nog altijd niet heel veel dynamiek in”, aldus Sinardet. “Maar er is in de Wetstraat een algemene consensus dat de piste mét N-VA en PS geprobeerd moet worden. Dus dat gaat men blijven doen, los van deze cijfers.”
Commentaires
1.NVA is hier voor de zoveelste keer het geweer van schouder aan het veranderen. NVA & PS zouden NOOIT samen een regering vormen. Maar beide partijen zijn bang aan het worden, dat bij onverschil, en dus bij de onmogelijkheid om een federale regering te vormen, er nieuwe verkiezingen komen, waarbij ze beiden slechter zullen uitkomen ten gunste van het Vlaams Belang. Want het zou dan heel goed kunnen dat VB de lakens volgende keer zal mogen uitdelen. Dus liever bij de duivel te biecht gaan.
2.In huishouden waar man en vrouw sterk verschillende meningen hebben en elkaar verwijten gaat men over tot een volledige scheiding. Elk moet dan maar voor zijn eigen inkomen zorgen. Laten wij dit ook doen dan is er geen ruzie meer.
3.Nieuwe verkiezingen zullen de enige oplossing zijn en dat hebben ALLE partijen aan zichzelf te danken.De kiezers,bevolking hebben stilaan hun buik vol van de politieke leugens en beloften die nooit waargemaakt worden.
4.Di Rupo stopt zijn voorzitterschap en hij weet wel waarom hopelijk wordt het land spoedig gesplitst , en de regio's moeten dan maar zelf hun boontjes doppen, zoveel miljarden gaan naar Wallonië alsook naar Brussel , Vlaanderen kan er maar wel bij varen, gedaan met profiteren.
5.Reeds vijftig jaar zijn de politiekers bezig met de bevoegdheden te verdelen. het land te hervormen. Ieder gewest kijkt naar zijn eigen belangen. Feit is dat er zoveel bevoegdheden versnipperd zijn dat het land onregeerbaar is. Reeds vijftig jaar streeft men in principe reeds naar een confederatie. Nu is het vlees noch vis met alle consequenties. Confederatie is geen splitsing.
6.Een derde is bijna 4 miljoen, in Wallonië werkt het. Wij lijden verlies, we doen het nu al véél slechter, economisch en veel schulden gemaakt door Nva en de brexit kost Vlaanderen nog meer jobs en economie. Nog 10 jaar en we mogen weer in Wallonië gaan bedelen.
7.België is gedoemd om te verkwijnen als men niet drastisch in de richting van confederalisme overschakelen
8.De N-VA samen met het VB in de oppositie is voor die 2 partijen het beste scenario om binnen 5 jaar de meerderheid te halen.
9.Ik ben in elk geval tegen een geforceerde gezamenlijke regering. Stilletjes de federale bevoegdheden laten uitdoven. In Wallonië mogen de socialisten dan uitvreten wat ze willen, op hun eigen kosten weliswaar. Brussel krijgen ze er van mij gratis bij. En laat ons in Vlaanderen gerust. En op de taalgrens kunnen ze een hoge haag planten. Dat waren toch Waalse plannen?
10.N-VA moet inderdaad niet in de federale regering "Water" en "vuur" zijn gelukkig voor ons onverzoenbaar


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON EST DANS L’IMPASSE ET ON SAIT TRES BIEN  POURQUOI. 

Selon Marc Uyttendaele dans de Standaard , le départ de la NVA du gouvernement fédéral en décembre dernier aurait  pleinement jsutifié des élections anticipées et non pas cette espèce d’acharnement à s’obstiner à gouverner avec le parlement. Il fallait ajoute-t-il en profiter pour envisager une révision constitutionnelle dans la prochaine législature. Il précise qu’il est désormais  impératif d’entamer le dialogue avec la NVA car sans elle seule une coalition fédérale ne peut être envisagée qu’avec un groupe flamand minoritaire. Autrement dit, mission impossible.  Le PS comme la NVA sont de fait des partis candidats au pouvoir.   Le célèbre constitutionaliste estime  qu’une coalition sans la NVA est pratiquement inconcevable. Désormais, le risque de devoir revoter est considérable : l’enjeu  de telles élections sera incontestablement l’avenir de la Belgique. Il estime donc  que le francophones vont devoir s’interroger sérieusement sur les « concessions idéologiques qu’ils sont prêts à faire pour sauver l’unité du pays.
Hendrik Vuye, son alter ego flamand ,  considère pour sa part que le système classique de la « particratie à la belge » est en train de s’effondrer. Le célèbre et jadis tout puissant  CVP, aujourd’hui CD&V a désormais  moins d’électeurs que le Belang ; le PS est talonné par le PTB  Les électeurs sont devenus volatiles et volontiers protestataires, de plus, Flamands et  francophones vivent désormais sur des planètes différentes. Les partis traditionnels sont en pleine déroute.  Il estime que nous traversons une crise du régime démocratique parlementaire doublé d’un vrai blocage au niveau belgo- belge caractérisé par une allergie au compromis, le tout dans un Etat social qui est devenu impossible à financer. Uyttendaele qui dénonce un immobilisme total du système  exige des  débats de fond notamment  sur Bruxelles et aussi sur la sécurité sociale, les deux cailloux dans les chaussures de la Belgique qui l’empêchent de marcher correctement. Et ne parlons pas de la monarchie Potemkine qui a cessé de faire office de ciment, comme du reste les diables rouges. Le divorce belge est prononcé de facto.
Vuye estime que la Flandre n’a pas du tout intérêt à maintenir coûte que coûte le lien avec Bruxelles. Toutefois il ne croit pas que Bruxelles puisse jamais devenir un district autonome et indépendannt. 
Uyttendaele est convaincu  que les Francophones regardent le financement commun et solidaire de la sécu comme la principale  valeur ajoutée de la Belgique ce qui fâche Vuye bien évidemment.
Toucher à ce tabou est, selon Uyttendaele, totalement rédhibitoire. Vuye signale que la sixième réforme constitutionnelle n’exclut pas cette scission. Il en va d’un transfert annuel  de 7 milliards de la Flandre au bénéfice de Wallobrux.    
Les deux informateurs, explorateurs, pré formateurs ont beau faire, rien ne bouge. Mais si un accord n’est pas trouvé en novembre il faudra se résigner à revoter.
Marc Uyttendaele annonce la couleur « si c’est pour vivre dans un pays où le Belang serait quelque part  au pouvoir (par exemple en Flandre) autant émigrer faire sécession  tout de suite »
La Belgique existera- elle encore dans 20 ans demande de Standaard
Uyttendaele répond. J’en sais rien, nous vivons l’heure de la vérité  La vraie question est de savoir si nous vivrons encore dans vingt an en Europe dans un système démocratique. Pour moi c’est cela la question essentielle.
Il se demande si la Belgique est encore une démocratie . Et de se référer aux conclusions visionnaires de François Perin dans « la démocratie enrayée  » (1958) . Et Vuye d’&abonder dans le même sens.
Ils sont d’accord sur un point essentiel : la Belgique est devenue une particratie. Une particratie qui a cessé de fonctionner. » Zijn er openingen voor een staatshervorming langs Franstalige kant, of heeft Yves Leterme die in 2008 stelt dat het federale overlegmodel zijn limieten heeft bereikt, nog altijd gelijk? » se demande Vuye.
« Y a-t-il des ouvertures pour une réforme de l'État du côté francophone ou Yves Leterme a-t-il eu raison lorsqu'il affirmait en 2008 que le modèle de compromois à la belge  fédérale avait atteint ses limites ? »
« Nous souhaitons de tout notre cœur que la Belgique survive mais on ne fait pas grand-chose pour la maintenir en vie » dit Béatrice Delvaux dans De Morgen et elle ajoute. Aucun des  négociateurs fédéraux ne veut entendre parler d’une nouvelle réforme de l’Etat.
Il est devenu urgent « d’organiser un débat parlementaire sur la manière dont devra fonctionner la Belgique de demain » si on veut qu’elle survive à cette crise .
« Certes, la a Belgique actuelle ne fonctionne plus. Faut l pour cela l’éclater ? Non il s’agit de la rendre plus efficace. » Cinquante années de plomberie institutionnelle on accouché  d’une véritable usine à gaz dont très peu comprennent le fonctionnement. »Il est devenu urgent de faire un audit de la Belgique d’aujourd’hui ! »
Le dernier sondage donne le Belang premier parti de Flandre. Danger, aussi et surtout pour la NVA. Et Béatrice de pointer le parallèle avec la montée de l’AFD d’extrême droite en Allemagne, l’élève modèle de la démocratie européenne. Alors de deux choses l’une « soit on construit des murs, on hâtasse la haine populiste ou bien on offre à l’électeur in modèle qui tient la route avec le cas échéant plus de régionalisme voir dans certains cas une refédéralisation de certains domaines. Let’s just do it ! »
Les francophones ont pris les Flamands de vitesse en formant trois gouvernements (bruxellois, wallon et de Communauté français)  tandis que les Flamands ne sont nulle part. « Quid de la légendaire efficacité flamande ? » Assurément mais reste à savoir par qui et comment seront financées les déclarations gouvernementales de ces trois exécutifs…Autre question essentielle : ces trois nouvelles coalitions tiendront-elles jusqu’en 2025 ? On sait qu’en 2025,  le principe de transferts de moyens financiers de la Flandre vers la Wallonie (7 milliards)  aura cessé d’exister.
« Ceci dit, on est pas encore à la fin du processus et il faut savoir que la patience du PS est légendaire. Pour l’heure aucun parti francophone ne songe à faire alliance avec la NVA. Mais le PS a assuré ses arrières en étant présent dans trois gouvernements francophones sur trois. La NVA est suspecte d’être plus proche du Belang qu’elle n’est prête à le reconnaître. Le pas de deux, la véritable « romance » de De Wever avec Van Grieken n’a pas été appréciée par tout le monde. Béatrice Delvaux se montre déçue par De Wever qu’elle a cessé de regarder comme un habile stratège. « c’est devenu un homme politique comme les autres, un opportuniste qui ne nous fait vraiment plus peur. Il change de cible comme de costume : d’abord les francophones et désormais les migrants qui font tellement peur à la classe moyenne flamande. »
Devons nous nous attendre à des élections anticipées se demande De Morgen. Tant que les gouvernements régionaux n’étaient pas formés, les partis ne voulaient pas entendre parler de nouvelles élections.
Mais désormais le PS, Ecolo et le MR semblent prêts à les affronter.
Globalement Béatrice Delvaux  continue à croire que De Wever aura un jour le cran de dire « faisons ensemble de ce pays une nation efficace. Il ya vraiment pur lui une opportunité historique de sauver ce pays ».
DiverCity pense au contraire que De Wever pourrait être tenté de vouloir devenir l’artisan de l’indépendance flamande en s’alliant au Belang. Queb sara sara.
MG
 

vendredi 20 septembre 2019

La ministre bruxelloise de la Mobilité appelle à transformer les mentalités


Le Vif

La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) appelle à un changement de mentalité qui doit se traduire par des investissements justes dans une meilleure mobilité à Bruxelles. Elle publie vendredi une lettre ouverte aux navetteurs, cyclistes et piétons de Bruxelles à l'occasion de la semaine de la mobilité.
"Il y a urgence climatique. Et nous n'avons pas le luxe de perdre cinq ans", souligne-t-elle dans un extrait de la lettre publié dans la DH et La Libre. Elle rappelle que la pollution de l'air cause 15.000 décès chaque année en Belgique et que les embouteillages bruxellois coûtent 8 milliards d'euros par an.
"Je suis convaincue que les embouteillages, c'est aussi quelque chose d'important pour le gouvernement wallon", dit-elle, en référence au refus exprimé par la majorité wallonne d'instaurer une taxe kilométrique. "Nous devons chercher ce que nous avons en commun et trouver des solutions ensemble. Peut-être que ce ne sera pas facile, mais on va parler. Je suis optimiste."
Ses objectifs sont clairs: développer des quartiers où la population vit, les enfants peuvent jouer et les voisins se rencontrer. Elle compte étendre les transports en commun chaque année, procurer des pistes cyclables sûres et réduire la vitesse du trafic automobile.
Pour y parvenir, des investissements seront nécessaires, poursuit-elle. "Ce sont de grands projets, donc les différents niveaux de pouvoir vont devoir travailler ensemble. Personne ne profite d'une situation où les différents gouvernements se mettent des bâtons dans les roues."
C'est "un changement de direction considérable pour notre ville. Mais dans quelques années, nous nous retournerons et nous demanderons pourquoi nous n'avons pas oeuvré beaucoup plus tôt pour un Bruxelles sain, sûr et mobile", conclut la ministre.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VOX ECOLOGIS : EN VERT ET CONTRE TOUT

Il faut deux fois moins de voix pour élire un député flamand à Bruxelles que pour un élu francophone. Il faut d’office deux ministres flamands : la constitution l’exige. Et voilà comment cette petite madame que personne ne connaît  qui le prend de haut en vient à nous faire la leçon avec une belle assurance. Voilà qui nous donne un avant goût de la doxa verte qui demain s’imposera partout en Europe au grand dam des maudits automobilistes, ces galleux infréquentables  taillables à merci.  « Ses objectifs sont clairs: développer des quartiers où la population vit, les enfants peuvent jouer et les voisins se rencontrer. Elle compte étendre les transports en commun chaque année, procurer des pistes cyclables sûres et réduire la vitesse du trafic automobile. »
Certes, le piétonniers du centre et d’Ixelles sont des havres de paix mais quel enfer pour les automobilistes obligés de les éviter . On me dira que c’est voulu. Je répondrai voulu par qui ?
MG

mercredi 18 septembre 2019

PS et Défi proposent de rendre l’école obligatoire dès l’âge de trois ans


Alors qu’une nouvelle loi abaisse à 5 ans l’âge de l’obligation scolaire, deux nouvelles propositions de texte visent désormais 3 ans. On se rapproche ainsi des objectifs du Pacte.
Le Soir
La vie politique a parfois des allures d’éternel recommencement… Quelques mois à peine après avoir voté un texte révisant à la baisse l’âge de l’obligation scolaire – c’était au printemps dernier –, des partis politiques francophones reviennent à la charge. Début septembre, à quelques jours d’intervalle, le PS d’abord, Défi ensuite ont remis à l’ordre du jour de la Chambre des propositions de loi visant à porter à 3 ans l’âge légal auquel un enfant doit fréquenter l’école maternelle.
Pour comprendre d’où l’on vient, il faut se souvenir que l’obligation scolaire est réglée par une importante loi de 1983 : à l’époque, elle avait modifié les antiques règles en vigueur (école pour tous de 6 ans à 14 ans) pour étendre le principe de fréquentation d’un établissement jusqu’à 18 ans. L’école maternelle reste par contre facultative. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUID DU NOUVEAU  PROJET EDUCATIF DE LA FEDERATION WALLONIE BRUXELLES, 

Caroline Désir qui succède à une méchante série de calotines bornées inspire la confiance pour mener cette tâche à bonne fins. Il était temps d’en finir avec la saga des Marie Dominique, Marie Martine et autre Joëlle aux ordres du Cegec arrogant et dominateur.
Il faudra être attentif à veiller à la stricte mise en œuvre de ce qui n’est encore qu’une  longue liste de déclarations d’intentions sorte de catalogue à la  Prévert émanant des trois formations qui constituent la majorité politique, en l’absence, notons le bien, du principal allié de l’école catholique, le CDH.
Voilà qui devrait permettre des avancées audacieuses de l’école publique qui en a fichtrement besoin
Ce texte ne se lit pas précisément comme un nouveau projet pédagogique mais il répond toutefois –de façon théorique-à la plupart des manquements que nous dénonçons depuis des années
Reste à envisager un audit permanent de leur mise en œuvre effective. Qui va se charger de cette mission ?
Concrètement , le texte relève que :
« l’HEURE EST A L’AFFIRMATION D’UNE AMBITION NOUVELLE » »
« L’enseignement demeurera la priorité absolue même dans un contexte budgétaire défavorable.
Les élèves recevront des apprentissages et des savoirs à la hauteur des défis qui les attendent
Tous seront tirés vers le haut dans un esprit d’émancipation jamais pris en défaut et une volonté farouche de n’abandonner personne sur le bord du chemin.
Permettre aux jeunes issus des milieux de s’affranchir et de vaincre les déterminismes de tous ordres.

• Préparer aux enjeux et aux opportunités de l’avenir de tous les jeunes aux enjeux et opportunités de l’avenir (défis technologiques, climatiques et démocratiques)
• Emanciper et préparer au monde de demain
• Repenser nos modes de vie et de consommation
• Développer le sens de l’initiative
• Encourager à devenir autonomes et responsables
• Accomplir des efforts et prendre part pleinement à la société
• Réduire les inégalités
• Encourager la participation des enfants, des jeunes et des familles «
Il s’agira d’agiter la sonnette d’alarme pour relever si nécessaire des manquements gouvernementaux au fil des ans, singulièrement en ce qui concerne les points suivants :
• Evaluation régulière des acquis du Pacte d’Excellence
• Développer le numérique au sein des écoles
• Veiller à une meilleure transition entre les niveaux d’enseignement
• Renforcer quantitativement et qualitativement l’apprentissage  des langues (création d’écoles bilingues  en Wallonie et à Bruxelles
• Soutenir et amplifier les projets novateurs
• Améliorer les dispositifs du suivi des élèves
• Evaluer l’organisation de la réforme de la formation initiale des enseignants  (postposée d’un an) et la budgéter
• Considérer français langue étrangère comme une compétence transversale
• Renforcer les apprentissages de base (lire écrire, comprendre ( !?!) communiquer, compter et calculer)
• Rompre avec le retard PISA) par un processus d’accompagnement personnalisé.
• Généraliser la remédiation immédiate personnalisée. (deux périodes d’accompagnement personnalisé hebdo  et une heure d’étude dirigée
• Développement d’activités der soutien scolaire de qualité et écoles de devoirs au sein ou à proximité de l’école.
• Prévoir un encadrement adéquat dans l’enseignement maternel
• Lutter contre de décrochage scolaire notamment par le sensibilisation des parents
• Accompagner les enfants qui connaissent des troubles d’apprentissage
• Réformer les dispositifs d’accueil  et de scolarisation des primo arrivants (élèves qui ne maîtrisent pas la langue d’apprentissage.
• Engagement d’un nombre plus élevé de puéricultrices
• Ancrer les connaissances numériques comme savoir à part entière
• Revaloriser les STEM (sciences , technologies, engineering and mathematics)
• Trop peu d’élèves se dirigent vers les STEMS qui doivent permettre de relever les défis majeurs de l’avenir (changements climatiques, défis énergétiques et technologiques. )
• Monitoring régulier des filières stem
• Favoriser les échanges entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur
• Proposer des activités extrascolaires  diversifiées à haute valeur pédagogique accessibles à tous les enfants
• Nécessité d’avoir des enseignants bien formés dans les classes alors que la pénurie s’aggrave
• L’amélioration de notre système éducatif et la lutte contre la pénurie passe par une plus grande reconnaissance du travail des équipes pédagogiques.
• Le gouvernement  s’engage à mener une réflexion globale  sur l’attractivité de la carrière d’enseignant (conditions de travail, barème, tutorat, etc)
• Diversifier les carrières (fonction de tutorat ou de coaching des jeunes enseignants ; aménagement des fins de carrière en réduisant le temps passé devant la classe)
• Valoriser les meilleures pratiques
• Soutenir et aiguiller les nouveaux  enseignants
• Elaborer des programmes de simplification administrative
• Assurer l’attractivité des fonctions  de direction. (barèmes en fonction des responsabilités.
• Créer des équipes mobiles  d’enseignants qui pourront suppléer les enseignants absents.
• Ne plus regarder l’enseignement qualifiant comme une filière de relégation.
• Actualisation du décret inscription
• Au lieu des concurrences stériles entre établissements, le gouvernement propose d’organiser l’offre scolaire non plus sur un mode  concurrentiel mais en établissant des coopérations. (partage d’infrastructures, de matériel ; collaborations inter réseaux …)
Intéressant, est-ce à dire que ce gouvernement pourrait s’orienter vers une sorte de réseau unique : précarité financière obligeant ? Lisons entre les lignes. Le CEGEC doit découvrir ceci avec inquiétude.
• Garantir  le caractère totalement public de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie Bruxelles.
• Soutenir les directions  et renforcer leur autonomie.
• Alléger et simplifier la charge administrative des écoles
Il s’agit d’un point fondamental qu’il faudra surveiller de très près.
• Encourager la mise en place de pools technico administratifs entre plusieurs écoles
• Renforcer la démocratie scolaire dès le plus jeune âge
• Plafonner le coût des sorties et voyages scolaires afin de faire des élèves des citoyen  à part entière dès leur plus jeune âge.
• L’école doit être un lieu ouvert et participatif.
• Examiner l’extension  à deux heures  de l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté pour l’ensemble des élèves de l’enseignement obligatoire.
• Lutter contre le harcèlement et garantir à chaque enfant un cadre scolaire bienveillant
• Développer une véritable pédagogie de la neutralité.

J’ai zappé volontairement mais à tort les chapitres sur le supérieur et la Promotion sociale. Il faudra y revenir. Mais répétons une fois encore que rien ne réussira si on ne parvient pas à remotiver les mal aimés de l’enseignement qui en sont pourtant la cheville ouvrière : les professeurs. Puisse ce gouvernement de bonne volonté comprendre que sans une réforme profonde de la formation initiale et continuée des enseignants  il ne réussira pas à réformer l’école. La pénurie actuelle de profs « s'explique notamment par le fait que la majorité des enseignants ne se sentent pas considérés, soutenus ou reconnus par l'institution scolaire, la société ou les politiques. »
Soyons lucides : sans une école efficace la fédération Wallonie Bruxelles n’a aucun avenir.
MG 


ECOLE : LA PENURIE, UN PLAT QUI SE MANGE FROID
La pénurie s'aggrave et tartine les pages des journaux. Or, la recette proposée par les politiques pour redonner aux professeurs le goût de l'école doit encore mijoter.
La pénurie des professeurs infuse surtout dans l'enseignement secondaire et pour certaines matières comme les langues première et seconde, les mathématiques, les sciences ou la géographie. Elle gélifie aussi principalement dans les grands centres urbains et dans les écoles réputées "difficiles" où les conditions de travail sont considérées comme pénibles. Et à l'instar d'un nappage qui s'étale, celle-ci se répand et touche de plus en plus d'établissements. Hélas, la problématique ne va pas en s'améliorant. Alors que beaucoup de jeunes professeurs partent endéans les cinq ans, les étudiants délaissent les formations au métier de l'éducation.
Face à cette pénurie, des parents se tournent vers les cours particuliers, certains établissements scolaires font même appel à des sociétés privées. D'une part, cette solution réservée au gratin coûte cher et invalide l'idéal de gratuité de l'enseignement ; d'autre part, ces coachs achetés sous cellophane n'ont pas été formés pour donner les cours qu'ils dispensent.
Des remèdes sont alors maladroitement apportés... En effet, il est possible d'octroyer des titres de pénurie à des candidats bleus cuits sur le gril. Mais si ces candidats excellent dans leur domaine, qu'en est-il de leur formation pédagogique ? Il est également envisagé de faciliter le retour au métier pour des personnes qui ont précédemment quitté la profession. Mais si ces dernières sont parties, qu'en est-il de leur enthousiasme à remettre le couvert ? Il est enfin prévu d'encourager les enseignants à prester des heures supplémentaires avec avantages fiscaux. Mais si l'idée est appétissante, qu'en est-il de la quantité et de la qualité de travail ? Ces solutions à l'emporte-pièce ne donnent pas naissance à des profs excellents comme le scande l'élève sur la vignette, mais plutôt à des enseignants fort peu dans leur assiette qui jettent rapidement l'éponge.
Cette pénurie s'explique notamment par le fait que la majorité des enseignants ne se sentent pas considérés, soutenus ou reconnus par l'institution scolaire, la société ou les politiques. Ils sont pris dans le donut vicieux du nombre d'élèves par classe qui augmente, car il n'y a pas assez de professeurs et des professeurs qui partent, car il y a trop d'élèves. Ils sont souvent perçus comme des barmans faisant avaler aux élèves la lie du savoir à coup de photocopies, ou pire, comme des budgétivores profitant des deux délicieuses garnitures que sont juillet et aout. Ils ont perdu la position sacralisée du "maitre d'école", leur charge de travail est sous-estimée et le constat est amer.
Les politiques en sont conscients et une réflexion pour rendre la profession plus alléchante est mise sur le feu. La réforme à la formation initiale des enseignants en herbe, postposée d'un an, est une bonne initiative. Cependant celle-ci valorise les études et donc les détenteurs du diplôme et non le métier, la fonction en tant que telle. L'idée de permettre aux enseignants expérimentés d'aménager leur fin de carrière en mettant leur expérience au profit de leur école tout en réduisant leur temps de travail face à la classe est à nouveau une piste intéressante. Néanmoins, à court terme, loin de régler le problème de la pénurie, elle risque de l'accentuer.
Il semble donc que ces réponses sorties trop tôt des fourneaux ne sont pas assez gonflées pour faire monter le soufflé et que le Pacte d'Excellence doit encore étuver avant de devenir un plat chaud prêt à servir.
Fédération des Etudiants Libéraux



mardi 17 septembre 2019

Georges-Louis Bouchez veut "jouer un rôle dans le redéploiement" du MR


Le Vif 

Le sénateur Georges-Louis Bouchez souhaite "jouer un rôle dans le redéploiement" du MR, a-t-il expliqué mardi matin sur la chaîne LN24, sans toutefois se prononcer sur une éventuelle candidature de sa part à la présidence des libéraux francophones.
Georges-Louis Bouchez
Le 1er décembre prochain, l'actuel président du MR Charles Michel quittera la scène politique nationale pour prendre la tête du Conseil européen.
Après la formation des gouvernements dans les entités francophones, M. Michel a d'ailleurs remis son mandat de président du MR dans les mains du Bureau politique de son parti, lequel est chargé de déterminer les modalités de l'élection d'un nouveau dirigeant. Le processus, qui pourrait prendre de 6 à 8 semaines, devrait s'achever dans le courant du mois de novembre.
Pour l'instant, seul le ministre fédéral Denis Ducarme a confirmé son intention de briguer la présidence. Les noms de la ministre du Budget, Sophie Wilmès, du ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, et de Georges-Louis Bouchez sont parfois également cités.
"Il est trop tôt pour se prononcer sur la présidence du parti. Ce qui est certain, c'est que j'ai envie de jouer un rôle dans le redéploiement" du MR, a déclaré M. Bouchez sur LN24.
Avec les départs prochains de Charles Michel, mais aussi de Didier Reynders - qui devrait devenir commissaire européen le 1er novembre -, deux figures quittent le terrain belge, a reconnu le libéral montois. "Cela laisse un vide, mais nous avons les ressources et les solutions internes pour nous redéployer", a-t-il poursuivi.
M. Bouchez n'a pas exclu que des personnalités se présentent face à M. Ducarme pour prendre la tête du MR. "Chacun déposera sa candidature au moment où il estime qu'il faudrait le faire", a-t-il commenté, tout en précisant qu'il pouvait se montrer "rassembleur". 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
RASSEMBLEUR ? 

Béatrice Delvaux explique dans une longue interview au Morgen de ce Week End que le MR connaît une crise grave au niveau de son personnel politique.  On ne peut pas dire en effet que les noms qui son cités ici soient ceux de foudres de guerre.
Surtout, le MR a besoin d’une balise, d’une vision politique pour la Belgique  ou la Non-Belgique de demain.
Le libéralisme dit social, cher à Louis Michel est passé à la trappe ainsi d’aileurs que le libéralisme radical à la Destexhe ?
Alors qui pour faire quoi ?
Et quid de la pétulante Christine Defraigne qui se tait dans toutes les langues en ce moment ?
Suspense…
MG

dimanche 15 septembre 2019

À peine arrivé à la tête de la Wallonie, Elio Di Rupo se fixe déjà un objectif de taille


M.R. La Libre Belgique 

Le nouveau ministre-président wallon a prêté serment ce vendredi matin, tout comme les ministres qui composent désormais son gouvernement arc-en-ciel. Ravi des choix opérés, Elio Di Rupo s'est exprimé au micro de RTL quant à ses ambitions pour la région wallonne. " L'objectif est que la Wallonie ait une prospérité plus importante pour soulager toutes les personnes qui y vivent et c'est possible, a expliqué le président socialiste. Cela demande du travail, de la connaissance, de l'expérience. Je vais faire en sorte de mettre mon expérience dans la balance avec aussi l'énergie, le dynamisme de la jeunesse puisqu'il y a un grand renouvellement".

Si l'homme au noeud papillon a décidé de remettre le couvert à la tête de la région wallonne pour la troisième fois de sa carrière, c'est pour une seule et simple raison. " Cette région a un potentiel formidable", clame-t-il.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ET QUID DE L'ENSEIGNEMENT? 

" L'objectif est que la Wallonie ait une prospérité plus importante pour soulager toutes les personnes qui y vivent et c'est possible"
Paroles, paroles...
Si la Wallonie entend sortir de sa léthargie, elle devra mettre de gros moyens dans la réforme de son enseignement. Le veut-elle vraiment? La précédente législature a accouché d'un imbuvable pacte d'excellence qui fit couler beaucoup d'encre et a  suscité la polémique. La montagne annoncée par Joëlle Milquet a accouché d'une vilaine petite souris.
Tout cela a coûté une énergie considérable et beaucoup d'argent pour ne générer que des mécontents. Pauvres enseignants! Et on s'étonne que ce métier n'attire plus les meilleurs. Quel dommage!
Le choix de Caroline Desir est rassurant. C'est une personne intelligente qui maîtrise vraiment ses dossiers et nous fera vite oublier Marie Martine Schyns. Ceci serait plutôt une bonne nouvelle.
Soyons optimistes.
MG



samedi 14 septembre 2019

Burgemeester Philippe Close verbiedt extreemrechtse 'Mars op Brussel'


Knack 

De extreemrechtse 'Mars op Brussel' die gepland is voor 15 september, mag niet doorgaan. Dat heeft de Brusselse burgemeester Philippe Close (PS) beslist. De tegenbetoging die gepland was, wordt ook verboden.
Dat bevestigt Closes woordvoerster, Maïté Van Rampelbergh. Eerder gaf ook de politie al een negatief advies over de komst van de betoging naar de hoofdstad.
'De mars wordt verboden uit veiligheidsoverwegingen en de burgemeester heeft daarin het advies van de politie gevolgd', vertelt woordvoerster Van Rampelbergh.
Nadat de politiezone Brussel-Hoofdstad-Elsene eerder een negatief advies gaf, werden de organisatoren nog uitgenodigd door de burgemeester om hun verweer te motiveren. De burgemeester oordeelde dat de situatie te onveilig bleek en dus wordt ook de tegenbetoging verboden.
De 'Mars op Brussel' zou op zondag 15 september door de hoofdstad trekken. De betogers willen zich uitspreken tegen de nieuwe Vlaamse coalitie en hun verontwaardiging tonen over het ontbreken van Vlaams Belang in de Vlaamse regering. De extremistische groep Bloed, Bodem, Eer en Trouw zou achter de organisatie van de betoging zitten.
Het is toch mogelijk dat er nog betogers naar Brussel afzakken. Daarom blijft de politie paraat en zal ze gepast reageren op de aanwezige manifestanten, stelt de woordvoerster van de Brusselse burgemeester. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L'EXTRÊME DROITE SE MOBILISE ET S'ORGANISE 

C'est sans doute le début d'une longue série de marches de l'extrême droite flamande sur Bruxelles. Ceci est à prendre très au sérieux et risque de mettre à mal le climat de vivre ensemble et le maintien de la cohésion sociale. Ce phénomène prend également une expansion inquiétante dans les nouveaux Länder, anciennement soviétiques de la République fédérale allemande. Les partis traditionnels sont partout en perte de vitesse. Le citoyen lambda que nous sommes se demande avec inquiétude ce qu'il va advenir de la démocratie en Europe.Wait and see.
MG 


Sondage: le Vlaams Belang crédité d'un score plus élevé que la N-VA en Flandre


Le Vif 

Pour la première fois, le Vlaams Belang arrive en tête en Flandre, et détrône la N-VA, si l'on en croit les résultats du "Grand baromètre Le Soir-RTL-TVI-Ipsos-Het Laatste Nieuws-VTM".
Le Vif
A Bruxelles, la situation reste conforme au résultat des urnes, avec Ecolo et le PS en duo de tête. En Wallonie, le PS recule, au profit du MR, qui le suit de près et du PTB. Le sondage a été réalisé avant l'accord de gouvernement arc-en-ciel en Wallonie.
Au sud du pays, le trio de tête est le même qu'en mai dernier. Le PS reste en tête. Il hérite de 22,9% (26,1% lors du scrutin de mai). Il est talonné par le MR (22,6%; 20,5% en mai), devant Ecolo (16,2%; 14,9% lors des élections).
Le PTB (15,5%; 13,8 en mai dernier) reste le quatrième parti. Hormis, celle du MR, légèrement supérieure, toutes les évolutions restent sous la marge d'erreur de 3,1%, en ce compris celle du cdH, annoncé en perte de vitesse de 2,2% (8,5%).
En Flandre, l'évolution du Vlaams Belang est par contre au-dessus de la marge d'erreur (de 3,1% également). Un flamand sur quatre lui accorderait sa voix (24,9%: 18,7% en mai dernier). La N-VA (22,7% des intentions de vote) fait, sur le papier, moins bien que lors des élections de mai dernier (25,5%), mais son évolution se situe sous la marge d'erreur, tout comme celle des autres partis en tête desquels on trouve l'Open Vld (13,3% contre 13,5% en mai dernier), devant, en rangs serrés, le CD&V, Groen, et le sp.a.
A Bruxelles, le sondage ne montre pas d'évolution significative par rapport au résultat électoral de mai dernier dans la circonscription électorale de Bruxelles pour la Chambre (à la base du sondage). Contrairement au résultat dans la Région-capitale, les Verts y étaient sortis en tête (21,6%) devant le PS (20%) et le MR (17,5%). Dans le sondage, ce classement reste le même. La plupart des évolutions sont situées en dessous d'un pourcent, très loin sous la marge d'erreur de 4,2%.
Au niveau des personnalités, Paul Magnette, Elio Di Rupo (PS) et l'informateur royal Johan Vande Lanotte (sp.a) bénéficient dans l'ordre des pourcentages d'intentions, les plus favorables en Wallonie; idem pour Bart De Wever (N-VA), Hilde Crevits (CD&V) et Theo Francken (N-VA) en Flandre; Olivier Maingain (DéFI), Paul Magnette (PS) et Didier Reynders (MR), à Bruxelles.
LE VLAAMS BELANG AMBITIONNE DE DEVENIR LE PLUS GRAND PARTI DE FLANDRE EN 2024
Le Vlaams Belang a lancé vendredi soir lors d'un meeting à Gand son programme "missie 2024". L'objectif du parti d'extrême-droite flamand est de devenir la première force politique au nord du pays lors des prochaines élections en 2024.
Cet objectif serait déjà atteint si l'on en croit le sondage Le Soir-RTL-TVI-Ipsos-Het Laatste Nieuws-VTM publié en début de soirée. Le Vlaams Belang est crédité, selon ce sondage, de 24,9% des intentions de vote, contre 22,7% pour la N-VA.
Le parti a dévoilé son nouveau slogan: "Het enige alternatief" (la seule alternative).
Son président Tom Van Grieken a une nouvelle fois fustigé le cordon sanitaire, qui empêche l'extrême-droite de participer à des majorités.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE CHOIX DE BART? 

Parlons plutôt du cauchemar de Bart.
Bart le sait, son étoile ternit comme celle  du libéral Guy Verhofstadt avant lui ou, du socialiste Steve Stevaert ou du CVP Martens. La Flandre finit toujours par dévorer ses héros.
Au vu de ce sondage dévastateur, il fera tout pour éviter des élections anticipées à moins que...
A moins que "machiavelliquement" il ne souhaite une alliance avec le Belang pour donner le coup de grâce à l'Etat belge moribond et précipiter le processus d'indépendance dont il serait le héros historique.
Bruxelles , la Région wallone et la Communauté française ont désormais leur gouvernement tandis qu'en Flandre on en n'est nulle part et  qu'au niveau fédéral on en est toujours à attendre Godot.
Les partenaires sociaux disent leur inquiétude tandis que le bon peuple essaie de penser à autre chose. "Les sujets des pensions et des salaires préoccupent par ailleurs les partenaires sociaux et ont besoin de solutions sans attendre", Marie-Hélène Ska (CSC
MG 

 
MARIE-HÉLÈNE SKA (CSC): "IL EST URGENT DE FIXER UN CAP AU FÉDÉRAL"
Le Vif
Pensions, salaires, digitalisation, transition écologique, sécurité sociale... Il est temps que les politiques se mettent au travail et fixent un "cap à suivre", estime mercredi la secrétaire générale de la CSC, Marie Hélène Ska, dans les colonnes de L'Echo et de L'Avenir.


Marie-Hélène Ska se prononce tout d'abord sur l'accord intervenu en Wallonie. "Nous sommes interpellés par l'idée d'investir 4 milliards d'euros sans dégager de moyens nouveaux", dit-elle dans L'Echo. L'absence de nouvelles taxes sous cette législature, il nous semble qu'il s'agit là d'un leitmotiv dont il va falloir sortir. Car les investissements sont nécessaires", renchérit-elle dans L'Avenir.
Pour le syndicat chrétien, il faut rouvrir le débat sur la question des moyens, tant au niveau wallon qu'à l'échelon fédéral. Au sujet des négociations fédérales, la secrétaire générale de la CSC souligne que le pays a besoin d'un gouvernement pour fixer le "cap à suivre" et réaliser des investissements. Principalement dans deux domaines: la digitalisation de l'économie et la transition écologique. Les sujets des pensions et des salaires préoccupent par ailleurs les partenaires sociaux et ont besoin de solutions sans attendre, dit-elle.


vendredi 13 septembre 2019

Le discours séparatiste a-t-il gagné les esprits en Belgique ?

Le Vif
•Source : Knack

Depuis le 26 mai, on dirait que les voix pour une Belgique unie se sont tues. Le discours séparatiste aurait-il gagné les esprits et le pays marcherait-il vers sa fin, tel un somnambule?
Wallonie: le déclin va continuer
Alain Destexhe Ex-Sénateur
L'arithmétique électorale et la volonté du CDH d'aller dans l'opposition ne laissaient guère de choix, mais l'accord de coalition PS-Ecolo-MR n'offre aucune perspective de redressement de la Wallonie.
Une politique économique marquée par l'étatisme
Il n'y a d'abord aucune mesure forte permettant à la région la plus pauvre du coeur de l'Europe de rattraper son retard sur ses voisines et singulièrement sur la Flandre. Pas de réduction des dépenses publiques et de la bureaucratie qui étouffent le secteur privé. Pas de remise en cause du couteux dispositif des Aides publiques à l'emploi (APE) qui financent des emplois publics qui perturbent le fonctionnement du marché de l'emploi. A la Fédération Wallonie-Bruxelles, le maintien du tronc commun dans le secondaire constitue une nouvelle étape vers le nivellement par le bas.
UN JARGON PRÉTENTIEUX
Il y a ensuite l'insupportable jargon censé résumer le projet de nos coalisés : "mise en place d'un nouveau modèle de société", "une terre de transition écologique, sociale, économique et démocratique". Ce langage creux néo-orwellien aux relents collectivistes devrait inquiéter. Il révèle une sorte d'arrogance, voire de morgue, celles de dirigeants d'une petite région pauvre avec peu d'entreprises et un enseignement gravement déficient, à vouloir donner des leçons à la terre entière en matière de droit de l'homme ou d'écologie. Songeons au CETA ou aux exportations d'armes.
De quelle transition sociale parle-t-on alors que la pauvreté et le chômage sont le double de la Flandre ? De quelle transition économique, alors qu'il n'y a aucune rattrapage wallon malgré les récurrents effets d'annonce depuis 20 ans (le "rebond wallon" de Jean Claude Van Cauwenberghe, le "rattrapage" de Paul Magnette). De quelle transition démocratique dans une Région dominée depuis qu'elle existe par un parti-Etat, frappée de façon presque structurelle de scandales de la gestion publique, encore récemment à Charleroi ? Et même de quelle transition écologique sous la houlette d'un certain Nollet, co-responsable, par expérimentation, précisément de cette transition écologique, de l'explosion de la bulle photovoltaïque, une énorme dette future, opportunément reportée ... après 2024. On pourrait cyniquement ajouter qu'avec une croissance nulle ou molle, cette transition écologique sera plus facilement réalisable !
PAS D'OBJECTIFS PRÉCIS SUR LA LÉGISLATURE
Il y a aussi l'absence d'objectifs chiffrés à l'échéance de la législature en 2024. Lorsqu'un délai est fixé, c'est en 2030 voire en 2050, celui d'une économie "zéro carbone". Adieu essence, gaz et mazout, donc ? Et pourquoi pas, au pays de Tintin, une fusée wallonne sur la lune en 2050 ?
Il y a encore l'édifiant paragraphe budgétaire de quelques lignes à peine. "Pas de nouvelles taxes", mais beaucoup de nouvelles dépenses (par exemple des bus en partie gratuits) et donc le recours accru à l'endettement. Personne ne rappelle que l'équilibre budgétaire était déjà annoncé par le gouvernement Magnette (PS - CDH) pour ... 2018 et par celui de Willy Borsu (MR - CDH) pour ... 2019. Bref, l'équilibre est reporté aux calendes wallonnes. Et à la Communauté, le texte est encore plus vague.
PAS D'OPPOSITION CRÉDIBLE
Il y a enfin ce consensus mou et cette absence d'opposition crédible qui plombe depuis toujours la Wallonie. La première réaction du CDH a été de trouver "cet arc-en-ciel bien pâle". On sent pointer l'opposition musclée et radicale ! Au parlement, celle-ci viendra donc du communiste PTB, l'alternative encore plus à gauche à l'étatisme qui est déjà la marque de cette nouvelle coalition.
Il y a un an à peine, l'objectif du MR était la reconduction d'une alliance avec le CDH. Après le coup de Lutgen à l'été 2017, pour avoir voulu a tout prix retourner pour un peu plus d'un an au pouvoir alors que le PS était englué dans les affaires, le MR a permis à ce dernier de se refaire une virginité et de rester le premier parti de Wallonie, donc le commandant de bord... comme toujours. Aujourd'hui, le MR doit accepter d'être la troisième roue de la charrette de cet attelage boiteux qu'on nous annonce, cerise sur le cocher, conduit par Elio di Rupo.
Les Flamands ne trouveront pas non plus matière à être rassurés par cet accord qui ne pourra que les encourager dans la voie du confédéralisme. Les régions flamande et wallonne sont désormais gérées de façon radicalement différente, minant progressivement la cohésion du pays.
A la lecture de ces accords, une seule conclusion possible : rien de nouveau sous le ciel gris wallon. Le déclin va se poursuivre. La Wallonie, qui fut à la pointe de l'industrialisation de l'Europe, vaut pourtant mieux que cela.


COMMENTAIRE DIVERCITY
UN DIAGNOSTIC MEDICAL

Alain Destexhe, qu'on l'aime ou qu'on le honnisse est médecin de formation. Son diagnostic est d'une précision chirurgicale. Ce projet de coalition est suicidaire pour une Wallonie déjà exsangue, région pauvre de l'Europe peu encline  à un s'imposer un remède de cheval pour sortir de l'ornière. Est ce grave docteur? Grave au point que Jules Gheude croit le moment venu de sortir du bois et d'adresser sa lettre ouverte au président. Macron. Ultime bouteille à la mer ou premier pas vers un rapprochement avec Paris. Apparemment, Gheude ne compte guère de nombreux partisans pour soutenir son projet de rattachement à la France.


LETTRE OUVERTE À MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
•Source : Le Vif
Jules Gheude
Essayiste politique
Monsieur le Président, par le biais de trois ouvrages intitulés " C'était de Gaulle " (Editions de Fallois/Fayard), Alain Peyrefitte nous a restitué les nombreux entretiens qu'il eut avec le Président Charles de Gaulle. Alors que, pour la seconde fois depuis 2010, le Royaume de Belgique est confronté à une crise politique qui menace sa survie même, il n'est pas sans intérêt de relire ce que votre illustre prédécesseur disait à ce sujet.
Je sais bien qu'après la Libération, il aurait suffi que je claque des doigts pour que la Wallonie demande son rattachement à la France. Mais justement, j'estimais qu'il ne m'appartenait pas de claquer des doigts. Il aurait fallu que les Wallons ou leurs représentants légitimes prennent l'initiative. (...) Un moment, j'avais songé à faire un voyage qui aurait commencé à Gand, je me serais arrêté à Dinant où j'ai été blessé en 14, à Namur, capitale de la Wallonie, j'aurais descendu la Meuse jusqu'à Liège, dont Michelet disait qu'elle était plus française que la France. Ç'aurait été comme le Chemin du Roy au Québec. Mais j'ai résisté à la tentation.
Notez bien que depuis mon retour aux affaires, une de mes premières initiatives a été d'inviter le Roi et la Reine des Belges. On ne m'a jamais rendu l'invitation. On avait trop peur, sans doute, des manifestations populaires en Wallonie.
J'avais reçu une délégation de Wallons, bien décidée à préparer le rattachement. Elle m'avait expliqué que les Flamands étaient de plus en plus arrogants et finiraient par faire d'eux-mêmes sécession. C'est peut-être comme cela que ça finira.
La Wallonie existe, mais il n'y a pas une nation wallonne, les Wallons n'ont jamais cherché à devenir un État. Ils demandent à être intégrés au sein de la République, dont ils ont déjà fait partie. (...)
Beaucoup de Wallons pensent qu'ils seraient mieux traités par la France que par la Flandre. C'est probable. Ils retrouveraient au sein de la France la fierté d'appartenir à une grande nation, la fierté de leur langue et de leur culture, le goût de participer aux grandes affaires du monde et de se battre pour de grandes causes humaines.
Toutes choses qu'ils ont perdues dans leur association contre nature, imposée par les Anglais, avec les Flamands qui ne les aiment pas et qu'ils n'aiment pas. Pour les besoins de l'unité de la Belgique, on a raboté ce qu'ils avaient de différent. Ils en sont frustrés.
Il y a un malaise belge (...). Il ne faut pas exclure qu'il aboutisse à une crise, surtout au cas où l'équilibre entre les deux fractions viendrait à se rompre.
Tenus le 29 juillet 1967, ces propos témoignent d'une extrême clairvoyance. Le constat du général de Gaulle se voit corroboré par l'évolution que connaît aujourd'hui la Belgique.
En 2010-2011, le Royaume a traversé sa plus longue crise politique, avec 541 jours sans gouvernement de plein exercice. La situation était telle que la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale française avait chargé deux de ses membres - Robert Lecou (UMP) et Jean-Pierre Kucheida (PS) - d'une mission d'information sur le sujet.
Adopté le 15 février 2012, le rapport des intéressés soulignait que la division de la Belgique en deux groupes linguistiques de plus en plus cohérents et dissemblables compromettait dangereusement sa survie.
Le problème majeur réside dans le fait que la Flandre est parvenue, au terme d'un long combat, à s'ériger en Nation. Le terme figure expressément dans le préambule de la "Charte pour la Flandre", qui a été adoptée en 2012.
Comme l'a fort bien perçu le général de Gaulle, on ne trouve pas un phénomène équivalent en Wallonie.
La mouvance nationaliste flamande n'a cessé, ces dernières années, de s'affirmer. Elle est aujourd'hui incarnée par la N-VA (Nieuw Vlaamse Alliantie), première force politique du pays avec près de 30%.
L'article 1er des statuts de cette formation vise à faire de la Flandre une République souveraine au sein de l'Europe.
Indépendantiste, lui aussi, mais situé à l'extrême-droite, le Vlaams Belang a également progressé de manière significative lors des élections législatives et régionales du 26 mai dernier.
Il ne manque, en fait, que 5 sièges à la N-VA et au Vlaams Belang pour détenir ensemble la majorité absolue au Parlement flamand.
Depuis 1970, la Belgique a connu six réformes institutionnelles, au fil desquelles elle n'a cessé de s'alléger au profit des régions et des communautés.
Un fait majeur s'est produit en 1999, lorsque le Parlement flamand s'est clairement prononcé en faveur d'un système confédéral, basé sur deux États, Flandre et Wallonie, avec une cogestion par ceux-ci de Bruxelles.
C'est ce confédéralisme que la N-VA entend aujourd'hui mettre sur la table des négociations. Son constat est simple : Flamands et Wallons vivent sur deux planètes distinctes et constituent deux démocraties différentes. Le fossé économique qui les sépare est béant. Alors que la Flandre opte pour une vision de droite, axée sur l'esprit d'initiative et l'innovation (elle réalise à elle seule 80% des exportations belges !), la Wallonie penche plutôt vers le salariat, de préférence dans le secteur public. Vu ce contexte, il convient de mettre un terme aux transferts financiers de la Flandre vers la Wallonie, qui représentent quelque 7 milliards d'euros par an. Libre à la Wallonie de faire les choix politiques qu'elle souhaite, à condition d'en assumer pleinement la responsabilité financière !
Pas question, pour les partis wallons, et notamment le PS qui arrive en tête, de s'engager dans ce confédéralisme, qui impliquerait la scission de la sécurité sociale et aboutirait finalement à la disparition du pays.
Depuis plus de trois mois, deux informateurs royaux s'efforcent de débroussailler le terrain, mais la tâche relève de la quadrature du cercle.
Impossible de mettre autour de la table la N-VA et le PS qui sont comme chien et chat sur le plan socio-économique et ont des visions diamétralement opposées quant à l'avenir du pays.
Monsieur le Président,
L'hypothèse d'une implosion du Royaume de Belgique ne relève nullement de la chimère. Elle doit être envisagée sérieusement par l'Union européenne.
Si la Flandre devait proclamer unilatéralement son indépendance, on voit mal comment la France pourrait ne pas la reconnaître. Feu François Perin, ce brillant constitutionnaliste liégeois qui joua un rôle politique majeur durant le seconde moitié du 20e siècle, confiait au journal "Le Soir", en août 2011 :
Le mouvement flamand, d'étape en étape, a gagné sur toute la ligne. Il a gagné de devenir une nation, avec un esprit collectif qui, de fil en aiguille, deviendra une conscience nationale. Bart De Wever - le leader de la N-VA - est dans la ligne, et logiquement, il dit : "Nous voulons un État flamand indépendant". Et vous avez aurez noté que pour expliquer ça, il va d'abord à Londres, chez Cameron, il y a quelques mois. Il connaît l'histoire, De Wever. L'Angleterre - la France n'y verra pas d'inconvénient -sera le premier État à reconnaître l'indépendance de la Flandre quand celle-ci sera proclamée. (...) Le nationalisme flamand est bien ancré. (...) Il ne s'arrête pas, il ne s'arrête jamais.
Les responsables wallons refusent de voir la réalité en face. Ils s'accrochent, de manière suicidaire, à une Belgique dont le démantèlement est devenu inéluctable.
Mais rien n'est pire que de se retrouver un jour le nez sur le poteau, contraints de réagir dans la précipitation.
C'est la raison pour laquelle je m'adresse aujourd'hui à vous, en tant que Wallon soucieux de l'avenir de sa région.
Si la Wallonie devait se retrouver seule à son corps défendant, elle serait confrontée à une situation intenable. Elle ne pourrait compter sur Bruxelles, dont les habitants, à plus de 70%, déclarent souhaiter un statut autonome en cas de disparition du pays.
L'amitié qui vous lie à Charles Michel, notre actuel Premier ministre et futur Président du Conseil européen, est bien connue Voici ce que déclarait son père, Louis, le 28 octobre 1996 - il était alors président du Parti réformateur - au journal "Le Figaro" :
Entre un État wallon replié sur lui-même et la France, je choisis la France.
Voilà plus de dix ans que je m'efforce, par le biais de mes essais, chroniques de presse et conférences, de préparer les esprits wallons à cette échéance.
Outre le général de Gaulle, diverses personnalités politiques françaises se sont déclarées prêtes à accueillir les Wallons le jour où ils en exprimeraient clairement le désir.
Comme l'a écrit l'historien namurois Félix Rousseau :
Sans aucune contrainte, de leur pleine volonté, les Wallons sont entrés dans l'orbite de Paris et, depuis sept siècles, avec une fidélité qui ne s'est jamais démentie, n'ont cessé de participer à la culture française.
C'est au nom de ces liens indéfectibles que je vous prie de recevoir, Monsieur le Président, mes très respectueuses salutations.

mercredi 11 septembre 2019

Le Japon va devoir évacuer l'eau radioactive de Fukushima dans l'océan

Par  Le Figaro avec agences

Après le séisme et le tsunami à Fukushima en 2011, la société Tepco avait stocké dans les réservoirs des sites dévastés plus d'un million de tonnes d'eau contaminée provenant des conduites de refroidissement utilisées pour empêcher la fonte du combustible.
La société Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire de la centrale nucléaire de Fukushima gravement endommagée par le séisme et le tsunami de mars 2011, va déverser de l'eau radioactive directement dans l'océan Pacifique, a annoncé mardi le ministre japonais de l'Environnement.
Après le séisme et le tsunami à Fukushima, Tepco avait stocké dans les réservoirs des sites dévastés plus d'un million de tonnes d'eau contaminée provenant des conduites de refroidissement utilisées pour empêcher la fonte du combustible. La société a affirmé que les sites manqueront d'espace d'ici à 2022 pour stocker l'eau radioactive. «La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer», a déclaré le ministre de l'Environnement, Yoshiaki Harada. «La totalité du gouvernement va en discuter, mais j'aimerais donner mon simple avis».
UNE HYPOTHÈSE ENVISAGÉE DEPUIS DES ANNÉES
Le ministre n'a rien dit de bien nouveau. Rejeter à la mer le million de tonnes d'eau pompée dans les installations radioactives de Fukushima et conservée dans des citernes sur le site est une hypothèse ouvertement envisagée depuis des années. En 2016, une commission d'experts mandatés par le ministère japonais de l'Industrie (Meti) avait conclu que cette option était "la solution la plus rapide et la moins onéreuse", sans exclure d'autres moyens "faisables" bien que plus longs et coûteux.
La commission d'experts du Meti avait calculé qu'il faudrait 7 ans et 4 mois pour se débarrasser de cette eau dans l'océan après dilution, pour un coût évalué à 3,4 milliards de yens (28 millions d'euros), alors que les autres techniques coûteraient de 10 fois à 100 fois plus pour une durée allant de 8 à 13 ans. En l'état actuel, il n'est pas décidé de diluer cette eau en mer car les concentrations en tritium et autres radionucléides de l'eau en partie décontaminée restent au-delà des normes, a précisé récemment à l'AFP un fonctionnaire de ce même ministère. "L'eau a besoin de satisfaire les standards" internationaux avant d'être éventuellement rejetée à la mer, a souligné cette source. L'eau non conforme va de nouveau être filtrée.
TENSIONS AVEC LES PAYS VOISINS
Cette décision pourrait provoquer des tensions avec les pays voisins tel que la Corée du Sud, qui a convoqué en août un diplomate de l'ambassade du Japon à Séoul afin de lui demander des comptes sur la manières dont Tokyo entend gérer la question des eaux radioactives.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
L'HUMANITÉ SE SUICIDE À PETIT FEU POUR SATISFAIRE LA BOULIMIE DE CROISSANCE D'UN SYSTÈME CAPITALISTE AUX ABOIS QUI S'AVÈRE DE PLUS EN PLUS DÉVASTATEUR.

L'incendie de la "forêt" de Notre-Dame a bouleversé les esprits, à même titre que l'attentat contre les Twin Towers. Mais que l'Amazone soit en feu ou que les Japonais polluent les océans avec leurs eaux radio actives n'empêche pas nos politiques de dormir. Il est de bon ton, désormais de railler la petite Greta Thumberg et ses acolytes qui cherchent à mobiliser la jeunes du monde entier sur ces thèmes.
L'humanité se suicide à petit feu pour satisfaire la boulimie de croissance d'un système capitaliste aux abois qui s'avère de plus en plus dévastateur.
Chaque km2 de désert reçoit annuellement une énergie solaire équivalent à 1,5 million de barils de pétrole.
.
La surface totale des déserts sur la planète entière peut donc fournir plusieurs centaines de fois l'énergie utilisée actuellement dans le monde.
.
Couvrir 0,3 % des 40 millions de km2 de déserts de la planète en centrales solaires thermiques aurait ainsi permis, selon un forumeur de couvrir les besoins électriques de la planète en 2009 (environ 18 000 TWh/an).
.
Nous empoisonner avec le thermique ou l'irradiation est donc une question de choix... et de corruption quand on connaît le poids ahurissant de leurs lobbies respectifs
Mais où sont donc les grandes promesses des uns et des autres sur l'élimination des déchets nucléaires?
Rien que du bluff?
A ce rythme le globe n'a plus beaucoup d'années devant lui.
MG

mardi 10 septembre 2019



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
FRERES ENNEMIS REUNIS DANS LA CONCORDE

Comment appellerons nous cette coalition "contre nature" violette plus écolo: violette à bicyclette? Il a fallu plus de cent jours pour faire avaler la pilule amère  à l'opinion publique francophone.
Ils se détestent cordialement mais ils convolent pour le meilleur et pour le pire. C'est fascinant et complètement surréaliste. Magritte aurait apprécié, Bodson (Fgtb)est plus que réservé!
Fini le décret inscription! Le PTB se frotte les mains et songe aux lendemains qui chantent 2024 sera une année faste. Le CDH se régénère en silence. Elio assurer sa fin de carrière il sera une dois encore locataire de l'Elysette.
En amour disait le Prince de ligne, rien n'est plus beau que les commencements. En politique aussi...
MG 


FORMATION WALLONNE: PS, MR ET ECOLO ONT ...
Le Vif 

Le PS, le MR et Ecolo sont parvenus lundi après-midi à des accords pour des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles, a annoncé à Namur le président du PS, Elio Di Rupo.
M. Di Rupo était entouré, pour cette conférence de presse au Parlement de Wallonie, du co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet et du ministre-président wallon sortant, Willy Borsus (MR).
La coalition Arc-en-ciel qui dirigera les deux niveaux de pouvoir marque le retour des écologistes au gouvernement wallon après leur dernière période de pouvoir, entre 2009 et 2014. Pour les réformateurs, elle signifie surtout un retour au pouvoir en Fédération Wallonie-Bruxelles, quinze ans après la fin de leur dernière participation.
Avec la finalisation des accords de gouvernement au sud du pays - les instances des trois partis devront encore confirmer la participation -, seules les formations des gouvernements flamand et fédéral sont toujours en souffrance, même si les pourparlers avancent pour la Flandre.
Au Fédéral, les informateurs royaux ne cachaient plus ces dernières semaines qu'ils attendent l'atterrissage des négociations dans les entités fédérées pour passer à une nouvelle phase des pourparlers. 


WILLY BORSUS SUR LA COALITION EN WALLONIE: «AVEC UNE TOUCHE LIBÉRALE, CET ACCORD EST TRÈS AMBITIEUX»
Le Soir 

Ce lundi, des accords pour des déclarations gouvernementales en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles ont été trouvé par la coalition arc-en-ciel.

Synthèse des priorités politiques de chacun, la déclaration affiche des ambitions à la fois sociales, écologiques et économiques, le tout soutenu par un plan d’investissements de 4 milliards d’euros qui servira à financer divers efforts d’infrastructures, de mobilité, d’énergies renouvelables et de soutien à l’innovation.
UNE TOUCHE LIBÉRALE
A la question de savoir si la touche libérale est suffisamment visible dans les accords, Willy Borsus, ministre-président wallon sortant répond au micro de Bel RTL : « Il y a une touche libérale mais aussi surtout collective à travers aussi bien le développement économique, la cohésion sociale mais aussi transition environnementale. Ce sont des enjeux qui sont très importants chez nous également. Mais nous avions aussi des priorités en ce qui concerne par exemple la fiscalité. Donc il n’y aura aucune nouvelle taxe sous cette législature au niveau wallon, c’est très important. Bien plus, des mesures favorables au pouvoir d’achat. 100 euros de moins sur le précompte immobilier dès 2023 ou bien une réduction des droits d’enregistrement dès lors qu’on achète sa première maison. Tout cela est important pour les gens et pour le quotidien. Mais il y a beaucoup d’autres éléments qui étaient importants pour nous qu’on retrouve dans la déclaration de politique régionale et en Fédération Wallonie-Bruxelles. »
Sur les réductions de gaz à effet de serre et la partie écologie de l’accord, Willy Borsus explique que c’est une partie de l’accord dans laquelle les libéraux se sentent totalement engagés. « Nous allons, dans chacun des secteurs, avoir les concertations nécessaires pour parvenir à ce que cette transition climatique soit une opportunité en termes de création d’emplois, de création d’activités. Soyons très clairs : l’enjeu planète, l’enjeu de préserver notre cadre de vie est un enjeu qui nous concerne toutes et tous. Les hommes et les femmes de l’ensemble du monde et l’ensemble des formations politiques. Je défendrai avec totale énergie les mesures sociales, les mesures économiques, les mesures emploi, les mesures en ce qui concerne l’environnement et d’autres encore de cet accord ».
« Je pense que cet accord est très ambitieux », tient à souligner Willy Borsus.

lundi 9 septembre 2019

Charles Michel doorbreekt de stilte: “Tekort van 13 miljard, dat maakt me woédend”

HLN

Michel is het tijd voor actie. "We kunnen niet langer wachten.”

DE KRANT Woedend wordt hij ervan, zegt uittredend premier Charles Michel (MR). “N-VA en PS weigeren de begroting te stemmen. Ik betreur die situatie.”
Maar tegelijk bereidt hij zijn eigen exit voor: in december wordt Michel Europees president. “Dan zou er toch een regering moeten zijn.”
In ‘L’Invité’ op de Waalse tv-zender RTL. “We zijn bijna vier maanden na de federale verkiezingen. Er is geen plaats voor immobilisme. Het is tijd voor actie, om beslissingen en verantwoordelijkheid te nemen, en zo snel mogelijk. We kunnen niet langer wachten”, zei hij in Coo.
Gisteren reageerde Michel als door een wesp gestoken op de opmerking dat het begrotingstekort van ons land ontstellende hoogtes aanneemt - tot zelfs 13 miljard in 2024. “Dat maakt me woédend”, zei hij. “Op het moment dat de regering in december is gevallen, waren we erin geslaagd om het structurele tekort drie keer kleiner te maken. Maar daarna wilden de N-VA en de PS de begroting voor 2019 niet meer stemmen, en dus is er geen budget meer, worden er geen beslissingen genomen en stevenen we af op tekorten in 2019 en 2020. Vandaar de enorme dringendheid om een regering te vormen. Alleen dan kunnen er maatregelen komen.”
Met andere woorden: het is de schuld van de N-VA en de PS - nota bene de twee partijen die nu tot elkaar veroordeeld zijn om een regering te vormen, aldus Michel.
Dus is het vijf voor twaalf om een regering te vormen, zegt Michel. Hij is niet meer aan zet, beseft hij ook. “De PS en de N-VA moeten met elkaar praten. En niet om het land te ontmantelen. Ik ben daar ongerust over, ja.” Hij weet ook: zijn persoonlijke eer staat op het spel. Want op 1 december wordt Michel Europees president en hij kan zijn land dan niet in chaos achterlaten.
“Vraag opvolging stelt zich momenteel niet”
Stel dat er toch geen regering is tegen december, moet Michel vervangen worden als premier van een regering in lopende zaken. In de wandelgangen wordt gefluisterd dat het weleens huidig minister van Begroting Sophie Wilmès zou kunnen zijn. “Die vraag stelt zich momenteel niet”, reageerde Michel.

CHARLES MICHEL ROMPT LE SILENCE : "UNE PÉNURIE DE 13 MILLIARDS, ÇA ME MET EN COLÈRE."
Michel dit qu'il est temps d'agir. "On ne peut plus attendre."
Cela le met en colère ", déclare le Premier ministre sortant Charles Michel (MR). "N-VA et PS refusent de voter sur le budget. Je regrette cette situation." Mais en même temps, il prépare sa propre sortie : en décembre, quand  Michel deviendra président européen, "Il devrait y avoir un gouvernement".
Charles Michel se prépare à devenir président du Conseil européen en décembre - président de l'Europe, en quelque sort. Depuis l'annonce de tournant de carrière, Michel s'est drapé dans le silence. Il ne siège plus à la table des négociations gouvernementales, bien qu'il soit toujours président des libéraux wallons et Premier ministre sortant de son propre gouvernement dans les affaires courantes.
Samedi, il a pris la parole lors d'une journée de fête à Plopsa Coo, le dimanche, il était invité politique à L'Invité sur RTL. "Nous sommes quatre mois après les élections fédérales. Il n'y a pas de place pour l'immobilité. Il est temps d'agir, de prendre des décisions et de prendre des responsabilités, et ce, le plus tôt possible. Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps", a-t-il dit à Coo.
Hier, Michel a réagi au commentaire selon lequel le déficit budgétaire de notre pays atteint des niveaux incongrus - jusqu'à 13 milliards d'euros en 2024. "Ça me met en colère," dit-il. "Lorsque le gouvernement est tombé en décembre, nous avions déjà réussi à réduire le déficit structurel par trois fois. Mais après cela, la N-VA et le PS ont refusé de voter  le budget 2019. Il n'y donc a plus de budget, si aucune décision n'est prise nous allons vers des déficits en 2019 et 2020. D'où l'extrême urgence de former un gouvernement. Ce n'est qu'alors que des mesures pourront être prises."
En d'autres termes, c'est la faute de la N-VA et du PS - les deux partis qui sont maintenant condamnés l'un et l'autre à former un gouvernement, auquel Michel veut toujours arrimer son MR ? "Je constate qu'ils ont une grande responsabilité ", dit Michel. "Depuis la fin de 2018, lorsque la N-VA a décidé de faire tomber le gouvernement dans une atmosphère pré électorale, j'ai pris contact avec les autres partis démocratiques. Mais tout le monde - y compris le PS - refuse de voter le budget. Je déplore cette situation."
"Le PS et la N-VA doivent se parler. Et pas pour démanteler le pays. Ça l'inquiète, il sait que son honneur personnel est en jeu: le 1er décembre, Michel deviendra président européen. Il  ne peut quitter un  pays en plein chaos. "Je resterai Premier ministre jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit formé - et cela doit être fait dès que possible. Parce que je serai parti en décembre. J'espère que d'ici là, il y aura un nouveau Premier ministre, avec un nouveau gouvernement."


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUEL CINÉMA
UNE MISSION DE «PRÉFORMATION» EN VUE POUR DIDIER REYNDERS ET JOHAN VANDE LANOTTE
Ce lundi, les deux informateurs se rendront au Palais pour rendre compte, pour la huitième fois, de leur mission.
par Bernard Demonty Le Soir

Il y a de la houle mais ils s’accrochent. Ce lundi, les deux informateurs, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A) se rendront au Palais pour rendre compte, pour la huitième fois, de leur mission de préformation. A diverses sources dimanche soir, le scénario le plus probable était celui d’une nouvelle reconduction de leur mandat.
Une issue serait donc en vue pour la formation d’un gouvernement fédéral ? Pas si vite. La prolongation est d’abord liée à des questions d’agenda. Il serait en effet plus que délicat de « débarquer » les deux hommes alors que des négociations arrivent dans une phase sensible pour la formation des gouvernements wallon, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du gouvernement flamand.
Pas le moment de risquer un grand chambardement, qui pourrait s’accompagner de déclarations politiques de nature à perturber ces discussions sensibles. D’où la reconduction. Mais pour quoi faire ? Pour rapprocher les points de vue entre la N-VA et le PS... Lors du débat de dimanche sur RTL-TVI, il est apparu que le PS acceptait les invitations, mais de là à négocier ensemble, il y a manifestement encore de la marge. « On n’achètera pas le PS avec une réforme de l’Etat qui donnera plus d’argent à la Wallonie en 2024 », dit Jean-Claude Marcourt. Mais pas de veto sur la discussion. Et c’est par cette absence de veto que la reconduction devrait être justifiée...
Et pour montrer qu’on avance (à petits pas, se permettra-t-on d’ajouter), la mission des deux informateurs pourrait être précisée, et se situer entre une mission d’information et de formation. Le doux terme de « préformation » a été utilisé dans le passé, on saura ce lundi s’il redevient en cour, ou si le lexique politique belge s’enrichira encore d’un vocable dont le palais a le secret.

COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PREFORMATEURS OU PERFORMATREURS

Nos deux  informateurs ont monté en grade, ils seront désormais  préformateurs. C'est nouveau et ça ne mange pas de pain. Seront-ils pour autant performateurs? On peut en douter. Ils semblent indéboulonnables. Cela dit  Charles Michel exige une solution avant son départ pour l'Europe en décembre. C'est court.
On ne voit rien bouger, nulle par sauf au niveau régional. Rien n'est encore définitif. L'enseignement est un gros dossier en Flandre comme en Communauté française. La rentrée est difficile pour un motif structurel angoissant: manque de profs.
L'enseignement c'est l'avenir, le négliger où l'instrumentaliser à des fins tactiques comme le fit Di Rupo en  confiant sa gestion à Milquet fut plus qu'une erreur: c'est une faute qui se paie cash aujourd'hui.
Notre enseignement va à veau l'eau, on en mourra.
Vous avez bien lu.
MG

dimanche 8 septembre 2019

La nouvelle place Fernand Cocq inaugurée à Ixelles


La place Fernand Cocq et la fontaine La Malibran ont été inaugurées par différents élus communaux et le ministre. Pascal Smet s'est réjoui de voir ce "nouveau salon des Ixellois" devenir un "nouveau coeur de la commune". Il a remercié le collège passé et l'actuel pour avoir cru en ce projet. Le bourgmestre a lui remercié les commerçants et les habitants pour leur patience durant les travaux.
La place est plus ouverte que par le passé avec un important espace vert central. Elle est conçue comme un lieu de rassemblement. Des bancs ont été disposés pour profiter de l'espace créé. Des arbres à hautes tiges ont été plantés à la place de ceux existants. Un espace en dur disposant d'une fontaine s'étend devant la maison communale. La place sera réservée aux piétons.
Dès ce vendredi soir, les bus 54 et 71 de la STIB circuleront ainsi à nouveau sur la chaussée d'Ixelles. Pour rappel, la circulation y est strictement interdite aux véhicules entre 7h00 et 19h00, sauf pour les bus, vélos, taxis et véhicules autorisés.
A l'occasion de l'inauguration de la place, Bruxelles Mobilité a noué un partenariat avec l'ensemble des commerçants de la place afin d'organiser "Le Grand Banquet de Cocq". Tous ont proposé des échantillons de leurs plats gratuitement aux passants. Des concerts ont de plus été organisés. Les habitants du quartier étaient nombreux à venir profiter de la fête en famille. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ESPACE PUBLIC RECONQUIS 

Les avis sont unanimes, la transformation de cette place terne en un espace public convivial et sécurisé est une réussite. La preuve, il n'y a pas une place à trouver sur les terrasse des cafés et des restaurants quand le soleil est de la partie. Il le fut presque tous les jours de cet été particulièrement clément. L'ancienne villa de la Malibran qui fait désormais office de maison communale a pratiquement retrouvé son écran d'antan.  Il y fait bon vivre loin du bruit des voitures dès le matin quand s'ouvre l'excellente boulangerie où l'on peut se fournir en viennoiseries de qualité. C'est un immense "plus" pour la convivialité citoyenne ixelloise qui compte pourtant déjà quelques fleurons: Flagey, Saint Boniface, place de Londres...
La bagnole recule depuis la décision de chasser l'automobile de la Grand Place où elle n'avait rien à faire. Il est clair que cet aménagement réussi contribuera à nourrir le débat sur la place de la voiture à Bruxelles. Vaste débat qui sera passionné et passionnant mais dans lequel les automobilistes risquent, à terme de devoir baisser pavillon.
















samedi 7 septembre 2019




COMMENTAIRE DIVERCITY
INOUI!
L'Italie est un pays compliqué mais la Belgique est de tous les pays le plus complexe. Tellement complexe qu'il est devenu parfaitement ingouvernable. Même les Belges moyens  commencent à se demander avec angoisse où ils vivent. En absurdie?
MG

mercredi 4 septembre 2019



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LE PAYS A BESOIN D'UN GOUVERNEMENT QUI DÉCIDE 

Certes  mais pas au prix d'un reniement de parole et d'un pas de deux avec la NVA. Le toujours très lucide Olivier Maingain en donne la raison:


OLIVIER MAINGAIN: "IL FAUT AVOIR L'AUDACE D'ISOLER LA N-VA, UN PARTI QUI A DISCUTÉ TOUT L'ÉTÉ AVEC LE VLAAMS BELANG"
La Libre Belgique

"La N-VA au gouvernement, ce sera un poison. Il n'y a pas d'accord possible", déclare le président de Défi Olivier Maingain mercredi dans Le Soir. L'homme quittera la présidence du parti fin 2019 pour assurer une fonction de coordination entre la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Je ne comprendrais en aucun cas que le PS poursuive une négociation visant à conclure un accord avec la N-VA. C'est comme ça que l'on dégoûte les électeurs, en faisant le contraire de ce qu'on a annoncé", dit Olivier Maingain. Maxime Prévot avait appelé le week-end dernier le PS et la N-VA à entrer en négociations.
"Il faut avoir l'audace d'isoler la N-VA, un parti qui a discuté tout l'été avec le Vlaams Belang, prouvant que les visions étaient proches, notamment sur la migration, l'identité. Il y a une porosité des idées les plus extrêmes. (...) J'ajoute la détestable expérience sous le gouvernement Michel. Voyez les tweets de Francken qui félicitait Salvini à tous les coups. La N-VA au gouvernement, ce sera un poison."
"Il y a une impossibilité totale d'un accord avec ce parti, sur tous les plans, les sujets de société, la migration, la fiscalité, le rôle de l'Etat, l'Europe... Donc, je peux comprendre qu'il y ait un temps de mise en scène, c'est toujours comme ça, où il faut montrer que l'on ne ferme pas la porte directement. Mais après cela, il y a une seule réponse lucide. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
DONC DE NOUVELLES ÉLECTIONS? 

Ce serait selon nous ENCORE pire.
Pire parce que c'est le pari risqué que fait De Wevert et Maigain tombe dans le piège.
De nouvelles élections boosteront le PTB et le Belang. Une majorité absolue Belang/NVA n'est alors pas à exclure en Flandre prélude à un processus irréversible de séparation. Est-ce cela que Maingain veut?
Je ne crois pas que De Wever redoute cette éventualité qui ferait de lui le fondateur historique (il est historien) de la Nation flamande.
Nous vivons un moment très dangereux, le plus dangereux depuis l'affaire royale mais ceci est sans doute plus périlleux
MG    
 
LETTRE À NOS AMIS FLAMANDS : " LES FRANCOPHONES ONT PEUR. RASSUREZ-LES"

Claude Demelenne
essayiste, auteur de plusieurs ouvrages sur la gauche
Les francophones font un cauchemar. La Flandre scinde la Sécu, casse la solidarité et part avec la caisse. Chers amis flamands, nous avons peur de l'après-Belgique. Rassurez-nous.


Le nationalisme flamand n'est pas sympathique aux yeux des francophones. Pire, il fait peur. Il est urgent de vaincre la peur. Amis flamands, trouvez les mots qui apaisent. Pour certains francophones, les flamingants veulent asphyxier la Wallonie. Annexer Bruxelles. Saccager la Sécu. Entourer la Flandre de miradors et de fil de fer barbelés. Coiffer leurs ministres de casques à pointe. Manger tout cru les petits enfants wallons. Ce n'est évidemment pas sérieux. La plupart des Flamands ne se reconnaissent pas du tout dans ce scénario de film d'horreur.
VOS CHOIX SONT RESPECTABLES
Les francophones craignent des lendemains qui déchantent, dans l'après-Belgique. Amis flamands, rassurez-les. Alors, peut-être, les francophones comprendront-ils que les revendications des flamingants ne sont pas honteuses : une Flandre autonome, des réformes économiques ultra-libérales, un tour de vis sécuritaire, une politique migratoire plus restrictive, une petite louche de climato-scepticisme... Vos choix ne sont pas les nôtres. Mais ils sont respectables. Ils ne font pas de vous le diable. Même s'ils signifient l'évaporation de la Belgique. Ce ne sera pas la fin du monde. Seulement l'avènement de deux démocraties, certes différentes, mais qui vivront côte à côte, en bonne harmonie.
Parfois, les francophones ont raison d'avoir peur. Les élus du Vlaams Belang sont des marchands de haine. Des extrémistes parmi les plus dangereux d'Europe. Les francophones, qui n'ont aucun élu d'extrême droite, sont choqués par la percée du Vlaams Belang, désormais second parti de Flandre. La perspective de voir le Belang, très populaire chez les jeunes, accéder tôt ou tard au statut de parti de gouvernement - avec la discrète bienveillance de la N-VA - fait flipper les francophones.
LA FLANDRE RESTE PLURIELLE
Au lendemain des élections du 26 mai, j'ai publié une chronique sur le site du 'vif.be' dont le titre était : "Si l'extrême droite arrive au pouvoir en Flandre, je fais mes valises". J'ajoutais que, comme Liégeois vivant en Brabant flamand, je me sentais de moins en moins à l'aise dans la Flandre nationaliste. J'ai reçu de nombreux témoignages de francophones, encore plus inquiets que moi, qui me conseillaient de détaler dès à présent comme un lapin, hors de Flandre. Pour ces francophones paniqués, la Flandre, c'est une horreur. Je leur ai expliqué qu'ils se trompaient. La Flandre reste plurielle, la grande majorité des Flamands, en ce compris les flamingants, ne considèrent pas les francophones comme leurs ennemis. Quoi qu'il arrive demain, je resterai solidaire de mes amis flamands - il y en a beaucoup - qui résistent au nationalisme intolérant.
Parfois, la peur des francophones est excessive. La N-VA n'est pas un parti d'extrême droite, contrairement à ce que beaucoup pensent, au Sud du pays. Trop souvent, c'est le règne de la caricature. La Flandre est décrite comme mesquine, chauvine, repliée sur elle-même. Cette description est simpliste. La N-VA n'est pas toute la Flandre. La N-VA, ce n'est pas seulement la droite dure. Certes, il y a dans ses rangs des personnalités - à commencer par Jan Jambon - qui dans leur jeunesse ont flirté avec la droite extrême. Tout le monde a le droit de se tromper. C'est aussi le cas dans des partis de gauche radicale, comme le PTB, où certains ont défendu les pires dictatures staliniennes. Tout le monde a le droit d'évoluer.
ARROGANCE DE NOUVEAUX RICHES
Il fut un temps où la bourgeoisie francophone dominait les Flamands. La Belgique était, pour eux, inhospitalière. Niés dans leur identité, humiliés parfois, ils se sont révoltés. Le mouvement flamand a mené, et gagné, de justes combats. Hier les Flamands craignaient d'être confinés dans un statut de citoyens de seconde zone. Aujourd'hui, la peur a changé de camp. Les francophones craignent à leur tour d'être malmenés par les flamingants, dont certains font preuve d'une arrogance de nouveaux riches. Animés par une volonté de revanche, ils rêvent d'une Flandre qui, délestée du "boulet wallon", deviendrait l'une des entités les plus performantes d'Europe.
INDÉPENDANCE "SOFT"
Alors oui, les francophones ont peur. Le scénario qu'ils craignent est le suivant : la Flandre ne déclarera jamais son indépendance, fantasmée par moins de 20% de flamingants. La crise catalane a montré que cette indépendance est pratiquement impossible. L'Union européenne ne l'acceptera pas. Par ailleurs, les Flamands perdront Bruxelles, ce qui est inconcevable, même pour les nationalistes romantiques.
Exit donc, l'indépendance pure et dure. Bonjour l'indépendance "soft". Un scénario où les francophones seront roulés comme dans un bois. Un peu de politique fiction : la Flandre exige - et obtient - la scission des dernières compétences fédérales, la Sécurité sociale, la SNCB, la Justice, l'Intérieur, la politique migratoire... La Belgique subsiste, mais comme une coquille vide. Les flamingants l'emportent sur toute la ligne et rompent la solidarité avec le Sud du pays.
Les flamingants touchent le "jackpot". Ils peuvent enfin gérer eux-mêmes leurs petites affaires. Et ils gardent la carte de visite belge - et bruxelloise - , bien utile notamment sur la scène internationale. Les flamingants obtiennent tous les avantages de l'indépendance (ils sont "maîtres chez eux" et gardent leur fric pour eux), sans en subir les inconvénients (la perte de Bruxelles et la mise au banc de l'Union européenne). Les francophones n'ont plus que leurs yeux pour pleurer. Dans cette Belgique en carton pâte, où la solidarité entre régions appartient au passé, le déclin wallon est inscrit dans les astres.
LES FRANCOPHONES NE SE FERONT PAS HARA-KIRI
Amis flamands, les résultats des récentes élections ont montré que beaucoup d'entre vous souhaitent une Flandre plus à droite, plus identitaire, plus sécuritaire. Vos légitimes aspirations ne peuvent se réaliser au détriment des francophones. Dans un avenir prévisible, nous devrons continuer à vivre dans un magasin belge avec une jolie vitrine, mais de plus en plus vide à l'intérieur. Cette cohabitation sera compliquée si certains francophones caricaturent la Flandre en une petite terre pré-fasciste.
La Flandre, c'est bien autre chose que quelques dizaines (quand même!) de parlementaires Vlaams Belang. Mais la cohabitation dans la maison Belgique sera impossible si les flamingants exigent des francophones qu'ils se fassent hara-kiri. Les francophones ont peur du nouveau visage de la Flandre nationaliste. Ils craignent que la Flandre scinde la Sécu, casse la solidarité et parte avec la caisse. Lors de la dernière réforme de l'Etat, les nationalistes ont remporté deux victoires : la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde et la régionalisation des allocations familiales. Si les flamingants ne rassurent pas les francophones, s'ils ne privilégient pas un nationalisme progressiste et inclusif, la maison Belgique tremblera sur ses bases. Même la vitrine volera en éclats. Il est à peu près sûr que personne n'y gagnera. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"IL EST À PEU PRÈS SÛR QUE PERSONNE N'Y GAGNERA." 

"Les francophones ont peur du nouveau visage de la Flandre nationaliste. Ils craignent que la Flandre scinde la Sécu, casse la solidarité et parte avec la caisse."
C'est lapidaire et violent mais ce n'est pas surréaliste.
La Belgique est fichue, plus personne n'y croit hormis la famille royale qui s'efforce de faire un sans faute et qui y parvient en faisant belle figure. "Nous le jurons tous tu vivras, tu vivras toujours grande et belle et notre invincible unité aura pour devise immortelle: le ROI LA LOI LA LIBERTE"
De Wever est arrivé à ses fins: démontre que la Belgique est devenue ingouvernable. "Un peu de politique fiction : la Flandre exige - et obtient - la scission des dernières compétences fédérales, la Sécurité sociale, la SNCB, la Justice, l'Intérieur, la politique migratoire... La Belgique subsiste, mais comme une coquille vide. Les flamingants l'emportent sur toute la ligne et rompent la solidarité avec le Sud du pays."
Vous avez dit fiction? Non affliction.
MG



mardi 3 septembre 2019




COMMENTAIRE DE DIVERCITY
NOUS VIVONS UN MOMENT ÉTRANGE DE LA VIE POLITIQUE
On savait que ce serait compliqué. On imaginait que cela prendrait du temps. Certains esprits chagrins comme nous disaient que cette fois, on y arriverait pas. Une fois de plus le dessin de Kroll dit tout cela avec sarcasme et une exceptionnelle lucidité.
Ce qui est sûr c'est qu'il feront tout sauf provoquer de nouvelles élections. Ce serait bingo pour le Belang et le PTB.
Et si pourtant c'était ça la nouvelle stratégie de Bart De Wever: rendre inévitables de nouvelles élections avec à la clé une possible majorité Belang/NVA et le passeport pour l'indépendance de la nation flamande. C'est un pari dangereux, voire risqué mais c'est peut être le seul moyen d'éviter la lente érosion de son parti.
Nous vivons un moment étrange de la vie politique en Belgique, en Europe, dans le monde.
MG


dimanche 1 septembre 2019

Changement d'orientation pour le prince Gabriel: il entre ce jeudi dans une école privée


LA LIBRE 
Un grand changement pour le Prince.
La Libre Belgique
La rentrée pointe le bout de son nez tôt, cette année, pour le prince Gabriel. Le deuxième enfant du Roi Philippe et de la reine Mathilde a en effet décidé de changer d'établissement scolaire, rapportent nos confrères de Sudinfo. Ce n'est donc pas à Sint-Jan-Berchmans que le jeune homme a débuté une nouvelle année d'étude, mais bien à l'International School of Brussels. Les cours débutent ce jeudi 29 août dans l'école privée où l'enseignement est dispensé en anglais.
Le prince Gabriel suivait auparavant ses cours en néerlandais à Sint-Jan-Berchmans.
Il souhaite obtenir, dans ce nouvel établissement, un baccalauréat international sur une période de deux ans.
M.R.

UNE RENTRÉE À 40.000 EUROS POUR LE PRINCE GABRIEL
Le prince Gabriel, deuxième enfant du roi Philippe et de la reine Mathilde, 16 ans depuis quelques jours, quitte l’enseignement néerlandophone du Sint-Jan Berchmanscollege, établissement qu’il avait rejoint dès ses 3 ans, pour une école privée anglophone, toujours à Bruxelles, évoquent jeudi Het Nieuwsblad et Sudpresse, qui précisent aussi son coût: 2.000 euros d’inscription et 39.500 euros par an, sans compter les éventuelles leçons intensives à 20.000 euros.
Ce jeudi, c’est la rentrée pour le prince Gabriel, qui intègre l’International School of Brussels, à Watermael-Boitsfort. L’ISB compte quelque 1.500 élèves de plus de 60 nationalités, enfants de diplomates et autres expats. Sur le campus de 16 hectares au coeur de la Forêt de Soignes, les adolescents profitent notamment de deux halls sportifs, de terrains de football, de rugby et football américain, ainsi que d’une salle de théâtre.
Le changement d’école répondrait à la décision du Roi et de la Reine de préparer leur fils au baccalauréat international et pourrait laisser supposer que le prince Gabriel suivra ensuite des études à l’étranger. Contrairement à sa soeur aînée, la princesse Elisabeth, il ne percevra pas de dotation et devra trouver sa place dans la vie active.
La princesse Eléonore, 11 ans, est la seule des quatre enfants du couple royal à suivre l’enseignement public, gratuit.

POURQUOI LE PRINCE GABRIEL, 16 ANS, CHANGE-T-IL D'ÉCOLE CETTE ANNÉE?
RTLINFO,
Non, vous ne verrez pas cette année le prince Gabriel, deuxième enfant du roi Philippe et de la reine Mathilde accompagner sa jeune soeur, la princesse Éléonore de Belgique aux portes de l'école Sint-Jan-Berchmans en ce premier jour de rentrée. Et pour cause, le prince Gabriel qui vient de fêter ses 16 ans, change d'école pour cette année scolaire 2019-2020, nous apprennent ce matin les journaux du groupe Sudpresse.
Dès ce jeudi matin, le prince intègre l'International School of Brussels, située à Watermael-Boisfort. Cette école privée, fréquentée par des élèves provenant d'Europe du Nord, d'Amérique du Nord et d'Asie, comporte des frais d'inscription qui s'élèvent à 39.515 euros par an. Cette formation lui permettra de décrocher un baccalauréat international en deux ans pour pouvoir intégrer l'une des plus grandes universités du monde.
Contrairement aux enfants du roi Albert II, les enfants du roi Philippe ne percevront pas de dotation, excepté Elisabeth.
De son côté, la princesse Elisabeth, poursuivra cette année son cursus scolaire au Pays de Galles. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
EDUCATION BILINGUE ET PROJET D'ETUDES POLYGLOTTE

Bravo les parents, vous avez tout compris.
Vos enfants seront bilingues parfaits avec excellente maîtrise de l'anglais. C'est ce qu'Albert aurait pu/dû imposer à ses fils.
Et si par malchance Elisabeth  devait ne jamais régner, cela lui fera comme à son frère Gabriel un joli bagage et une formidable préparation aux études et à la vie professionnelle.
L'école internationale est le choix du portefeuille. L'école européenne qui a formé Ursula von der Leyen aurait pu tout aussi bien faire l'affaire à moindres frais...
J'imagine que cela été envisagé; en plus c'est à un jet de pierre du Château de Laeken et pas à l'autre bout de Bruxelles. Il est vrai que Philippe n'est pas fonctionnaire européen.
Mais voilà, on ne veut pas des écoles bilingues à Bruxelles malgré l'enthousiasme des recteurs de la VUB et de l'ULB qui eux y croient dur comme fer. Nous aussi.
MG

samedi 31 août 2019

Straf liefdesverhaal: vrouw van steenrijke Aldi-erfgenaam laat hem zitten voor Afghaanse vluchteling


HLN
Katja Albrecht (47) woont al samen met haar nieuwe vriend. Ook zijn ouders komen bij het koppel inwonen.
Duitsland is in de ban van een ongelooflijk liefdesverhaal in de steenrijke Aldi-familie. De vrouw van Theo Albrecht Jr. (69), mede-eigenaar van Aldi en een van de 10 rijkste Duitsers, is verliefd op een andere man. Geen miljardair deze keer, maar een Afghaanse vluchteling.
Het vermogen van Aldi-erfgenaam Theo Albrecht Jr. wordt geschat op meer dan 15 miljard euro. Maar zoveel geld beschermt je niet tegen pech in de liefde. Albrecht was jarenlang getrouwd met Katja Albrecht (47), maar daaraan komt nu een einde.
Zowel Bild als Bunte schrijven dat Katja niet meer samenwoont met haar man, maar wel met Tareq S. (31), op wie ze stapelverliefd is. Katja leerde hem kennen in 2014, toen de Afghaan bij het koppel een IT-systeem kwam installeren. De vonk sloeg over en van het een kwam het ander.
Tareq werd geboren in Kaboel, de hoofdstad van Afghanistan. Hij kwam in 1996 als politiek vluchteling naar Duitsland. Hij verbleef er in een asielcentrum, haalde zijn diploma middelbaar onderwijs en ging later IT studeren, onder meer in London. Hij werkte ook een tijd in een telefoonwinkel in de stad Essen.
In 2015 gingen de twee samenwonen, en ondertussen hebben ze een zoontje van ongeveer anderhalf jaar oud. Het koppel woont in een luxueuze villa, waarmee Tareq zich bezighoudt. Ook zijn ouders zouden bij het koppel gaan wonen.

LA FABLE DE LA PRINCESSE ET DU BERGER
Il s'agit d'une histoire d'amour interculturel  peu banale  : l'épouse de l'héritier d'Aldi, un Allemand  riche à milliards, l'a quitté pour un réfugié afghan. Katja Albrecht (47 ans) vit désormais avec son nouveau jeune partenaire.
L'Allemagne est subjuguée par cette incroyable histoire d'amour dans la très riche famille Aldi. L'épouse de Theo Albrecht Jr. 69 ans, copropriétaire d'Aldi et l'un des 10 hommes les plus riches d'Allemagne, est amoureuse d'un autre homme: pas un milliardaire
mais un réfugié afghan.
La fortune de l'héritier d'Aldi, Theo Albrecht Jr., est estimée à plus de 15 milliards d'euros. Mais tout ce bel argent ne l'a point protégé protège pas contre  ses infortunes amoureuse.
Katja ne vit  désormais avec Tareq S. (31), dont elle est follement amoureuse. Elle  l'a rencontré en 2014, lorsque l'Afghan est venu installer un système informatique chez les Albrecht
Tareq, né à Kaboul, est arrivé en Allemagne comme réfugié politique en 1996. Il y a séjourné dans un centre d'asile, y a obtenu son diplôme d'études secondaires et a ensuite fait des études en informatique, y compris à Londres. Dès  2015, ils ont commencé à vivre ensemble. Ils ont désormais  un fils d'environ un an et demi. Le couple vit dans une luxueuse villa, avec les parents du garçon.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
AMOR VINCIT OMNIA

Cette romance qui fait les choux gras du Bild Zeitung fait exploser les tirages de Bunte, champion de la presse people. C'est une jolie parabole de notre XXIème siècle: le petit vendeur de GSM réfugié  afghan  qui séduit et conquiert une des matrones les plus riches d'Allemagne. Qui ne connaît pas Aldi?  C'est que la plupart des Allemands et des Allemandes et surtout les plus démunis font leur courses chez Aldi. "Er hat es geschafft"!  Il a réussi son coup. C'est le coup de fronde du petit immigré fait cocu le géant du discount international. David contre Goliath?
On ne parle que de lui dans la presse people! Pas un mot dans les journaux de qualité.
Autrefois il arrivait que dans les contes de pauvres bergères démunies soient enlevées par de riches et puissants princes. Ici c'est exactement l'inverse qui se produit. Imaginons un instant que le milliardaire Tump, subisse la même mésaventure que son collègue Albrecht: tsunami sur les réseaux sociaux et buzz général. Evidemment.
C'est une véritable onde de choc qui secoue la sphère médiatique. Le divorce n'a pas encore été prononcé. En théorie, donc, Theo Albrecht pourrait être le père légal du fils de Karim T.. A moins que l'amant de Katja n'ait officiellement reconnu la paternité entre-temps.
Les esprits chagrins y verront avec "Schadenfreude" une ruse de l'imprévisible.  Les esprits coquins une métaphore du triomphe de la la débrouille rusée de petit l'immigré malin à la Charlot au détriment de la prétentieuse "Deutsche Gründlichkeit" germanique.
MG