mercredi 30 janvier 2019

Les enfants du Hasard

Madame Pirlet est institutrice dans la classe de 5e et 6e primaire de l’école communale de Cheratte, en région liégeoise. Seuls deux enfants de sa classe ne sont pas d’origine turque. Tous les autres sont les petits-enfants d’immigrés venus travailler dans la mine, notamment au puits du Hasard, sur la colline toute proche de l’école.
Thierry Michel et Pascal Colson ont suivi cette classe pendant toute une année scolaire, qui se termine, pour les élèves de 6e année, par l’épreuve du CEB, le certificat d’études de base. Une année de cours où une grande place est laissée à l’expression des enfants et à la réflexion sur leurs origines : le contexte d’immigration de leurs grands-parents. Une année marquée aussi par des événements heureux comme les fêtes et les classes vertes, ou tragiques comme les attentats perpétrés à Bruxelles en mars 2016.
Ce film documentaire est destiné aux classes de la fin du primaire et du début du secondaire, qui pourront comparer leur vécu à celui des enfants du film, mais aussi aux futurs enseignants qui seront amenés à faire ce travail d’accompagner les enfants pour les conduire à la réussite.
Quant au dossier consacré aux Enfants du Hasard, il souhaite explorer 3 dimensions du film : le contexte socio-historique dans lequel grandissent les enfants du film, le regard des jeunes spectateurs sur cette représentation de la vie scolaire, et les caractéristiques du documentaire. Enfin, une dernière animation est destinée aux futurs enseignants et souhaite exploiter le film comme matériau d’observation de la vie scolaire.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TANT QU'IL Y AURA DE VRAIS ENSEIGNAN(TES)

En revoyant les Enfants du Hasard sur la trois j'ai pris conscience qu'avec "l'Ecole buissonnière " que j'adore, c'est le meilleur film sur l'enseignement que j'aie vu. D'une puissante humanité, ce film m'a bouleversé. Brigitte Waroquier, l'institutrice est une maîtresse femme ou plutôt une vraie maîtresse d'école, un pacte d'excellence à elle toute seule. Dans chacun de ses élèves, même le moins doué, elle détecte des qualités. Les réformes ne servent à rien si les enseignants ne sont pas au rendez- vous. Toujours il en fut ainsi.
Tous les futures enseignants, les futures enseignantes devraient avoir vu ce film et aussi tous les imbéciles qui ne parlent que de l'échec de l'intégration. Celle-ci ne peut réussir que si l'école n'échoue pas. Ce film mérite plus qu'un Magritte, qu'un César  ou qu'un Oscar. Il mérite notre respect. Chapeau!
MG


Aucun commentaire: