samedi 16 février 2019

CLARIFICATION BY GRETA THUNBERG


As the rumours, lies and constant leaving out of well established facts continue, please share this newly updated clarification about me and my school strike. Please help me communicate this to the grown ups who lie about me and family so that I can focus on school instead:
Recently I’ve seen many rumors circulating about me and enormous amounts of hate. This is no surprise to me. I know that since most people are not aware of the full meaning of the climate crisis (which is understandable since it has never been treated as a crisis) a school strike for the climate would seem very strange to people in general. So let me make some things clear about my school strike.
In may 2018 I was one of the winners in a writing competition about the environment held by Svenska Dagbladet, a Swedish newspaper. I got my article published and some people contacted me, among others was Bo Thorén from Fossil Free Dalsland. He had some kind of group with people, especially youth, who wanted to do something about the climate crisis. I had a few phone meetings with other activists. The purpose was to come up with ideas of new projects that would bring attention to the climate crisis. Bo had a few ideas of things we could do. Everything from marches to a loose idea of some kind of a school strike (that school children would do something on the schoolyards or in the classrooms). That idea was inspired by the Parkland Students, who had refused to go to school after the school shootings. I liked the idea of a school strike. So I developed that idea and tried to get the other young people to join me, but no one was really interested. They thought that a Swedish version of the Zero Hour march was going to have a bigger impact. So I went on planning the school strike all by myself and after that I didn’t participate in any more meetings.
When I told my parents about my plans they weren’t very fond of it. They did not support the idea of school striking and they said that if I were to do this I would have to do it completely by myself and with no support from them. On the 20 of august I sat down outside the Swedish Parliament. I handed out fliers with a long list of facts about the climate crisis and explanations on why I was striking. The first thing I did was to post on Twitter and Instagram what I was doing and it soon went viral. Then journalists and newspapers started to come. A Swedish entrepreneur and business man active in the climate movement, Ingmar Rentzhog, was among the first to arrive. He spoke with me and took pictures that he posted on Facebook. That was the first time I had ever met or spoken with him. I had not communicated or encountered with him ever before.
Many people love to spread rumors saying that I have people ”behind me” or that I’m being ”paid” or ”used” to do what I’m doing. But there is no one ”behind” me except for myself. My parents were as far from climate activists as possible before I made them aware of the situation. I am not part of any organization. I sometimes support and cooperate with several NGOs that work with the climate and environment. But I am absolutely independent and I only represent myself. And I do what I do completely for free, I have not received any money or any promise of future payments in any form at all. And nor has anyone linked to me or my family done so. And of course it will stay this way. I have not met one single climate activist who is fighting for the climate for money.
That idea is completely absurd. Furthermore I only travel with permission from my school and my parents pay for tickets and accommodations.
My family has written a book together about our family and how me and my sister Beata have influenced my parents way of thinking and seeing the world, especially when it comes to the climate. And about our diagnoses. That book was due to be released in May. But since there was a major disagreement with the book company, we ended up changing to a new publisher and so the book was released in august instead. Before the book was released my parents made it clear that their possible profits from the book ”Scener ur hjärtat” will be going to 8 different charities working with environment, children with diagnoses and animal rights.
And yes, I write my own speeches. But since I know that what I say is going to reach many, many people I often ask for input. I also have a few scientists that I frequently ask for help on how to express certain complicated matters. I want everything to be absolutely correct so that I don’t spread incorrect facts, or things that can be misunderstood.
Some people mock me for my diagnosis. But Asperger is not a disease, it’s a gift. People also say that since I have Asperger I couldn’t possibly have put myself in this position. But that’s exactly why I did this. Because if I would have been ”normal” and social I would have organized myself in an organisation, or started an organisation by myself. But since I am not that good at socializing I did this instead. I was so frustrated that nothing was being done about the climate crisis and I felt like I had to do something, anything. And sometimes NOT doing things - like just sitting down outside the parliament - speaks much louder than doing things. Just like a whisper sometimes is louder than shouting.
Also there is one complaint that I ”sound and write like an adult”. And to that I can only say; don’t you think that a 16-year old can speak for herself? There’s also some people who say that I oversimplify things. For example when I say that "the climate crisis is a black and white issue”, ”we need to stop the emissions of greenhouse gases” and ”I want you to panic”. But that I only say because it’s true. Yes, the climate crisis is the most complex issue that we have ever faced and it’s going to take everything from our part to ”stop it”. But the solution is black and white; we need to stop the emissions of greenhouse gases. Because either we limit the warming to 1,5 degrees C over pre industrial levels, or we don’t. Either we reach a tipping point where we start a chain reaction with events way beyond human control, or we don’t. Either we go on as a civilization, or we don’t. There are no gray areas when it comes to survival. And when I say that I want you to panic I mean that we need to treat the crisis as a crisis. When your house is on fire you don’t sit down and talk about how nice you can rebuild it once you put out the fire. If your house is on fire you run outside and make sure that everyone is out while you call the fire department. That requires some level of panic.
There is one other argument that I can’t do anything about. And that is the fact that I’m ”just a child and we shouldn’t be listening to children.” But that is easily fixed - just start to listen to the rock solid science instead. Because if everyone listened to the scientists and the facts that I constantly refer to - then no one would have to listen to me or any of the other hundreds of thousands of school children on strike for the climate across the world. Then we could all go back to school. I am just a messenger, and yet I get all this hate. I am not saying anything new, I am just
saying what scientists have repeatedly said for decades. And I agree with you, I’m too young to do this. We children shouldn’t have to do this. But since almost no one is doing anything, and our very future is at risk, we feel like we have to continue.
And if you have any other concern or doubt about me, then you can listen to my TED talk ( https://www.ted.com/.../greta_thunberg_the_disarming_.../up-next ), in which I talk about how my interest for the climate and environment began.
And thank you everyone for your kind support! It brings me hope. /Greta

Ps I was briefly a youth advisor for the board of the non profit foundation “We don’t have time”. It turns out they used my name as part of another branch of their organisation that is a start up business. They have admitted clearly that they did so without the knowledge of me or my family. I no longer have any connection to “We don’t have time”. Nor does anyone in my family. They have deeply apologised for what has happened and I have accepted their apology.  Greta Thunberg


ENVIRON 11.000 JEUNES MARCHENT À NOUVEAU SUR BRUXELLES POUR LE CLIMAT
LE VIF 

Environ 11.000 jeunes marchent ce jeudi matin dans les rues de Bruxelles pour le climat, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de keere. Ils sont partis peu avant 11h00 de la Gare du Nord et termineront leur marche à la Gare du Midi. Des multiples banderoles et pancartes décorent le cortège. Nombreuses sont celles qui dénotent une créativité certaine pour porter leurs messages. Dans les slogans sont entendus le désormais classique "On est plus chauds que le climat" et celui moins usité "This is what democracy looks like".
"DYNAMIQUE INCROYABLE"
"Les étudiants sont présents massivement et c'est assez incroyable de voir une dynamique pareille à Bruxelles", commente Bakou Mertens, initiateur de StudentsForClimate.
"On entend qu'une partie de la marche commence à arriver alors que nous, on vient seulement de dépasser Rogier. C'est impressionnant. Les étudiants sont là aujourd'hui pour dire qu'ils soutiennent les écoliers à 100% pour réclamer une politique climatique ambitieuse et sociale. Cette dynamique incroyable et historique va se poursuivre dans les semaines à venir."

La semaine dernière, période de battement entre les deux semestres universitaires, seuls 5.000 manifestants avaient été dénombrés à Bruxelles. Le record est de 35.000, atteint le 24 janvier dernier.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
GENERATION CLIMAT? 

11000 c'est vraiment très peu, il faut oser le dire.
Ces marcheurs annoncent-ils une sorte de mai 68 du Climat? Peut-on déjà parler d'une "génération climat"? C'est un peu tôt pour l'affirmer. Certes Greta Tunberg est brillante et Anuna De Wever ne manque pas de panache. En va-t-il de même pour ces milliers de braillards qui se défoulent les jeudis après midis en brossant/séchant tantôt un labo de chimie, un cours de math ou de physique? C'est de scientifiques que nous aurons besoin demain si nous voulons vraiment relever le défi du climat. 
Certes le texte de Greta est solidement argumenté et bien charpenté. Si j'enseignais l'anglais come autrefois je le décortiquerais en classe. Il interpelle tant sur le fond que sur la forme. Il est écrit dans un anglais simple, neutre et efficace, celui précisément qu'on aimerait que maîtrisent nos élèves de rhéto. Si vous avez du mal à le lire c'est que vous avez de solides lacunes en anglais la lingua franca de l'Europe.
Si les élèves  suédois sont capables d'une telle maîtrise, pourquoi pas les élèves francophones. mais ce n'est pas le sujet.
La vrai question c'est exit ou non de la "génération bof".
On y reviendra plus loin.
MG


"YOUTH FOR CLIMATE" INTERPELLE LES PARLEMENTAIRES WALLONS: "NOUS NE VOUS LÂCHERONS PAS" MAIS ENCORE... 

L'agitation était palpable, lundi soir, au Parlement de Wallonie où étaient attendues Anuna De Wever et Adelaïde Charlier, deux figures de proue du mouvement "Youth for Climate" qui, chaque jeudi, parvient à faire descendre dans la rue, aux 4 coins du pays, des milliers de jeunes pour défendre le climat. "Nous ne vous lâcherons pas! ", a d'emblée lancé Adélaïde Charlier aux parlementaires régionaux venus en nombre pour les écouter.
"Ou nous mettons de côté ce que nous voyons pour continuer à dormir sur nos deux oreilles; où nous faisons face. Les jeunes font face mais la démocratie est telle que c'est vous qui décidez de notre futur. On vous dit donc qu'on ne vous lâchera pas tant qu'on ne sera pas sur une trajectoire zéro carbone", a averti la jeune namuroise.
"Pourquoi un trajet entre Erpent et Namur est-il deux fois plus cher en bus qu'en voiture? Et pourquoi le train coûte-t-il davantage que l'avion? Vous devez donner aux jeunes la possibilité d'être cohérents et ne pas les laisser seuls face à l'enjeu climatique", a-t-elle poursuivi. "Cette question doit devenir votre priorité car les autres combats n'ont aucun sens si ce combat-là est perdu. C'est pourquoi nous vous demandons de prendre des mesures fermes" pour atteindre des objectifs climatiques ambitieux, a ajouté Adélaïde Charlier selon qui "trop de temps a déjà été perdu".
"Vous nous direz que ces mesures coûtent cher, qu'elles vont à l'encontre de l'économie. Mais le prix de l'inaction est encore plus élevé et sera avant tout payé par les plus démunis", a encore souligné la représentante de "Youth for Climate". "Il n'y a pas à opposer justice sociale et justice environnementale. On n'a pas deux coeurs: l'un pour l'économie et l'autre pour le climat. On a un coeur ou l'on n'en a pas", a-t-elle conclu, paraphrasant Lamartine.
"POURQUOI ÉTUDIER LES SCIENCES SI ON N'ÉCOUTE PAS LES SCIENTIFIQUES?"
"Pourquoi étudier si l'on n'a pas d'avenir? Pourquoi étudier les sciences si on n'écoute pas les scientifiques? ", a de son côté renchéri Anuna De Wever. "Nous allons continuer à demander aux jeunes de manifester pour que le climat devienne une priorité. Et nous appelons le monde politique à collaborer de manière constructive sur cette question car le climat n'a pas d'idéologie, pas de couleur politique", a-t-elle ajouté sous le regard bienveillant du ministre wallon en charge du Climat, Jean-Luc Crucke, et des parlementaires régionaux qui, tous, ont salué l'action des jeunes militantes, leur engagement, leur sérieux et le "vent de fraicheur" qu'elles font souffler. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
Ce Jean-Luc Crucke qui applaudit en souriant benoitement n'a pas l'air de comprendre que ce mouvement vise précisément à pointer du doigt des profils politiques tel que le sien qui gèrent les dossiers à la petite semaine, de législature en réélection.  " Ne boudons pas la mobilisation d’une jeunesse qui a son mot à dire a fortiori lorsqu’il s’agit de l’avenir de la vie sur la planète. Elle a raison de demander des comptes aux aînés et d’indiquer aux gouvernants qu’elle veut plus et mieux." ? "Aujourd’hui, on peut attendre de la nouvelle génération qu’elle nous aide à construire une économie plus respectueuse des humains et de la Terre mais aussi qu’elle participe aux avancées technologiques qui nous permettront de vivre mieux en polluant moins."
Voyons cela de plus près...
MG


LA NOUVELLE GÉNÉRATION VA NOUS AIDER À CONSTRUIRE UNE ÉCONOMIE PLUS RESPECTUEUSE DES HUMAINS ET DE LA PLANÈTE 

Une opinion d'Etienne-J. Noël, économiste. in La Libre Belgique
Mieux vaut allumer une chandelle que maudire l’obscurité" (Lao Tseu). Les récentes manifestations pro-climat du jeudi nous rappellent notre propre jeunesse des années 1970, où certains d’entre nous s’enflammaient pour des causes justes ou plus hasardeuses. On se rassemblait, on débattait, on défilait dans les rues, les uns incités par des mouvements trotskistes ou maoïstes, d’autres par les jeunesses atlantistes, d’autres encore par la simple envie de s’exprimer, inspirés par le vécu de nos aînés en 1968.
EXIT LA "BOF GÉNÉRATION"
Si on a pu regretter la "bof génération", ne boudons pas la mobilisation d’une jeunesse qui a son mot à dire a fortiori lorsqu’il s’agit de l’avenir de la vie sur la planète. Elle a raison de demander des comptes aux aînés et d’indiquer aux gouvernants qu’elle veut plus et mieux. Sympathiques aussi ces témoignages de ceux qui ont compris qu’il fallait montrer l’exemple d’"en bas" non seulement dans son comportement, ses habitudes quotidiennes mais aussi via des initiatives concrètes qui dépassent les cas individuels. Simplement marcher ensemble dans les rues de la ville, aurait été en effet un peu court. L’inquiétude, l’incompréhension, la révolte n’exonèrent pas du devoir de participer à la construction du futur. On parle beaucoup de rupture à ce propos, des décisions régressives, de rejet du mode de vie actuel, de remise en question des fondements même de la société. C’est un vrai débat. Peut-être même le vrai débat.
RUPTURE OU ÉVOLUTION ?
Que l’on parle de croissance démographique, de santé ou autre, notre société a toujours su trouver en elle et par elle les solutions aux problèmes rencontrés. Nous ne serions plus là pour en débattre sinon. Un exemple, la croissance phénoménale de la population humaine a fort heureusement été accompagnée par une progression remarquable de la productivité agricole. Si tel n’avait pas été le cas, nous mourrions tous de faim, comme l’indiquaient les prophéties nihilistes d’il y a 40 ans. Le débat n’est-il pas tant de produire mieux notre alimentation que de produire moins ? Aujourd’hui, on peut attendre de la nouvelle génération qu’elle nous aide à construire une économie plus respectueuse des humains et de la Terre mais aussi qu’elle participe aux avancées technologiques qui nous permettront de vivre mieux en polluant moins. Nous y travaillons et son aide, lorsqu’elle arrivera peu à peu dans la vie professionnelle, sera bienvenue.
LES EXEMPLES SONT LÉGION
Les moteurs d’avions construits en 2019 seront moins pollueurs que la vieille génération des coucous qui sillonnent le ciel parfois depuis 50 ans (le Boeing 747 a pris son premier envol en 1969). Les batteries de nos véhicules électriques ou hybrides ne sont pas encore optimales. Le coût énergétique de la fabrication des panneaux solaires est encore trop élevé alors que leur rendement est susceptible d’être amélioré. La performance énergétique de nos outils de production est perfectible. La base même de notre relation client/fournisseur est elle-même améliorable ; économie circulaire, circuits courts, saisonnalité des produits alimentaires et de leur consommation, transports, commerces de proximité, etc. L’intelligence artificielle saura être un support extraordinaire à l’organisation plus efficiente de notre créativité comme de notre vie en communauté. Enfin, restent tant de découvertes à faire. Tous ces progrès sont à venir grâce à des femmes et des hommes qui y mettront leur personnalité, leur intelligence, leur travail. C’est un beau défi pour la nouvelle génération.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
UN FAMEUX DÉFI,  EN EFFET 

Un défi qu'on ne saurait relever qu'avec plus d'école, plus d'enseignement des science et surtout un meilleur enseignement et pas ce projet qui se veut d'excellence mais ne vise en réalité que de raboter les coûts de l'enseignements en réduisant notamment les redoublements. Encore une fois l'exemple vient du Nord, non pas de Suède avec Greta mais de Finlande, un petit pays guère plus peuplé que Wallobrux qui a décidé de faire de l'enseignement la priorité des priorités. Di Rupo, grand stratège, avait annoncé une législature enseignement pendant la campagne de 2014 et que fit il? Il confia la tâche  à Joëlle Milquet qui s'empressa de faire du Milquet autrement dit du grand n'importe quoi. Et la fragile Marie Martine Shyns d'hériter de la patate chaude. C'est contre cette gabegie que les élèves de Wallobrux devraient s'insurger au premier chef bien plus encore que contre le climat.
MG 


INTERDICTION DE L'AVION, COUVRE-FEU THERMIQUE… LE SCÉNARIO NOIR POUR VRAIMENT LIMITER LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE
Par Louis Nadau (Marianne)

Une étude du bureau d'étude B&L liste les mesures qu'il faudrait prendre sous 10 ans si nous voulions vraiment éviter que le réchauffement climatique ne dépasse le seuil critique des 1,5°C dans le monde. Attachez vos ceintures, ça secoue !
Si l'on ne découvre pas qu'il y a loin de la coupe aux lèvres en matière de lutte contre le réchauffement climatique, l'ampleur des efforts qu'il faudrait consentir pour limiter rapidement la catastrophe nous échappe bien souvent. En décembre 2018, le bureau d'étude B&L a donc produit une étude détaillant les mesures à mettre en œuvre pour éviter que la température moyenne sur Terre n'augmente de plus d'1,5°C en 2030. Et autant dire que les changements préconisés sont radicaux… Parmi d'autres : "Interdiction immédiate de vendre des véhicules neufs pour un usage particulier", "mise en place d'un couvre-feu thermique entre 22h et 6 h", "interdiction de la construction de nouvelle maison individuelle" ou encore, "interdiction de tout vol hors Europe non justifié dès 2020, avec deux vols aller-retour autorisés par jeune de 18 à 30".
LIMITER LA CASSE
Bien conscients de la portée hautement hypothétique de leurs propositions, les auteurs du document les déclinent comme "un scénario idéal, mais peu réaliste". "Il ne s’agit ni de proposer un programme réaliste économiquement, ni de proposer un programme souhaitable socialement, ni de proposer un programme jugé acceptable politiquement. Notre objectif est d’aider à comprendre l’ampleur des efforts à réaliser afin que chacun puisse juger de leur faisabilité ou de leur réalisme dans le contexte actuel", mettent-ils en garde en introduction.
Dans l'hypothèse d'une démographie qui ne fasse l'objet d'aucune régulation significative, et en excluant l'hypothèse d'un changement brutal dû à un événement historique ou scientifique, les auteurs estiment que les Français devraient réduire leur empreinte carbone au tiers de ce qu'elle est aujourd'hui pour suivre la trajectoire dessinée en octobre dernier par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Le rapport du GIEC affirmait qu'il était encore possible de limiter le réchauffement de la Terre par les gaz à effet de serre à 1,5°C en agissant dans les dix années à venir. Raréfaction de l'eau, crises alimentaires, propagation des maladies, disparition d'espèces : ces maux frapperont le monde de toute manière. Il ne s'agit là que de limiter la casse. Pour l'heure, nous nous dirigeons selon le GIEC vers une augmentation de 3°C de la température moyenne sur Terre.
FIN DU MODÈLE LIBÉRAL MONDIALISÉ
Le modèle ébauché par B&L pour éviter l'étuve et endiguer la catastrophe demanderait donc un grand chambardement, avec des privations et des obligations strictes. L'économie libérale mondialisée en prendrait ainsi un sérieux coup. Il s'agirait, par exemple, d'instaurer des quotas sur les produits importés (café, chocolat, thé), de diviser par trois la consommation de flux vidéo sur Internet d'ici à 2030, ou de "relocaliser la production" de l'industrie textile. L'agriculture et l'élevage intensifs connaîtraient eux aussi une refonte totale, avec une réduction de la consommation de viande de 90 kg à 25 kg par personne et par an, multiplication par huit du taux de conversion de parcelle à l'agriculture biologique, ou encore le remplacement des places de parking par des potagers.
Lucide, B&L conclut que "faire accepter à la population un ensemble de mesures complet aussi ambitieux est improbable", et qu'"obtenir un portage politique national semble impensable". Ne serait-ce qu'en matière d'emploi, pareille conversion semble hors de portée. "Cela nécessite la création de 1 à 2 millions d’emplois en 5 ans, souvent localisés, soit près de 5% à 10% de la population qui doit se former, changer d’emploi et éventuellement déménager", explique le bureau d'étude. Une gageure.
"Cette grande transition, ce changement de paradigme ne se fera pas sans difficultés, sans conséquences sur nos modes de vies, se heurtera à nos barrières cognitives et entraînera certainement des rejets massifs", prévoient les auteurs. Ils préviennent cependant: "Malgré tout, ne rien faire serait pire."


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CLIMATOMANIA 

Les changements préconisés ici sont radicaux: "Interdiction immédiate de vendre des véhicules neufs pour un usage particulier", "mise en place d'un couvre-feu thermique entre 22h et 6 h", "interdiction de la construction de nouvelle maison individuelle" ou encore, "interdiction de tout vol hors Europe non justifié dès 2020, avec deux vols aller-retour autorisés par jeune de 18 à 30".
"faire accepter à la population un ensemble de mesures complet aussi ambitieux est improbable", et qu'"obtenir un portage politique national semble impensable"."Malgré tout, ne rien faire serait pire."
A bon entendeur salut! Qui est prêt à avaler cela et à s'y conformer? Certainement pas notre système économique obnubilé par la croissance comme seule planche de salut.
C'est  fort sympathique de se mobiliser pour le climat et d'applaudir les marcheurs/brosseurs qui s'inquiètent à juste titre pour leur/notre avenir. Autre chose est de changer radicalement son comportement et son profil de consommateur de viande, de voyages, de chauffage etc. Pas sûr du tout que tous ces joyeux marcheurs et toutes  les bonnes âmes  qui les applaudissent soient disposés à se remettre radicalement en question.
Il le faudra bien pourtant.
MG


Aucun commentaire: