mardi 26 février 2019

Pourquoi Bruxelles est de plus en plus attractive pour les entrepreneurs


Les entrepreneurs bruxellois sont de moins en moins nombreux à envisager de quitter la capitale, selon le dernier baromètre politique bisannuel de Beci, la chambre du commerce régionale, publié ce vendredi.
À la question de la délocalisation, ils répondent ainsi "non" à plus de 60 % - score le plus élevé depuis 2013. Et s'ils devaient quitter la ville, ce serait de toute manière pour rester en Belgique.
Concernant la situation politique, la confiance des entrepreneurs s'effondre vis-à-vis du gouvernement fédéral, passant de 38 à 25% de "confiants ou très confiants". La chute de la coalition suédoise semble être passée par là, en déduit Beci.
La mobilité reste largement en tête de leurs priorités, devant la simplification administrative et la baisse de la fiscalité. Incluse pour la première fois dans les thèmes proposés aux sondés, la transformation digitale pointe d'emblée à la 5e place, avec 18,5% des réponses, ce qui témoigne certainement d'une réelle préoccupation, analyse la chambre du commerce.
Beci relève également que l'idée d'une taxe kilométrique intelligente fait peu à peu son chemin. Entre juillet 2017 et janvier 2019, le camp des "intéressés" est ainsi passé de 38 à 48%. Dans le même temps, une telle proposition n'est plus jugée "inacceptable" que par 37% de l'audience, contre 47% il y a dix-huit mois.
Enfin, l'étranger n'a plus la cote pour les entrepreneurs qui envisageraient de quitter Bruxelles: 12,8% seulement y songent, un score historiquement faible, selon l'organisation. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ESPRIT CRITIQUE 

Ne dit-on pas que le discernement est la qualité essentielle qu'il convient d'éduquer à l'école chez nos future citoyens. Si j'étais instituteur ou prof d'actualité je soumettrais ces deux articles à mes élèves sans le moindre commentaire à charge pour eux de me donner leur avis critique.
A vous de tirer chers lecteurs vos propres conclusions.
MG

LE SIÈGE CENTRAL DE DELHAIZE QUITTE MOLENBEEK : CATHERINE MOUREAUX RÉAGIT 

J. LGG.  La Libre Belgique

Le siège central de Delhaize est implanté à Molenbeek-Saint-Jean depuis 1883. Le distributeur a cependant annoncé ce lundi qu'il comptait le déménager vers Zellik à l’horizon de 2020.

"Je regrette infiniment le départ de Delhaize, un monument industriel et historique de Molenbeek", a réagi Catherine Moureaux, la bourgmestre de la commune bruxelloise. L'élue affirme cependant "comprendre les raisons de rationalisation d’organisation qui motivent ce déménagement".
Qu'adviendra-t-il du site de 37.000 m² ? Catherine Moureaux l'ignore encore mais elle affirme son souhait de "voir maintenue dans la commune une mixité de fonctions, entre le logement et l’économie, portée par le petit commerce et les grandes entreprises".
"Une information très inquiétante"
D'après Gaëtan Van Goidsenhoven, "c'est une information très inquiétante". Le député MR a ajouté qu'après la déclaration d'intention de Léonidas de quitter également la Région bruxelloise, "cette nouvelle est plus que préoccupante. C'est un signal d'alarme ! Ce déménagement aura des incidences néfastes non seulement sur l'économie de notre Région mais aussi sur l'emploi".
Le député libéral a annoncé par voie de communiqué qu'il posera ce vendredi une question d’actualité au gouvernement bruxellois "afin d'en savoir plus et surtout afin de comprendre ce que compte faire le gouvernement pour endiguer ces départs d'activités économiques importantes dans notre Région". Pour le député libéral, "c'est un ensemble de facteurs qui pousse les entreprises à quitter Bruxelles : mobilité paralysée, fiscalité impossible et lourdeurs administratives, entre autres".

Aucun commentaire: