mardi 26 mars 2019

Xi Jinping a commencé sa tournée européenne vendredi à Rome.


"La Chine a une emprise sur plusieurs pays européens"
Par Franck Dedieu (Marianne)

Emmanuel Macron accueille son homologue chinois Xi Jinping. Vont se joindre la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission Jean-Claude Juncker, histoire de montrer une Europe unie et décidée. Décryptage d’Antoine Brunet, économiste.
MARIANNE : AU FOND, QU’ESPÈRENT LES EUROPÉENS FACE À LA CHINE ?
Antoine Brunet* : Emmanuel Macron est sans doute le chef d’Etat européen le plus lucide et le plus résolu sur les visées économiques chinoises. Il a besoin de donner l’image d’un continent aligné sur des positions communes, capable de faire bloc. En vérité, cette union s’avère difficile car la Chine a désormais pris une emprise sur plusieurs pays européens. Par exemple, Pékin, déjà actionnaire principal de la Compagnie d’électricité portugaise avec 23,3% de son capital, cherche désormais à prendre la majorité du capital quand le gouvernement portugais déclare par ailleurs qu’il entend s’opposer à un dispositif européen qui limiterait les prises de contrôle par la Chine. Quant au gouvernement italien, il semble vouloir négocier unilatéralement avec Pékin au sujet du port de Trieste, sans doute contre des concessions quant à l’énorme dette qu’il doit à la Chine.
Le couple franco-allemand aura sans doute bien du mal à réunir la majorité qualifiée de l'UE pour réformer le code de la concurrence, au nom duquel la Commission a refusé la fusion entre Siemens et Alstom. Une fusion qui aurait pourtant permis à l’Europe de survivre face au géant chinois du rail CRRC. Au fond, Macron tente de résister mais il est un peu seul et j’ai peur que les Européens aient pris beaucoup de retard.
"Trump devrait s’associer aux Européens pour faire contrepoids à Pékin au lieu de les malmener"
LES EUROPÉENS EN RETARD ? EST-CE À DIRE QUE NOUS ENTRONS DANS L’ÈRE DU G2 : ETATS-UNIS-CHINE ?
A.B : Du G2 ? Le risque désormais, c’est le G1 : la Chine seule. Cette idée de co-dépendance entre Amérique et Empire du Milieu qui prévalait dans les années 2000 a été démentie par la crise de 2008. La Chine a alors momentanément évoqué la menace de vendre son portefeuille de bons du Trésor américains. Cela a alors obligé la banque centrale américaine à se porter elle-même acheteuse de ces bons pour contrecarrer la menace. Depuis lors, la Chine n’achète plus de bons et a même réduit son portefeuille. Quant au déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine, il a continué à se creuser en dépit des droits de douane de 10% exercés sur la moitié des importations américaines de produits « made in China ». Il est vrai que face aux airs martiaux que se donne Donald Trump, la Chine s’est permise de dévaluer de 10% le yuan contre le dollar, si bien que le déficit commercial américain avec la Chine continue de se creuser. En fait, Trump devrait s’associer aux Européens pour faire contrepoids à Pékin au lieu de les malmener (avec des menaces de droits de douanes par exemple).
EN QUOI LA ROUTE DE LA SOIE PAR LA CHINE CONSTITUE-T-ELLE UN DANGER ?
Un coup d’œil historique suffit à répondre. La Chine ambitionne de se constituer un réseau mondial de ports dans le monde, à l’instar de ce qu’avait réalisé l’Empire britannique du XIXe siècle. Un collier de ports commerciaux contrôlés par la Chine émerge déjà : au Cambodge, en Birmanie, au Bangladesh, au Sri Lanka, au Pakistan, à Djibouti, au Pirée… Mais elle le fait par la voie financière. Souvent selon une tactique éprouvée : elle démarche un pays en difficulté, en lui proposant qu’une grande entreprise chinoise lui construise des grandes infrastructures pendant qu’une grande banque chinoise lui consent le financement correspondant. Lorsque le pays, devenu surendetté, ne peut plus faire face, la Chine vient lui proposer de lui alléger sa dette en lui rachetant (souvent bon marché d’ailleurs) cette infrastructure. Cela permet à Pékin de se constituer des enclaves dans de nombreux pays. Ce fut le cas au Sri Lanka et en Grèce. Sans compter qu’un port commercial peut se transformer carrément en base militaire, à l’image de ce que la Chine a fait récemment à Djibouti. A Paris, il y aura vraiment matière à discussion avec les interlocuteurs chinois…


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
SUITE RESEVEE AUX ABONNES

Tant pis pour la suite. A chacun d'entre nous de l'imaginer par devers soi. Sans doute n'est il pas inutile, pour mieux comprendre ce pays en pleine métamorphose de relire le livre d'Alain Peyrefitte...
"QUAND LA CHINE S'EVEILLERA… LE MONDE TREMBLERA"
Le titre de l'ouvrage d'Alain Peyrefitte vient d'une phrase prophétique attribuée à Napoléon Ier: « Laissez donc la Chine dormir, car lorsque la Chine s'éveillera le monde entier tremblera ». Selon l'historien Jean Tulard, cette citation apocryphe aurait été inventée pour le film Les 55 Jours de Pékin sorti en 1963. Pour d'autres, il aurait prononcé cette phrase en 1816 à Sainte-Hélène après avoir lu La Relation du voyage en Chine et en Tartarie de Lord Macartney, premier ambassadeur du roi d'Angleterre en Chine à l'époque15.
"Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera" est un essai d'Alain Peyrefitte paru en 1973 chez Fayard. Il s'est vendu à plus de 885 000 exemplaires en comptant uniquement l'édition française2. Il a été republié en deux tomes en livre de poche, sous-titrés respectivement Regards sur la voie chinoise et La Médaille et son revers.
Alain Peyrefitte, écrivain et homme politique français, effectue en 1971, il ya près de cinquante ans  une visite en Chine à la tête d'une délégation parlementaire, alors qu'il est président de la Commission des Affaires culturelles et sociales de l'Assemblée nationale. Il réalise à cette occasion un rapport d'enquête sur l'état de la Chine alors au milieu de la Révolution culturelle.
Sa thèse principale est que compte tenu de la taille et la croissance de la population chinoise, elle finira inexorablement par s'imposer au reste du monde dès qu'elle maîtrisera une technologie suffisante. Il explique aussi que « La Chine d'aujourd'hui ne prend son sens que si on la met en perspective avec la Chine d'hier ».
En 1996, Peyrefitte publie, comme un écho à cet ouvrage, une suite en forme de constat : La Chine s'est éveillée. Il garde cependant une distance avec la Chine quotidienne, mais reste fasciné par « l'extraordinaire concentration du pouvoir qui sévit en Chine ».
Pour l'universitaire François Joyaux, l'ouvrage d'Alain Peyrefitte sur les potentialités de la Chine s'impose par sa profondeur. René Etiemble qualifie l’ouvrage de « bilan intelligent et alerte », mais conseille pour comprendre les luttes politiques de l'époque de la Révolution culturelle, de lire Les Habits neufs du président Mao de Simon Leys. (wikipédia)

Aucun commentaire: