vendredi 3 mai 2019

Pieter De Crem veut une enquête interne sur le traitement des événements à Schaerbeek


BELGA  La Libre Belgique
"Une enquête interne doit être menée sur la manière dont ont été traités les événements qui ont secoué cette semaine une école de Schaerbeek", a affirmé le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, à VTM Nieuws.
Lundi matin, environ 200 personnes s'étaient rassemblées devant l'école communale n°1 de Schaerbeek pour bruyamment réclamer justice face à des soupçons de pédophilie au sein de l'établissement après que la mère d'une fillette de 4 ans, eut constaté, la semaine précédente, que cette dernière présentait des saignements.
La thèse du viol a finalement été écartée par la justice, le parquet affirmant qu'"aucun fait de moeurs et aucune autre violence n'a été commis". Selon les examens médicaux, la fillette a été victime d'une infection qui provoque des saignements.
Après la déclaration du parquet, des heurts ont éclaté devant l'école et la police a été appelée pour disperser la foule.
"Il est inacceptable que l'on s'en prenne aux forces de l'ordre et aux secours", a affirmé jeudi Pieter De Crem. "Dans tous les cas, une enquête interne devra être menée pour comprendre comment, administrativement, ces événements n'ont pas pu être anticipés", a-t-il ajouté.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA CITÉ DES ÉCOLES SOUS LE FEU DES PROJECTEURS.

Et voici que cette bonne commune de Schaerbeek est à nouveau sous les feu des projecteurs plus de vingt ans après le départ de Nols et sa clique.  L'intox (fake news) a généré une info: le pourrissement du climat politique par les déchainements  déclenchés par un buzz "habilement" lancé sur les réseaux sociaux par deux  conseillers avides de notoriété via FB. Bernard Clerfayt a réagi avec énergie. Sa saine colère face aux prêcheurs de haine et fauteurs de troubles est totalement justifiée.  Dommage qu'il ait omis de réitérer sa confiance à son équipe enseignante.   Les enseignants du réseau communal se sont souvent mis en grève pour moins que cela. Dommage qu'ils ne manifestent pas leur solidarité à l'égard de l'équipe enseignante de l'école 1.
La Libre Belgique fait son édito sur l'afaire et De Crem qui a du nez exige une enquête interne. Comment lui donner tort?
MG

Aucun commentaire: