mercredi 5 juin 2019

Malgré des votes opposés, Flamands et Wallons ont des opinions assez proches


Le Vif 

Malgré des votes très différents au Nord et au Sud du pays, Flamands et Wallons ont des opinions politiques assez proches, d'après une étude du consortium de politologues RepResent.

Les experts de l'Université d'Anvers, de la KULeuven, la VUB, l'UCLouvain et l'ULB ont commencé par classer les partis sur un double axe gauche-droite: l'axe socio-économique classique et l'axe socio-culturel qui reprend des thèmes tels que la migration, la criminalité, l'environnement, l'émancipation. Les partis politiques ont été positionnés sur ces axes en fonction des réponses fournies pour le test électoral proposé par plusieurs médias pendant la campagne.
Pour analyser les opinions réelles des Belges, au-delà du choix d'un parti, les chercheurs ont soumis une série de propositions tirées du test électoral à un échantillon d'électeurs flamands (3.405 personnes sondées) et wallons (3.103) durant la période préélectorale (Bruxelles n'a pas été étudiée).
On remarque que, "en ce qui concerne les opinions politiques de ces deux électorats, les écarts sont nettement moins importants" que ce que le résultat des urnes a laissé entrevoir, "même si les Wallons se placent un peu plus à gauche que les Flamands".
Sur une échelle de 0 (gauche) à 10 (droite), les Wallons se situent à 4,97 et les Flamands, à 5,56. L'écart est bien différent du gouffre séparant les résultats des urnes au Nord et au Sud.
Par exemple, quant à savoir "s'il faut instaurer une pension de retraite de 1.500 euros minimum par mois", tant les Flamands que les Wallons adoptent un positionnement très à gauche (en l'occurrence, favorable à la proposition). Constat similaire sur le maintien de l'indexation automatique des salaires.
Là où une différence nette apparaît, c'est sur la question migratoire. Flamands et Wallons s'entendent sur les grands enjeux - "les deux électorats se situent clairement à droite". Mais ils se distinguent sur les mesures concrètes à mettre en oeuvre pour gérer les flux migratoires. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
INFO OU INTOX? 

On finira par nous faire croire que Belang et PTB sont les deux faces d'une même médaille. On peut évidemment s'interroger d'entrée de jeu sur la méthode: "Pour analyser les opinions "réelles" des Belges, au-delà du choix d'un parti, les chercheurs ont soumis une série de propositions tirées du test électoral à un échantillon d'électeurs flamands (3.405 personnes sondées) et wallons (3.103) durant la période préélectorale (Bruxelles n'a pas été étudiée)".
Mais il convient également de se demander qui a intérêt à adhérer à de telles conclusions. Les partis francophones bien sûr qui redoutent comme la peste la scission de la sécu qui rendraient la Wallonie et Bruxelles exsangues.  Alors info et intox?
Fait remarquable, relevé par de Standaard: "ni les Flamands ni les Wallons ne sont pas obsédés par  la réforme de l'État. Dans les deux parties du pays, le thème n'était que la neuvième préoccupation numéro neuf, juste au-dessus  de la Défense. Ce n'était donc pas du tout un thème  de campagne, ni pendant les mois précédant cette campagne . Mais cela peut changer maintenant que l'on y prête plus d'attention ", dit Walgrave. "Maintenant que la N-VA a mis le confédéralisme sur la table et qu'il fait l'objet de commentaires dans les médias, le thème peut une fois de plus s'inscrire dans la hiérarchie."

Clairement il convient d'éveiller l'esprit critique des citoyens dès le plus jeune âge et ça cela plaide en faveur de la suppression des cours religieux dans l'enseignement officiel et dans l'enseignement libre pour les remplacer par un cours de citoyenneté et de pensée critique.
Mais que ceci ne nous dispense pas  de suivre les péripéties des négociations difficiles en vue de la formation de quatre majorités (communauté flamande, région wallonne, région bruxelloise et Communauté française).
Les deux informateurs-explorateurs-démineurs ont choisi de travailler dans la plus grande discrétion. On ne saurait leur donner tort.
MG 

 
Vooral migratie bepaalde stem van Vlamingen
Jan-Frederik Abbeloos De Standaard

MEER DAN MILIEU OF BELASTINGEN WAS MIGRATIE HET BELANGRIJKSTE VERKIEZINGSTHEMA ONDER VLAMINGEN.
De Vlaming vond, net voor de verkiezingen, migratie het belangrijkste beleidsthema om zijn stemkeuze te bepalen. Dat blijkt uit het onderzoek van RepResent, een consortium van politicologen van de KULeuven, VUB, UCL, ULB en UA, gecoördineerd door Stefaan Walgrave van de UA. De Standaardkon het inkijken. ...

Aucun commentaire: