samedi 29 juin 2019

Transport aérien: le grand voyageur est-il l’ennemi durable du climat?


TRIBUNE Figaro - Né en Suède sur les réseaux sociaux, le Flygskam -«la honte de prendre l’avion»- pousse progressivement des dizaines de milliers de voyageurs à arrêter de voler pour ne pas polluer. Feu de paille ou vraie tendance, s’interroge Gilles Delafon, président du cabinet de communication Lord Jim Consulting.
Un avenir en bleu azur semble promis au secteur de l’aérien. Le trafic mondial doit doubler d’ici à 2037 pour atteindre 8.2 milliards de voyageurs. Il faudra 30.000 à 40.000 appareils supplémentaires pour les transporter. De quoi réjouir tout l’écosystème industriel. Mais à la veille du 11 septembre 2001 aussi le secteur se voyait tracer de belles lignes blanches dans le ciel. On connaît la suite. Cinq années de purgatoire pour retrouver la profitabilité.
D’ailleurs, qui aurait pu prévoir il y a quelques mois qu’une flotte entière de jets dernier cri se retrouveraient clouée au sol après deux crashs meurtriers, que des enquêtes pour corruption imposeraient une révision générale des méthodes commerciales chez un avionneur, que des hackers commenceraient à s’attaquer à des transporteurs et qu’un mouvement inédit enjoindrait aux voyageurs de bonne volonté de ne plus prendre l’avion pour sauver la planète?


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
SUS EU KÉROSÈNE 

Doucement mais sûrement on y vient: dénoncer enfin un facteur polluant majeur: l'avion. "Le trafic mondial doit doubler d’ici à 2037 pour atteindre 8.2 milliards de voyageurs. Il faudra 30.000 à 40.000 appareils supplémentaires pour les transporter. De quoi réjouir tout l’écosystème industriel."
Et on nous culpabilise avec notre diesel polluant et notre bifteck anti environnement!
D'accord pour manger des légumes et rouler à l'électricité (est ce vraiment moins polluant) mais sus aux vols low cost forcément moins "sécures"  et tellement polluants.
Faudrait pas prendre les enfants du bon dieu pour des  canards sauvages.
MG


Aucun commentaire: