samedi 20 juillet 2019

Le message post-électoral du Roi: «Il faut relever les défis sans tarder»


Le Roi Philippe a pris la parole à l’occasion de la Fête nationale, soulignant la nécessité d’une « intense coopération à tous les niveaux de pouvoir. »
Reuters

Le Roi Philippe s’est adressé ce samedi 20 juillet aux Belges à l’occasion de la Fête nationale. Impossible pour le souverain de faire l’impasse sur les élections du 26 mai et les tractations politiques toujours en cours à différents niveaux de pouvoir, dont le fédéral.
« Il y a deux mois, vous avez accordé votre confiance à des hommes et des femmes dont vous attendez qu’ils apportent des réponses à vos préoccupations », commence le souverain belge. « Votre voix s’est exprimée de façon diverse (…) Il s’agit maintenant de faire la synthèse et de s’accorder sur des solutions. »
Alors que les négociations fédérales et régionales (à l’exception de celles à Bruxelles) sont toujours en cours, le Roi dit se « rendre compte des contraintes dans lesquelles nos dirigeants politiques doivent travailler ». « Mais les défis sont tels qu’il faut les relever sans tarder, avec courage et détermination. Et ils sont à ce point liés entre eux qu’ils nécessitent une intense coopération à tous les niveaux. »
Pour l’historien Vincent Dujardin, ce discours est le plus politique du Roi depuis sa prestation de serment. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
POLITIQUE MAIS CONVENU 

Qui a écrit cela. Le premier ministre Michel? les deux informateurs? ou la plume royale, à savoir son chef de cabinet?
Le roi lui-même?
L'exercice est raide et sans créativité.
A qui ce discours s'adresse-t-il? Aux Belges? Ils sont partis en vacances. Aux présidents de partis? L'un d'eux a-t-il tenu le porte-plume royal, je veux parler de Charles Michel qui a déjà un pied à l'Europe tandis qu'il traine sa vieille casquette de premier ministre sans vrai majorité depuis le départ de la NVA.
Pourquoi ne pas y avoir associé la jeune Elisabeth?
Dommage, cela aurait  donné une note d'espoir et de fraicheur à cette raideur toute protocolaire. Une grande occasion manquée.
Dommage. Je lance l'idée, en toute candeur.
MG


LE ROI PHILIPPE PLAIDE EN FAVEUR D'UN "DIALOGUE OUVERT ET VRAI"
Le Vif
Le roi Philippe est conscient des "contraintes" dans lesquelles les dirigeants politiques doivent travailler mais "les défis sont tels qu'il faut les relever sans tarder, avec courage et détermination", a-t-il déclaré samedi dans son discours à l'occasion de la Fête nationale. Ces défis sont de surcroît "à ce point liés entre eux qu'ils nécessitent une intense coopération à tous les niveaux", a poursuivi le Roi, plaidant pour un "dialogue ouvert et vrai" pour aboutir.
Le roi Philippe lors de son allocution du 20 juillet 2019
D'après le souverain, "la voix des citoyens s'est exprimée de façon diverse" lors des élections le 26 mai dernier mais elle demande "une attention particulière pour les mêmes sujets: l'emploi, le climat, la précarité, la migration". Alors que les négociations fédérales et régionales (à l'exception de celles à Bruxelles) sont toujours en cours, le Roi appelle à trouver des solutions "sans tarder" pour faire face aux nombreux défis. La coopération et un dialogue "ouvert et vrai" seront indispensables pour y parvenir, estime-t-il.
"Dialoguer dans l'ouverture, c'est vouloir comprendre l'autre dans ses convictions et ses choix, même si on ne les partage pas. C'est faire sentir à l'autre qu'il est indispensable à la recherche de solutions, sans exclusive. C'est éviter le mensonge et le mot qui blesse", développe le souverain. Un dialogue vrai implique aussi de "faire face à la complexité en cultivant la nuance et en recherchant la complémentarité", précise-t-il. "Dans des domaines comme le climat et l'emploi, mais aussi la mobilité, l'énergie, l'enseignement et la formation, seule une action coordonnée dans un dialogue ouvert et vrai peut rendre l'action plus efficace", insiste le Roi. "Notre diversité et notre complémentarité sont notre force. C'est comme cela que le monde nous connaît et c'est là qu'on nous attend. Peut-être que nous n'en avons pas suffisamment conscience. C'est pourtant notre nature profonde. Cela doit être notre fierté. De tout ceci peut naître une ambition nouvelle pour notre pays", affirme-t-il encore.



Aucun commentaire: