dimanche 21 juillet 2019

Traditionnel Te Deum pour la famille royale, à Bruxelles pour Philippe, à Bruges pour Laurent, à Namur pour Astrid

 Source : Belga
Le Vif
Plus de 1.000 personnes, selon la police sur place, se sont rassemblées dimanche dès 09h30 autour de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles pour voir le couple royal et ses quatre enfants au traditionnel Te Deum de la fête nationale.
.
L'archevêque Jozef De Kesel a célébré la cérémonie, qui a débuté à 10H00. Il a appelé à prier pour les gouvernants afin "qu'ils oeuvrent pour le bien de tout le monde et au service de toutes les communautés et citoyens de ce pays". Il a également déclaré espérer que les citoyens tous ensemble puissent "s'engager pour une société plus humaine et fraternelle, une société bâtie sur le respect de l'autre et la solidarité".

L'assemblée à l'intérieur de l'église comptait, comme chaque année, au moins 800 personnes, parmi lesquelles des corps constitués, de nombreux ambassadeurs et représentants politiques, à commencer par le Premier ministre Charles Michel et les ministres fédéraux Didier Reynders, Pieter De Crem, Marie-Christine Marghem et le président de la Chambre Patrick Dewael.
A l'issue de la cérémonie, le couple royal et ses enfants Elisabeth, Eléonore, Gabriel et Emmanuel ont pris un bain de foule d'une trentaine de minutes. Ils ont été accueillis sous des applaudissements et des "Vive le roi", "Vive la reine" et "Vive la Belgique" dès la descente des marches de la cathédrale.
Le prince Laurent à Bruges
Le prince Laurent a assisté dimanche, à 11h00, au Te Deum en la cathédrale Saint-Sauveur à Bruges, aux côtés de l'évêque local, Monseigneur Lode Aerts.
prince Laurent à Bruges pour le Te Deum, le 21 juillet 2019
LA PRINCESSE ASTRID À NAMUR
Plusieurs centaines de personnes étaient présentes pour assister à la venue du couple princier dans la capitale wallonne. La soeur du roi Philippe et son mari sont arrivés vers 11h00, accueillis par le gouverneur de la province, Denis Mathen, et le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON A  CRIÉ UNE DERNIÈRE FOIS PEUT ÊTRE: "VIVE LE ROI", "VIVE LA REINE" ET "VIVE LA BELGIQUE"
 
Il y a toujours une poignée d'irréductibles Belgicains pour accueillir la famille royale au Te Deum, un rituel convenu et complètement démodé qui célèbre la vieille union du sabre (le roi en uniforme) et du goupillon (le chef de l'église qui officie).
Le royaume dont le royale famille pénètre dans la cathédrale est en crise profonde. Et voilà que tout se passe de manière immuable, comme il y a cent ans. A 16 heures s'élancera un défilé militaire devant un public clairsemé et les vieux f16 feront vibrer le ciel. Dieu qu'ils sont démodés nos souverains avec leur charmante petite famille, les garçons en costard cravate et pochette blanche à trois pointes, comme papa et les filles en tenue Vermeulen, comme maman.
On fait comme si tout allait pour le mieux dans le plus uni des royaumes. Ce soir on dansera à la place du jeu de balle. Laurent viendra peut-être avec sa Claire et on tirera le plus beau feu d'artifice de l'année.
"Feu d'artifices" artifices au pluriel! C'est le mot que je cherchais pour définir cette débauche de clichés complètement  décalés par rapport à la gravité de l'heure que le discours royal, prononcé mollement  sur un ton monotone que les medias se plaisent à qualifier de très politique.
On a  crié, pour la  dernière fois peut être: "vive le roi", "vive la reine" et "vive la Belgique"
Il n'est pas du tout impossible que l'an prochain, au même moment on n'ait toujours pas de gouvernement fédéral mais les nouveaux F35  sillonneront le ciel bruxellois comme les vieux F16 aujourd'hui.
Pauvre Belgique, on t'aimait bien, tu sais.
MG

Aucun commentaire: