samedi 3 août 2019

Boris Johnson: "Le Brexit constitue une énorme opportunité économique"


AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé samedi que le Brexit représentait une "énorme opportunité économique", bien qu'il ait été traité par sa prédécesseure Theresa May comme un "évènement climatique hostile".
"Quitter l'Union européenne est une énorme opportunité économique pour faire des choses que nous n'avons jamais été autorisés à faire pendant des décennies", a déclaré le nouveau Premier ministre.
Dans un discours prononcé à Manchester (nord-ouest), où il est venu promettre de nouveaux investissements dans les régions qui ont voté en faveur du Brexit lors du référendum de 2016, Boris Johnson a notamment assuré qu'il allait intensifier les négociations sur les accords commerciaux post-Brexit et mettre en place des ports francs pour stimuler l'économie.
"Quand les gens ont voté pour quitter l'Union européenne, ils n'ont pas seulement voté contre Bruxelles, mais aussi contre Londres", a-t-il dit.
Boris Johnson, qui dévoilait dans ce discours ses priorités pour le pays, a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales, et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport.
"Reprendre le contrôle ne signifie pas seulement que Westimster va regagner sa souveraineté sur l'UE, cela signifie également que nos villages, nos villes et nos comtés vont gagner en autonomie", a-t-il encore déclaré.
Interrogé sur les négociations liées au Brexit, Boris Johnson a dit qu'il était prêt à s'engager avec les partenaires de l'UE, mais seulement si le "backstop" -clause de sauvegarde qui permettrait d'éviter en dernier recours le retour d'une frontière physique entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du nord, britannique- était retiré de l'accord de divorce en vigueur conclu par Theresa May.
"L'approche du gouvernement du Royaume-Uni n'est pas de se désengager, ni d'être distant, ni d'attendre qu'ils viennent à nous, nous allons essayer de résoudre ce problème", a ajouté le Premier ministre.
"Nous ne pouvons pas le faire tant que ce backstop anti-démocratique, qui cherche à diviser notre pays, diviser le Royaume-Uni, reste en place. Nous avons besoin de le supprimer et ensuite, nous pourrons avancer", a-t-il encore affirmé.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
BORIS LE DEBONNAIRE 

On n'est pas obligé de l'aimer, on peut même le détester comme Trump auquel il ne ressemble en rien: cultivé, drôle, facétieux il fascine les Anglais qui admirent ce brillant biographe de Churchill. Son "Winston"  est une grande  réussite. Le Royaume Uni a le chic de produire des figures insolites capable de le sortir le cas échéant de l'ornière. On imagine qu'à Bruxelles on ne tardera pas à regretter la très brouillonne Theresa May et ses tenues fashion. Quatremer trace de lui un portrait au picrate dont il a le secret. Bonne lecture.
MG 


'BORIS GAAT VOOR BORIS, NIET VOOR EEN SNELLE BREXIT'

Lieven Buysse
Lieven Buysse is professor Engelse taalkunde en Britse cultuur aan de KU Leuven Campus Brussel.
Boris Johnsons strategie is helemaal niet gericht op een halloweenbrexit, zegt professor Lieven Buysse. 'Maar er zijn ook zwaktes in zijn verhaal'.
Vóór zijn verkiezing tot partijleider en premier gingen velen ervan uit dat Boris Johnson, nadat de campagnemodus uitgeschakeld zou zijn, snel zijn partij zou willen verenigen en met creatieve voorstellen naar Brussel zou stappen om een beter akkoord te onderhandelen.
Al in de eerste uren van zijn premierschap werd duidelijk dat het een illusie was. Zijn kabinetskeuzes polariseren meer dan ze verenigen: enkel voorstanders van een harde brexit tellen mee en hij hijst collega's aan boord die eerder door May of de partij wegens schandalen aan de kant werden geschoven.
Hij blijft ook ontstellend vaag over zijn brexitplannen. Nochtans kan zijn ongebreideld optimisme enkel succes boeken als dat ook gestoeld is op een heldere strategie.
Johnsons strategie is helemaal niet gericht op een halloweenbrexit.
De nieuwe premier weet heus wel dat de EU niet opnieuw aan tafel gaat zitten tenzij hij met een aantrekkelijk voorstel zou komen. Dat heeft hij niet en dus komen er geen nieuwe onderhandelingen. De schuld daarvoor legt hij nu al bij het onredelijke Europa.
Een brexit zonder akkoord dan maar? Ja, maar daar zijn twee problemen mee. Ten eerste is het onwaarschijnlijk dat het VK tegen eind oktober op alle terreinen perfect voorbereid zal zijn op de immense gevolgen van die crash. Bovendien is er in het parlement geen meerderheid voor zo'n 'no deal brexit'.
Ook dat zal niet zijn schuld zijn: Johnson kan makkelijk de perceptie creëren dat de democratische wil van het Britse volk wordt genegeerd door zowel een ondemocratische Europese superstaat als een elitaire Britse politieke klasse die de gewone man minacht. Tijd dus voor vervroegde verkiezingen.
Boris gaat voor Boris, niet voor een snelle brexit.
Veel Conservatieve parlementsleden vrezen verkiezingen omdat ze de hete adem van de Brexit Party in hun nek voelen. Johnson maakt zich daar wellicht minder druk om want voor hem telt het totaalplaatje. Met snelle verkiezingen kan hij nog niet op de resultaten van zijn beleid afgerekend worden, enkel op zijn voluntarisme (en zijn onhaalbaar dure beloften) en dat zit goed.
Bovendien kunnen de verkiezingen gezien worden als een nieuwe democratische legitimatie voor een harde brexit.
De Brexit Party hoeft niet eens zo'n grote bedreiging te vormen.. Ze scoorde prima in de Europese verkiezingen en zou het ongetwijfeld goed doen bij nationale verkiezingen, maar het kiessysteem is fundamenteel anders: voor Europa hangt het aantal zitjes af van het stemmenaandeel van de partij, terwijl nationaal in elk kiesdistrict enkel de kandidaat met de meeste stemmen een zitje binnenhaalt. Het komt er dus op aan om in zoveel mogelijk districten de Brexit Party voor te blijven.
Johnson zal er alles aan doen om brexitminnende Conservatieve kandidaten op de kiesbrieven te krijgen. Kandidaten worden lokaal aangeduid maar de brexitlobby organiseert zich binnen de partij zeer strategisch om dat proces te beïnvloeden.
Zo vangt Johnson twee vliegen in een klap. Een Conservatieve overwinning levert hem een absolute meerderheid op, waardoor hij een stuk comfortabeler kan regeren. Binnen die meerderheid neemt bovendien het gewicht van Conservatieve tegenstanders van een harde brexit aanzienlijk af, waardoor de brexit zonder een akkoord er alsnog komt, zij het niet met Halloween maar met Kerstmis.
Er zijn echter twee zwaktes in Johnsons verhaal. Je tegenstanders kun je moeilijk inschatten vóór de campagne. Vraag maar aan May, die Labour en vooral campagnebeest Jeremy Corbyn zwaar onderschatte in 2017. Als Labour slim is, bereidt het zich snel voor op een coherent verhaal dat Johnsons holle retoriek kan ondergraven.
Een tweede probleem is dat lang niet alle kiesdistricten pro-brexit stemmen. Nu capteren de Conservatieven daar ook nog een deel van, maar als maximaal ingezet zou worden op kandidaten die een harde brexit voorstaan, geef je die cadeau aan Labour, de herrezen Liberaal Democraten en de Schotse nationalisten. Het wordt dus strategisch, district per district, afwegen voor Johnson.
Sommige Conservatieven stemden afgelopen maand voor Johnson omdat ze echt in hem geloven, anderen omdat ze hem als laatste redmiddel zien. Maar wellicht voelden velen wel aan dat een fatsoenlijke, goed geregelde brexit er met deze man niet echt inzit, terwijl de kans op een verkiezingsoverwinning die baarlijke duivel Corbyn van de macht houdt, dan weer veel groter is. Boris lijkt hen op hun wenken te zullen bedienen.
MG 


BORIS JOHNSON OU LE DÉCLIN DE L'EMPIRE BRITANNIQUE
JEAN QUATREMER  2019 LIBÉRATION

Voici la version française de mon article paru dans The Guardian du 16 juillet.
La scène se passe le 16 juin 1998 à Cardiff. Le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement clôturant la présidence britannique de l’Union vient de se terminer et le Premier ministre Tony Blair donne sa conférence de presse. Le dépenaillé rédacteur en chef adjoint du Daily Telegraph, Boris Johnson, qui va fêter ses 34 ans, prend la parole et se lance dans une longue tirade qui est davantage un éditorial qu’une question. Blair, de 10 ans son ainé et qui a fréquenté les mêmes écoles que Johnson, ironise : « Boris, vous devriez être Premier ministre ! » L’anecdote prend tout son sel 21 ans plus tard alors que l’ancien journaliste conservateur devenu un politicien retord pourrait bien faire son entrée au 10 Downing street…
L’ascension de cet europhobe opportuniste laisse sans voix à Bruxelles où l’on garde un souvenir douloureux de celui que l’on surnomme encore ici le « bouffon ». Fils d’un ancien fonctionnaire européen - et même eurodéputé de 1979 à 1984 -, il s’y est fait connaitre comme correspondant du Daily Telegraph dans la capitale de l’Union entre 1989 et 1994. Tous ceux qui l’ont connu à cette époque en garde un souvenir ému, car c’est lui qui a inventé un genre journalistique, les « Euromyths » que l’on appellerait aujourd’hui « Fake news ». Il n’a pas hésité, avec l’approbation de sa rédaction en chef, à travestir la réalité, voire à inventer de toutes pièces des histoires, afin de donner de l’Europe l’image d’un monstre bureaucratique prenant des décisions les plus absurdes. Comme me l’a alors expliqué ce jeune homme de 28 ans qui portait toujours des vestes froissées à la propreté douteuse et une chemise à moitié sortie du pantalon (so british !) : « il ne faut jamais laisser les faits arrêter une bonne histoire ». On peut citer, parmi celles-ci, la police visant à vérifier la courbure des bananes, la standardisation des cercueils, l’interdiction des cocktails de crevettes ou encore le mode de vie forcément somptuaire d’eurocrates surpayés et ne payant pas d’impôt.
Pour les Européens, Boris Johnson était et reste l’incarnation de ce qui se fait de pire dans l’élite anglaise (et non britannique) formée dans les Public schools et « Oxbridge », c’est-à-dire subtilement arrogante, totalement cynique, gentiment xénophobe, sûre de sa supériorité culturelle. Sur ce dernier point, et contrairement à l’image populaire qu’il aime à se donner, Johnson est un homme fin et d’une culture immense qui faisait pâlir d’envie ses collègues. Ainsi, un journaliste espagnol se souvient l’avoir vu lire un livre en grec ancien lors d’un voyage en avion. Il a même un jour posé une question en latin en salle de presse, à une époque où seul le français y était autorisé, à propos d’un soi-disant projet de directive visant à imposer les noms latins des poissons afin de faciliter la politique commune de la pêche... Boris Johnson en salle de presse de la Commission, c’était le spectacle assuré.
Humainement, Johnson était un dilettante qui s’assumait, un bon camarade, bon vivant, toujours prêt à donner un coup de main. Et surtout, il était toujours à l’affut de « la » bonne histoire. Son antienne quotidienne, prononcée d’une voix de Stentor qui résonne encore dans ma tête était : « what’s the story today, Jean ? » Mieux valait peser ses mots pour éviter de retrouver une histoire délirante et non sourcée dans le Telegraph… Il était totalement désarmant, car il ne s’agissait pas d’un idéologue hargneux pour qui l’Europe était le mal absolu, le nouveau Reich de mille ans. Non, plus simplement, c’était un homme sans conviction que tout amusait et qui ne se préoccupait absolument pas des conséquences de ce qu’il écrivait ou du mal qu’il faisait. Doté d’un solide sens de l’humour, il savait faire taire rapidement les critiques les plus virulentes : comment combattre un homme qui assume ses mensonges et n’a aucune illusion sur un métier qu’il n’exerçait que pour obtenir de l’influence. De ce point de vue, sa réussite a été totale : il a réussi l’exploit de transformer durablement la presse britannique, et pas seulement la presse conservatrice, qui a couru après le succès des Euromyths, une presse qui a pavé le chemin du Brexit. Un ancien correspondant du Times (un journal qui avait pourtant viré Johnson au début de sa carrière pour mensonge) pleurait presque en racontant que ses articles étaient totalement réécrits à Londres afin de coller aux préventions europhobes locales. Mais il est vrai que la vérité est souvent moins spectaculaire et ne fait pas vendre.
Voir cet enfant gâté, qui ment comme un enfant, à l’idéologie aussi molle qu’un caramel par temps de canicule, aux portes du pouvoir donne le sentiment aux partenaires de Londres d’assister au « déclin de l’Empire britannique », pour paraphraser le titre d’un film québécois (« le déclin de l’Empire américain »). Une sorte d’épiphanie d’une séquence politique ouverte avec la décision d’un condisciple de Johnson, David Cameron, d’organiser un référendum sur l’appartenance de son pays à l’Union qui a ridiculisé pour longtemps aux yeux du monde un Royaume-Uni incapable de sortir de l’Union.
Au fond, Boris Johnson est à l’image de la classe politique britannique : un politicien qui joue cyniquement avec l’avenir de ses concitoyens et de son pays pour s’emparer du pouvoir. Mais sa force est aussi d’être dépourvu de vraies convictions, ce qui le rend imprévisible. On considère à Bruxelles qu’il est capable de tout, même de renoncer au Brexit s’il y voit son intérêt personnel. Après tout, ne s’est-il pas longtemps opposé au Brexit avant de prendre la tête de la campagne du « leave », n’hésitant pas à mentir, et à l’admettre, ou à insulter ses partenaires européens avant de faire marche arrière… Tout compte fait, mieux vaut un « bouffon » pragmatique qu’un idéologue fanatique. Mais attention : il peut trouver amusant de précipiter son pays dans le précipice, bien loin du sens de l’État d’un Churchill dont il a été un bon biographe.

Aucun commentaire: