lundi 12 août 2019

Coalition flamande: l’Open VLD et le CD&V acceptent de participer aux négociations à l’invitation de Bart De Wever


Le Soir 

Jan Jambon a été nommé lundi matin formateur d’une coalition suédoise regroupant la N-VA, l’Open VLD et le CD&V.

L’Open VLD et le CD&V ont accepté lundi de participer aux négociations flamandes sur base de la note de Bart De Wever, présentée lundi matin.
Selon cette note, la Flandre doit pouvoir concurrencer les grands pays scandinaves. Le futur gouvernement flamand veut aider au moins 120.000 Flamands à trouver un emploi ces prochaines années. Objectif : un taux d’emploi de 80 %. La note prévoit aussi que la Flandre devienne une « référence mondiale » en termes d’innovation, de transformation digitale et de technologie.
COALITION SUÉDOISE IMMINENTE EN FLANDRE: ELIO DI RUPO AFFIRME QUE CELA AURA DES CONSÉQUENCES AU FÉDÉRAL

Elio Di Rupo, actuel président du parti socialiste francophone, l'un des partis ayant la main pour les négociations fédérales (avec la N-VA), a commenté dans la foulée: "Nous respectons le choix de Bart De Wever en Flandre. Mais je veux être clair. Le PS veut une politique plus sociale et plus juste aussi au niveau fédéral. (...) S’imaginer que le PS pourrait faire l’appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral, relève de l’illusion."
Une façon de dire que l'hypothèse d'une coalition suédoise flamande aura bel et bien des effets collatéraux sur la formation d'un futur exécutif fédéral. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
TOUT EST DANS TOUT ET INVERSEMENT 

Le Vlaams Belang ne participera donc pas aux entretiens de formation flamande quoique grand vainqueur des dernières élections en Flandre. Cela De Wever, l'a reconnu et il a en fin de compte lâché le Vlaams Belang.  "Nous avons tenté de tenir compte de ce signal. Ce n'était absolument pas du cinéma."
"Il n'était clairement pas possible de former une majorité avec eux. Pas maintenant, pas demain, mais pas dans quelques mois."
Intéressant! On ne manquera pas de le lui rappeler en temps utile!
Selon lui, le Vlaams Belang ne s'est pas avéré être un parti de pouvoir.
La coalition suédoise avec N-VA, CD&V et Open Vld est, toujours selon De Wever, "la coalition la plus soudée possible pour réunir une majorité cen Flandre". La NVA voulait au départ obtenir plus de 30 pour faire passer son programme en Flandre  et, au niveau fédéral, poursuivre la coalition suédoise ou, à défaut,  imposer le  confédéralisme de force. De Wever continuera d'être le négociateur de la NVA au fédéral.
SP.A. : "NOS REVENDICATIONS ÉTAIENT APPAREMMENT TROP SOCIALES
Le mémorandum de départ pour les pourparlers de formation flamands ne semble pas contenir les réformes dont la Flandre a besoin, dit sp.a. Pour les socialistes, l'accent était principalement mis sur l'élimination des listes d'attente dans les soins de santé, une politique sociale du climat et sur les investissements dans l'éducation, les soins et les transports publics " Nos exigences étaient apparemment trop sociales.
"DE WEVER RENONCE AU LIEN POSSIBLE AVEC LA FORMATION FÉDÉRALE."
L'informateur flamand Bart De Wever (N-VA) a renoncé  à établir le moindre lien avec la formation fédérale. Selon lui il n'y a pas eu de discussion sérieuse au niveau fédéral depuis les élections.
Elio Di Rupo: "Nous respectons le choix de Bart De Wever en Flandre. Mais je veux être clair. Le PS veut une politique plus sociale et plus juste aussi au niveau fédéral. (...) S’imaginer que le PS pourrait faire l’appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral, relève de l’illusion." Une façon de dire que l'hypothèse d'une coalition suédoise flamande aura bel et bien des effets collatéraux sur la formation d'un futur exécutif fédéral.
On se demande vraiment ce que va se passer au fédéral...
MG





Aucun commentaire: