samedi 3 août 2019

De Wever hakt knopen door: het zijn beslissende dagen voor Vlaamse regeringsvorming


Het Laatste Nieuws 

Niet één maar twee grote knopen hakt Bart De Wever (N-VA) eerstdaags door. Of hij met CD&V of sp.a in zee gaat? En of hijzelf of Jan Jambon minister-president wordt? Vlaams Belang krijgt een elegante uittocht. “Ze zullen zich herkennen in het regeerakkoord.”
‘VLAAMS BELANG, (NOG NIET) BEDANKT’
Krijgen Tom Van Grieken en de zijnen als eersten te horen dat er voor hen geen plaats in de herberg is? Op die vraag kennen we sinds gisteravond het antwoord: ‘Nog niet.’ Tijdens haar vierde gesprek met de formateur mocht Vlaams Belang nog eens pleiten voor een Vlaams-nationalistische as die de andere partijen uit hun tent lokt, maar De Wever liet niet in zijn kaarten kijken. “Hij heeft ons meegedeeld dat er nog verschillende pistes zijn en dat hij snel zal beslissen. De keuze is aan N-VA: de wil van de kiezer of een regering van verliezers”, aldus Barbara Pas.
Het Belang blijft zo druk zetten op N-VA en zij niet alleen. Ook Jean-Marie Dedecker - onafhankelijk, maar verkozen op een N-VA-lijst - blijft duwen waar het pijn doet. Maar hij beseft dat het weinig zal uithalen. En effectief: de beslissing is al genomen. Maar N-VA zal wel aantonen dat het signaal van de kiezer echt gehoord is. “Er zullen veel elementen in het regeerakkoord zitten waar Vlaams Belang zich in herkent”, klinkt het bij N-VA. “Logisch: ze hebben geen extreme dingen op tafel gelegd en over veel punten zijn we het eens.” Maar wordt dat dan niet pijnlijk voor de coalitiepartners? Bij Open Vld denken ze van niet. “De getrapte toegang tot de sociale zekerheid hebben wij eerst voorgesteld.”
CD&V OF SP.A?
Hoe de coalitie er dan wel zal uitzien, wordt snel bekend. De knoop is nog niet doorgehakt, maar bij N-VA wordt er wel steeds minder bedekt gedaan over de voorkeur: “Mocht de Bourgondische coalitie (N-VA, Open Vld, sp.a, red.) vijf zetels op overschot gehad hebben, was het al beklonken”, aldus een hoge bron. CD&V dumpen is de enige manier om aan de kiezers duidelijk te maken dat er iets verandert, luidt de filosofie. Concreet wordt dan verwezen naar de sterke connectie tussen CD&V en het katholiek onderwijs, het sociaal overleg en het lokale niveau. “Zonder CD&V zijn de provincies snel afgeschaft”, zegt ook Vincent Van Quickenborne van Open Vld. Lange tijd was het voor N-VA echter niet duidelijk wat de positie van sp.a was. Een N-VA’er: “Crombez toonde de voorbije weken wel goesting, maar zou hij zijn troepen wel meekrijgen?”
Sinds de sp.a-voorzitter woensdagavond een mandaat heeft gekregen om te spreken, liggen de kaarten anders. De zogenaamd ‘harde eisen’ die sp.a zal formuleren over klimaat, mobiliteit en zorg, lijken N-VA niet onoverkomelijk. Maar toch leek CD&V gisteren nog niet helemaal afgeschreven. Voor gewestmateries heeft de Bourgondische coalitie maar één zetel op overschot, wat praktisch heel lastig is. En binnen de sp.a-fractie zijn er enkele onzekere elementen, waaronder Bruno Tobback. Of niet? “Ik heb nooit gezegd dat ik absoluut tegen regeringsdeelname ben. Als we echt een heel grote stempel kunnen drukken op het beleid, dan zal ik me niet verzetten. Maar dat lijkt me moeilijk.” Gisteren gonsde het plots van de geruchten dat Bart De Wever een creatieve oplossing zocht om de meerderheid te versterken. Sp.a én CD&V? Of een oppositielid als voorzitter van het Vlaams Parlement dat zich bij elke stemming onthoudt? “Speculatie”, klinkt bij N-VA.
DE WEVER I OF JAMBON I?
Ook wie de formatiegesprekken en dus de regering zal leiden, wordt nu al afgeklopt. Hoewel De Wever zich in de campagne nadrukkelijk kandidaat stelde, werd er tot nu toe altijd van uitgegaan dat Jan Jambon minister-president zou worden. Dat Jambon de Kamerlijst trok, kwam vooral omdat na de Marrakesh-crisis de indruk was ontstaan dat N-VA het federale niveau losliet. Maar de jongste weken is weer twijfel in de rangen geslopen. Kan De Wever het zich na zo’n zware verkiezingsnederlaag nog permitteren om alweer een bocht te nemen? En wat met het federale niveau?
De kans blijft reëel dat N-VA finaal voor de oppositie kiest, maar tegelijk groeit de appetijt om toch weer voor de macht te gaan. Bovendien wekt het werk van de informateurs Vande Lanotte en Reynders vertrouwen. Een hoge bron: “Besturen met de PS is niet uitgesloten. Het zal wel richting confederalisme moeten leiden, maar dit kan sowieso niet van vandaag op morgen.” De vraag waar het om draait, is of Vlaanderen nu een ‘puncher’ nodig heeft of een pure bestuurder. In het eerste geval wordt het De Wever, in het tweede Jambon. “Het zal nu allemaal snel gaan. Federaal zal de formatie nog heel lang duren. Vlaanderen moet nu tonen dat het werkt.”


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
CELA BOUGE-T-IL  ENFIN? 

De même qu'Elio di Rupo est au taquet pour former rapidement un gouvernement régional wallon, Bart de Wever a mis le turbo pour conclure le plus vite possible en Flandre. Trois options s'offrent à lui: avec le CD&V, avec le SPa ou avec les deux? Deuxième question:  qui sera ministre président De Wever ou Jambon: le catcheur ou le gestionnaire?
Et au niveau fédéral?
Le travail exploratoire remarquable des informateurs Vande Lanotte et Reynders a incontestablement  instauré un climat de confiance. Selon une source proche de la NVA : " Il n'est plus hors de question de partager le pouvoir avec la PS au fédéral. Cela devra déboucher, à terme, sur une forme de  confédéralisme, mais pas tout de suite.
"Tout ira vite maintenant au niveau flamand.  Au niveau fédéral en revanche, la formation n'est pas pour demain. La Flandre doit d'abord montrer que ça marche en interne."
On aura compris que la priorité va désormais au niveau régional.
A terme et selon le voeu de la NVA, le fédéral ne sera bientôt plus qu'une coquille vide. C'est ça le confédéralisme, punt aan de lijn.
Ceci dit, soyons attentif à une chose: Johan Vande Lanotte n'a-t-il pas le profil idéal pour former la prochaine coalition fédérale. Il appartient à un parti minoritaire, petit frère du parti socialiste wallon à ce titre, il est le pendant de Charles Michel dans la suédoise.  Il est constitutionaliste de formation, il a été ministre du budget et surtout de l'intérieur sous Dehaene dont il fut un temps le chef cab,
il est parfait bilingue et apprécié de tous. Qui dit mieux?
Bravo le palais pour avoir eu l'intuition lumineuse de le mettra à l'avant scène avec cet autre briscard qu'est Didier Reynders.
Il ferait à l'évidence un très bon premier ministre capable d'azffronter les tempêtes à venir et surtout le trou budgétaire qui se creuse, se creuse...
MG


CE QUI REND POSSIBLE/IMPOSSIBLE UNE COALITION PS/N-VA
La Libre belgique 

Les informateurs veulent unir le PS et la N-VA au fédéral. Le défi, a priori insurmontable, a des chances de réussir.
Les arguments pour une union contre-nature…
Une majorité en Flandre. Compte tenu de la carte politique explosée née des élections du 26 mai, il n’y a que deux formules gouvernementales possibles. L’une avec la N-VA, c’est la bourguignonne (N-VA, socialistes et libéraux) ou un dérivé (selon la place du CD&V). L’autre sans les nationalistes, c’est l’arc-en-ciel (socialistes, libéraux et écologistes), peut-être élargi au CD&V. Mais dans ce second scénario, le gouvernement n’aurait pas de majorité dans son groupe linguistique flamand. Difficilement envisageable, à l’heure actuelle, pour les partis flamands. La formule avec la N-VA est donc la seule qui peut être testée pour le moment.
Des partis de pouvoir. L’occupation du pouvoir par le PS est perçue au sein du parti comme une évidence. Les socialistes sont rompus à l’art du compromis. Pour eux, mieux vaut être dans le gouvernement que dehors, même si cela leur coûte cher. Bart De Wever, de son côté, a réussi à faire de la N-VA le grand mouvement populaire dont il rêvait. La N-VA se présente comme un parti gestionnaire, qui se voue à exercer le pouvoir. C’est d’ailleurs sans doute ce que ses électeurs attendent de lui, y compris au fédéral. Cela implique des compromis, même avec des partenaires peu ou pas désirés. PS et N-VA pourraient donc s’entendre, en dépit d’une série de renoncements, sur l’autel de la prise de responsabilités.
LE RETOUR DU CŒUR. Les augmentations des aides sociales promises par le PS pendant la campagne devront être, en tout ou en partie, remisées au placard avec la N-VA - et encore plus en raison du contexte budgétaire - mais les socialistes plaideront le retour du cœur, de l’attention portée aux individus les plus fragiles, dans la gestion du département le plus stratégique pour eux : la sécurité sociale (avec les soins de santé, le chômage et la lutte contre la pauvreté en tête des priorités).
LE VISAGE SOCIAL DE LA N-VA. L’un des enseignements que la N-VA tire de la victoire du Vlaams Belang aux élections, c’est que celui-ci est parvenu à articuler un programme social avec son ADN nationaliste. Le N-VA pourrait s’en inspirer et tenter de lisser un peu son image de droite libérale, qu’elle a sciemment entretenue ces dernières années. Gouverner avec le PS l’y aiderait certainement. Le président Bart De Wever s’est d’ailleurs dit ouvert à la réduction de la TVA sur l’électricité de 21 à 6 %, une promesse de campagne des socialistes.
… et ceux qui s’y opposent
DES PROGRAMMES INCOMPATIBLES. Les programmes du PS et de la N-VA n’ont pratiquement aucun point commun dans à peu près toutes les compétences qui relèvent du fédéral, à commencer par le volet institutionnel cher aux nationalistes. Autant marier l’eau et le feu.
DES RENONCEMENTS EN CASCADE. Pour gouverner ensemble, les deux partis devront renoncer à une longue série de promesses électorales, telles que le retour de la pension à 65 ans pour le PS ou le confédéralisme pour la N-VA. Autre renoncement, et non des moindres : le fait même de gouverner avec le parti contre lequel il avait mis un veto…
UNE OPPOSITION PLUS FÉROCE QUE JAMAIS. Le PTB et le Vlaams Belang (VB) s’apprêtent à mener une opposition sans pitié contre le gouvernement, quel qu’il soit, mais plus encore contre leur cible favorite : le PS en ce qui concerne les marxistes, et la N-VA pour le Belang. En plus, les deux grands partis auront du mal à contrer cette opposition en raison du simple fait qu’ils gouvernent ensemble, c’est-à-dire avec l’incarnation même de tout ce qui est honni par le VB (le système PS) et le PTB (des nationalistes conservateurs libéraux). La situation est rendue d’autant plus aiguë que PS et N-VA ont perdu les élections aux dépens… du PTB et du VB. S’ils devaient passer sous un nouveau seuil électoral, lors du prochain scrutin, les deux formations pourraient perdre leur leadership et entrer dans l’univers des partis moyens.
LES TERGIVERSATIONS DU SP.A. Le parti frère du PS est divisé en interne à l’idée même de négocier avec la N-VA, alors gouverner avec elle… Si le SP.A devait être maintenu dans l’opposition au fédéral, on imagine mal le PS monter dans un gouvernement avec les nationalistes, d’autant plus que ses autres partenaires seraient tous de droite ou centre-droit.
Les cicatrices du passé. Les deux partis ne s’épargnent rien depuis près de dix ans et la crise politique de 2010-2011. Il n’y a aucune confiance entre eux, aucune affinité. Par exemple, Theo Francken, à la N-VA, représente tout ce que les socialistes abhorrent en politique (hors extrême droite). Comment pourrait-on imaginer qu’ils travaillent avec lui, alors qu’il est pourtant l’une des figures de proue de son parti au fédéral. Difficile de collaborer dans ces conditions.
Antoine Clevers





Aucun commentaire: