lundi 30 septembre 2019

Coalition flamande : N-VA, Open VLD et CD&V sont parvenus à un accord


Le Soir 

Ils étaient réunis depuis dimanche matin pour tenter de régler les derniers désaccords.
Les négociateurs de la N-VA, de l’Open Vld et du CD&V sont finalement parvenus à un accord, tôt lundi matin, en vue de la formation du prochain gouvernement flamand.
Ils étaient réunis depuis dimanche matin pour tenter de régler les derniers désaccords, portant principalement sur les questions budgétaires.
Il y a un accord sur un nouveau gouvernement flamand, a confirmé Jambon. « Nous avons un accord. » Un accord solide, selon Jambon, la raison pour laquelle tout cela a pris un peu plus de temps.
À 12 heures, les négociateurs donneront une conférence de presse. Il n'y a toujours pas d'accord sur la répartition des portefeuilles ministériels par contre. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA REPARTITION DES PORTEFEUILLES ? 

Il ne sera pas inintéressant d’observer quels petits soldats De Wever récompensera par un « marocain ». Il se dit avec une certaine  insistance que Francken rêve du ministère de l’éducation flamande. S’il devait l’obtenir, il ne serait plus candidat potentiel au secrétariat à l’immigration…
Déjà que le ci-devant puissant ministre de l’intérieur a obtenu son bâton de maréchal en devenant ministre président de « Jambon premier ».
« Wie wordt minister?
Vanochtend is het Vlaams regeerakkoord afgeklopt. Wie minister wordt, weten we pas later. Al is er wel al één en ander duidelijk. Zo zouden naast Jan Jambon (N-VA) Ben Weyts (N-VA), Zuhal Demir (N-VA), Hilde Crevits (CD&V) en Bart Somers (Open Vld) al zeker zijn van een zitje. De grote vraag: stappen partijvoorzitters Wouter Beke (CD&V) en Gwendolyn Rutten (Open Vld) in de Vlaamse regering? « (HLN)

Le nouveau gouvernement flamand semble vouloir  opter en faveur de plus  de déficits, plus de dettes et des mesures électorales à tout le moins périlleuses ! La colère des électeurs ne diminuera certainement pas en 2024 si rien de structurel n'a été entrepris dans les domaines de la qualité de l'éducation, des infrastructures de circulation et de l’inflation des réglementations. Les citoyens s'attendent ils vraiment  à une meilleure administration de la part du gouvernement dans un pays avec une saisie de 53% du PIB et un fardeau fiscal qui est parmi les plus élevés au monde ? » (Herman Matthijs)
Les partis de cette coalition sont tous traumatisés  par le scrutin de  2024 qui sanctionnera sévèrement les manquement d’une législature qui s’avère dès à présent très compliquée.
Tout ceci ne facilitera sans doute pas  la constitution d’une majorité au niveau fédéral.
Mais cela, c’est une autre histoire.
MG

IVAN VAN DE CLOOT: 'POLITIEK MOET KOMAF MAKEN MET PARTICRATIE'
Knack
Econoom Ivan Van de Cloot dringt er bij de nieuwe Vlaamse regering op aan prioriteit te maken van goed bestuur en ernstig beleid. 'De coalitie van N-VA, CD&V en Open VLD krijgt een tweede kans op Vlaams niveau. Ze moet die grijpen', zegt hij in De Zondag.

(…)Die particratie zorgt ervoor dat partijen elkaar stokken in de wielen steken. Men denkt dat dat de partij dient.'
Dat leidt tot een democratie die niet goed functioneert, zegt Van de Cloot. Hij haalt Nederland aan als voorbeeld van een land waar partijpolitiek wel goed werkt. Als in ons land een probleem opduikt, dan roept de politiek om meer geld. Dat is blijkbaar de oplossing voor elk vraagstuk.'
'ER IS DUIDELIJK BUDGETTAIR VET AANWEZIG IN DE VLAAMSE BEGROTING'

Herman Matthijs (UGent, VUB) Knack
Hoogleraar Openbare Financiën aan de UGent en de VUB en lid van de Hoge Raad Financiën
'De nieuwe Vlaamse regering lijkt er een te worden die kiest voor tekorten, meer schuld en gevaarlijke electorale maatregelen', schrijft professor Herman Matthijs.
Dus de drie Zweedse partijen moeten tot in 2024 verder en dit is zeker niet met veel liefde. Maar er is geen politiek alternatief. Een bijkomend probleem is het feit dat deze drie Zweedse partijen allemaal verliezers zijn op basis van het resultaat van 26 mei en een coalitie met alleen maar electorale verliezers is altijd problematisch.
In de volgende tien punten ga ik nader in op de budgettaire problematiek van Vlaanderen.
1. De eerste Zweedse uitgave van de Vlaamse regering is geëindigd met een budgettair tekort van ruim 700 miljoen euro.
2. Als een centrumrechts kabinet er al niet in slaagt om een evenwicht te verwezenlijken in Vlaanderen , dan rijst de vraag: wie gaat het dan wel doen? Of verlaat men in Vlaanderen dit idee?
3. De aankomende regering 'Jan Jambon één' ("JJ one" ) wil in het rood starten en zou dan in 2024 in evenwicht landen. Men moet wel erg weinig kennis hebben van de budgettaire geschiedenis om dit te geloven.
4. In de begroting 2019 staat er voor 47,1 miljard euro aan uitgaven ingeschreven. De hitlijst wordt getrokken door onderwijs (13,9 miljard), welzijn (13,5 miljard), kanselarij en bestuur (4 miljard), mobiliteit (3,9 miljard), sociale economie & werk (3,8 miljard ) etc. In een begroting met een uitgebreid gamma aan subsidies en een onoverzichtelijke hoeveelheid aan administratieve entiteiten kan er wel bespaard worden. Met andere woorden, er is duidelijk budgettair vet aanwezig in de Vlaamse begroting.
5. Een doorgedreven administratieve vereenvoudiging gaat zeker geld opbrengen aan de begroting, komt ten goede aan de economische activiteit en gaat populair zijn bij het publiek.
6. Het is zeker een goed idee om de activiteitsgraad te verhogen. Want dat kan alleen maar geld opbrengen
7. Dan is er het idee van de zogenaamde 'slimme kilometerheffing'. In feite komt dat neer op meer belastingen voor mensen die een auto bezitten.
8. Inderdaad, deze eeuw zijn er amper nieuwe wegen aangelegd en is er ruim bespaard op het onderhoud. Men kan vergelijken met het volgende: indien de telecomsector de laatste twintig niet had geïnvesteerd in centrales en antennes, dan zou op heden iedereen bellen op een bezettoon.
9. Een ander idee blijkt de afschaffing van de woonbonus te zijn. Deze fiscale maatregel heeft vele mensen aan een eigen woning geholpen, een vierde pensioenpijler uitgebouwd, een omvangrijke bouwsector laten ontstaan. Met andere woorden, dit is nu eens een maatregel die veel positiefs heeft bijgebracht. Maar deze maatregel zou nu te duur zijn?
10. Men wil verder gaan met tekorten om te investeren. Maar die investeringen moeten dan ook leiden tot economische groei en/of een maatschappelijke meerwaarde. Hier situeert zich een heikel punt in het Vlaamse beleid van de laatste tientallen jaren. De schuld neemt toe. Inderdaad, een tekort leidt tot meer schuld en de Vlaamse schuld situeert zich tegen de 30 miljard euro. De huidige lage rente lijkt een aantrekkelijke wortel om schulden te creëren. Eind 2018 telde dit land een overheidsschuld van 459 miljard euro waarvan 58 miljard afkomstig was van de Gemeenschappen/Gewesten.
De nieuwe Vlaamse regering lijkt er een te worden die kiest voor tekorten, meer schuld en gevaarlijke electorale maatregelen. De woede van de kiezers zal er in 2024 zeker niet kleiner op worden als er niets structureel is gebeurd met de kwaliteit van het onderwijs, de verkeersinfrastructuur en de oververhitte reglementering. Want de burgers verwachten wel een beter bestuur van de overheid in een land met een overheidsbeslag van 53 procent van het bbp en een belastingdruk die tot de hoogste ter wereld behoort.




dimanche 29 septembre 2019

Knokke-Heist veut infliger des amendes aux touristes qui nuisent à son image


Le Soir

La commune veut infliger notamment des amendes aux touristes qui se baladent en maillot sur la digue.

La commune balnéaire de Knokke-Heist en a marre des touristes qui se comportent grossièrement à ses yeux durant l’été. Elle prépare un plan qui prévoit d’infliger des amendes aux personnes qui déambulent en maillot sur la digue ou prennent un repas assis à même le sol.
Sous l’impulsion de son bourgmestre Leopold Lippens, Knokke-Heist prépare un plan pour préserver son image. « Cet été, on se serait cru par moments dans un cirque », déplore l’échevin du Tourisme, Anthony Wittesaele. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent notamment des touristes en train de se laver dans la célèbre fontaine rose de la Lichttorenplein.
La commune voudrait infliger des amendes de minimum 250 euros à tous ceux qui ne suivent pas son code de bonne conduite. « Bien sûr, nous communiquerons largement à l’avance. Ainsi, nous voulons garantir la qualité du rayonnement de Knokke-Heist. Car sinon notre carte de visite, et donc notre ’business plan’, se dégradera », justifie l’échevin.
PLUS DE MUSIQUE SUR LA PLAGE
Le plan prévoit aussi l’interdiction pour les bars du littoral de diffuser de la musique sur la plage à partir de 2020. Ces dernières années, ces bars avaient déjà dû limiter les sons à 75 dB au lieu de 85. « Si tout le monde respectait cette règle, nous ne devrions pas intervenir. Mais si les exploitants ne veulent pas nous écouter, nous n’avons pas le choix », estime le bourgmestre Leopold Lippens. « La plage n’est pas un club de nuit. Nous voulons rétablir le calme pour tous les habitants. »
De plus, les bars ne seront plus autorisés à vendre des collations sur la plage. Seules les collations froides distribuées gratuitement avec une boisson seront admises.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
AU ZOUTE, LE NIVEAU SOCIAL BAISSE, LE NIVEAU DE LA MER MONTE 

Le vieux Lippens, arbitre des l’élégance et garant du bon goût bourgeois, est furieux contre le laisser-aller des touristes d’un jour qui se, selon lui, se comportent en prolos sans distinction. Il tente donc, désespérément, d’organiser une sorte d’ apartheid entre les « have » qui sont chouchoutés et adulés et les « have not » qu’il entreprend de chasser à coups d’amendes salées .  Pauvre vieux monsieur Lippens qui refuse de voir une autre réalité : celle de la montée des eaux résultant du réchauffement climatique, lequel, à terme,  pourrait bien, en quelque décennies, noyer Le Zoute et le rendre inhabitable. « Peut-être certaines zones devront-elles à terme être abandonnées  à la mer et à la nature : l'exemple néerlandais montre qu'il est impossible de tout protéger par des digues. Cela obligera la Flandre à faire des choix difficiles dans les années à venir. » (Jean-Pascal van Ypersele)
Ostende a déjà construit à grands frais un môle protecteur contre la montée des eaux.
Déjà que le Zwin capricieux a joué autrefois un tour pendable à Bruges qui deviendra à son corps défendant« Bruges la Morte »
MG 

STIJGING ZEENIVEAU BEDREIGT BELGISCHE KUST: 'VLAANDEREN ZAL KOMENDE JAREN MOEILIJKE KEUZES MOETEN MAKEN'
KNACK 

Dat het zeeniveau tegen 2100 met 60 tot 110 centimeter dreigt de stijgen, dwingt Vlaanderen om de komende jaren 'moeilijke keuzes' te maken. Dat zegt klimatoloog Jean-Pascal van Ypersele (UCL), voormalig vicevoorzitter van het VN-panel van klimaatexperts IPCC, in een interview aan Belga.
Als er geen extra inspanningen worden geleverd om de uitstoot van broeikasgassen verder terug te dringen, dan dreigt het zeeniveau tegen 2060 met 60 tot 110 centimeter te stijgen. Dat bleek eerder deze week uit een nieuw rapport van het IPCC, het Integovernmental Panel on Climate Change van de Verenigde Naties.
Die mogelijke stijging van het zeeniveau bedreigt ook de Belgische kust. 'Vlaanderen neemt maar langzaam de maat van de bedreigingen die op de kust wegen. Als het zeeniveau tegen het einde van de eeuw met meer dan een meter stijgt, dan zullen er zeer grote beschermende werken nodig zijn', waarschuwt klimatoloog Jean-Pascal van Ypersele, voormalig vicevoorzitter van het IPCC, in een interview aan Belga.
'Misschien zullen bepaalde gebieden op termijn moeten worden overgelaten aan de zee en aan de natuur: het Nederlandse voorbeeld laat zien dat het onmogelijk is om alles met dijken te beschermen. Dat dwingt Vlaanderen om moeilijke keuzes te maken in de komende jaren.'
Van Ypersele twijfelt of toekomstige maatregelen nog kunnen vermijden dat het zeeniveau op lange termijn één tot twee meter stijgt. 'We kunnen de zaken gedeeltelijk ombuigen, en vermijden dat het met drie tot vier meter is gestegen tegen 2300. Maar de traagheid is enorm, de hoeveelheid broeikasgassen die al in de atmosfeer zijn beland zo groot en de bijbehorende opwarming zo belangrijk, dat de gevolgen grotendeels zullen optreden, ongeacht die maatregelen die men neemt. We hebben zo lang getreuzeld.'


samedi 28 septembre 2019

Suicide d'une directrice : des parents d'élèves interpellent le ministre

Par  Le Figaro avec AFP

«Nous vivons l'événement comme un reflet de l'état des écoles de notre secteur et comme un dramatique cri d'alerte sur les conditions de travail des directeurs d'école», écrivent-ils dans une lettre.
Les parents d'élèves d'une école maternelle de Pantin (Seine-Saint-Denis), dont la directrice s'est donné la mort ont adressé vendredi 27 septembre une lettre au ministre de l'Education nationale pour l'interpeller sur «un dramatique cri d'alerte».
Six jours après la découverte du corps de Christine Renon dans le hall de la maternelle Méhul et des nombreuses lettres qu'elle avait pris soin d'envoyer avant sa mort où elle mettait en cause l'Education nationale, les parents d'élèves ont envoyé ce courrier, également adressé au recteur, ainsi qu'à l'inspecteur d'académie et de la circonscription.
«Le geste de Christine Renon est porteur de messages clairs ; nous vous demandons de les entendre et d'en prendre acte, et nous attendons un engagement fort en faveur des écoles de Pantin, des écoles de Seine-Saint-Denis, des écoles des zones sensibles», écrivent-ils dans cette lettre que l'AFP a pu consulter. poursuivent-ils.
Comme dans le courrier adressé par la défunte à plusieurs directeurs d'école de Pantin, les parents d'élèves pointent du doigt l'«instabilité d'un interlocuteur essentiel, l'inspecteur de l'Education nationale», un nouveau «en poste à chaque début d'année scolaire». Ils évoquent aussi des problèmes liés aux rythmes scolaires,«une grande instabilité dans les équipes d'animation, des changements de personnel très fréquents, en sous-effectif régulier, souvent peu formé».
Se déclarant «bien décidés à poursuivre les combats de Christine Renon», ils interrogent le ministre : «Quelles solutions pouvez-vous apporter ?», «quelles suites pouvons-nous attendre et dans quels délais ?», «comment les enseignants de l'équipe seront-ils accompagnés et soutenus dans la durée ?».
Pas d'accompagnement
«Samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée»: c'est par ces mots que commence la longue lettre envoyée à son inspection par cette enseignante de 58 ans qui exerçait dans le 93 depuis 30 ans.
L'école, qui compte onze classes et accueille 300 enfants, a été fermée lundi. Elle a rouvert mardi avec des modalités d'accueil particulières. Jeudi, plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées dans la cour de l'école Méhul pour rendre hommage à Christine Renon. Quelques heures auparavant, Jean-Michel Blanquer s'était rendu sur les lieux pour rencontrer les personnels de l'école.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
«EN DEHORS DE L'EMOTION, NOUS VIVONS L'EVENEMENT QUI SECOUE NOTRE ECOLE AUJOURD'HUI COMME UN TRAGIQUE REFLET DE L'ETAT DES ECOLES DE NOTRE SECTEUR ET COMME UN DRAMATIQUE CRI D'ALERTE SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES DIRECTEURS D'ECOLE»

Pauvre France, elle se pâme et s’immerge dans la chiracomania quand son école fout le camp. L’enseignement public républicain qui autrefois était l’un des plus efficaces au monde est en pleine déliquescence. Et qu’on ne s’imagine pas que ce soit beaucoup mieux en Communauté française. Ce n’est pas au mangeur de pommes qu’il eût fallu accorder un jour de deuil national mais à l’école républicaine qui se meurt aux yeux de tous tandis que le ministre de l’Education nationale tente de résoudre les problèmes de demain avec la pédagogie d’avant-hier. Le pauvre homme !
Blanquer ne dit rien sur Christine Renon. Il ne la nomme pas. Ce soir ses élèves écrivent son nom sur les murs de l’école
Les forumeurs se lâchent enfin :
« Il faut se demander comment  gérer l’attitude de certains parents qui n'admettent pas que leur rejeton soit puni et viennent le soir donner de la voix et gifler parfois  l’enseignant voire porter plainte contre lui. »
« On se rend compte que ça craque de partout les hôpitaux, les écoles. Macron a beau sortir des milliards de son chapeau les finances de l'État sont hors contrôle. On a mis tellement de fric dans les structures, en multipliant la bureaucratie toujours davantage qu'il ne reste plus rien pour les services directs à la population. »
« L'état se trompe ; pas même l'argent ou les moyens ne sont les solutions pour un système en total déliquescence. L'argent dépensé est massif, mais le niveau des classes baisse, surtout dans les zones à très forte population immigrée.
Un constat : depuis plus d’un siècle, l’école est l’une des grandes affaires de la gauche syndicale et politique.
Vivant sur des « réponses » mécaniques avec des schémas figés, les responsables politiques, comme les sphères supérieures de l’administration et de l’expertise, continuent de parier sur des mutations d’organisation, de programme, de finalité qui, jusqu’à présent, ont plus contribué à aligner l’appareil éducatif sur les normes libérales. Les élites s’enferment dans des écoles et des filières protégées. Plus que jamais et malgré les rustines technocratiques, « ceux qui ont moins reçoivent moins ». Même la situation de l’université de masse devient alarmante.
« Un drame qui traduit la faillite du Ministère de l’Education Nationale et plus précisément des principaux hauts fonctionnaires de ce Ministère et notamment les inspecteurs d’académie -
Le refus de comprendre les difficultés des enseignants abandonner , sans soutien , refusant de constater la dégradation du comportement de nombre d’élèves -
Une faillite dramatique que le Ministre actuel comme ses prédécesseurs est incapable de juguler » 
« Que les parents éduquent leurs enfants . Stop à la culpabilisation et l'angélisme. »
« Il faut surtout une réforme en profondeur de l'enseignement, malgré un des premier budget des pays développé nous avons les pires résultats de l'OCDE. »
« Malheureusement, les enseignants d'aujourd'hui paient au prix fort, les erreurs de ceux d'hier. La bienpensance de gauche a régné sur l'enseignement les 50 dernières années. De "il est interdit d'interdire" des années 70, jusqu’à Léonarda, le corps enseignant a construit sa propre tombe. »
« La première responsabilité revient aux parents qui se contentent (et encore...) de nourrir les enfants qu'ils mettent au monde, mais qui ne leur donnent pas le minimum de bases pour vivre en société.
Si tous les gens qui le peuvent fuient , ce n'est pas la faute aux Ministères, à l'Education Nationale, aux commerçants qui n'en peuvent plus.....mais aux parents qui ne s'occupent pas de leurs enfants....et qui, la plupart du temps, feraient mieux d'en avoir moins mais de les éduquer. »
« Que chacun éduque ses enfants correctement et la vie des enseignants en sera plus douce ! »
"le taux de suicide des enseignants français est de 39 pour 100 000, soit la première place, devant les militaires à 35/100 000. La moyenne étant de 16 pour 100 000 en France19."
Respect et discipline ne sont plus des valeurs depuis longtemps,
la mort dune directrice n'est pas supportable
Mon père, qui fût un enseignant d'une grande sagesse, à ceux qui l'interrogeaient sur les raisons, selon lui, de la lente et inexorable agonie de notre système éducatif répétait à l'envie ceci : "Le péché originel de l’Éducation Nationale est d'avoir fait rentrer les parents dans l’École et d'un virus, c'est devenu un cancer."
(...)
Ceux qui pleurent cette malheureuse directrice ne réalisent même plus qu'ils sont devenus le problème ... c'est tragique. »
« Un pays dans lequel une directrice d'école se suicide par lassitude et incompréhension de sa hiérarchie est un pays qui va très mal. »
Non, il ne suffit pas de dire que l’école va mal. Il faut tenter de la réformer en profondeur et de toute urgence.
Un ami enseignant bon connaisseur de l’école francophone de Belgique m’a répondu ceci à mon post :
Concrètement , le texte relève que :
l’HEURE EST A L’AFFIRMATION D’UNE AMBITION NOUVELLE
L’enseignement demeurera la priorité absolue même dans un contexte budgétaire défavorable.
Les élèves recevront des apprentissages et des savoirs à la hauteur des défis qui les attendent
Tous seront tirés vers le haut dans un esprit d’émancipation jamais pris en défaut et une volonté farouche de n’abandonner personne sur le bord du chemin.
Permettre aux jeunes issus des milieux de s’affranchir et de vaincre les déterminismes de tous ordres.
COMMENTAIRE : Voilà quatre affirmations purement gratuites qui n’ont aucun contenu concret, passons.
·        Préparer aux enjeux et aux opportunités de l’avenir de tous les jeunes aux enjeux et opportunités de l’avenir (défis technologiques, climatiques et démocratiques)
COMMENTAIRE :Un défi est-il une opportunité ou une menace ? Nous sommes à un moment où les élèves font, sous la houlette de Sainte Greta, la grève de l’école puisqu’il ne sert plus à rien d’étudier si nous allons tous mourir de chaud ;
·        Emanciper et préparer au monde de demain
COMMENTAIRE :De quelle émancipation parle-t-on et comment préparer à un futur qu’on ne peut prévoir ?
·        Repenser nos modes de vie et de consommation
COMMENTAIRE :Quel est le rapport avec l’enseignement (sauf à cause de la présence d’Ecolo)
·        Développer le sens de l’initiative
·        Encourager à devenir autonomes et responsables
J’ai comme l’impression que c’était déjà l’idée de Condorcet et de quelques autres.
·        Accomplir des efforts et prendre part pleinement à la société
????
·        Réduire les inégalités
COMMENTAIRE :L’instruction publique (relire Condorcet) avait cette ambition. Les disciples de Bourdieu ont dit, au contraire, que l’école était un système qui perpétuait les inégalités. Le minimum c’est d’être un peu précis sur ce qu’on veut faire dans ce domaine. 
·        Encourager la participation des enfants, des jeunes et des familles ;
COMMENTAIRE :L’idée selon laquelle l’école est au service de ses usagers (parents et élèves) est destructrice de la notion d’instruction publique. Elle soumet l’institution scolaire aux modes, aux aspirations communautaristes. Elle justifie aussi le marché scolaire. Cette idée, qui s’est affirmée pour la première dans le décret mission est antinomique avec la notion d’école publique et, paradoxalement avec l’idée précédente, réduire les inégalités.
A nous d’agiter la sonnette d’alarme pour relever si nécessaire des manquements gouvernementaux au fil des ans, singulièrement en ce qui concerne les points suivants :
·        Evaluation régulière des acquis du Pacte d’Excellence
·        Développer le numérique au sein des écoles
COMMENTAIRE :D’accord à condition de ne pas se soumettre aux diktats des GAFAM
·        Veiller à une meilleure transition entre les niveaux d’enseignement
·        Renforcer quantitativement et qualitativement l’apprentissage  des langues (création d’écoles bilingues  en Wallonie et à Bruxelles
COMMENTAIRE :Une certaine Onkelinx n’a-t-elle pas dit ‘tous bilingues en l’an 2005. En 2019, je pense qu’il est grand temps d’arrêter de se fiche du monde ;
·        Soutenir et amplifier les projets novateurs
·        Améliorer les dispositifs du suivi des élèves
·        Evaluer l’organisation de la réforme de la formation initiale des enseignants  (postposée d’un an) et la budgéter
COMMENTAIRE :avant de se préoccuper de la réforme de la formation, ne faudrait-il pas se préoccuper de la pénurie ?
·        Considérer français langue étrangère comme une compétence transversale
·        Renforcer les apprentissages de base (lire écrire, comprendre ( !?!) communiquer, compter et calculer)
·        Rompre avec le retard PISA) par un processus d’accompagnement personnalisé.
COMMENTAIRE :Le jour où le politique cessera de considérer PISA comme LA référence absolue, tout le monde se portera mieux ;
·        Généraliser la remédiation immédiate personnalisée. (deux périodes d’accompagnement personnalisé hebdo  et une heure d’étude dirigée
·        Développement d’activités der soutien scolaire de qualité et écoles de devoirs au sein ou à proximité de l’école.
COMMENTAIRE :il y a un décret Ecoles de devoirs depuis des années, sans ‘contrôle qualité’. L’idée est bonne, quels budgets ??
·        Prévoir un encadrement adéquat dans l’enseignement maternel
·        Lutter contre de décrochage scolaire notamment par le sensibilisation des parents
COMMENTAIRE :Quand j’étais encore en fonction, la CFWB avait mis en place un dispositif de signalement qui passait par les CPMS. C’était bureaucratique, mais ça existait. Et puis ça a disparu, sans aucune concertation. Par ailleurs des dispositifs existent déjà (voir les circulaires)
·        Accompagner les enfants qui connaissent des troubles d’apprentissage
COMMENTAIRE :Ils ont déjà entendu parler de l’enseignement spécialisé  ?
·        Réformer les dispositifs d’accueil  et de scolarisation des primo arrivants (élèves qui ne maîtrisent pas la langue d’apprentissage.
COMMENTAIRE La seule réforme que j’ai connue (passer des classes passerelles aux DASPA) a consisté à réduire les moyens (trois classe passerelles à Schaerbeek pour un DASPA).
·        Engagement d’un nombre plus élevé de puéricultrices
·        Ancrer les connaissances numériques comme savoir à part entière
·        Revaloriser les STEM (sciences , technologies, engineering and mathematics)
·        Trop peu d’élèves se dirigent vers les STEMS qui doivent permettre de relever les défis majeurs de l’avenir (changements climatiques, défis énergétiques et technologiques. )
COMMENTAIRE Curieux de voir le lien entre ces vœux pieux et les aménagements de la formation initiale ?
·        Monitoring régulier des filières stem
·        Favoriser les échanges entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur
·        Proposer des activités extrascolaires  diversifiées à haute valeur pédagogique accessibles à tous les enfants
COMMENTAIRE Budget enseignement et budget ONE ??
·        Nécessité d’avoir des enseignants bien formés dans les classes alors que la pénurie s’aggrave
Où sont les propositions concrètes ??
·        L’amélioration de notre système éducatif et la lutte contre la pénurie passe par une plus grande reconnaissance du travail des équipes pédagogiques.
COMMENTAIRE Non, elle passe par une réflexion sur ce qu’est vraiment le métier d’enseignant ? ETRE PROF EST-CE ETRE UN COACH OU QUELQU’UN QUI TRANSMET ? DEPUIS QUE LE SOCIO-CONSTRUCTIVISME MET L’ELEVE AU CENTRE DES APPRENTISSAGES ET TRANSFORME L’ENSEIGNANT EN ACCOMPAGNATEUR, ON A FONDAMENTALEMENT MODIFIE LA FONCTION ENSEIGNANTE SANS VRAIMENT REFLECHIR AUX CONSEQUENCES DE CE CHANGEMENT. PERSO, J’AI CHOISI D’ETRE INSTIT POUR TRANSMETTRE DES SAVOIRS, PAS POUR JOUER A L’ANIMATEUR SOCIO-CULTUREL.
Ne tournons pas autour du pot : de deux choses l’une : ou bien on jette nos dernières ressources dans l’école qu’on réforme en profondeur comme ont su le faire les Finlandais ou alors on accepte l’accélération du déclin. Je ne vois qu’une solution c’est d’en faire une priorité européenne comme le suggère Tibor Navracsics, le nouveau
Commissaire européen pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport : «  L'éducation est revenue, à juste titre, au premier rang des priorités politiques de l'Union européenne. Elle est en effet essentielle au maintien de la compétitivité de notre économie et joue un rôle capital dans l'édification d'une société solidaire et équitable. Je me réjouis que ce fait soit aujourd'hui largement reconnu -- et que nous ayons mis en place tous les éléments nécessaires pour porter à un niveau inédit la coopération européenne dans ce domaine ».
« Nous devons faire des enseignants la pierre angulaire de l'espace européen de l'éducation »
DiverCity répète inlassablement ce message : les enseignants sont la clé de voûte de l’école. Si on les abandonne à leur triste sort sans les armer  face à la violence montante et à l’indiscipline des élèves l’école s’effondrera et avec elle la civilisation européenne ainsi que notre mode de vie à l’européenne.
It is as simple as that !
MG


ASSURER LA REUSSITE DE L'ESPACE EUROPEEN DE L'EDUCATION -- LE ROLE DETERMINANT DES ENSEIGNANTS
Tibor Navracsics
Commissaire européen pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport

L'éducation est revenue, à juste titre, au premier rang des priorités politiques de l'Union européenne. Elle est en effet essentielle au maintien de la compétitivité de notre économie et joue un rôle capital dans l'édification d'une société solidaire et équitable. Je me réjouis que ce fait soit aujourd'hui largement reconnu -- et que nous ayons mis en place tous les éléments nécessaires pour porter à un niveau inédit la coopération européenne dans ce domaine.
.
Avec les États membres, la Commission européenne a posé les solides fondations d'un véritable espace européen de l'éducation : en promouvant les études à l'étranger et en développant les compétences clés, telles que l'esprit d'initiative et les compétences numériques ; en encourageant la reconnaissance mutuelle des diplômes, l'acquisition de langues étrangères, l'éducation et l'accueil des jeunes enfants ; en renforçant les valeurs communes et l'inclusion. La nouvelle initiative "universités européennes" crée déjà de nouvelles opportunités pour les étudiants et les établissements d'enseignement supérieur.
Un projet aussi ambitieux que l'espace européen de l'éducation nécessite un financement à la hauteur des enjeux. C'est la raison pour laquelle la Commission a proposé que le budget d'Erasmus soit doublé dans le cadre du prochain budget à long terme de l'UE pour la période 2021-2027, afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier de ce programme.
L'espace européen de l'éducation représente une grande avancée, qui aidera l'UE à faire face aux défis du XXIe siècle, à ouvrir des perspectives à chacun et à exploiter au mieux son atout le plus précieux: les talents de ses citoyens. Je suis fier d'avoir joué un rôle dans sa création.
Cependant, sa réussite dépend tout particulièrement d'un facteur, qui est souvent négligé: les enseignants, leur motivation et l'image qu'ils ont d'eux-mêmes. Pour que l'espace européen de l'éducation puisse porter ses fruits, il est nécessaire que les enseignants soient confiants et respectés. Il faut connaître leurs sentiments et leurs besoins pour pouvoir proposer des mesures efficaces face aux défis auxquels ils sont confrontés.
L'édition 2019 du rapport de suivi de l'éducation et de la formation, que je présenterai et dont il sera débattu lors du deuxième sommet européen de l'éducation à Bruxelles le 26 septembre, sera un guide utile. En effet, cette publication phare de l'UE, qui dresse un état des lieux annuel de l'éducation dans les États membres, est consacrée cette année à la profession d'enseignant. Le rapport de suivi, qui intègre et analyse les résultats de l'enquête internationale sur l'enseignement et l'apprentissage menée par l'OCDE, livre un éclairage précieux sur la manière dont les enseignants évaluent leur situation actuelle et voient l'avenir.
Nous devons faire des enseignants la pierre angulaire de l'espace européen de l'éducation
Avant tout, ce rapport montre que les enseignants veulent être davantage et mieux formés pour relever les défis sociaux et technologiques auxquels ils sont confrontés. L'un de ces défis est d'exploiter au mieux les nouvelles technologies sans perdre de vue leurs côtés néfastes. Un autre est de parvenir à surmonter la difficulté d'enseigner dans des classes culturellement mixtes. Les enseignants veulent également une plus grande reconnaissance de leur profession. Selon l'enquête, seulement 18 % d'entre eux estiment que leur métier est valorisé dans la société. Au-delà des salaires, qui restent globalement faibles, relever le prestige et l'autorité des enseignants est une nécessité absolue, et non une simple option. Le rapport de suivi pointe également les pénuries d'enseignants dans plusieurs États membres, en particulier dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques. Il aborde aussi d'autres problèmes sociaux majeurs. De combien d'enseignants aurons-nous besoin à l'avenir et pour combien d'élèves? C'est une question sur laquelle les décideurs politiques doivent se pencher, en particulier dans le contexte du vieillissement de nos populations et de la désertification des zones rurales.
Ces huit dernières années, le rapport de suivi de l'éducation et de la formation a joué un rôle majeur pour guider la réforme de l'éducation dans l'ensemble des États membres. Le message qui s'en dégage cette année est clair: des réformes ambitieuses ne pourront être menées que si les enseignants se sentent confiants et reconnus. Il est de notre devoir de faire d'eux la pierre angulaire de l'espace européen de l'éducation.

vendredi 27 septembre 2019

Le milieu enseignant choqué par le suicide d’une directrice d’école

Par   Marie-Estelle Pech  (Figaro)

Retrouvée morte lundi dans son établissement de Pantin, elle avait au préalable adressé des courriers où elle y décrivait un profond épuisement professionnel et de mauvaises conditions de travail.
Son suicide, le week-end dernier, dans le hall de l’école maternelle qu’elle dirigeait, soulève beaucoup d’émotion. Dans une longue missive envoyée samedi juste avant sa mort à une quinzaine de directeurs d’école et à l’inspection d’académie locale, Christine Renon, 58 ans, directrice de l’école Méhul de Pantin (Seine-Saint-Denis), décrit son épuisement professionnel, son sentiment de solitude face aux parents et à l’administration... Un courrier douloureusement ressenti dans le milieu enseignant - et largement partagé sur les réseaux sociaux- car il met en lumière le «mal-être» ressenti par la profession, lié à un sentiment d’isolement et de manque de reconnaissance.
«LES DIRECTEURS SONT SEULS!»
«Samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée après seulement trois semaines», commence la directrice, décrite par son entourage comme célibataire et sans enfant, très investie dans son travail. «Une femme très digne, dotée d’un solide sens de l’humour, le pilier de l’école», témoigne une mère d’élève. Christine Renon raconte dans son courrier les soucis «accumulés», le risque de fermeture de classe qui concourt «au stress», «des petits soucis à régler» en permanence qui occupent tout le temps de travail, des enseignants «épuisés» par les rythmes scolaires, le bricolage, l’absence de matériel, d’ordinateurs... «Les directeurs sont seuls!», se désole-t-elle, évoquant son «épuisement». Seuls face à des parents qui ne «veulent pas de réponses différées». «Tout se passe dans la violence de l’immédiateté», ajoute-t-elle. Ses dernières phrases sont déchirantes: «Je me demande si je ne ferai pas une petite déprime!!» écrit-elle, tout en conservant la force de remercier les «parents d’élèves élus», les «parents en général», ses «collègues directeurs», ses collègues «pour leur travail avec leur classe ( «et bravo, les nouveaux arrivants!», ajoute-t-elle), les «enfants qui ont fréquenté et fréquentent encore l’école», «les animateurs». Avant de demander à l’institution de «ne pas salir mon nom».
UNE ENQUETE ADMINISTRATIVE OUVERTE
Un rassemblement est prévu jeudi soir devant son école, où sont scolarisés environ 300 enfants. Le corps de l’enseignante a été découvert lundi matin dans le hall de l’école, avant l’arrivée des enfants. Mais la mort est vraisemblablement intervenue samedi. Sur place, les enquêteurs ont retrouvé «plusieurs courriers écrits de sa main pour informer de son choix» et «une affichette à l’entrée de l’école à l’intention de la gardienne». L’Éducation nationale a envoyé sur place l’inspecteur d’académie et mis en place une cellule d’écoute. Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail a été saisi par l’académie de Créteil. Une enquête administrative a été confiée mercredi à l’inspection générale.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
«TOUT SE PASSE DANS LA VIOLENCE DE L’IMMEDIATETE» 

Cette brève est franchement pathétique. Que l’on imagine l’immense souffrance de cette femme que l’on décrit comme engagée et compétente. Le drame s’est produit moins d’un mois après la rentrée scolaire. Il illustre de manière tragique le caractère insoutenable du métier de directeur aujourd’hui face notamment à la pression insensée exercée par certains parents.
Dans les années soixante, le chef d’école était investi d’un pouvoir extravagant tandis que sa charge administrative était tout à fait supportable. Patron incontesté de son bahut, toute autorité émanait de lui notamment sur le plan de la sacro sainte discipline.    Le monde a changé depuis et avec lui l’école, son reflet, microcosme de toutes les contradictions et de tous les paradoxes.
Je fus chef d’école d’un gros athénée communal dans les années quatre vingt et j’ai senti très vite que le temps des préfets de droit divin exerçant un pouvoir de type vertical « du haut vers le bas » était à jamais révolu. Et je m’en réjouis. Le chef d’établissement continuait à incarner les valeurs de l’établissement et était en quelque sorte l’incarnation vivante et le garant du projet d’école.  De vertical, le pouvoir, le « vouloir » comme je disais,  s’exerçait de manière plus horizontale, par délégation.  Il s’agissait de « donner carte blanche » à toute initiative émanant du corps professoral et aussi  des élèves.
A lui de proposer une vision, un projet, un style, à lui d’insuffler un esprit et d’innover. Personne n’illustra mieux ceci que Francis Bonnet préfet de Charles Janssens, « visionnaire et funambule » selon l’expression d’un échevin ixellois de l’époque. C’est que Francis, pédagogue de formation, très proche de Louis Vande Velde, patron de la faculté de pédagogie de l’ULB,  était animé d’une énergie et d’une créativité phénoménales. Pareil  pour Francine Debreuck préfète de Decroly, une très grande dame. Il y en a avait alors quelques uns  et quelques unes  de cette trempe et leur établissement renommé refusait du monde.
Le chef d’école subit de multiples pressions de la part du ministère (les fameuses circulaires à respecter scrupuleusement faute de quoi les subsides ne sont pas accordés) du pouvoir organisateur (politique ou religieux), des puissants syndicats d’enseignants, des associations de parents, des élèves…
De quoi vous donner le tournis. Il m’est arrivé de vivre des situations paradoxales. Un jour, un commandant de gendarmerie surgit dans  mon bureau avec l’ordre d’évacuer l’école. Le poste de gendarmerie proche avait reçu un appel ; annonçant qu’une bombe allait exploser dans l’école. Je refusai d’obtempérer, sachant très bien qu’il devait y avoir  une interro importante programmée ce jour là. Mais aurai-je la même attitude en 2019 après que nous avons vécu une cruelle vague d’attentats. J’en doute.
C’est que le métier a changé du tout en tout en quarante ans. Tous les directeurs d’école que j’ai croisés au cours des dernières années n’ont qu’une seule hâte : être admis à la retraite. La plupart sont menacés par le burn out, cette maladie contagieuse du XXIème siècle.
Les pouvoirs organisateurs peinent à trouver des candidats pour exercer cette fonction clé. On exige du chef d’école qu’il anime ses équipes pédagogiques mais la charge administrative écrasante ne lui en laisse guère le temps. On pourrait imaginer cependant que le poste d’économe qui existe soit dévolu à des gestionnaires professionnels spécialement formés à cette intention. On en est loin. Le chef d’école que la paperasse retient dans son bureau pourrait être libéré de la gestion du personnel et du bâtiment pour se consacrer tout entier à l’accompagnement des équipes et singulièrement au coaching des enseignants débutants.
La nouvelle ministre de l’enseignement de la Communauté française semble avoir un nouveau dada : aménager le temps scolaire et revoir le calendrier des vacances. Non Madame, vous faites fausse route. Il y a plus urgent : réformer le statut des chefs d’école et veiller à leur formation tout en revalorisant leurs barèmes. Si on entend, comme on nous le dit, réformer l’école en profondeur, c’est par là qu’il faudrait commencer.
Le suicide de cette directrice d’école française est un coup de semonce en direction du monde politique. Monsieur Blanquer, ce ministre passéiste s’est contenté de tweeter sa tristesse. Il est à redouter qu’il devra beaucoup tweeter avant la fin de son mandat.
MG     



mercredi 25 septembre 2019

MOYEN ORIENT ET MONDE


Face à l’Iran, les trois « mauvaises options » de l’administration US 

En moins de vingt-quatre heures, Washington a tempéré ses propos dans l’affaire de l’attaque contre des installations pétrolières de la compagnie nationale saoudienne Aramco. Si l’opération a été revendiquée par les rebelles houthis au Yémen, appuyés par l’Iran, la Maison-Blanche et l’Arabie saoudite n’ont pas hésité à pointer du doigt Téhéran – preuves à l’appui. Qualifiant mercredi, depuis Riyad, l’attaque d’« acte de guerre », le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a nuancé son discours jeudi, à Abou Dhabi, en assurant que l’administration américaine privilégiait une « solution pacifique ». Le président américain, Donald Trump, avait affirmé quelques jours plus tôt être « prêt à riposter ». « Je peux vous dire que c’était une très grosse attaque et notre pays pourrait très facilement y répondre par une attaque beaucoup plus grosse », avait-il insisté.
Misant un temps sur une approche quasi belliciste, un temps sur une voie diplomatique, Washington semble vouloir gagner du temps. De fait, sa réponse se fait attendre. Pris en étau dans un Moyen-Orient particulièrement inflammable ces derniers mois, la Maison-Blanche ne cache pas son souhait de ne pas entrer dans une confrontation directe avec la République islamique. Alors que le Golfe semble vivre un momentum décisif pour son avenir en matière de défense militaire, L’Orient-Le Jour décrypte les différentes options à disposition de Washington pour répondre à ce qu’il considère comme une attaque de l’Iran contre son allié saoudien.

NE PAS REPLIQUER MILITAIREMENT
Première possibilité pour les États-Unis : ne pas répondre militairement à la frappe attribuée à l’Iran. Une option en continuité avec l’intention de Washington de ne pas s’engager dans un conflit ouvert. Ce, d’autant plus que rallier des soutiens sur le plan domestique en faveur d’une opération militaire serait difficile. « L’Arabie saoudite n’a plus la cote auprès des Américains, en particulier depuis l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi », rappelle à L’Orient-Le Jour Bruce Riedel, ex-responsable au sein de la CIA et chercheur à la Brookings Institution. Conformément à sa stratégie depuis deux ans, Donald Trump semble miser pour le moment sur une guerre verbale par tweets interposés avec les officiels iraniens et une riposte limitée aux secteurs économique et financier. Le locataire de la Maison-Blanche a d’ailleurs annoncé hier que de nouvelles mesures ont été prises contre la Banque centrale iranienne et le fonds souverain de Téhéran pour « financement du terrorisme », les présentant comme les « sanctions les plus sévères jamais imposées à un pays ».
S’en tenir à cette stratégie face à une attaque lourde de symbole sur le sol d’un des alliés majeurs de Washington dans la région présenterait néanmoins le risque pour Washington de voir la crédibilité de son parapluie sécuritaire remise en question – non seulement aux yeux de ses alliés arabes, mais aussi occidentaux. « Si les États-Unis ne réagissent pas à l’attaque, y compris militairement, je pense que l’opinion publique remettra en question la détermination américaine à protéger non seulement les pays du Golfe, mais également le flux de pétrole vers le marché, ce qui constitue l’un des plus gros enjeux », explique à L’OLJ Wa’el Alzayat, ancien expert de la politique américaine au Moyen-Orient au département d’État américain. « Cela enverrait par ailleurs un message à d’autres pays, comme la Russie et la Chine, pour dire que les États-Unis ne sont pas disposés à prendre certaines mesures, qui comportent des risques, pour protéger leurs intérêts et ceux de leurs alliés », poursuit-il.

FRAPPER DIRECTEMENT L’IRAN
C’est l’option la plus radicale dont dispose l’administration Trump. L’Iran n’a toutefois pas directement revendiqué l’attaque contre l’Arabie saoudite. La confusion persiste, rendant une attaque directe contre Téhéran compliquée à mettre en œuvre. Cela n’a pas empêché la presse américaine de dévoiler une liste de cibles potentielles en Iran. « Les planificateurs militaires du Pentagone et du commandement central des États-Unis (…) ont transmis une liste de cibles iraniennes pouvant constituer une réponse proportionnelle », écrivait mercredi le New York Times, évoquant le fait que « les options les plus agressives incluent des frappes contre la raffinerie de pétrole d’Abadan, en Iran, l’une des plus grandes au monde, ou l’île Kharg, la plus grande installation d’exportation de pétrole du pays, options rapportées pour la première fois par NBC News ». L’île de Kharg avait d’ailleurs été l’une des cibles du régime irakien lors de la guerre Iran-Irak (1980-1988), durant l’épisode de la « guerre des pétroliers ». Parmi les autres cibles potentielles, figurent les sites de lancement de missiles balistiques ainsi que des bases sous la direction des gardiens de la révolution, notamment dans le Sud-Ouest iranien.
Attaquer directement l’Iran pourrait entraîner une réaction immédiate de Téhéran. Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a d’ores et déjà donné le ton jeudi en prévenant, dans une interview accordée jeudi à CNN, qu’une frappe directe américaine ou saoudienne contre l’Iran entraînerait inévitablement une « guerre totale » dans toute la région. « Si l’Iran est la cible d’une frappe américaine limitée, cela signifierait que les États-Unis ne sont pas intéressés par le fait d’élargir l’échelle et la portée de la confrontation », estime Wael Alzayat, précisant qu’il y a « toujours une chance pour que les Iraniens réagissent et (re)répondent jusqu’à conduire la situation à une escalade ».

FRAPPER LES SUPPLETIFS IRANIENS AU YEMEN, EN SYRIE ET EN IRAK
Depuis le début de l’intervention de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen en mars 2015, les Américains n’ont jamais frappé directement les houthis. Pour Washington, s’impliquer dans le conflit yéménite maintenant semblerait contradictoire compte tenu des pressions actuellement exercée par les États-Unis pour forcer l’Arabie saoudite à s’en désengager. En Syrie, les Américains pourraient cibler une ou plusieurs positions des gardiens de la révolution (pasdaran), très actifs dans le pays. Deux éléments viennent toutefois compliquer une telle opération : le parapluie militaire russe – notamment les missiles S-300 et S-400 implantés par le Kremlin en Syrie – et la symbolique de la frappe. Celle-ci serait de bien moindre ampleur en Syrie du fait que le pays est déjà en guerre et que les lignes géopolitiques sur place sont assez floues, sans parler du fait qu’Israël mène déjà depuis plus de deux ans des frappes sur les positions des combattants iraniens ou pro-iraniens sur place. C’est donc chez le voisin irakien qu’une réponse américaine semble le plus « appropriée ». Mais une telle frappe mettrait en danger des milliers de soldats américains présents en Irak. Des frappes sur le territoire irakien pourraient par ailleurs placer Bagdad dans une situation délicate. Tiraillé entre les relations qu’il entretient avec les États-Unis d’un côté et l’Iran de l’autre, le gouvernement irakien a répété à maintes reprises vouloir rester neutre dans la confrontation Washington-Téhéran. Le gouvernement de Bagdad, et en particulier des groupes irakiens proches de l’Iran, pourraient aller jusqu’à demander le départ des troupes américaines. Ces groupes ont par ailleurs le soutien du leader chiite Moqtada al-Sadr, hostile à la présence américaine en Irak.



COMMENTAIRE DE DIVERCITY
PERSONNE  JAMAIS N’A MIS LA PERSE A GENOUX HORMIS ALEXANDRE LE GRAND …

Que Trump se méfie de lui-même…
Il pourrait être tenté d’attaquer l’Iran dans le dessein d’en tirer un avantage électoral pour 2020. Que ce président imprévisible et sanguin  qui méprise l’histoire se souvienne quand même que l’Union soviétique se suicida  en Afghanistan et que  sa vaillante Amérique perdit la face au Vietnam et ensuite en Irak. Un troisième revers de cette ampleur  serait un désastre pour les Etats Unis.

MG


«UNE LEÇON A MEDITER POUR TRUMP: MEME ROME N’A PAS REUSSI A CONQUERIR LA PERSE»
Vox Monde | Par Stéphane Ratti


entrepris d’envahir la Perse quatre fois, et toujours en vain, raconte Stéphane Ratti, professeur d’histoire de l’Antiquité à l’université de Bourgogne-Franche-Comté*. Il n’est pas indifférent de le rappeler en ces temps de crise entre Washington et Téhéran, juge l’universitaire.
«Comparaison n’est pas raison» enseigne la sagesse populaire, ce qui en latin se dit «omnis comparatio claudicat», «toute comparaison est boiteuse». On peut néanmoins se demander si la crise entre les États-Unis et l’Iran ne permet pas quelques rapprochements avec l’Antiquité invitant aujourd’hui Washington à la prudence.
L’Iran actuelle est essentiellement l’héritière du puissant empire parthe des Arsacides qui perdura six siècles entre le IIIe siècle avant J.-C.et le IIIe après J.-C. et de l’empire perse des Sassanides dont l’apogée se situe entre le IIIe et le VIIe siècles après J.-C..Se sont succédé en ce vaste espace de puissants monarques qui portaient le nom dynastique de Phraatès pour les Parthes, de Sapor ou encore Châhpuhr, qui signifie «chef», pour les Perses.
On connaît en Jules César (100-44 avant J.-C.) le conquérant des Gaules mais on sait moins que son grand rêve se développait plutôt en Orient et consistait à soumettre l’empire des Parthes. Jérôme Carcopino expliquait ainsi dans sa biographie indépassée du dictateur romain que si ce dernier avait accepté le titre de roi — un titre ô combien dangereux à Rome depuis qu’on en avait chassé le tyrannique roi Tarquin en 509 avant notre ère —ce n’était que dans le but de pouvoir, grâce à ce titre, rivaliser en prestige avec le seul et véritable Grand Roi, celui des Parthes.
Au deuxième siècle avant notre ère, Caton l’Ancien répétait qu’il fallait détruire Carthage. Comme en écho, au IVe après J.-C., le parti militaire et traditionaliste romain criait à toutes occasions par la bouche de l’un de ses plus illustres représentants, l’historien latin Ammien Marcellin: «Il faut détruire la puissance perse!» Ce qui n’avait jamais été fait par le passé malgré les tentatives, toutes demeurées infructueuses et soldées par des humiliations militaires, des empereurs romains parmi les plus avisés comme Trajan (98-117 après J.-C.), Alexandre Sévère (222-235) ou encore le grand Constantin lui-même (306-337).
La guerre entre les deux empires ne négligeait pas la propagande ou la communication la plus spectaculaire. Ainsi lorsque l’empereur romain Valérien fut fait prisonnier par les Perses, à l’âge de 70 ans, en 260 de notre ère, le roi Sapor fit-il éditer des bijoux, des camées, célébrant la capture de son ennemi. Il humilia en outre son rival en le contraignant, si l’on en croit le polémiste chrétien Lactance, de lui servir de marchepied «chaque fois qu’il lui prenait l’envie de monter à cheval ou sur son char». Sans doute aussi le Perse commandita-t-il les reliefs de Bishapour, en Iran, qui montrent, sculptés dansla roche, les empereurs romains Gordien et Valérien vaincus respectivement en 238 et 260. La propagande des Perses répondait à celle des Romains qui exposaient sur le forum des tableaux évocateurs de leurs propres succès.
La mort de Julien en 363 et l’échec de l’invasion de la Perse par les troupes romaines marque sans doute un tournant dans le destin de l’Empire
Bref, personne à Rome n’était capable de se hisser à la hauteur d’Alexandre le Grand, vainqueur des Parthes en son temps, et cela blessait le sentiment patriotique des Romains. Pire encore: en 363 le dernier empereur païen, Julien, entreprit, depuis Antioche, de pénétrer en territoire perse par la voie du Tigre, à la tête d’une armée nombreuse et «suivi de près par une nuée d’embarcations portant des machines de siège». Mais il échoua une nouvelle fois à réaliser le vieux rêve de César en y laissant lui-même la vie, au cours d’une escarmouche aux pieds de la citadelle de Ctésiphon, la capitale de l’empire perse, à proximité de l’actuelle Bagdad.
Déjà, en 1991, George H. W. Bush, aurait pu tirer profit, au cours de la première guerre du Golfe, afin de préparer au mieux l’opération «Tempête du désert», de la lecture de l’œuvre historique d’Ammien Marcellin. Cet historien latin, qui avait participé au sein de son état-major, à l’expédition funeste de Julien, signale dans les livres 24 et 25 de son ouvrage (les Res Gestae) les difficultés mêmes auxquelles les soldats américains n’échapperont pas à leur tour quelque seize siècles plus tard: les températures torrides, les assauts de moustiques,le sable omniprésent et surtout les puits de pétrole en feu… Ammien Marcellin raconte avec force détails que des nappes de bitume affleuraient dans le désertet s’enflammaient spontanément causant la panique parmi les légionnaires romains. Dans les nuages de sablesles soldats de Julien croyaient voir divers prodiges et sous un soleil hallucinantils ne pensaient plus qu’à rentrer au pays, abandonnant tout sens des réalités. La région désorientait l’état-major romain et faisait perdre aux meilleurs stratèges leur lucidité, affolés qu’ils étaient par des prodiges surnaturelsqui ne cessaient, entre crues, tornadeset embuscades ennemies, de les assaillir sans que jamais l’ennemi se laisse apercevoir. Aveuglé par son désir de gloire et l’ambition de devenir un nouvel Alexandre, Julien emprunta «la torche funeste de Bellone», la divinité guerrière, pour mettre le feu, au sens propre,à ses vaisseaux afin d’empêcher tout projet de retraite. Mais cela ne suffit pas.
L’expédition perse de Julien s’acheva par une déroute militaire et une humiliation diplomatique terrible, Rome cédant à la Perse de nombreuses places fortes et de larges territoires. L’aristocratie romaine rumina longtemps l’échec contre les Perses. La mort de Julien en 363 et l’échec de l’invasion de la Perse par les troupes romaines marque sans doute un tournant dans le destin de l’Empire.
Ammien Marcellin le pressentit et mit en garde tous ceux qui, à l’avenir, tenteraient l’aventure en Mésopotamie et au-delà vers l’est: «Nous savons parfaitement que certains esprits peu lucides répètent les expériences malheureuses et que, bien qu’ils aient été vaincus, ils recommencent les guerres comme des naufragés reprennent la mer et finissent par retomber dans les pièges dont ils ont été si souvent victimes».
*Agrégé de lettres classiques. Auteur de nombreux ouvrages, Stéphane Ratti publie Esprit libre (Éditions universitaires de Dijon, col. «Essais», 176 p., 10 €), recueil de ses textes parus dans Le Figaro entre 2015 et 2019.

mardi 24 septembre 2019

Pour les élus locaux, le MR a besoin d'un projet progressiste


Le Vif

Une quarantaine d'élus locaux du MR réclament un "nouveau projet progressiste" pour leur parti. Ils appellent notamment à un réinvestissement des libéraux francophones dans les villes.
Le 1er novembre, le vice-Premier ministre et ex-président du parti, Didier Reynders, rejoindra la Commission européenne. Le 1er décembre, ce sera au tour du Premier ministre et actuel président, Charles Michel, de prendre la présidence du Conseil européen. Au mois de novembre, le MR élira un nouveau président.
Plusieurs noms de candidats sont cités: le ministre des Indépendants, Denis Ducarme, le délégué général du parti, Georges-Louis Bouchez, ou encore le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin. "Notre parti doit prendre de la hauteur et se doter de nouvelles fondations. Le départ de plusieurs de nos leaders pour de hautes fonctions européennes et l'élection à venir du nouveau président appellent notre formation à prendre le temps de la réflexion", disent ces élus locaux, parmi lesquels on retrouve Georges Verzin (Schaerbeek) et Louis Maraite (Liège), dans une tribune libre publiée par La Libre. "Nous attendons des différents candidats et des instances du parti l'organisation d'un vrai débat d'idées en lieu et place de questions de personnes".
Ces élus mettent en avant les axes qui doivent à leurs yeux structurer le projet des Réformateurs: défense de la liberté d'expression et d'entreprendre, dépénalisation de l'IVG, réduction des inégalités, investissements en matière de recyclage et lutte contre le gaspillage, impartialité de l'Etat et primauté du droit sur la foi ou encore un programme social qui prenne en compte la cohésion sociale des grandes villes. La plupart de ces élus sont issus de grandes agglomérations, des endroits où les libéraux sont souvent à la peine si l'on examine les résultats des dernières élections. "Les villes abriteront bientôt 80% de la population. Le MR doit s'y réinvestir et prendre en compte tous les enjeux liés à leur diversité, l'exode des classes moyennes vers les périphéries, sous peine de ne plus être qu'une expression politique marginale", disent-ils avant d'insister sur "l'urgence à redéfinir (...) un nouveau projet politique progressiste".
LE SCORE DE L’EXTREME DROITE PARTOUT EN EUROPE SONNE COMME UN SIGNAL D’ALARME QUI DOIT POUSSER TOUS LES LIBERAUX AU COMBAT.
Opinions
L'aile progressiste du MR sort du bois: "Si le parti rate ce tournant, il ne convaincra plus que ses électeurs les plus conservateurs"
Contribution externe La Libre Belgique
Décidément, la perspective des élections internes au MR suscite beaucoup de réflexion chez les libéraux. Alors que le nouveau président des "bleus" doit être connu pour la mi-novembre et que plusieurs candidats putatifs apparaissent (Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez, etc.), une quarantaine d’élus locaux ont pris leur plume pour réclamer un tournant progressiste du MR (lire ci-dessous).
Ils réclament une refondation du MR sur cette base: " Nous soutenons l’affirmation d’un projet politique fort , résolument progressiste et moderne ", écrivent-ils. Sans changement dans le message porté par le MR, ils craignent que leur parti ne séduise plus que les électeurs les plus conservateurs. À leurs yeux, le Mouvement réformateur doit insister sur des thèmes tels que l’émancipation sociale, l’égalité entre hommes et femmes ou encore l’environnement. Au passage, notons qu’ils réclament la dépénalisation de l’IVG.


VOICI L'OPINION D'UN COLLECTIF DE SIGNATAIRES ISSUS DU MR:

Le score de l’extrême droite partout en Europe sonne comme un signal d’alarme qui doit pousser tous les libéraux au combat.
Notre monde actuel fait face à des changements profonds : résurgence des discours de peur et de haine, urgence climatique, difficultés institutionnelles, perte de confiance des citoyens, incapacité des partis classiques à mobiliser autour d’un projet de vivre-ensemble clair et à long terme, révolution numérique, mutations à venir en termes de mobilité et de mode de vie, besoin de repenser nos villes, etc.
Pour y répondre, complémentairement à son action dans les futurs gouvernements, notre parti doit prendre de la hauteur et se doter de nouvelles fondations.
Le départ de plusieurs de nos leaders pour de hautes fonctions européennes et l’élection à venir du nouveau président appellent notre formation à prendre le temps de la réflexion, à définir une ligne politique claire pour répondre aux attentes et besoins de notre temps.
Nous attendons des différents candidats et des instances du parti l’organisation d’un vrai débat d’idées en lieu et place de questions de personnes.
UN PROJET POLITIQUE FORT
Si le Mouvement réformateur a vocation à rassembler ce qui est épars, nous soutenons l’affirmation d’un projet politique fort, résolument progressiste et moderne, qui en constitue le socle commun auquel adhèrent militants et mandataires.
LES AXES FORTS DOIVENT EN EFFET ETRE :
• Défendre avec acharnement la liberté d’expression et la liberté d’entreprendre, sans lesquelles il n’y a pas d’avenir pour l’humanité. Mais aussi travailler à la réduction des inégalités, briser la reproduction sociale empêchant les nouvelles générations d’échapper au milieu défavorisé d’origine, faire disparaître les inégalités hommes-femmes, dépénaliser l’IVG, assurer l’égalité de tous les humains en regard de leurs choix de vie, de leurs origines, de leurs religions, de leurs préférences sexuelles.
Nous affirmons haut et fort que nous voulons promouvoir l’individu sans l’individualisme parce qu’il y a urgence à retrouver le goût d’être ensemble, à construire des projets communs, à retrouver la volonté d’agir, à cultiver le sens de l’engagement. Il n’y a pas de société si l’on réduit celle-ci à la simple juxtaposition des individus, à la satisfaction égocentrée des désirs individuels de chacun.
• La transformation du climat et la préservation de nos milieux de vie sont des enjeux fondamentaux pour la société, qui nécessitent des réponses politiques fortes et transversales aux différents domaines de l’action publique. Les politiques se doivent de promouvoir la voie de la durabilité par des choix cohérents, en guidant les citoyens et les organisations. Cela passera notamment par une incitation dans les investissements en matière de recyclage et une lutte drastique contre le gaspillage des ressources.
• Déployer un projet social qui prend en compte les questions de pauvreté et de cohésion sociale des grandes villes. L’avenir passe par le redéploiement économique à partir des zones urbaines et la transformation de nos villes pour qu’elles puissent répondre aux besoins de leurs habitants actuels et à venir, et offrir une qualité de vie, une sécurité et une ouverture sur le monde. Nos villes doivent être rayonnantes.
• Réaffirmer le principe d’impartialité de l’État, de la séparation entre les religions et l’État. Chacun a le droit de croire ou de ne pas croire, de pratiquer la religion ou la philosophie de son choix, mais dans sa sphère privée. Le droit prime sur la foi. Rejetant le repli sur soi communautaire, œuvrer à la mise en place d’une société interculturelle reposant sur les valeurs communes de tolérance et d’égalité. C’est particulièrement urgent à Bruxelles et dans les villes !
• Promouvoir la citoyenneté par son apprentissage tôt à l’école, et en associant ensuite le citoyen à la prise des décisions qui le concernent. Les libertés démocratiques s’estompent si on ne les entretient pas.
• Réinvestir dans notre enseignement, et redéfinir un projet éducatif émancipateur quelle que soit l’origine sociale des parents, par la mise en place de formations réellement qualifiantes dans les métiers d’avenir comme l’intelligence artificielle ou les biotechnologies, former à l’esprit critique indispensable à l’utilisation des nouveaux outils technologiques et à l’éthique.
• Travailler à un nouveau modèle économique, moderne, durable et plus proche ; un projet économique plaçant la Wallonie et Bruxelles enfin sur le chemin de la croissance pour s’assumer sans perfusion de l’État fédéral.
Si le MR ratait ce tournant, il se condamnerait à ne plus convaincre que ses électeurs les plus conservateurs.
IL Y A URGENCE
Les villes abriteront bientôt 80 % de la population. Le MR doit s’y réinvestir et prendre en compte tous les enjeux liés à leur diversité, à leur paupérisation croissante et à l’exode des classes moyennes vers les périphéries, sous peine de ne plus être qu’une expression politique marginale.
Oui, nous l’affirmons haut et clair : il y a urgence à redéfinir dans notre parti un nouveau projet politique progressiste à l’écoute des évolutions sociétales, en phase avec les urgences climatiques et les enjeux technologiques, en lien direct avec tous ceux qui sont lassés de la politique et qui attendent de nous un nouvel élan, un réel espoir autour d’un projet de société qui rassemble et fait grandir. Nous voulons travailler avec force, chacun mais ensemble, à rendre notre monde plus beau et plus harmonieux.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
POUR UN LIBERALISME A VISAGE HUMAIN

« It takes three things to succeed ; a vision to see, the vigor to act and the heart to care ? »
Il est clair que le MR est devenu un parti sans vision, sans volonté et sans empathie depuis que Louis Michel, le père fondateur du libéralisme social  a quitté la présidence du parti. Il semble donc  urgent et prioritaire que les bleus, considérablement  affaiblis par cinq ans de coalition fédérale avec la NVA, retrouvent de la couleur et de la vigueur, surtout à Bruxelles où ils ont été laminés.  Avec le départ annoncé de Charles Michel et Didier Reynders le MR est comme un poulet sans tête courant dans toutes les directions, hormis la bonne.  La lutte pour conquérir la Présidence a des allures de course à l’échalote entre des candidats sans programme et sans projet. Ils ne veulent qu’une seule chose, le pouvoir, mais le pouvoir pour faire quoi?
Aucun des challengeurs annoncés ne se mobilise « autour d’un projet de vivre-ensemble clair et à long terme, de révolution numérique, de mutations à venir en termes de mobilité et de mode de vie, besoin de repenser nos villes, etc. »
Il est clair que le MR est assez mal perçu en région bruxelloise  dans les communautés issues de la diversité où il manque cruellement de  conseillers et de députés  de couleur. Pourtant d’innombrables petits entrepreneurs qui oeuvrent dans le bâtiment, l’horeca et le commerce de proximité sont issus de la diversité.  Ils constituent un gigantesque vivier de voix libérales  qui échappent totalement  au MR.
« Pour y répondre, complémentairement à son action dans les futurs gouvernements »,  le MR doit se doit de » prendre de la hauteur et se doter de nouvelles fondations. » C’est en effet d’une refondation en profondeur que le parti a besoin, sous  la houlette d’un homme ou d’une femme qui incarne de façon crédible ce libéralisme social auquel plus personne ne croit hormis Défi qui en a fait sa feuille de route.
Quels sont les mandataires  libéraux capables de définir et surtout d’incarner «  une ligne politique claire pour répondre aux attentes et besoins de notre temps ? »
Les signataires de cette carte blanche exigent « des différents candidats et des instances du parti l’organisation d’un vrai débat d’idées en lieu et place de questions de personnes. »
Ils plaident  « pour un projet politique fort, résolument progressiste et moderne, qui en constitue le socle commun auquel adhèrent militants et mandataires. »
Faut-il y voir un appel du pied au CDH qui se cherche en se ressoursant dans l’opposition, à l’aile sociale démocrate du PS et aux plus modérés de chez écolo ? A terme on peut l’imaginer mais en attendant il est essentiel que sorte du bois une personnalité forte capable d’impulser un souffle nouveau à un parti en plein désarroi. Qui ? Christine Defraigne ?
Christine Defraigne ne manque jamais  une occasion de rappeler qu’ «Il faut réaffirmer le libéralisme progressiste du MR»
L’échevine liégeoise, ex-présidente du Sénat, appelle carrément  à une refondation du MR. « Le Mouvement réformateur doit saisir les cinq années qui viennent pour refonder son projet sur les bases du libéralisme progressiste », a-t-elle  déclaré  à « La Libre ».
« Il faut réaffirmer le libéralisme progressiste du MR. Nous sommes une frange de militants, de mandataires qui se parlent. Nous avons même peut-être atteint aujourd’hui une taille critique au MR », ajoutait l’échevine liégeoise. Elle constate avec raison que les partis traditionnels ont été « grandement secoués » par les élections.
Mme Defraigne n’est pas indifférente à «  l’évolution sociologique dans les grandes villes, singulièrement Bruxelles et Liège,  l’avenir des bassins industriels ou encore l’intelligence artificielle comme autant de préoccupations insuffisamment présentes au MR. »
La libérale souligne aussi la nécessité d’un encadrement de la liberté économique, l’importance de la répartition des richesses et les préoccupations environnementales. « Réaffirmer tout cela via un manifeste ou une charte des valeurs libérales est essentiel. Le futur président ou la future présidente du MR devra mener une refondation du parti », exhorte Mme Defraigne.
En cela elle devançait en l’annonçant indirectement le manifeste des contestataires constructifs qui entendent bien :  
  « défendre avec acharnement la liberté d’expression et la liberté d’entreprendre,»
«  travailler à la réduction des inégalités, briser la reproduction sociale empêchant les nouvelles générations d’échapper au milieu défavorisé d’origine »,
«  faire disparaître les inégalités hommes-femmes »,
« assurer l’égalité de tous les humains en regard de leurs choix de vie, de leurs origines, de leurs religions, de leurs préférences sexuelles. »
« déployer un projet social qui prend en compte les questions de pauvreté et de cohésion sociale des grandes villes. L’avenir passe par le redéploiement économique à partir des zones urbaines et la transformation de nos villes pour qu’elles puissent répondre aux besoins de leurs habitants actuels et à venir, et offrir une qualité de vie, une sécurité et une ouverture sur le monde. Nos villes doivent être rayonnantes.
Veiller à ce que toujours  le droit prime sur la foi. Rejetant le repli sur soi communautaire,
’œuvrer à la mise en place d’une société interculturelle reposant sur les valeurs communes de tolérance et d’égalité. C’est particulièrement urgent à Bruxelles et dans les villes !
Promouvoir la citoyenneté par son apprentissage tôt à l’école, et en associant ensuite le citoyen à la prise des décisions qui le concernent. Les libertés démocratiques s’estompent si on ne les entretient pas.
• Réinvestir dans notre enseignement, et redéfinir un projet éducatif émancipateur quelle que soit l’origine sociale des parents, par la mise en place de formations réellement qualifiantes dans les métiers d’avenir comme l’intelligence artificielle ou les biotechnologies, former à l’esprit critique indispensable à l’utilisation des nouveaux outils technologiques et à l’éthique.
Si le MR ratait ce tournant, il se condamnerait à ne plus convaincre que ses électeurs les plus conservateurs.
La promotion d’un dialogue  interculturel et d’une dynamique inter générationnel sont également des jokers dont le  MR de Charles Michel a fait très peu de cas. Il n’ a pas su ou  pas voulu assurer au parti une relève de jeunes talents capables  de séduire la jeunesse  très sensible aux inégalités sociales et à la  problématique environnementale .  Ce n’est certainement pas en se radicalisant à droite et en jouant les Francken bruxellois , comme fut tenté de le faire  le flamboyant Alain Destexhe,  que le MR relèvera les défis qui attendent Bruxelles et la Région wallonne.   
MG

dimanche 22 septembre 2019

Moeten N-VA en PS samen in een regering?


Moeten N-VA en PS samen in een regering? Amper één op de drie Belgen vindt van wel
HLN
Moeten N-VA en PS samen in een federale regering stappen? Amper één op de drie Belgen vindt van wel. Dat blijkt uit De Grote Peiling van VTM NIEUWS en Het Laatste Nieuws. Opvallend is dat vooral de Walen tegen een dergelijke coalitie zijn, daar is bijna 60 procent tegen. In Vlaanderen is dat 46 procent.
N-VA-kiezers zijn helemaal geen voorstander, bijna de helft (46 procent) is tegen een samenwerking met de PS. Slechts 40 procent heeft er geen probleem mee. Bij Groen zijn de minste mensen tegen een samenwerking, daar is 31 procent tegen. 47 procent vindt dat de twee partijen wel samen in een regering moeten stappen.
En bij de PS, in Franstalig België is bijna 60 procent tegen een samenwerking.
Dat een minderheid van de Belgen een coalitie met zowel N-VA als PS ziet zitten, is niet zo vreemd volgens politicoloog Dave Sinardet (VUB): “Het gaat om partijen die redelijk van elkaar verschillen. Veel mensen denken dat dat niet de meest coherente coalitie gaat opleveren”.
Of deze cijfers een verschil zullen maken voor de federale regeringsvorming? “Ik denk niet dat deze cijfers de dynamiek van de federale regeringsvorming gaan veranderen, daar zit trouwens nog altijd niet heel veel dynamiek in”, aldus Sinardet. “Maar er is in de Wetstraat een algemene consensus dat de piste mét N-VA en PS geprobeerd moet worden. Dus dat gaat men blijven doen, los van deze cijfers.”
Commentaires
1.NVA is hier voor de zoveelste keer het geweer van schouder aan het veranderen. NVA & PS zouden NOOIT samen een regering vormen. Maar beide partijen zijn bang aan het worden, dat bij onverschil, en dus bij de onmogelijkheid om een federale regering te vormen, er nieuwe verkiezingen komen, waarbij ze beiden slechter zullen uitkomen ten gunste van het Vlaams Belang. Want het zou dan heel goed kunnen dat VB de lakens volgende keer zal mogen uitdelen. Dus liever bij de duivel te biecht gaan.
2.In huishouden waar man en vrouw sterk verschillende meningen hebben en elkaar verwijten gaat men over tot een volledige scheiding. Elk moet dan maar voor zijn eigen inkomen zorgen. Laten wij dit ook doen dan is er geen ruzie meer.
3.Nieuwe verkiezingen zullen de enige oplossing zijn en dat hebben ALLE partijen aan zichzelf te danken.De kiezers,bevolking hebben stilaan hun buik vol van de politieke leugens en beloften die nooit waargemaakt worden.
4.Di Rupo stopt zijn voorzitterschap en hij weet wel waarom hopelijk wordt het land spoedig gesplitst , en de regio's moeten dan maar zelf hun boontjes doppen, zoveel miljarden gaan naar Wallonië alsook naar Brussel , Vlaanderen kan er maar wel bij varen, gedaan met profiteren.
5.Reeds vijftig jaar zijn de politiekers bezig met de bevoegdheden te verdelen. het land te hervormen. Ieder gewest kijkt naar zijn eigen belangen. Feit is dat er zoveel bevoegdheden versnipperd zijn dat het land onregeerbaar is. Reeds vijftig jaar streeft men in principe reeds naar een confederatie. Nu is het vlees noch vis met alle consequenties. Confederatie is geen splitsing.
6.Een derde is bijna 4 miljoen, in Wallonië werkt het. Wij lijden verlies, we doen het nu al véél slechter, economisch en veel schulden gemaakt door Nva en de brexit kost Vlaanderen nog meer jobs en economie. Nog 10 jaar en we mogen weer in Wallonië gaan bedelen.
7.België is gedoemd om te verkwijnen als men niet drastisch in de richting van confederalisme overschakelen
8.De N-VA samen met het VB in de oppositie is voor die 2 partijen het beste scenario om binnen 5 jaar de meerderheid te halen.
9.Ik ben in elk geval tegen een geforceerde gezamenlijke regering. Stilletjes de federale bevoegdheden laten uitdoven. In Wallonië mogen de socialisten dan uitvreten wat ze willen, op hun eigen kosten weliswaar. Brussel krijgen ze er van mij gratis bij. En laat ons in Vlaanderen gerust. En op de taalgrens kunnen ze een hoge haag planten. Dat waren toch Waalse plannen?
10.N-VA moet inderdaad niet in de federale regering "Water" en "vuur" zijn gelukkig voor ons onverzoenbaar


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON EST DANS L’IMPASSE ET ON SAIT TRES BIEN  POURQUOI. 

Selon Marc Uyttendaele dans de Standaard , le départ de la NVA du gouvernement fédéral en décembre dernier aurait  pleinement jsutifié des élections anticipées et non pas cette espèce d’acharnement à s’obstiner à gouverner avec le parlement. Il fallait ajoute-t-il en profiter pour envisager une révision constitutionnelle dans la prochaine législature. Il précise qu’il est désormais  impératif d’entamer le dialogue avec la NVA car sans elle seule une coalition fédérale ne peut être envisagée qu’avec un groupe flamand minoritaire. Autrement dit, mission impossible.  Le PS comme la NVA sont de fait des partis candidats au pouvoir.   Le célèbre constitutionaliste estime  qu’une coalition sans la NVA est pratiquement inconcevable. Désormais, le risque de devoir revoter est considérable : l’enjeu  de telles élections sera incontestablement l’avenir de la Belgique. Il estime donc  que le francophones vont devoir s’interroger sérieusement sur les « concessions idéologiques qu’ils sont prêts à faire pour sauver l’unité du pays.
Hendrik Vuye, son alter ego flamand ,  considère pour sa part que le système classique de la « particratie à la belge » est en train de s’effondrer. Le célèbre et jadis tout puissant  CVP, aujourd’hui CD&V a désormais  moins d’électeurs que le Belang ; le PS est talonné par le PTB  Les électeurs sont devenus volatiles et volontiers protestataires, de plus, Flamands et  francophones vivent désormais sur des planètes différentes. Les partis traditionnels sont en pleine déroute.  Il estime que nous traversons une crise du régime démocratique parlementaire doublé d’un vrai blocage au niveau belgo- belge caractérisé par une allergie au compromis, le tout dans un Etat social qui est devenu impossible à financer. Uyttendaele qui dénonce un immobilisme total du système  exige des  débats de fond notamment  sur Bruxelles et aussi sur la sécurité sociale, les deux cailloux dans les chaussures de la Belgique qui l’empêchent de marcher correctement. Et ne parlons pas de la monarchie Potemkine qui a cessé de faire office de ciment, comme du reste les diables rouges. Le divorce belge est prononcé de facto.
Vuye estime que la Flandre n’a pas du tout intérêt à maintenir coûte que coûte le lien avec Bruxelles. Toutefois il ne croit pas que Bruxelles puisse jamais devenir un district autonome et indépendannt. 
Uyttendaele est convaincu  que les Francophones regardent le financement commun et solidaire de la sécu comme la principale  valeur ajoutée de la Belgique ce qui fâche Vuye bien évidemment.
Toucher à ce tabou est, selon Uyttendaele, totalement rédhibitoire. Vuye signale que la sixième réforme constitutionnelle n’exclut pas cette scission. Il en va d’un transfert annuel  de 7 milliards de la Flandre au bénéfice de Wallobrux.    
Les deux informateurs, explorateurs, pré formateurs ont beau faire, rien ne bouge. Mais si un accord n’est pas trouvé en novembre il faudra se résigner à revoter.
Marc Uyttendaele annonce la couleur « si c’est pour vivre dans un pays où le Belang serait quelque part  au pouvoir (par exemple en Flandre) autant émigrer faire sécession  tout de suite »
La Belgique existera- elle encore dans 20 ans demande de Standaard
Uyttendaele répond. J’en sais rien, nous vivons l’heure de la vérité  La vraie question est de savoir si nous vivrons encore dans vingt an en Europe dans un système démocratique. Pour moi c’est cela la question essentielle.
Il se demande si la Belgique est encore une démocratie . Et de se référer aux conclusions visionnaires de François Perin dans « la démocratie enrayée  » (1958) . Et Vuye d’&abonder dans le même sens.
Ils sont d’accord sur un point essentiel : la Belgique est devenue une particratie. Une particratie qui a cessé de fonctionner. » Zijn er openingen voor een staatshervorming langs Franstalige kant, of heeft Yves Leterme die in 2008 stelt dat het federale overlegmodel zijn limieten heeft bereikt, nog altijd gelijk? » se demande Vuye.
« Y a-t-il des ouvertures pour une réforme de l'État du côté francophone ou Yves Leterme a-t-il eu raison lorsqu'il affirmait en 2008 que le modèle de compromois à la belge  fédérale avait atteint ses limites ? »
« Nous souhaitons de tout notre cœur que la Belgique survive mais on ne fait pas grand-chose pour la maintenir en vie » dit Béatrice Delvaux dans De Morgen et elle ajoute. Aucun des  négociateurs fédéraux ne veut entendre parler d’une nouvelle réforme de l’Etat.
Il est devenu urgent « d’organiser un débat parlementaire sur la manière dont devra fonctionner la Belgique de demain » si on veut qu’elle survive à cette crise .
« Certes, la a Belgique actuelle ne fonctionne plus. Faut l pour cela l’éclater ? Non il s’agit de la rendre plus efficace. » Cinquante années de plomberie institutionnelle on accouché  d’une véritable usine à gaz dont très peu comprennent le fonctionnement. »Il est devenu urgent de faire un audit de la Belgique d’aujourd’hui ! »
Le dernier sondage donne le Belang premier parti de Flandre. Danger, aussi et surtout pour la NVA. Et Béatrice de pointer le parallèle avec la montée de l’AFD d’extrême droite en Allemagne, l’élève modèle de la démocratie européenne. Alors de deux choses l’une « soit on construit des murs, on hâtasse la haine populiste ou bien on offre à l’électeur in modèle qui tient la route avec le cas échéant plus de régionalisme voir dans certains cas une refédéralisation de certains domaines. Let’s just do it ! »
Les francophones ont pris les Flamands de vitesse en formant trois gouvernements (bruxellois, wallon et de Communauté français)  tandis que les Flamands ne sont nulle part. « Quid de la légendaire efficacité flamande ? » Assurément mais reste à savoir par qui et comment seront financées les déclarations gouvernementales de ces trois exécutifs…Autre question essentielle : ces trois nouvelles coalitions tiendront-elles jusqu’en 2025 ? On sait qu’en 2025,  le principe de transferts de moyens financiers de la Flandre vers la Wallonie (7 milliards)  aura cessé d’exister.
« Ceci dit, on est pas encore à la fin du processus et il faut savoir que la patience du PS est légendaire. Pour l’heure aucun parti francophone ne songe à faire alliance avec la NVA. Mais le PS a assuré ses arrières en étant présent dans trois gouvernements francophones sur trois. La NVA est suspecte d’être plus proche du Belang qu’elle n’est prête à le reconnaître. Le pas de deux, la véritable « romance » de De Wever avec Van Grieken n’a pas été appréciée par tout le monde. Béatrice Delvaux se montre déçue par De Wever qu’elle a cessé de regarder comme un habile stratège. « c’est devenu un homme politique comme les autres, un opportuniste qui ne nous fait vraiment plus peur. Il change de cible comme de costume : d’abord les francophones et désormais les migrants qui font tellement peur à la classe moyenne flamande. »
Devons nous nous attendre à des élections anticipées se demande De Morgen. Tant que les gouvernements régionaux n’étaient pas formés, les partis ne voulaient pas entendre parler de nouvelles élections.
Mais désormais le PS, Ecolo et le MR semblent prêts à les affronter.
Globalement Béatrice Delvaux  continue à croire que De Wever aura un jour le cran de dire « faisons ensemble de ce pays une nation efficace. Il ya vraiment pur lui une opportunité historique de sauver ce pays ».
DiverCity pense au contraire que De Wever pourrait être tenté de vouloir devenir l’artisan de l’indépendance flamande en s’alliant au Belang. Queb sara sara.
MG
 

vendredi 20 septembre 2019

La ministre bruxelloise de la Mobilité appelle à transformer les mentalités


Le Vif

La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) appelle à un changement de mentalité qui doit se traduire par des investissements justes dans une meilleure mobilité à Bruxelles. Elle publie vendredi une lettre ouverte aux navetteurs, cyclistes et piétons de Bruxelles à l'occasion de la semaine de la mobilité.
"Il y a urgence climatique. Et nous n'avons pas le luxe de perdre cinq ans", souligne-t-elle dans un extrait de la lettre publié dans la DH et La Libre. Elle rappelle que la pollution de l'air cause 15.000 décès chaque année en Belgique et que les embouteillages bruxellois coûtent 8 milliards d'euros par an.
"Je suis convaincue que les embouteillages, c'est aussi quelque chose d'important pour le gouvernement wallon", dit-elle, en référence au refus exprimé par la majorité wallonne d'instaurer une taxe kilométrique. "Nous devons chercher ce que nous avons en commun et trouver des solutions ensemble. Peut-être que ce ne sera pas facile, mais on va parler. Je suis optimiste."
Ses objectifs sont clairs: développer des quartiers où la population vit, les enfants peuvent jouer et les voisins se rencontrer. Elle compte étendre les transports en commun chaque année, procurer des pistes cyclables sûres et réduire la vitesse du trafic automobile.
Pour y parvenir, des investissements seront nécessaires, poursuit-elle. "Ce sont de grands projets, donc les différents niveaux de pouvoir vont devoir travailler ensemble. Personne ne profite d'une situation où les différents gouvernements se mettent des bâtons dans les roues."
C'est "un changement de direction considérable pour notre ville. Mais dans quelques années, nous nous retournerons et nous demanderons pourquoi nous n'avons pas oeuvré beaucoup plus tôt pour un Bruxelles sain, sûr et mobile", conclut la ministre.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VOX ECOLOGIS : EN VERT ET CONTRE TOUT

Il faut deux fois moins de voix pour élire un député flamand à Bruxelles que pour un élu francophone. Il faut d’office deux ministres flamands : la constitution l’exige. Et voilà comment cette petite madame que personne ne connaît  qui le prend de haut en vient à nous faire la leçon avec une belle assurance. Voilà qui nous donne un avant goût de la doxa verte qui demain s’imposera partout en Europe au grand dam des maudits automobilistes, ces galleux infréquentables  taillables à merci.  « Ses objectifs sont clairs: développer des quartiers où la population vit, les enfants peuvent jouer et les voisins se rencontrer. Elle compte étendre les transports en commun chaque année, procurer des pistes cyclables sûres et réduire la vitesse du trafic automobile. »
Certes, le piétonniers du centre et d’Ixelles sont des havres de paix mais quel enfer pour les automobilistes obligés de les éviter . On me dira que c’est voulu. Je répondrai voulu par qui ?
MG

mercredi 18 septembre 2019

PS et Défi proposent de rendre l’école obligatoire dès l’âge de trois ans


Alors qu’une nouvelle loi abaisse à 5 ans l’âge de l’obligation scolaire, deux nouvelles propositions de texte visent désormais 3 ans. On se rapproche ainsi des objectifs du Pacte.
Le Soir
La vie politique a parfois des allures d’éternel recommencement… Quelques mois à peine après avoir voté un texte révisant à la baisse l’âge de l’obligation scolaire – c’était au printemps dernier –, des partis politiques francophones reviennent à la charge. Début septembre, à quelques jours d’intervalle, le PS d’abord, Défi ensuite ont remis à l’ordre du jour de la Chambre des propositions de loi visant à porter à 3 ans l’âge légal auquel un enfant doit fréquenter l’école maternelle.
Pour comprendre d’où l’on vient, il faut se souvenir que l’obligation scolaire est réglée par une importante loi de 1983 : à l’époque, elle avait modifié les antiques règles en vigueur (école pour tous de 6 ans à 14 ans) pour étendre le principe de fréquentation d’un établissement jusqu’à 18 ans. L’école maternelle reste par contre facultative. 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
QUID DU NOUVEAU  PROJET EDUCATIF DE LA FEDERATION WALLONIE BRUXELLES, 

Caroline Désir qui succède à une méchante série de calotines bornées inspire la confiance pour mener cette tâche à bonne fins. Il était temps d’en finir avec la saga des Marie Dominique, Marie Martine et autre Joëlle aux ordres du Cegec arrogant et dominateur.
Il faudra être attentif à veiller à la stricte mise en œuvre de ce qui n’est encore qu’une  longue liste de déclarations d’intentions sorte de catalogue à la  Prévert émanant des trois formations qui constituent la majorité politique, en l’absence, notons le bien, du principal allié de l’école catholique, le CDH.
Voilà qui devrait permettre des avancées audacieuses de l’école publique qui en a fichtrement besoin
Ce texte ne se lit pas précisément comme un nouveau projet pédagogique mais il répond toutefois –de façon théorique-à la plupart des manquements que nous dénonçons depuis des années
Reste à envisager un audit permanent de leur mise en œuvre effective. Qui va se charger de cette mission ?
Concrètement , le texte relève que :
« l’HEURE EST A L’AFFIRMATION D’UNE AMBITION NOUVELLE » »
« L’enseignement demeurera la priorité absolue même dans un contexte budgétaire défavorable.
Les élèves recevront des apprentissages et des savoirs à la hauteur des défis qui les attendent
Tous seront tirés vers le haut dans un esprit d’émancipation jamais pris en défaut et une volonté farouche de n’abandonner personne sur le bord du chemin.
Permettre aux jeunes issus des milieux de s’affranchir et de vaincre les déterminismes de tous ordres.

• Préparer aux enjeux et aux opportunités de l’avenir de tous les jeunes aux enjeux et opportunités de l’avenir (défis technologiques, climatiques et démocratiques)
• Emanciper et préparer au monde de demain
• Repenser nos modes de vie et de consommation
• Développer le sens de l’initiative
• Encourager à devenir autonomes et responsables
• Accomplir des efforts et prendre part pleinement à la société
• Réduire les inégalités
• Encourager la participation des enfants, des jeunes et des familles «
Il s’agira d’agiter la sonnette d’alarme pour relever si nécessaire des manquements gouvernementaux au fil des ans, singulièrement en ce qui concerne les points suivants :
• Evaluation régulière des acquis du Pacte d’Excellence
• Développer le numérique au sein des écoles
• Veiller à une meilleure transition entre les niveaux d’enseignement
• Renforcer quantitativement et qualitativement l’apprentissage  des langues (création d’écoles bilingues  en Wallonie et à Bruxelles
• Soutenir et amplifier les projets novateurs
• Améliorer les dispositifs du suivi des élèves
• Evaluer l’organisation de la réforme de la formation initiale des enseignants  (postposée d’un an) et la budgéter
• Considérer français langue étrangère comme une compétence transversale
• Renforcer les apprentissages de base (lire écrire, comprendre ( !?!) communiquer, compter et calculer)
• Rompre avec le retard PISA) par un processus d’accompagnement personnalisé.
• Généraliser la remédiation immédiate personnalisée. (deux périodes d’accompagnement personnalisé hebdo  et une heure d’étude dirigée
• Développement d’activités der soutien scolaire de qualité et écoles de devoirs au sein ou à proximité de l’école.
• Prévoir un encadrement adéquat dans l’enseignement maternel
• Lutter contre de décrochage scolaire notamment par le sensibilisation des parents
• Accompagner les enfants qui connaissent des troubles d’apprentissage
• Réformer les dispositifs d’accueil  et de scolarisation des primo arrivants (élèves qui ne maîtrisent pas la langue d’apprentissage.
• Engagement d’un nombre plus élevé de puéricultrices
• Ancrer les connaissances numériques comme savoir à part entière
• Revaloriser les STEM (sciences , technologies, engineering and mathematics)
• Trop peu d’élèves se dirigent vers les STEMS qui doivent permettre de relever les défis majeurs de l’avenir (changements climatiques, défis énergétiques et technologiques. )
• Monitoring régulier des filières stem
• Favoriser les échanges entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur
• Proposer des activités extrascolaires  diversifiées à haute valeur pédagogique accessibles à tous les enfants
• Nécessité d’avoir des enseignants bien formés dans les classes alors que la pénurie s’aggrave
• L’amélioration de notre système éducatif et la lutte contre la pénurie passe par une plus grande reconnaissance du travail des équipes pédagogiques.
• Le gouvernement  s’engage à mener une réflexion globale  sur l’attractivité de la carrière d’enseignant (conditions de travail, barème, tutorat, etc)
• Diversifier les carrières (fonction de tutorat ou de coaching des jeunes enseignants ; aménagement des fins de carrière en réduisant le temps passé devant la classe)
• Valoriser les meilleures pratiques
• Soutenir et aiguiller les nouveaux  enseignants
• Elaborer des programmes de simplification administrative
• Assurer l’attractivité des fonctions  de direction. (barèmes en fonction des responsabilités.
• Créer des équipes mobiles  d’enseignants qui pourront suppléer les enseignants absents.
• Ne plus regarder l’enseignement qualifiant comme une filière de relégation.
• Actualisation du décret inscription
• Au lieu des concurrences stériles entre établissements, le gouvernement propose d’organiser l’offre scolaire non plus sur un mode  concurrentiel mais en établissant des coopérations. (partage d’infrastructures, de matériel ; collaborations inter réseaux …)
Intéressant, est-ce à dire que ce gouvernement pourrait s’orienter vers une sorte de réseau unique : précarité financière obligeant ? Lisons entre les lignes. Le CEGEC doit découvrir ceci avec inquiétude.
• Garantir  le caractère totalement public de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie Bruxelles.
• Soutenir les directions  et renforcer leur autonomie.
• Alléger et simplifier la charge administrative des écoles
Il s’agit d’un point fondamental qu’il faudra surveiller de très près.
• Encourager la mise en place de pools technico administratifs entre plusieurs écoles
• Renforcer la démocratie scolaire dès le plus jeune âge
• Plafonner le coût des sorties et voyages scolaires afin de faire des élèves des citoyen  à part entière dès leur plus jeune âge.
• L’école doit être un lieu ouvert et participatif.
• Examiner l’extension  à deux heures  de l’éducation à la philosophie et à la citoyenneté pour l’ensemble des élèves de l’enseignement obligatoire.
• Lutter contre le harcèlement et garantir à chaque enfant un cadre scolaire bienveillant
• Développer une véritable pédagogie de la neutralité.

J’ai zappé volontairement mais à tort les chapitres sur le supérieur et la Promotion sociale. Il faudra y revenir. Mais répétons une fois encore que rien ne réussira si on ne parvient pas à remotiver les mal aimés de l’enseignement qui en sont pourtant la cheville ouvrière : les professeurs. Puisse ce gouvernement de bonne volonté comprendre que sans une réforme profonde de la formation initiale et continuée des enseignants  il ne réussira pas à réformer l’école. La pénurie actuelle de profs « s'explique notamment par le fait que la majorité des enseignants ne se sentent pas considérés, soutenus ou reconnus par l'institution scolaire, la société ou les politiques. »
Soyons lucides : sans une école efficace la fédération Wallonie Bruxelles n’a aucun avenir.
MG 


ECOLE : LA PENURIE, UN PLAT QUI SE MANGE FROID
La pénurie s'aggrave et tartine les pages des journaux. Or, la recette proposée par les politiques pour redonner aux professeurs le goût de l'école doit encore mijoter.
La pénurie des professeurs infuse surtout dans l'enseignement secondaire et pour certaines matières comme les langues première et seconde, les mathématiques, les sciences ou la géographie. Elle gélifie aussi principalement dans les grands centres urbains et dans les écoles réputées "difficiles" où les conditions de travail sont considérées comme pénibles. Et à l'instar d'un nappage qui s'étale, celle-ci se répand et touche de plus en plus d'établissements. Hélas, la problématique ne va pas en s'améliorant. Alors que beaucoup de jeunes professeurs partent endéans les cinq ans, les étudiants délaissent les formations au métier de l'éducation.
Face à cette pénurie, des parents se tournent vers les cours particuliers, certains établissements scolaires font même appel à des sociétés privées. D'une part, cette solution réservée au gratin coûte cher et invalide l'idéal de gratuité de l'enseignement ; d'autre part, ces coachs achetés sous cellophane n'ont pas été formés pour donner les cours qu'ils dispensent.
Des remèdes sont alors maladroitement apportés... En effet, il est possible d'octroyer des titres de pénurie à des candidats bleus cuits sur le gril. Mais si ces candidats excellent dans leur domaine, qu'en est-il de leur formation pédagogique ? Il est également envisagé de faciliter le retour au métier pour des personnes qui ont précédemment quitté la profession. Mais si ces dernières sont parties, qu'en est-il de leur enthousiasme à remettre le couvert ? Il est enfin prévu d'encourager les enseignants à prester des heures supplémentaires avec avantages fiscaux. Mais si l'idée est appétissante, qu'en est-il de la quantité et de la qualité de travail ? Ces solutions à l'emporte-pièce ne donnent pas naissance à des profs excellents comme le scande l'élève sur la vignette, mais plutôt à des enseignants fort peu dans leur assiette qui jettent rapidement l'éponge.
Cette pénurie s'explique notamment par le fait que la majorité des enseignants ne se sentent pas considérés, soutenus ou reconnus par l'institution scolaire, la société ou les politiques. Ils sont pris dans le donut vicieux du nombre d'élèves par classe qui augmente, car il n'y a pas assez de professeurs et des professeurs qui partent, car il y a trop d'élèves. Ils sont souvent perçus comme des barmans faisant avaler aux élèves la lie du savoir à coup de photocopies, ou pire, comme des budgétivores profitant des deux délicieuses garnitures que sont juillet et aout. Ils ont perdu la position sacralisée du "maitre d'école", leur charge de travail est sous-estimée et le constat est amer.
Les politiques en sont conscients et une réflexion pour rendre la profession plus alléchante est mise sur le feu. La réforme à la formation initiale des enseignants en herbe, postposée d'un an, est une bonne initiative. Cependant celle-ci valorise les études et donc les détenteurs du diplôme et non le métier, la fonction en tant que telle. L'idée de permettre aux enseignants expérimentés d'aménager leur fin de carrière en mettant leur expérience au profit de leur école tout en réduisant leur temps de travail face à la classe est à nouveau une piste intéressante. Néanmoins, à court terme, loin de régler le problème de la pénurie, elle risque de l'accentuer.
Il semble donc que ces réponses sorties trop tôt des fourneaux ne sont pas assez gonflées pour faire monter le soufflé et que le Pacte d'Excellence doit encore étuver avant de devenir un plat chaud prêt à servir.
Fédération des Etudiants Libéraux