dimanche 29 septembre 2019

Knokke-Heist veut infliger des amendes aux touristes qui nuisent à son image


Le Soir

La commune veut infliger notamment des amendes aux touristes qui se baladent en maillot sur la digue.

La commune balnéaire de Knokke-Heist en a marre des touristes qui se comportent grossièrement à ses yeux durant l’été. Elle prépare un plan qui prévoit d’infliger des amendes aux personnes qui déambulent en maillot sur la digue ou prennent un repas assis à même le sol.
Sous l’impulsion de son bourgmestre Leopold Lippens, Knokke-Heist prépare un plan pour préserver son image. « Cet été, on se serait cru par moments dans un cirque », déplore l’échevin du Tourisme, Anthony Wittesaele. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent notamment des touristes en train de se laver dans la célèbre fontaine rose de la Lichttorenplein.
La commune voudrait infliger des amendes de minimum 250 euros à tous ceux qui ne suivent pas son code de bonne conduite. « Bien sûr, nous communiquerons largement à l’avance. Ainsi, nous voulons garantir la qualité du rayonnement de Knokke-Heist. Car sinon notre carte de visite, et donc notre ’business plan’, se dégradera », justifie l’échevin.
PLUS DE MUSIQUE SUR LA PLAGE
Le plan prévoit aussi l’interdiction pour les bars du littoral de diffuser de la musique sur la plage à partir de 2020. Ces dernières années, ces bars avaient déjà dû limiter les sons à 75 dB au lieu de 85. « Si tout le monde respectait cette règle, nous ne devrions pas intervenir. Mais si les exploitants ne veulent pas nous écouter, nous n’avons pas le choix », estime le bourgmestre Leopold Lippens. « La plage n’est pas un club de nuit. Nous voulons rétablir le calme pour tous les habitants. »
De plus, les bars ne seront plus autorisés à vendre des collations sur la plage. Seules les collations froides distribuées gratuitement avec une boisson seront admises.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
AU ZOUTE, LE NIVEAU SOCIAL BAISSE, LE NIVEAU DE LA MER MONTE 

Le vieux Lippens, arbitre des l’élégance et garant du bon goût bourgeois, est furieux contre le laisser-aller des touristes d’un jour qui se, selon lui, se comportent en prolos sans distinction. Il tente donc, désespérément, d’organiser une sorte d’ apartheid entre les « have » qui sont chouchoutés et adulés et les « have not » qu’il entreprend de chasser à coups d’amendes salées .  Pauvre vieux monsieur Lippens qui refuse de voir une autre réalité : celle de la montée des eaux résultant du réchauffement climatique, lequel, à terme,  pourrait bien, en quelque décennies, noyer Le Zoute et le rendre inhabitable. « Peut-être certaines zones devront-elles à terme être abandonnées  à la mer et à la nature : l'exemple néerlandais montre qu'il est impossible de tout protéger par des digues. Cela obligera la Flandre à faire des choix difficiles dans les années à venir. » (Jean-Pascal van Ypersele)
Ostende a déjà construit à grands frais un môle protecteur contre la montée des eaux.
Déjà que le Zwin capricieux a joué autrefois un tour pendable à Bruges qui deviendra à son corps défendant« Bruges la Morte »
MG 

STIJGING ZEENIVEAU BEDREIGT BELGISCHE KUST: 'VLAANDEREN ZAL KOMENDE JAREN MOEILIJKE KEUZES MOETEN MAKEN'
KNACK 

Dat het zeeniveau tegen 2100 met 60 tot 110 centimeter dreigt de stijgen, dwingt Vlaanderen om de komende jaren 'moeilijke keuzes' te maken. Dat zegt klimatoloog Jean-Pascal van Ypersele (UCL), voormalig vicevoorzitter van het VN-panel van klimaatexperts IPCC, in een interview aan Belga.
Als er geen extra inspanningen worden geleverd om de uitstoot van broeikasgassen verder terug te dringen, dan dreigt het zeeniveau tegen 2060 met 60 tot 110 centimeter te stijgen. Dat bleek eerder deze week uit een nieuw rapport van het IPCC, het Integovernmental Panel on Climate Change van de Verenigde Naties.
Die mogelijke stijging van het zeeniveau bedreigt ook de Belgische kust. 'Vlaanderen neemt maar langzaam de maat van de bedreigingen die op de kust wegen. Als het zeeniveau tegen het einde van de eeuw met meer dan een meter stijgt, dan zullen er zeer grote beschermende werken nodig zijn', waarschuwt klimatoloog Jean-Pascal van Ypersele, voormalig vicevoorzitter van het IPCC, in een interview aan Belga.
'Misschien zullen bepaalde gebieden op termijn moeten worden overgelaten aan de zee en aan de natuur: het Nederlandse voorbeeld laat zien dat het onmogelijk is om alles met dijken te beschermen. Dat dwingt Vlaanderen om moeilijke keuzes te maken in de komende jaren.'
Van Ypersele twijfelt of toekomstige maatregelen nog kunnen vermijden dat het zeeniveau op lange termijn één tot twee meter stijgt. 'We kunnen de zaken gedeeltelijk ombuigen, en vermijden dat het met drie tot vier meter is gestegen tegen 2300. Maar de traagheid is enorm, de hoeveelheid broeikasgassen die al in de atmosfeer zijn beland zo groot en de bijbehorende opwarming zo belangrijk, dat de gevolgen grotendeels zullen optreden, ongeacht die maatregelen die men neemt. We hebben zo lang getreuzeld.'


Aucun commentaire: