dimanche 22 septembre 2019

Moeten N-VA en PS samen in een regering?


Moeten N-VA en PS samen in een regering? Amper één op de drie Belgen vindt van wel
HLN
Moeten N-VA en PS samen in een federale regering stappen? Amper één op de drie Belgen vindt van wel. Dat blijkt uit De Grote Peiling van VTM NIEUWS en Het Laatste Nieuws. Opvallend is dat vooral de Walen tegen een dergelijke coalitie zijn, daar is bijna 60 procent tegen. In Vlaanderen is dat 46 procent.
N-VA-kiezers zijn helemaal geen voorstander, bijna de helft (46 procent) is tegen een samenwerking met de PS. Slechts 40 procent heeft er geen probleem mee. Bij Groen zijn de minste mensen tegen een samenwerking, daar is 31 procent tegen. 47 procent vindt dat de twee partijen wel samen in een regering moeten stappen.
En bij de PS, in Franstalig België is bijna 60 procent tegen een samenwerking.
Dat een minderheid van de Belgen een coalitie met zowel N-VA als PS ziet zitten, is niet zo vreemd volgens politicoloog Dave Sinardet (VUB): “Het gaat om partijen die redelijk van elkaar verschillen. Veel mensen denken dat dat niet de meest coherente coalitie gaat opleveren”.
Of deze cijfers een verschil zullen maken voor de federale regeringsvorming? “Ik denk niet dat deze cijfers de dynamiek van de federale regeringsvorming gaan veranderen, daar zit trouwens nog altijd niet heel veel dynamiek in”, aldus Sinardet. “Maar er is in de Wetstraat een algemene consensus dat de piste mét N-VA en PS geprobeerd moet worden. Dus dat gaat men blijven doen, los van deze cijfers.”
Commentaires
1.NVA is hier voor de zoveelste keer het geweer van schouder aan het veranderen. NVA & PS zouden NOOIT samen een regering vormen. Maar beide partijen zijn bang aan het worden, dat bij onverschil, en dus bij de onmogelijkheid om een federale regering te vormen, er nieuwe verkiezingen komen, waarbij ze beiden slechter zullen uitkomen ten gunste van het Vlaams Belang. Want het zou dan heel goed kunnen dat VB de lakens volgende keer zal mogen uitdelen. Dus liever bij de duivel te biecht gaan.
2.In huishouden waar man en vrouw sterk verschillende meningen hebben en elkaar verwijten gaat men over tot een volledige scheiding. Elk moet dan maar voor zijn eigen inkomen zorgen. Laten wij dit ook doen dan is er geen ruzie meer.
3.Nieuwe verkiezingen zullen de enige oplossing zijn en dat hebben ALLE partijen aan zichzelf te danken.De kiezers,bevolking hebben stilaan hun buik vol van de politieke leugens en beloften die nooit waargemaakt worden.
4.Di Rupo stopt zijn voorzitterschap en hij weet wel waarom hopelijk wordt het land spoedig gesplitst , en de regio's moeten dan maar zelf hun boontjes doppen, zoveel miljarden gaan naar Wallonië alsook naar Brussel , Vlaanderen kan er maar wel bij varen, gedaan met profiteren.
5.Reeds vijftig jaar zijn de politiekers bezig met de bevoegdheden te verdelen. het land te hervormen. Ieder gewest kijkt naar zijn eigen belangen. Feit is dat er zoveel bevoegdheden versnipperd zijn dat het land onregeerbaar is. Reeds vijftig jaar streeft men in principe reeds naar een confederatie. Nu is het vlees noch vis met alle consequenties. Confederatie is geen splitsing.
6.Een derde is bijna 4 miljoen, in Wallonië werkt het. Wij lijden verlies, we doen het nu al véél slechter, economisch en veel schulden gemaakt door Nva en de brexit kost Vlaanderen nog meer jobs en economie. Nog 10 jaar en we mogen weer in Wallonië gaan bedelen.
7.België is gedoemd om te verkwijnen als men niet drastisch in de richting van confederalisme overschakelen
8.De N-VA samen met het VB in de oppositie is voor die 2 partijen het beste scenario om binnen 5 jaar de meerderheid te halen.
9.Ik ben in elk geval tegen een geforceerde gezamenlijke regering. Stilletjes de federale bevoegdheden laten uitdoven. In Wallonië mogen de socialisten dan uitvreten wat ze willen, op hun eigen kosten weliswaar. Brussel krijgen ze er van mij gratis bij. En laat ons in Vlaanderen gerust. En op de taalgrens kunnen ze een hoge haag planten. Dat waren toch Waalse plannen?
10.N-VA moet inderdaad niet in de federale regering "Water" en "vuur" zijn gelukkig voor ons onverzoenbaar


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
ON EST DANS L’IMPASSE ET ON SAIT TRES BIEN  POURQUOI. 

Selon Marc Uyttendaele dans de Standaard , le départ de la NVA du gouvernement fédéral en décembre dernier aurait  pleinement jsutifié des élections anticipées et non pas cette espèce d’acharnement à s’obstiner à gouverner avec le parlement. Il fallait ajoute-t-il en profiter pour envisager une révision constitutionnelle dans la prochaine législature. Il précise qu’il est désormais  impératif d’entamer le dialogue avec la NVA car sans elle seule une coalition fédérale ne peut être envisagée qu’avec un groupe flamand minoritaire. Autrement dit, mission impossible.  Le PS comme la NVA sont de fait des partis candidats au pouvoir.   Le célèbre constitutionaliste estime  qu’une coalition sans la NVA est pratiquement inconcevable. Désormais, le risque de devoir revoter est considérable : l’enjeu  de telles élections sera incontestablement l’avenir de la Belgique. Il estime donc  que le francophones vont devoir s’interroger sérieusement sur les « concessions idéologiques qu’ils sont prêts à faire pour sauver l’unité du pays.
Hendrik Vuye, son alter ego flamand ,  considère pour sa part que le système classique de la « particratie à la belge » est en train de s’effondrer. Le célèbre et jadis tout puissant  CVP, aujourd’hui CD&V a désormais  moins d’électeurs que le Belang ; le PS est talonné par le PTB  Les électeurs sont devenus volatiles et volontiers protestataires, de plus, Flamands et  francophones vivent désormais sur des planètes différentes. Les partis traditionnels sont en pleine déroute.  Il estime que nous traversons une crise du régime démocratique parlementaire doublé d’un vrai blocage au niveau belgo- belge caractérisé par une allergie au compromis, le tout dans un Etat social qui est devenu impossible à financer. Uyttendaele qui dénonce un immobilisme total du système  exige des  débats de fond notamment  sur Bruxelles et aussi sur la sécurité sociale, les deux cailloux dans les chaussures de la Belgique qui l’empêchent de marcher correctement. Et ne parlons pas de la monarchie Potemkine qui a cessé de faire office de ciment, comme du reste les diables rouges. Le divorce belge est prononcé de facto.
Vuye estime que la Flandre n’a pas du tout intérêt à maintenir coûte que coûte le lien avec Bruxelles. Toutefois il ne croit pas que Bruxelles puisse jamais devenir un district autonome et indépendannt. 
Uyttendaele est convaincu  que les Francophones regardent le financement commun et solidaire de la sécu comme la principale  valeur ajoutée de la Belgique ce qui fâche Vuye bien évidemment.
Toucher à ce tabou est, selon Uyttendaele, totalement rédhibitoire. Vuye signale que la sixième réforme constitutionnelle n’exclut pas cette scission. Il en va d’un transfert annuel  de 7 milliards de la Flandre au bénéfice de Wallobrux.    
Les deux informateurs, explorateurs, pré formateurs ont beau faire, rien ne bouge. Mais si un accord n’est pas trouvé en novembre il faudra se résigner à revoter.
Marc Uyttendaele annonce la couleur « si c’est pour vivre dans un pays où le Belang serait quelque part  au pouvoir (par exemple en Flandre) autant émigrer faire sécession  tout de suite »
La Belgique existera- elle encore dans 20 ans demande de Standaard
Uyttendaele répond. J’en sais rien, nous vivons l’heure de la vérité  La vraie question est de savoir si nous vivrons encore dans vingt an en Europe dans un système démocratique. Pour moi c’est cela la question essentielle.
Il se demande si la Belgique est encore une démocratie . Et de se référer aux conclusions visionnaires de François Perin dans « la démocratie enrayée  » (1958) . Et Vuye d’&abonder dans le même sens.
Ils sont d’accord sur un point essentiel : la Belgique est devenue une particratie. Une particratie qui a cessé de fonctionner. » Zijn er openingen voor een staatshervorming langs Franstalige kant, of heeft Yves Leterme die in 2008 stelt dat het federale overlegmodel zijn limieten heeft bereikt, nog altijd gelijk? » se demande Vuye.
« Y a-t-il des ouvertures pour une réforme de l'État du côté francophone ou Yves Leterme a-t-il eu raison lorsqu'il affirmait en 2008 que le modèle de compromois à la belge  fédérale avait atteint ses limites ? »
« Nous souhaitons de tout notre cœur que la Belgique survive mais on ne fait pas grand-chose pour la maintenir en vie » dit Béatrice Delvaux dans De Morgen et elle ajoute. Aucun des  négociateurs fédéraux ne veut entendre parler d’une nouvelle réforme de l’Etat.
Il est devenu urgent « d’organiser un débat parlementaire sur la manière dont devra fonctionner la Belgique de demain » si on veut qu’elle survive à cette crise .
« Certes, la a Belgique actuelle ne fonctionne plus. Faut l pour cela l’éclater ? Non il s’agit de la rendre plus efficace. » Cinquante années de plomberie institutionnelle on accouché  d’une véritable usine à gaz dont très peu comprennent le fonctionnement. »Il est devenu urgent de faire un audit de la Belgique d’aujourd’hui ! »
Le dernier sondage donne le Belang premier parti de Flandre. Danger, aussi et surtout pour la NVA. Et Béatrice de pointer le parallèle avec la montée de l’AFD d’extrême droite en Allemagne, l’élève modèle de la démocratie européenne. Alors de deux choses l’une « soit on construit des murs, on hâtasse la haine populiste ou bien on offre à l’électeur in modèle qui tient la route avec le cas échéant plus de régionalisme voir dans certains cas une refédéralisation de certains domaines. Let’s just do it ! »
Les francophones ont pris les Flamands de vitesse en formant trois gouvernements (bruxellois, wallon et de Communauté français)  tandis que les Flamands ne sont nulle part. « Quid de la légendaire efficacité flamande ? » Assurément mais reste à savoir par qui et comment seront financées les déclarations gouvernementales de ces trois exécutifs…Autre question essentielle : ces trois nouvelles coalitions tiendront-elles jusqu’en 2025 ? On sait qu’en 2025,  le principe de transferts de moyens financiers de la Flandre vers la Wallonie (7 milliards)  aura cessé d’exister.
« Ceci dit, on est pas encore à la fin du processus et il faut savoir que la patience du PS est légendaire. Pour l’heure aucun parti francophone ne songe à faire alliance avec la NVA. Mais le PS a assuré ses arrières en étant présent dans trois gouvernements francophones sur trois. La NVA est suspecte d’être plus proche du Belang qu’elle n’est prête à le reconnaître. Le pas de deux, la véritable « romance » de De Wever avec Van Grieken n’a pas été appréciée par tout le monde. Béatrice Delvaux se montre déçue par De Wever qu’elle a cessé de regarder comme un habile stratège. « c’est devenu un homme politique comme les autres, un opportuniste qui ne nous fait vraiment plus peur. Il change de cible comme de costume : d’abord les francophones et désormais les migrants qui font tellement peur à la classe moyenne flamande. »
Devons nous nous attendre à des élections anticipées se demande De Morgen. Tant que les gouvernements régionaux n’étaient pas formés, les partis ne voulaient pas entendre parler de nouvelles élections.
Mais désormais le PS, Ecolo et le MR semblent prêts à les affronter.
Globalement Béatrice Delvaux  continue à croire que De Wever aura un jour le cran de dire « faisons ensemble de ce pays une nation efficace. Il ya vraiment pur lui une opportunité historique de sauver ce pays ».
DiverCity pense au contraire que De Wever pourrait être tenté de vouloir devenir l’artisan de l’indépendance flamande en s’alliant au Belang. Queb sara sara.
MG
 

Aucun commentaire: