mercredi 2 octobre 2019

Von der Leyen contrainte par les eurodéputés de remanier son équipe


Le Vif 

La future présidente de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen, a été contrainte lundi de remanier son équipe, les eurodéputés la forçant à réclamer à la Roumanie et à la Hongrie deux nouveaux candidats aux postes de Commissaires.
Avant même leur oral de confirmation, la sociale-démocrate roumaine Rovana Plumb (Transports) et le Hongrois Laszlo Trocsanyi (PPE, droite, Voisinage et Elargissement) ont été jugés "inaptes" par les eurodéputés en raison de conflits d'intérêt présumés.
Après ce revers, la conservatrice allemande von der Leyen a prié les deux capitales de lui présenter des solutions alternatives. Elle a déjà dû affronter une vive polémique à propos de l'intitulé d'un portefeuille de commissaire associant migrations et "mode de vie européen", qu'elle a pour l'instant refusé de modifier.
Après le rejet de son candidat initial, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a proposé un nouveau nom, celui de l'ambassadeur hongrois à Bruxelles, Oliver Varhelyi.
M. Orban a expliqué avoir volontairement choisi cette fois-ci "un technocrate", et non "un politique".
"Son CV fait bonne impression", a commenté le porte-parole de Mme von der Leyen.
Avec les Roumains, "nous sommes encore en discussion", a-t-il ajouté. Le président roumain Klaus Iohannis (centre droit) a convoqué sa Première ministre sociale démocrate Viorica Dancila pour discuter mercredi du nom d'un nouveau prétendant à la Commission.
Le rejet de futurs commissaires est un première pour la commission des Affaires juridiques (JURI), chargée de valider leurs déclarations d'intérêt.
La Roumaine est dans le viseur du Parlement pour deux prêts litigieux. Et M. Trocsanyi a été interrogé sur ses liens avec le cabinet d'avocats qu'il a fondé en 1991, avant de devenir ministre de la Justice de Viktor Orban.
- Faible marge de manoeuvre -
Il s'agissait d'une étape préliminaire avant une série d'auditions des candidats par les eurodéputés, qui ont débuté lundi et s'achèveront le 8 octobre.
Le feu vert du Parlement européen est obligatoire pour l'entrée en fonction des 26 commissaires.
Dans le passé, il n'a pas hésité à recaler, en 2014, une candidate slovène. Quant au socialiste français Pierre Moscovici et au conservateur espagnol Miguel Arias Canete, ils n'avaient été approuvés qu'à la faveur d'un arrangement entre les deux principales forces politiques du parlement.
Petite éclaircie dans le ciel nuageux au-dessus de l'équipe von der Leyen, l'office antifraude européen, l'Olaf, a clôturé vendredi soir l'enquête concernant le Polonais Janusz Wojciechowski. Il a recommandé le remboursement de frais de voyage datant de son mandat de député européen, à hauteur de 11.250 euros, mais a écarté des poursuites administratives ou judiciaires. Ce recouvrement a déjà été effectué.
L'Olaf mène une deuxième enquête sur un commissaire candidat, la Française Sylvie Goulard, elle aussi ancienne eurodéputée. Le dossier est toujours ouvert, mais elle a d'ores et déjà remboursé 45.000 euros correspondant à plusieurs mois de salaires de son ancien assistant parlementaire, dans l'affaire des emplois fictifs des eurodéputés du MoDem.
Mme Goulard (Marché intérieur) a reçu le feu vert de la Commission des Affaires juridiques, mais ne devrait pas échapper à la curiosité des eurodéputés en charge de son audition, tout comme une poignée d'autres collègues dont les cas seront scrutés attentivement.
"Tous les candidats auront une chance équitable, mais les candidats doivent nous convaincre qu'ils sont qualifiés pour le poste et que leur intégrité est sans reproche", résument les députés issus du groupe PPE à l'approche des auditions.
Face aux critiques du Parlement, la marge de manoeuvre de Mme von der Leyen est très étroite puisqu'elle a été confirmée par les députés avec une majorité de seulement 9 voix. Elle doit entrer en fonction avec ses commissaires le 1er novembre 


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
VENT DEBOUT POUR LA BELLE URSULA
Il semble bien que rien ne sera très facile à la tête de la Commission pour la vaillante Ursula von der Leyen.
Plusieurs de ses commissaires désignés ont déjà été réfutés par  les parlementaires européens : Didier Reynders n’est pas certain de réussir l’épreuve et la française Sylvie Goulard  non plus. De plus la presse a un malin plaisir à  s’acharner contre la pas encore Présidente de la Commission. Jean Quatremer, iconoclaste par vocation,  n’y va pas par quatre chemins ?
Il l tire à bout portant et à boulets rouges sur la future présidente de la Commission. Est-ce bien raisonnable ?
Dur, dur l’atterrissage d’Ursula à Bruxelles.
MG 


URSULA VON DER LEYEN: LA STRATEGIE DU BUNKER

LIBERATION

Ursula von der Leyen a la réputation d’être intelligente, bosseuse et surtout capable de survivre en milieu hostile, des qualités qu’ont en commun les vieux crocodiles de la politique. Pourtant, tant à Bruxelles que dans plusieurs capitales européennes, on commence à se poser des questions face à l’amateurisme persistant de la nouvelle présidente de la Commission.
Désignée, le 2 juillet, à la surprise générale - et sans doute à la sienne propre - par les chefs d’État et de gouvernement, elle ne connaissait pas grand-chose à l’Europe et rien du tout à la Commission. D’où des débuts particulièrement chaotiques lors de ses premières rencontres avec les députés européens qui lui ont valu d’obtenir un vote de confirmation particulièrement étroit le 16 juillet à Strasbourg (383 voix contre 327). On aurait pu alors croire qu’elle allait s’entourer d’une équipe solide pour préparer et la répartition des portefeuilles entre les commissaires désignés par les États et son programme d’action. C’est tout le contraire qui s’est passé.
Car Ursula von der Leyen ne fait confiance qu’à deux hommes qu’elle a déjà imposés dans les mêmes fonctions au ministère de la Défense à Berlin, son chef de cabinet Bjoern Seibert, et son porte-parole, l’ancien journaliste Jens Flosdorff, qui ne connaissent strictement rien aux affaires européennes. Gênant alors qu’ils sont censés pallier les manques de leur présidente. Seibert s’est même déjà taillé une réputation peu enviable : paranoïaque, tyrannique, refusant le moindre conseil. Quant à Flosdorff, il a étalé son incompétence lors de la première conférence de presse d’Ursula von der Leyen, le 10 septembre : incapable de reconnaitre le moindre journaliste, puisqu’il refuse tout contact avec la presse (son numéro de téléphone ne figure nulle part), il a donné la parole à des représentants de think tank à la grande surprise des médias… « Ce trio n’accepte absolument aucun conseil tant de l’intérieur de la Commission que de l’extérieur, comme s’ils étaient entourés d’ennemis », raconte un diplomate interloqué. « Alors que les fonctionnaires européens et les États sont là pour les aider à réussir. Mais ça ils ne le comprennent manifestement pas », poursuit-il.
Preuve de cet enfermement : von der Leyen n’a toujours pas constitué son cabinet, ce qui est sans précédent. Elle se contente pour l’instant des quatre fonctionnaires (toutes des femmes) que Martin Selmayr, le secrétaire général désormais déchu, lui a fourni et dans lesquelles elle n’a aucune confiance. « En plus, Seibert cherche à s’entourer uniquement d’Allemands, ce qui n’est pas précisément l’esprit de l’Europe », raconte sidéré un diplomate européen. Un fonctionnement en cercle fermé sans doute adapté au panier de crabes du ministère de la défense allemand, ce qui a permis à von der Leyen de survivre à ce poste quasiment six ans, mais absolument pas à l’exécutif européen.
« Ils ont failli planter la répartition des portefeuilles par amateurisme et c’est l’intervention de Selmayr (conseiller hors classe de Jean-Claude Juncker) qui, pour le coup, a permis de justesse d’éviter le pire ». Résultat : von der Leyen a découragé beaucoup de bonnes volontés. Ainsi, elle n’a toujours pas trouvé quelqu’un pour diriger le service du porte-parole, personne ne voulant travailler dans de telles conditions. Sa volonté d’installer un appartement de fonction au 13èmeétage du Berlaymont, le siège de la Commission, en rupture avec tous les usages, ne présage pas d’une volonté d’ouverture au monde...
Jean Quatremer n’y va pas par quatre chemins ?

Il l tire à bout portant et à boulets rouges sur la nouvelle présidente de la Commission. Est-ce bien raisonnable ?





Aucun commentaire: