lundi 27 janvier 2020

Coronavirus: la situation est "grave", l'épidémie "s'accélère", avertit Xi Jinping


Le Vif

L'épidémie de pneumonie virale qui a fait 41 morts "s'accélère" et place la Chine dans "une situation grave", a reconnu samedi le président Xi Jinping, appelant à renforcer l'autorité du régime communiste.
Le nouveau coronavirus, apparu en décembre dans le centre du pays, a contaminé près de 1.300 personnes en Chine et s'est répandu dans plusieurs pays, y compris la France et les Etats-Unis.
La Chine peut "remporter la bataille" contre le nouveau coronavirus, a assuré le chef de l'Etat chinois, lors d'une réunion du comité permanent du Bureau politique du Parti communiste, l'instance de sept membres qui dirige le pays, selon l'agence de presse Chine nouvelle. "Face à la situation grave d'une épidémie qui s'accélère (...) il est nécessaire de renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti", a-t-il affirmé.
Dans de premières déclarations lundi dernier, il avait appelé à "enrayer" résolument l'épidémie. Ces propos avaient été suivis jeudi de la mise de facto en quarantaine de la ville de Wuhan, à l'épicentre de l'épidémie, et de sa région. Pas moins de 56 millions de Chinois sont depuis bouclés dans des zones dont ils n'ont pas le droit de sortir jusqu'à nouvel ordre.
ET EN EUROPE?
Il est "probable" que davantage de cas d'infection au coronavirus surviennent en Europe, a indiqué samedi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) en réaction à la découverte de trois patients infectés en France.
"À ce stade, il est probable qu'il y aura plus de cas importés en Europe", prévient le Centre. Même s'il reste encore beaucoup de données inconnues sur ce coronavirus (nCoV 2019), les pays européens disposent des capacités nécessaires pour prévenir et contrôler une épidémie dès la détection des cas, estime-t-il.
D'après le CEPCM, les premiers cas confirmés en Europe ne sont "pas inattendus" compte tenu de l'évolution des derniers jours, avec plusieurs cas de la maladie signalés dans des pays hors de Chine. Vendredi, le ministère français de la Santé avait ainsi annoncé la découverte de trois personnes infectées. Aucun cas n'a été confirmé dans d'autres pays européens pour l'instant mais la vigilance est de mise. La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a prévu une réunion lundi avec les experts en santé des États membres afin de discuter des options de réaction et des besoins de préparation de chacun des pays. "Nous sommes prêts à agir et à faire plus si nécessaire", a-t-elle assuré sur Twitter.
Au Royaume-Uni, les services de santé recherchent environ 2.000 passagers aériens qui sont arrivés dans le pays depuis la Chine au cours des deux dernières semaines, et en particulier de la ville de Wuhan, l'épicentre du virus.
En dehors de la Chine, le virus est également apparu aux États-Unis, en Thaïlande, au Vietnam et à Singapour, entre autres. En Australie, trois nouveaux cas ont été confirmés samedi, tandis qu'au Japon on en compte trois pour le moment. En Belgique, le premier cas suspecté de la maladie s'est révélé négatif.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
IRRUPTION DE L’IMPREVISIBLE 
 LA GRIPPE ESPAGNOLE DE 1918 A BIEN PLUS TUE QUE LA GRANDE GUERRE.

MAIS COMPARAISON N’EST PAS FORCEMENT RAISON !
Certes mais la situation chinoise semble dramatisée à l’extrême par le pouvoir qui a mis des millions de Chinois en quarantaine. Il faut se souvenir que des pandémies ont régulièrement décimé l’humanité. Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle catastrophe démographique ? Il n’est pas impossible qu’on redoute une catastrophe similaire en Chine au vu de l’ampleur des mesures prophylactiques dramatiques prise par le pouvoir communiste.   
La pandémie de grippe s'est répandue à travers le monde en trois vagues, la première au printemps 1918 peu mortelle puis deux autres bien plus virulentes en raison probablement de mutations du virus qui l'ont rendu plus agressif. Les scientifiques semblent redouter, comme la peste  une possible mutation du coronavirus.
La grippe espagnole avait pour caractéristique de frapper surtout des jeunes adultes. Sa cible privilégiée était les personnes de 20 à 40 ans. La gravité de l'épidémie s'explique aussi par la guerre : les mouvements de troupes ont facilité la propagation du virus, les blessures et privations ont diminué les défenses immunitaires.
IMPACT MONDIAL
Il n'existe pas de bilan chiffré précis de cette épidémie. Les calculs anciens faisaient état d'environ 21 millions de morts. Mais d'après des estimations plus récentes, environ un tiers de la population mondiale a été infectée et 50 millions de personnes au moins ont péri.
Les chercheurs Niall Johnson et Juergen Mueller ont même estimé en 2002 que le "bilan réel" de l'épidémie pourrait être de l'ordre de 100 millions de victimes.
Très peu de régions dans le monde ont échappé à la pandémie. L'Australie figure parmi les pays les moins touchés grâce à une politique stricte de mise en quarantaine. C’est précisément la mesure qu’on chisi e prendre les dirigeants chinois.
LA PESTE
La peste noire est la première pandémie à avoir été bien décrite par les chroniqueurs contemporains.
Elle a tué de 30 à 50 % des Européens en cinq ans (1347-1352) faisant environ vingt-cinq millions de victimes. Ses conséquences sur la civilisation européenne sont délétères et de longue durée, d'autant que cette première vague est considérée comme le début explosif et dévastateur de la deuxième pandémie de peste qui dura, de façon plus sporadique, jusqu'au début du XIXe siècle.
Le Moyen Âge fut traversé par de nombreuses épidémies, plus ou moins virulentes et localisées, et souvent mal identifiées (incluant grippe, variole et dysenteries) qui se déclenchèrent sporadiquement. 
Les historiens s’entendent pour estimer la proportion de victimes entre 30 et 50 % de la population européenne, soit entre 25 et 45 millions de personnes. Au niveau mondial, il faut ajouter les morts de l’empire byzantin, du monde musulman, du Moyen-Orient, de la Chine et de l’Inde. Selon les sources la peste noire a fait entre 75 et 200 millions de morts lors du XIVe siècle.
Face à la peste, et à l'angoisse de la peste, les populations réagissent par la panique, la  fuite, l'agressivité ou la projection. La fuite est générale pour ceux qui en ont la possibilité. 
Il faut sans doute s’attendre aujourd’hui face à la propagation rapide su coronavirus notamment via les transports aériens à des réactions irrationnelles exacerbées sur les réseaux sociaux. Il va falloir garder  son sang froid et consulter les meilleurs sources médicales pour se faire une opinion critique mais réaliste de la situation. Evitons toute forme de panique mais aussi de banalisation.  
Rappelons que « l'épidémie de pneumonie virale qui a fait 41 morts "s'accélère" et place la Chine dans "une situation grave", a reconnu samedi le président Xi Jinping ». Et surtout qu’il a appelé à « renforcer l'autorité du régime communiste. » Voilà qui est  plus très préoccupant. Le régime est menacé par un ralentissement économique susceptible d’induire en Chine des remous sociaux de type « gilets jaunes .» 
Pour tenter d’endiguer l’épidémie qui s’aggrave, le président chinois reprend la main et multiplie les mesures de contrôle à travers le pays.
Jugeant la situation grave, Xi Jinping sonne la mobilisation
Xi Jinping mise sur la centralisation pour affronter la crise la plus grave depuis son arrivée à la tête de l’Empire du milieu, en 2013. Cette dramatisation assumée, délibérément mise en scène et la création d’un comité visant à gérer la crise à l’échelle nationale marquent la reprise en main du dossier par l’«Empereur rouge», face à des provinces dépassées et à une opinion anxieuse.
Bousculé, le grand  timonier  reprend la barre, le regard impérieux. 
Il conviendra de suivre de très près cette spectaculaire et soudaune  irruption de l’imprévisible.
MG


CORONAVIRUS: "LE VIRUS DE LA PANIQUE EST SUPER CONTAGIEUX ET TRES DIFFICILE A TRAITER"
Le virus de la panique est super contagieux et très difficile à traiter". En tweetant ainsi, le virologue de KuLeuven, Marc Van Ranst tient à remettre quelque peu à sa place l'actuel embrasement lié à l'épidémie de coronavirus.

Aucun commentaire: