jeudi 27 février 2020

Coronavirus: pour la ministre Désir, "une interdiction des voyages scolaires en Italie n'est pas justifiée"


Le Vif
La ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir estime que la propagation du coronavirus en Europe ne justifie pas encore d'interdiction des voyages scolaires en Italie, rapporte La Dernière Heure mercredi.

Si certaines écoles ont pris la décision d'annuler des voyages scolaires en Italie par précaution, l'annulation générale n'est pas encore à l'ordre du jour. La ministre Caroline Désir dit suivre la situation de près et être en contact avec les affaires étrangères.
Selon elle, la situation ne justifie pas encore une interdiction des voyages. "Selon les Affaires étrangères, la situation ne justifie pas à ce stade qu'une mesure générale d'interdiction des voyages scolaires en Italie soit prise. Chaque pouvoir organisateur doit par contre suivre scrupuleusement les recommandations du SPF Affaires étrangères et leur évolution au jour le jour, en fonction de la zone où le voyage scolaire doit avoir lieu", explique-t-elle.
La ministre prévoit en outre de faire parvenir une circulaire aux établissements scolaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles afin de les informer des dernières décisions en la matière.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA FAUTE A L’IMPREVISIBLE ?

Si j’étais encore chef d’établissement j’empêcherais les départs en Italie.
J’étais jeune prof et nous devions aller à Londres. Le préfet annula le voyage à cause des attentats commis par l’IRA et nous avons découvert Berlin ouest et aussi Berlin Est.
Je ne voudrais pas être le chef d’établissement qui annonce aux parents d’élèves que le car belge a été placé en quarantaine entre Rome et Milan en raison d’un danger de contamination ou pire encore que plusieurs ados sont contaminés par le virus. Devant une telle légèreté de la  part d’une femme politique, on peut se dire que cela tient du miracle que le corona virus ne se soit pas (encore) manifesté chez nous. On ne perd rien pour attendre. Si cela devait se produire, on le mettra encore sur le compte de l’imprévisible.
MG

Aucun commentaire: