dimanche 2 février 2020

Formation fédérale: Koen Geens chargé d'une mission par le Roi



Le vice-Premier ministre et ministe de la Justice Koen Geens (CD&V) a été chargé d'une mission par le Roi, ce vendredi soir. Officiellement, il a reçu une mission générale destinée à trouver tout type de solution en vue de définir la prochaine majorité. " Le Roi a constaté que les discussions entre partis n’ont pas encore permis de former une coalition soutenue par une majorité parlementaire. Il a chargé Monsieur Koen Geens de prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d’un gouvernement de plein exercice. Monsieur Geens a accepté cette mission. Il fera rapport au Roi le 10 février", a précisé le Palais dans un communiqué.
Le vice-premier ministre CD&V est envoyé au charbon sans se voir confier de titre particulier, que ce soit informateur voire préformateur.
"Je suis chargé d'une mission royale. Je n'ai pas de nom", a-t-il dit à sa sortie du Palais royal. Et de répondre à une journaliste qui voulait savoir comment il fallait l'appeler: "Je m'appelle Koen Geens".

Le Roi m'a demandé d'endosser une mission royale. J'ai accepté cette mission et je l'exécuterai dans une discrétion absolue. Je remercie les informateurs @joachimcoens et @GLBouchez pour le bon travail.

Le chargé de mission travaillera sur la base du rapport des informateurs Georges-Louis-Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V). A l'entendre, il n'est toujours pas question d'abandonner la piste d'une coalition associant le PS et la N-VA. "J'aurai des contacts privilégiés avec les deux grands partis, comme avec les autres, et comme je l'ai déjà dit, je ne change pas si facilement d'idée", a-t-il dit. Or, le démocrate-chrétien a répété plusieurs fois qu'il fallait une coalition avec une majorité en Flandre, c'est-à-dire impliquant la N-VA.
En coulisses, il nous revient également que c'est la piste d'un gouvernement PS/N-VA qui sera suivie. Il s'agirait donc d'une nouvelle tentative d'une coalition à six partis (MR, Open VLD, PS, SP.A, N-VA, CD&V). Rudy Demotte et Geert Bourgeois avaient été chargés par le Roi de mettre en oeuvre cette coalition il y a plusieurs semaines mais avaient échoué. Le diplomate Koen Geens aura-t-il plus de succès ?
Cette mission sans nom est-elle le premier pas vers un poste de Premier ministre pour M. Geens? "A cet instant, c'est une question absolument subsidiaire. Si vous pensez que je suis quelqu'un qui accepte cette mission avec une telle ambition, vous vous trompez", a-t-il assuré.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
"JE M'APPELLE KOEN GEENS", L’HOMME DE LA DERNIERE CHANCE

On dit, mais que ne dit-on pas, que l’influence du CD&V demeure très forte sur le palais.  C’est inquiétant et franchement anti démocratique. C’est de nature à discréditer à jamais la monarchie belge. Le catholicisme avéré de Baudouin, « le roi prêtre »,  que l’on disait sous l’influence du puissant  Cardinal Suenens, frisait le ridicule. Son neveu s’inspire plus de l’oncle pieux que de son père débonnaire. Cela dit, Geens est un homme solide même s’il s’avère être le dernier atout de Philippe de Belgique. En produisant son joker la monarchie belge sort sa dernière carte. Si Geens échoue- ses chances d’infléchir De Wever sont minces- nous irons vers des élections anticipées qui feront du Belang le premier parti et rendront  possible une majorité  NVA-Belang en Flandre, prélude à la sécession de la Flandre et à la mort de la Belgique. Le roi Philippe aura beau annoncer les fêtes de bicentenaire de la Belgique pour 2030 et mettre en avant les immenses mérites de sa fille la princesse héritière Elisabeth, cette dernière ne règnera pas car la Belgique s’évaporera. 
MG

Aucun commentaire: