mardi 25 février 2020

Le parti nationaliste allemand mis en cause dans les récents attentats racistes en Allemagne


Le Vif

L'extrême droite politique en Allemagne se retrouve sur la défensive après les attentats racistes de Hanau, accusée de les avoir encouragés par ses diatribes anti-migrants. Certains vont jusqu'à demander qu'elle fasse l'objet d'une surveillance policière.
"Nous savons depuis longtemps que les paroles peuvent être suivies d'actes et les élus du peuple ne peuvent se dédouaner de cette responsabilité", a estimé le président de la chambre des députés, Wolfgang Schäuble, dans une interview samedi au quotidien Handelsblatt.
Une attaque visant le parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), devenu depuis 2017 la principale force d'opposition au Bundestag avec 89 élus en surfant sur les craintes suscitées dans la population par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016."Le problème est que l'AfD ne connaît aucune limite", a ajouté M. Schäuble, membre du parti conservateur d'Angela Merkel, qui va jusqu'à qualifier de "fasciste" le chef de file de l'aile la plus radicale du mouvement d'extrême droite, Björn Höcke.
Ce dernier s'est encore mêlé lundi lors d'une manifestation au mouvement anti-musulman ultra-radical Pegida pour agiter le spectre, comme il le fait depuis plusieurs années, d'un grand "remplacement" de la population autochtone allemande par les immigrés.
BRAS POLITIQUE
Le secrétaire général du parti social-démocrate SPD, partenaire des conservateurs au pouvoir à Berlin, Lars Klingbeil, a lui qualifié l'AfD de "bras politique" des éléments les plus radicalisés de la mouvance d'extrême droite et de ceux qui épousent ses thèses, à l'instar de l'auteur des attentats de Hanau qui ont fait 9 mots. "Il ne peut être question bien sûr d'une responsabilité au sens pénal mais il est clair que ce que dit l'AfD et certains de ses responsables politiques contribuent à de tels actes", estime le politologue berlinois Carsten Koschmieder sur la chaîne publique ARD.


COMMENTAIRE DE DIVERCITY
LA VIOLENCE NARRATIVE

La violence des mots, des slogans, des harangues racistes et des discours de haine sont les forces aveugles qui arment le bras des nouveaux assassins et des génocidaires en herbe. Ces derniers sont instrumentalisés  par des instigateurs sournois, des maîtres d’illusion, des forces diaboliques tapies dans l’ombre. 
La cruauté nazie et la volonté d’extermination du peuple juif sont d’abord  énoncées dans Mein Kampf avant d’être mises en œuvre par la machine de propagande du docteur Goebbels qui exigea du peuple allemand qu’il se lance dans la mobilisation totale en vue de la « guerre totale ». « Wollen sie den totalen Krieg ? »
Les Eichmann, les Dr Mengele, les Himmler, les Goebels ne sont que les instruments au service de la pensée des grands manipulateurs du discours politique. Le racisme est d’abord une parole, un récit. Churchill qui avait lu une traduction de Mein Kampf l’avait compris avant tout le monde en 1935.  Et voici que ce racisme haineux tapis dans l’ombre depuis la fin de la guerre domine à nouveau les réseaux sociaux comme il le fit dans les années vingt dans les brasseries de Munich et du sud de l’Allemagne. La parole réductrice et haineuse du café du commerce circule désormais en boucle sur les réseaux sociaux comme jamais elle ne le fit. Rien ne réussit à la juguler. Bien au contraire elle est relayée, amplifiée, exacerbée par les politiciens véreux à, la Trump, à la Salvini, à la Victor Orban, à le La Pen, à la Van Grieken de la droite extrême et aussi, il faut le dire par la médiocrité des islamistes radicalisés.   
Le grand philosophe belge Lambros Couloubaritsis vient de publier un livre définitif dans lequel il analyse avec une finesse d’orfèvre les mécanismes cachés de la violence narrative envisagée dans la perspective du temps long. C’est un livre essentiel et passionnant dont personne ne parle mais qui décortique les mécanismes complexes de la violence qui toujours est avant tout narrative avant de devenir effective. Comment arrêter ce processus meurtrier ? Souvenons-nous de la parabole de la femme adultère. La foule s’est emparée  de la pécheresse et veut la lapider. Les mains se sont saisies de pierres  vengeresses prêtes à partir. Jésus calme, serein, généreux et surtout « humain trop humain » inversera cette logique vengeresse et cruelle  par un contre discours, une parole qui tient en une phrase d’une redoutable efficacité : « Et que celui qui jamais n’a fauté jette la première pierre. » Aussitôt les pierres tombent et Jésus de pardonner en disant simplement à la femme « va et ne faute plus ».
 L’essence du christianisme est dans cette petite phrase et non point dans les magnificences arrogantes des ors du Vatican. Malheureusement les premières balles sont parties et le sang à coulé en terre allemande.
En 776 avant notre ère, les grecs ont remplacé par l’émulation sportive des Jeux Olympiques la violence et la cruauté des champs de bataille ?  Au 17ème siècles après les cruelles guerres religieuses qui ont fait couler des fleuves de sang des Anglais de bonne volonté ont inventé le dialogue entre adversaires plutôt que le vengeance sanguinaire, l’inquisition et les buchers. Ainsi naquit la démocratie représentative, fille des Lumières d’une volonté de trouver le compromis, le centre de l’Union comme diront les franc-maçons qui surgissent à ce moment là.
Et aujourd’hui, quel est le contre pouvoir, quel est le mécanisme susceptible de s’opposer à l’irrésistible montée du radicalisme anti démocratique qu’il soit d’extrême droite ou de caractère islamiste ?
DiverCity reste persuadé que le salut ne viendra pas des esprits au garde à vous mais bien d’une dynamique volontariste, celle du dialogue interculturel et de l’esprit critique. Vaste programme ! 
MG

LE MUSEE D'AUSCHWITZ INTERPELLE JEFF BEZOS SUR TWITTER
AFP
Le musée d'Auschwitz a appelé le milliardaire américain du commerce en ligne Jeff Bezos à retirer de vente sur sa plateforme Amazon les livres antisémites pour enfants, datant de l'époque nazie.
"La propagande nazie haineuse et antisémite virulente est mise en vente non seulement sur @AmazonUK", a tweeté vendredi soir le mémorial d'Auschwitz sur son compte officiel.
"Des livres d'auteurs comme Julius Streicher peuvent également être trouvés sur @amazon & @AmazonDE. Ces livres devraient en être supprimés immédiatement. | @JeffBezos @AmazonHelp", peut-on lire dans le message qui reproduit aussi des captures d'écran des livres mis en vente sur le site.

UNE VOITURE FONCE SUR UN CARNAVAL EN ALLEMAGNE: 30 BLESSES DONT 7 DANS UN ETAT GRAVE
Le conducteur du véhicule incriminé a été arrêté.

par Belga
AFP

Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées lorsqu’une voiture a foncé lundi sur un défilé de carnaval dans le centre de l’Allemagne, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police locale. Trente blessés sont à déplorer, a déclaré la police de Francfort à l’agence de presse allemande DPA.
Sept blessés se trouvent dans un état grave, selon le chef de la police de Francfort.
Des informations encore contradictoires circulent sur la question de la piste d’un possible attentat.
Le porte-parole du ministère de l’Intérieur de la région où le drame s’est produit, la Hesse, a indiqué qu’ « un attentat ne peut pour le moment être exclu ».
Il a confirmé que le conducteur du véhicule incriminé avait été arrêté mais indiqué qu’il « ne pouvait pas être entendu à l’heure actuelle ».
Un porte-parole de la police a quant à lui indiqué à l’agence DPA que l’enquête s’orientait « vers un acte volontaire » mais « pas un attentat ».


OBSEDE DE THEORIES RACIALISTES, L'AUTEUR DES ATTENTATS S'INQUIETAIT DANS UN "MANIFESTE" LAISSE DERRIERE LUI DE LA DILUTION DE LA RACE GERMANIQUE PAR LA NATURALISATION D'ETRANGERS. "C'EST EXACTEMENT LE DISCOURS DE L'AFD", JUGE M. KOSCHMIEDER.

"Il ne peut être question bien sûr d'une responsabilité au sens pénal mais il est clair que ce que dit l'AfD et certains de ses responsables politiques contribuent à de tels actes"
Le parti se dit pour sa part victime d'une campagne calomnieuse. Son principal dirigeant, Alexander Gauland, voit dans les critiques à son égard une "instrumentalisation minable" d'un acte sans lien avec son mouvement.
Tous les caciques de l'AfD se sont empressés de décrire les attentats comme le fait d'un déséquilibré qui n'aurait jamais dû être autorisé à détenir une arme.
Surveillance
La pression monte toutefois. La gauche demande que le parti tout entier fasse désormais l'objet d'une surveillance du Renseignement intérieur.
Un traitement réservé en Allemagne aux organisations représentant un danger pour l'Etat et marqué au sceau de l'infamie politique. Déjà, la frange la plus radicale de l'AfD est dans le collimateur du Renseignement.
Samedi, des responsables des deux partis gouvernementaux allemands ont en outre demandé que les militants de l'AfD soient bannis de la fonction publique.
"On attend précisément du service public un attachement clair à notre démocratie" et "une appartenance à l'AfD ne peut pas à mon avis être compatible", a déclaré un élu du parti démocrate-chrétien CDU de la chancelière, Patrick Sensburg, au Handelsblatt.
Les attentats ont déjà eu une première conséquence politique.
Jusqu'ici, la CDU mettait sur un même plan extrême droite et extrême gauche issue du parti communiste de RDA en refusant toute alliance politique dans le pays avec l'une comme l'autre.
Vendredi soir, le mouvement a fait un premier accroc à cette règle en acceptant en Thuringe de soutenir un gouvernement minoritaire mené par un membre de la gauche radicale allemande, Die Linke, afin de sortir cette Etat régional de la paralysie.
Une crise politique dans laquelle l'AfD justement l'avait plongé en s'alliant avec la droite modérée locale.
Hanau a montré "qu'il ne doit y avoir aucune coopération avec un parti qui tolère des Nazis en son sein", a affirmé la présidente du parti CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui a annoncé le 10 février sa prochaine démission à la suite des remous de Thuringe.

Aucun commentaire: